Îles-de-la-Madeleine, Les (municipalité)

Un article de la Mémoire du Québec (2012).

  • Superficie - 166,39 km2.
  • Gentilé - Madelinot, Madelienne. Magdalen Islander (anglais).


  • Principales agglomérations -


Bassin, Cap-aux-Meules, Fatima, Grande-Entrée, Grosse-Île, L'Île-du-Havre-Aubert et L'Étang-du-Nord.

  • Topographie -


Partie visible d'un haut-fond du golfe du Saint-Laurent, à environ 210 km à l'est-sud-est de la péninsule gaspésienne et à 100 km au nord de la province de l'Île-du-Prince-Edward et de l'extrémité méridionale de l'île du Cap-Breton.
Constituée de nombreux îlots, de dunes, de rochers et, principalement, des îles du Havre-Aubert, du Cap aux Meules, du Havre aux Maisons, de la Grosse île (reliées entre elles par des cordons littoraux ou tombolos doubles qui isolent de vastes lagunes) et de l'île de la Grande Entrée ; les dunes occupent 60 % de toute l'étendue du littoral ; le sous-sol renferme du gypse, des argilites, des siltstones, du calcaire et d'importants gisements de sel.

  • Faune -


Des renards et des écureuils roux sur le sol ; plusieurs types de mamifères marins dont le rorqual à bosse, commun et bleu, et les phoques gris, commun, du Groenland et à capuchon; 250 espèces d'oiseaux dont les goélands, les sternes, les guillemots à miroir, les macareux moines, les petits pingouins, les marmettes et, à l'automne, les bécasseaux.

  • Flore -


Plusieurs espèces de graminées capables de coloniser le sable, comme l'ammophile et le seigle de mer aux feuilles glauques, des sapins et des épinettes blanches rabougris et denses, des épinettes noires, des sphaignes et des éricacées, quelques bouleaux et érables.

  • '*Naufrages '-


Au moins 500 naufrages ont été officiellement enregistrés jusqu'ici sur les îles, mais on évalue à près de 1 000 le nombre réel de naufrages qu'un système adéquat d'enregistrement aurait révélés.

