Île-d'Orléans, L' (municipalité régionale de comté)

Un article de la Mémoire du Québec (2012).

  • Superficie -

191,78 km2.

  • Siège social -

Sainte-Famille

  • Principales agglomérations -



Sainte-Famille, Sainte-Pétronille, Saint-François, Saint-Jean, Saint-Laurent et Saint-Pierre.

  • Éphémérides -


Avant 1535 Les Algonquins l'appellent Ouinigo ou Minigo, mot signifiant «coin ensorcelé» parce que, le soir venu, des feux follets brillaient.
1535 (Septembre) Jacques Cartier visite l'île et la nomme île de Bacchus pour souligner son abondante végétation et les vignes sauvages qu'il y trouve.
1536 Jacques Cartier la rebaptise île d'Orléans en l'honneur du duc d'Orléans, le fils du roi de France.
1636 (15 janvier) Concession d'une seigneurie par la Compagnie de la Nouvelle-France à Jacques Castillon, pour lui-même et pour François Fouquet, Charles de Lauson, Georges Berruyer de Manselmont, Jean Rosée de Saint-Martin-aux-Arbres, Jacques Duhamel, Juchereau et Antoine Cheffault de la Renardière ; le territoire comprend toute l'île d'Orléans.
1649 (29 mars) Concession d'un arrière-fief (40 arpents de front sur la pointe ouest de l'île) à François Chavigny de Berchereau par Olivier Letardif agissant pour les seigneurs de l'île.
1651 Les Hurons se réfugient dans l'île et la nomment île Sainte-Marie. (5 janvier) Concession d'un arrière-fief (15 arpents de front sur la pointe ouest de l'île) à René Maheu par Olivier Letardif agissant pour les seigneurs de l'île.
1652 (1 mars) Reconcession du fief de François Chavigny de Berchereau par le gouverneur Lauson à son épouse Éléonore de Grandmaison. (23 juillet) Concession d'un arrière-fief à Louis d'Ailleboust de Coulonge qui le nomme Argentenay, le nom de son village natal de Champagne, en France ; cet arrière-fief est situé dans la partie sud de l'île.
1653 (6 mai) Concession d'un arrière-fief (8 arpents de front) à l'Hôtel-Dieu de Québec qui le nomme Saint-Laurent. (23 mai) Concession d'un arrière-fief (10 arpents de front) par le gouverneur Jean de Lauson à Claude Charron de La Barre qui le nomme Charron.
1656 Les Iroquois ayant décimé les Hurons qu'ils y trouvent, le nom de Sainte-Marie disparaît. Concessions de terres de l'arrière-fief Lirec par Charles de Lauzon à Robert Gagnon (4 arpents), René Mézeré (4 arpents), Jacques Bilodeau (4 arpents), Maurice Arrivé (3 arpents), Pierre Nolin (4 arpents), Simon Lerreau (4 arpents), Guillaume Baucher dit Morency (3 arpents), Pierre Lognon (3 arpents), Louis Côté (3 arpents), Michel Guyon (4 arpents), Claude Guyon (4 arpents), François Guyon (4 arpents), Jacques Perrot dit Vildaigre (4 arpents) et Guillaume Landry (3 arpents). (2 avril) Concession d'un arrière-fief à Charles de Lauson de Charny qui le nomme Lirec.

1657 (14 juillet) Cession de leurs parts de seigneurie par les héritiers de François Fouquet à l'Hôtel-Dieu de Québec. (15 juillet) Concession de terre de l'arrière-fief Lirec par Charles de Lauzon à Jean Lehoux (3 arpents). (23 août) Vente de sa part de la seigneurie par Charles de Lauzon à Julien Fortin dit Bellefontaine.
1659 L'arrière-fief Chavigny passe par mariage au nouvel époux de Éléonore Grandmaison, Jacques Gourdeau de Beaulieu qui lui donne son nom.
1660 Claude Charron de La Barre vend sa concession.
1661 (6 mai) Concession d'un arrière-fief à Jean-Baptiste Peuvret de Mesnu qui le nomme Mesnu. (7 septembre) Concession d'un arrière-fief (16 arpents) par Charles de Lauzon à Jean Juchereau de la Ferté (8 arpents) et à Nicolas Juchereau de Saint-Denys (8 arpents) qui le nomment Chevalerie. (7 novembre) Concession d'un arrière-fief (15 arpents) par Charles de Lauzon à Jacques Cailhaut de la Tesserie et Louis Peronne de Mazé qui le nomment Grossardière.
Fondation de la paroisse Sainte-Famille.
1662 (11 février) Vente de sa part de la seigneurie par Julien Fortin dit Bellefontaine à Mgr de Laval de Montmorency.