  • Éphémérides -


1534 (20 avril) Jacques Cartier quitte Saint-Malo (France) sur 2 navires à la recherche d'un passage pour aller en Chine via l'ouest. (25 juin) Les navires de Jacques Cartier passent la nuit à l'île Brion dans l'archipel qu'il nomme les Araynes.
1591 Le navire Bonaventure dirigé par l'armateur français, La Court de Pré-Ravillon et Granpré, explore les îles et ses marins abattent 1 500 morses ; l'armateur donne le nom d'Aponas (pingouins) au Rocher-aux-Oiseaux et celui de Duoron à l'île d'Entrée.
1608
Samuel de Champlain visite l'archipel dite de Ramea à cause de sa ramification en une dizaines d'îles et îlots reliés par des dunes ; il le nomme Ramée.
1653
Pour la somme de 15 000 livres françaises, Nicolas Denys obtient de la Compagnie de la Nouvelle-France les droits sur les côtes et les îles du golfe du Saint-Laurent, du cap Canso en Nouvelle-Écosse au cap des Rosiers en Gaspésie (archipel Ramée, île du Cap-Breton compris).
1663
(19 janvier) Concession en seigneurie de l'archipel Ramée à l'apothicaire honfleurois François Doublet qui la nomme Îles-de-la-Madeleine en l'honneur de son épouse, Madeleine Fontaine.
1663-1664
Doublet laisse 25 hommes dirigés par Philippe Gaignard à Havre-au-Ber ; l'interminable hiver entraîne les colons à délaisser Havre-au-Ber et se rendre à Québec ; Doublet abandonne son projet de coloniser sa seigneurie.
1667
La propriété de l'archipel retourne à Nicolas Denys.
1686
Acquisition de l'archipel par la Compagnie de pesche sédentaire de l' Acadie dirigée par Gabriel Gauthier.
1720
(28 janvier) Concession de l'archipel au comte de Saint-Pierre.
1730
Le Conseil d'État réunit au domaine du Roi l'archipel laissé à l'abandon par le comte de Saint-Pierre.
1742
(28 mars) Les négociants de La Rochelle, Antoine et Joseph Pacaud, obtiennent le privilège exclusif «de tuerie des vaches marines et des loups marins» sur les échoueries des îles de la Madeleine.
1744
La prise de Louisbourg par les Bostonnais interrompt la tentative d'établissement des Pacaud dans l'archipel.
1761
Établissement de réfugiés acadiens expulsés de la Prince-Edward Island et de la Cape Breton Island.
Vers 1762
Arrivée sur l'île du Havre-au-Ber des premières familles venues d'Acadie, de l'île Saint-Jean, duNouveau-Brunswick, et du littoral de la baie des Chaleurs.
1763
Les îles sont mises sous la tutelle de Newfoundland en vertu du Traité de Paris.
1765
Début de peuplement des îles lorsqu'elles sont concédées au colonel Richard Gridley de l'armée britannique ; il engage 17 Acadiens et 5 Canadiens pour travailler dans sa seigneurie ; des Acadiens (Louis Thériault, Édouard Noël, Louis Arsenault) s'établissent au Cap-de-l'Est ; ils vendront leur propriété à James Clarke, John Rangin et George Goodwin, puis iront s'établir à Havre-aux-Maisons.
1765
Arrivée à Havre-aux-Maisons des premiers habitants, des Acadiens exilés par Lawrence.
1774
L'archipel revient sous la compétence de la province de Québec en vertu de l'Acte de Québec.
Fondation de la mission Saint-François-Xavier à Bassin.
1787
Le colonel Richard Gridley abandonne sa seigneurie au capitaine Isaac Coffin, compagnon de voyage de Lord Dorchester.
1789
Ayant refusé de prêter serment à la République française, environ 250 Acadiens réfugiés aux Îles Saint-Pierre-et-Miquelon, font voile vers les Îles-de-la-Madeleine sous la direction du curé Jean-Baptiste Alain.
1791
Les îles sont soumises à l'administration du Bas-Canada en vertu de l'Acte constitutionnel de 1791.
1792
L'abbé Jean-Baptiste Allain, qui refuse de prêter serment à la constitution civile du clergé français, quitte les îles Saint-Pierre-et-Miquelon avec 250 Acadiens (Bourgeois, Bourque, Chiasson, Cormier, Cyr, Deveau, Gallant, Hébert, Richard, Vigneau, etc.) qui s'y étaient réfugiés en 1755-1760 et vient s'installer dans l'archipel à Havre-au-Ber.
1793
Fondation de la paroisse Sainte-Madeleine et ouverture des registres paroissiaux. Fondation de la mission Notre-Dame-de-la-Visitation-du-Havre-au-Ber.
1798
La Population de l'archipel est de 400 habitants.
(24 avril) Octroi des lettres patentes officielles qui confirment la concession des îles en seigneurie par le roi d'Angleterre, George III au capitaine Isaac Coffin. L'île du Havre-au-Ber devient Amherst Island, l'île de l'Étang-du-Nord devient Grindstone Island, l'île du Havre-aux-Maisons devient Alright Island et sa pointe basse devient Cape Alright.
Fin du XVIIIième siècle
Établissement de pêcheurs écossais à Grosse-Île.
Début du XIXième siècle
Établissement des premiers habitants à Cap-aux-Meules. Arrivée d'un missionnaire à Havre-au-Ber.
1806
Le seigneur Coffin, devenu vice-amiral, vient lui-même dans l'archipel pour collecter la rente annuelle (2 quinteaux de morue) que ses censitaires refusaient de lui payer annuellement ; ces derniers s'appuyaient sur un article d'une loi adoptée par la Législature de Terre-Neuve alors que l'archipel était sous sa compétence et qui se lisait comme suit :

«Toutes personnes qui, depuis le 25 mars 1685, ont bâti, occupé ou fait, ou en tout temps ci-après, bâtiront, occuperont ou feront des maisons, cabanes ou huileries ou toutes autres commodités pour la pêche qui n'ont pas appartenu aux bâtiments pêcheurs, depuis ladite année, en jouiront paisiblement et librement et s'en serviront sans qu'aucune personne ne puisse les en empêcher».

Coffin, qui se croyait propriétaire de toutes les îles se plaignit au gouverneur du Bas-Canada qui ordonna l'emprisonnement de tous les habitants mâles de l'archipel ; Coffin ne fit pas exécuter cet ordre.
1811
Visite de Mgr Joseph-Octave Plessis, évêque de Québec.
1812
Construction d'une première église à Havre-au-Ber par l'abbé Jean-Louis Beaubien, curé missionnaire du golfe du Saint-Laurent.
1819
Nomination de l'abbé Jean-Marie Madran comme premier curé résidant de l'archipel.
1822-1825
Construction d'une chapelle à Havre-aux-Maisons.
1828-1830
Arrivée des premiers familles anglophones sur la Grosse Île ; elles sont venues d'Angleterre, d'Écosse et d'Irlande. Certains Madelinots descendent de marins dont les navires s'étaient échoués sur l'une des îles.
Construction d'une chapelle.
1839
La population de l'archipel est de 1 380 habitants.
Au décès d'Isaac Coffin, sa seigneurie passe à son neveu, John Townsend Coffin.
1842

  • Tragédie mortelle ; accident de chasse ; bilan: 3 morts; des jeunes hommes (tous des Arseneau) meurent prisonniers des glaces en chassant les phoques.

1845
Établissement de la Cour de circuit à Havre-Aubert. Ouverture d'une école à Havre-au-Ber dirigée par madame Morin, la soeur du curé Bélanger.
1846
Fondation de la paroisse Sainte-Madeleine.
1847
Construction de la première église de Havre-aux-Maisons.

  • Tragédie mortelle; accident maritime ; naufrage à la Pointe de l'Est du vaisseau britannique Miracle transportant 446 émigrants dont plusieurs sont atteint du typhus; bilan: 150 morts.

1848
Érection canonique de la paroisse Saint-Pierre-de-L'Étang-du-Nord.
1850
Établissement de l'Église anglicane à Grosse-Île.
1853
Construction du premier temple de la Holy Trinity Anglican Church à Grosse-Île.
1854
Ouverture d'un bureau de poste à Havre-au-Ber.
Les familles Boudreau, Harvey et Chiasson quitte L'Étang-du-Nord pour aller s'établir à Kegaska sur la Côte-Nord du golfe du Saint-Laurent en face de l'extrémité est de l'île d'Aticosti au Québec.
(1 janvier) Regroupement de l'île du Havre-au-Ber, l'île de Amherst, l'île d'Entrée et l'île du Corps-Mort sous le nom de Havre-Aubert. Ouverture du premier bureau de poste des îles à Havre-Aubert.
(18 décembre) Abolition du régime seigneurial dans la province de Québec.
1857 (Mai) La goélette Mariner du capitaine Firmin Boudreau quitte Havre-aux-Maisons avec à son bord sa famille et celles de son fils Nathaniel, de son gendre Benjamin Landry, de Louis Cormier, de Joseph Boudreau et de François Petitpas ; repoussés de Mingan, ils aboutiront à l'embouchure de la rivière Romaine sur une langue de terre appelée Pointe-aux-Esquimaux (La Romaine). (Octobre) Les familles Vigneau, Cyr et Cormier quittent l'archipel pour s'établir à la Pointe-aux-Esquinaux (La Romaine).
1858 (Mai) Huit familles dont les Doyle, Jomphe et Arsenault partent de l'archipel pour la Pointe-aux-Esquimaux (La Romaine).
1860 Ouverture des registres de la paroisse Notre-Dame-de-la-Visitation. Mise en service d'un transporteur à voile entre les îles et les Maritimes. Construction d'un moulin à farine à L'Étang-du-Nord.
1863 Tragédie mortelle: naufrage du British Lady.
1867 Confirmation de la compétence du Québec sur les îles en vertu de l'Acte de l'Amérique du Nord britannique.
1869 Inauguration de la St. Augustine Anglican Church à Havre-Aubert. Construction de la St. Luke Anglican Church à Cap-aux-Meules.
1870 Début de la construction de l'église Saint-François-Xavier. Ouverture d'un bureau de poste à l'Étang-du-Nord et mise en service du phare du Rocher-aux-Oiseaux. Ouverture d'un bureau de poste sous le nom de L'Étang-du-Nord. Érection d'un phare de 17 m sur l'île aux Oiseaux ; son premier gardien sera George Preston.
1871 Érection d'un phare à Havre-au-Ber. (Automne) Tragédie mortelle : accident maritime ; naufrage du Wasp, un vaisseau de Québec ; bilan : un seul survivant, Augustin Lebourdais, premier maître, originaire de L'Islet.