Vente de leurs parts de la seigneurie par Georges Berruyer de Manselmont et Antoine Cheffault de la Renardière à Charles Aubert de La Chesnaye. (13 avril) Vente de sa part de la seigneurie par Olivier Letardif à Charles Aubert de la Chesnaye.
1663 (22 janvier) Concession de terre (3 arpents) de l'arrière-fief de Lirec par Charles de Lauzon à Charles Gauthier. (20 avril) Les héritiers de François Fouquet donnent leur part de la seigneurie à l'Hôtel-Dieu de Québec.
1664 (9 février) Vente de sa part de la seigneurie par l'Hôtel-Dieu de Québec à Charles Aubert de La Chesnaye. (12 août) Vente de sa part de la seigneurie par Jean Rosée de Saint-Martin-aux-Arbres à Mgr de Laval. (14 août) Vente de ses parts de la seigneurie par Charles Aubert de La Chesnaye à Mgr de Laval. (21 août) Vente de sa part de la seigneurie par Jacques Duhamel à Mgr de Laval.
1665 (14 mai) Donation de ses droits dans le fief de la Grossardière par Louis Peronne Mazé à Jacques Cailhot de la Tesserie.
1666 (2 septembre) Vente de l'arrière-fief de Lirec par Charles de Lauzon à Mgr de Laval.
1668 (25 février) Vente de sa part de la seigneurie par Antoine Cheffault et de la part de Georges Berruyer par sa veuve, Denise Langlois, à Mgr de Laval ; ces dernières transactions rendent Mgr de Laval propriétaire de toute l'île.
1670 (5 juillet) L'arrière-fief d'Argentenay est cédé par la veuve de Louis d'Ailleboust de Coulonges, Marie-Barbe de Boulogne, à l'Hôtel-Dieu de Québec.
1672 (4 janvier) L'arrière-fief de la Chevalerie passe en totalité à Nicolas Juchereau de Saint-Denys.
1673 (15 octobre) Vente de la moitié de l'arrière-fief d'Argentenay par Charles d'Ailleboust de Monceaux et son épouse, Catherine Legardeur, à l'Hôtel-Dieu de Québec.
1675 (24 avril) Mgr François de Laval cède la seigneurie de L'Île-d'Orléans à Michel-François Berthelot en échange de l'île Jésus, plus 25 000 livres.
1676 (Avril) Le roi Louis XIV la rebaptise «Isle du comté de Saint-Laurent», mais le nom d'Orléans utilisé par les habitants reparaît et s'impose. Michel-François Berthelot devient alors comte de Saint-Laurent.
1679 Fondation des paroisses Saint-Pierre, Saint-François, Saint-Jean et Saint-Laurent.
1700 (3 novembre) Vente de l'arrière-fief d'Argentenay par l'Hôtel-Dieu de Québec à Joseph Perrot.
1702 (25 février) Michel-François Berthelot vend sa seigneurie à Charlotte-Françoise Juchereau de Saint-Denis, veuve de François Pachot.
1703 L'arrière-fief de la Grossardière appartient à Jacques Gourdeau.
1706 (25 janvier) Charlotte-Françoise Juchereau de Saint-Denis n'ayant pas acquitté le prix de vente de la seigneurie, celle-ci redevient la propriété de Michel-François Berthelot par décision du Conseil supérieur de la Nouvelle-France.
1712 (20 mars) Vente de la seigneurie par Michel-François Berthelot à Guillaume Gaillard.
1713 (7 mars) Vente par adjudication de l'arrière-fief de la Chevalerie à Joseph Riverin.
1714 (4 novembre) Érection canonique de la paroisse Saint-François-de-Sales dont le territoire couvre l'arrière-fief d'Argentenay.
1716 (10 mars) Vente de l'arrière-fief d'Argentenay par Joseph Perrot au notaire Jacques Barbel et Marie-Anne Le Picard, son épouse.
1718 (30 mars) L'arrière-fief de la Chevalerie appartient à Michelle Mars, veuve de Joseph Riverin et à ses fils Joseph Riverin et Michel Riverin.
1735 Inauguration de l'église de Saint-François.
1746 L'arrière-fief d'Argentenay passe par adjudication à François Martel de Brouage.
1748 (10 avril) Partage de l'île entre les héritiers de Jean-Baptiste Gaillard, lui-même héritier de Guillaume Gaillard ; le territoire des paroisses Saint-Pierre et Saint-Laurent passe à l'abbé Joseph-Ambroise Gaillard, tandis que le territoire des paroisses Sainte-Famille et Saint-Jean passe aux trois enfants de Jean-Baptiste Gaillard.
1749 (12 mars) L'arrière-fief d'Argentenay appartient à François Martel de Brouage.
Inauguration de l'église paroissiale de Sainte-Famille.