  • Tragédie mortelle: accident maritime ; naufrage du S.S. Ocean ; bilan : un seul survivant, Roger Best, un jeune matelot.

1873 Ouverture d'un bureau de poste sous le nom de Grande-Entrée. (23, 24 et 25 août) Tragédie mortelle : catastrophe naturelle ; le navire August Gale sombre au cours d'un ouragan ; bilan : 3 morts, des matelots, et naufrage d'environ 60 vaisseaux sur les rochers et les grèves de Sandy Hook et de la baie de Plaisance. (13 novembre) Bénédiction de la première église de Bassin.
1874 Construction du phare à L'Étang-du-Nord. Inauguration de l'église Saint-François-Xavier-du-Bassin de Havre-Aubert-Bassin. (28 janvier) Constitution des municipalités de Havre-Aubert-Bassin, L'Étang-du-Nord et Havre-aux-Maisons qui comprend l'Île-Allright, l'île-Wolfe, la Grosse-Île, l'Île-Coffin, l'Île-Brion et l'Île-Rocher-aux-Oiseaux.
1875
Ouverture des registres de la paroisse et construction de l'église Saint-Pierre de La Vernière (L'Étang-du-Nord). Première pêche aux homards avec casiers. Tragédie mortelle ; accident maritime ; naufrage des goélettes madeliniennes Stella Maris, Espérance, Marie-Anne, Président, Arctique, Painchaud et Flash au Cap-Breton ; bilan : 14 morts.
(1 janvier) Constitution de la municipalité de L'Étang-du-Nord. Ouverture d'un bureau de poste sous le nom de Grindstone Island.
1876
Mise en service d'un premier bateau à vapeur entre l'archipel et Souris (Prince-Edward's Island-PEI).
1877
Nomination du premier curé résidant de Bassin. Ouverture des registres de la paroisse Saint-François-Xavier.
Établissement des Soeurs de la Congrégation Notre-Dame-CND à Havre-aux-Maisons qui y ouvrent le couvent-pensionnat Notre-Dame-des-Flots.
1879
Nomination du premier curé résidant de Saint-Pierre de La Vernière (L'Étang-du-Nord).
1880
Le gardien du phare du Rocher-aux-Oiseaux, Peter Whalen, et son fils, qui étaient allé chasser le phoque, périssent gelés sur la banquise que le vent avait poussé trop loin pour leur permettre de revenir chez-eux. Le Gouvernement du Canada installe un câble sous-marin reliant l'île du Rocher-aux-Oiseaux à la Grosse-Île puis à Sydney (Cap-Breton).
1881
(20 août) Tragédie mortelle ; accident de travail ; explosion du canon de signalisation du phare du Rocher-aux-Oiseaux ; bilan : 3 morts, Charles Chiasson, son fils de 7 ans et Paul Chenell.
1885
Ouverture de la Cour du magistrat à Havre-Aubert.
1892
(19 novembre) Constitution de la municipalité de Grosse-Île par la regroupement des territoires de l'île Wolfe, de la Grosse île, de l'île Brion et de l'île du Rocher-aux-Oiseaux détachés de la municipalité de Havre-aux-Maisons.
1893

  • Tragédie mortelle ; accident maritime ; naufrage de L'Espérance ; bilan : noyade de tous les membres de l'équipage.