1752 (21 novembre) Vente de sa part de la seigneurie (paroisse Saint-Pierre et paroisse Saint-Laurent) par l'abbé Joseph-Ambroise Gaillard à Jean Mauvide qui y construit un manoir.
1764 (6 juillet) Vente de leur partie de l'île (paroisse Sainte-Famille et paroisse Saint-Jean) par Louis-Joseph Gaillard (3/4) et Louise Gaillard (1/4), épouse de Philippe Denys de la Ronde, à James Murray.
1772 (25 septembre) Le fief de la Chevalerie passe à Charles Riverin.
1779 (15 février) Vente de leur part de l'île (paroisse Saint-Laurent et Saint-Pierre et parties des paroisses Saint-Jean et Sainte-Famille) par Jean Mauvide et Marie-Anne Geneste, son épouse, à René-Amable Durocher et Marie-Anne Mauvide, son épouse. (10 mars) Vente de sa part de l'île (paroisse Sainte-Famille et paroisse Saint-Jean) par James Murray à Malcolm Fraser.
1783 (9 juillet) Vente de l'arrière-fief d'Argentenay par William Johnstone et son épouse, Angélique Martel de Brouage, fille de François Martel de Brouage, à Jean-Baptiste Lecompte Dupré.
1784 (24 janvier) Jean-Baptiste Durocher, l'un des héritiers de René-Amable Durocher, cède ses biens, dont sa partie de la seigneurie, à la société Brook, Watson et compagnie.
1800 (24 mai) Vente de leur part de seigneurie par les héritiers de Benjamin Durocher (Olivier, Étienne, Jean-Baptiste, Monique, épouse de Joseph Archambault, Olivier et Amable) à Joseph Drapeau. (10 juin) Vente de leur part de seigneurie par Brook, Watson et compagnie à Joseph Drapeau qui possède alors la moitié de l'île (paroisse Saint-Laurent et paroisse Saint-Pierre).
1801 (26 septembre) Vente de sa part de seigneurie par Marie-Madeleine Mauvide à Joseph Drapeau.
1805 (12 février) Vente de sa part de seigneurie (paroisse Sainte-Famille et paroisse Saint-Jean) par Malcolm Fraser à Louis Poulin.
1810 (3 novembre) Au décès de Joseph Drapeau, sa partie de seigneurie passe à sa veuve Geneviève Noël, et à ses filles, Marie-Josephte Drapeau, veuve de Jean-Baptiste d'Estimauville, Angélique-Flavie Drapeau, Marguerite-Josephte Drapeau, Gertrude-Luce Drapeau, Louise-Angèle Drapeau et Adelaïde Drapeau, épouse de Augustin Kelly.
1820 (23 avril) Vente de l'arrière-fief Argentenay par les héritiers de Jean-Baptiste Lecompte Dupré à André Lemelin.
1844 (23 décembre) Vente par adjudication de l'arrière-fief de Mesnu à James Motz.
1853 (16 octobre) L'arrière-fief de la Chevalerie appartient à Marie-Charlotte Riverin.
1854 (18 décembre) Abolition du régime seigneurial.
1859 La seigneurie appartient pour moitié à Marie-Josephte Drapeau (veuve de Estimauville), Flavie-Angélique Drapeau, Marguerite-Josephte Drapeau, Luce-Gertrude Drapeau, Louise-Angèle Drapeau, et Marie-Adelaïde Drapeau (veuve Kelly) et pour l'autre moitié, à Alexandre Poulin.
L'arrière-fief Beaulieu appartient aux héritiers de Jacques Gourdeau.
L'arrière-fief Argentenay appartient à André Lemelin.
L'arrière-fief Mesnu appartient à James Motz.
L'arrière-fief de la Chevalerie appartient à Charlotte Riverin.
1935
Construction du pont de l'île d'Orléans.
1982
(1 janvier) Constitution de la municipalité régionale de comté L'Île-d'Orléans.
1990
La population de la municipalité régionale de comté est de 6 769 habitants.
2000
La population de la municipalité régionale de comté est de 7 063 habitants.
2006 Le ministère des Ressources naturelles du Québec accorde à la compagnie Junex des permis d'exploration pétrolière et gazière sur l'île d'Orléans et pour tout le lit du Saint-Laurent entre l'île d'Orléans et Trois-Rivières et entre l'île et la rive nord du Saint-Laurent.
2010
La population de la municipalité régionale de comté est de 6 959 habitants.

  • Toponymie - Orléans rappelle le souvenir de Henri II, duc d'Orléans, deuxième fils du roi de France François Ier.


  • Repères géographiques -


Sur l'île d'Orléans dans le fleuve Saint-Laurent.
Région touristique de La Québec.
Carte 4.

Carte 4 sur Google Maps

Outils personels
Publicité
(Annonces   .)