Regroupement du territoire de l'île Wolfe, de la Grosse île, de l'île Brion et de l'île du Rocher-aux-Oiseaux sous le nom de Grosse-Île qui se détache de la municipalité de Havre-aux-Maisons.
1895
Ouverture d'un bureau de poste sous le nom d'Entry Island sur l'île d'Entrée.
(12 janvier) Le droit de rachat des terres qu'ils occupaient sous tenure seigneuriale est accordé aux 820 Madelinots par une loi du Parlement de Québec.
1896
Ouverture d'un bureau de poste dans la partie ouest de Bassin sous le nom d'Aurigny.
Une vingtaine de famille des îles de la Madeleine (Arsenault, Jomphe, Lafrance, Cheverie (Etchevery), Thériault, Turbide) vont s'établir à Lac-au-Saumon dans la vallée de la Matapédia.
1897
Au printemps, les Cyr, Verrault et Leblanc rejoignent leus concitoyens acadiens à Lac-au-Saumon. Les Îles deviennent une circonscription électorale provinciale par détachement de celle de Gaspé. Établissement à La Vernière du premier médecin originaire des îles, Jean-François Solomon (1873-1955).
(7 mars) Damien Cormier, Arsène Turbide et Charles Turbide, qui étaient allés chasser le phoque sur la banquise, meurent gelés lorsque le vent pousse la banquise sur laquelle ils étaient trop loin pour qu'ils puissent rentrer au phare du Rocher-aux-Oiseaux où ils avaient hiverné.
1898
Construction d'une nouvelle église à Havre-aux-Maisons.
1899
Ouverture d'un bureau de poste sous le nom de Amherst Island. Construction de l'église Sacré-Coeur. Des familles Richard, Turbide et Schofield émigrent à Miramichi, Nouveau-Brunswick.
1900
Établissement de l'Anglican Church of All Saints sur l'île d'Entrée.
1902
Concession des îles à W. G. Trait and Al.
1903
Acquisition des îles par la Magdalen Island Company.
1904
Construction du phare de l'île Brion.
1905
(4 décembre) Tragédie mortelle : accident maritime ; naufrage du S.S. Lunenburg ; bilan : 11 morts dont le député des Îles-de-la-Madeleine, Robert Jamieson Leslie.
1906
Acquisition des îles par Meredith Marler et la Magdalen Island Development Company.
Construction d'une nouvelle église de la St. Luke Anglican Church à Cap-aux-Meules. Ouverture de l'école Saint-Joseph pour garçons à Havre-aux-Maisons.
1907
Amherst Island devient Havre-Aubert.
1908
Le phare du Rocher-aux-Oiseaux est exhaussé de 5,5 m ; sa hauteur est ainsi portée à 22,5 m.
1911
Acquisition des îles par la Eastern Canada Fisheries. Tragédie mortelle ; accident de chasse aux phoques ; bilan : 7 morts; Daniel Lebel, son fils Aristide, son neveu, son fils adoptif et son gendre Grégoire Vigneau ainsi que Philias Gallant et Philias Boudreau qui meurent prisonniers des glaces.
1913 Ouverture d'un bureau de poste dans la partie est de Bassin sous le nom de Solomon.
1916
Établissement de l'église protestante St. Peter's à Grosse-Île.
1917
Ouverture d'une succursale de la Banque de Hochelaga (Banque Nationale) à Havre-Aubert.
1919
(Octobre) Ouverture de l'Académie Saint-Pierre une école-pensionnat pour garçons à Vernières.
1921
Ouverture d'une succursale de la Banque Canadienne Nationale (Banque Nationale) à Cap-aux-Meules.
1923
La population de la paroisse Sainte-Madeleine-de-Havre-aux-Maisons est de 1 420 âmes, celle de Notre-Dame-de-la-Visitation de Hâvre-Aubert, 1 950, celle de Saint-François-Xavier-du-Bassin, 1 000, celle de Saint-Pierre (L'Étang du Nord), 3 090.
1924
Acquisition des îles par l'avocat Maurice L. Roy à la suite de la faillite de la Eastern Canada Fisheries dont l'établissement de pêche est, par ailleurs, acquis par la William Leslie Company.
1925
Ouverture des registres de la paroisse Sacré-Coeur.
Construction du temple de la Holy Trinity Anglican Church à Grosse-Île.
Une centaine de familles acadiennes sont établies à Kénogami (Québec).
1929
Inauguration de la première liaison aérienne entre Moncton et les îles par la Canadian Airways.
(5 août) Constitution de la municipalité de Grande-Entrée.
1932 Faillite de la William Leslie Company.
1936
(16-17 avril) Incendie de l'église de Bassin.
(17 avril) Noyade de 6 personnes qui tentent de traverser le chenal de la Grande-Entrée.
1938
Mise en service de l'hôpital Notre-Dame-de-la-Garde sous l'autorité des Soeurs de la charité de Québec.
(19 juin) Fondation de la Caisse populaire de La Vernière, la première Caisse populaire des îles.
(28 août) Fondation de la Caisse populaire de Hâvre-aux-Maisons.
1939
Fondation de la Caisse populaire de Grande-Entrée. Départ de 151 madelinots pour service militaire outre-mer.
Fondation de la Caisse populaire de Bassin et inauguration de l'actuelle église de Bassin.
(2 juillet) Fondation de la Caisse populaire de Bassin.
(26 juillet) Fondation de la Caisse populaire de la Grande-Entrée.
1940
(20 mai) Fondation de la Grosse-Isle Credit Union ; cette caisse n'opére pas entre 1943 et 1950.
(26 mai) Fondation de la caisse populaire de Havre-Aubert.
1942
Inauguration d'une ligne aérienne entre Charlottetown et les îles par la Maritime Central Airways.
1946
Les paroisses catholiques des îles passent sous l'autorité du diocèse de Gaspé après avoir été sous l'autorité de l'évêque de Charlottetown pendant 128 ans.
(11 juin) Première expédition de homard vivant (2 700 kg) par avion vers New York.
1946
(24 juin) Incendie de la St. Luke Church (1906) de Cap-aux-Meules.
1948
Acquisition des îles par Aaron L. Paltiel qui en sera le dernier seigneur.
(31 décembre) Érection canonique de la paroisse de Fatima.
1949 Ouverture d'un bureau de poste sous le nom de Fatima.
(24 décembre) Fondation de la Caisse populaire de Fatima.
1950 (1 janvier) Constitution de la municipalité de Cap-aux-Meules.
1951 Constitution de la municipalité de Havre-Aubert-Est par détachement de celle de Havre-Aubert. Constitution de la municipalité de Havre-Aubert-Ouest (Bassin) par détachement de celle de Havre-Aubert.
1952 Fondation de la Coopérative d'électricité des îles.
1953 Inauguration de la centrale thermique de Cap-aux-Meules (50 269 kW) ; .
1954 Première pêche à l'aide d'un chalutier de la Gorton Pew, le Havre-Aubert.
1955
Établissement de la compagnie Irving Oil sur les îles.
1959
La municipalité de Havre-Aubert adopte le nom de Bassin. Constitution de la municipalité de Fatima par détachement de celle de L'Étang-du-Nord. Tragédie mortelle: incendie d'une résidence privée de Bassin (L'Île-du-Havre-Aubert) ; bilan : 5 morts, Edmond Cyr, son épouse et 3 de ses 4 enfants.
(1 janvier) Constitution de la municipalité de Fatima par détachement de celle de L'Étang-du-Nord.
1960
Ouverture de l'aéroport de Havre-aux-Maisons. Érection canonique de la paroisse Saint-André de Cap-aux-Meules.
1961
Démolition de l'église de Havre-Aubert (1875) et construction de l'église actuelle.
1962
Acquisition des actifs de la Coopérative d'électricité des Îles par Hydro-Québec.
1964
La municipalité de Havre-Aubert-Est adopte le nom de Havre-Aubert.
(2 décembre) Tragédie mortelle ; accident maritime ; naufrage du Marie-Carole ; bilan : 5 morts, Alphonse Doyle, Rosaire Lapierre, Pierre Poirier, Edmond Richard et Redger Cyr.
1965 Constitution de la municipalité de L'Île-d'Entrée par détachement de celle de Havre-Aubert.
1966 Construction de l'église Saint-André à Cap-aux-Meules.
1967
Construction de l'église de Fatima.
1969
Le bureau de poste Solomon devient le bureau de poste de Bassin.
Construction de l'église actuelle de Havre-aux-Maisons.
1970
(Septembre) Accident maritime ; naufrage du Irving Whale propriété de la Irving Oil Company, à une cinquantaine de kilomètres à l'est des îles ; le bateau contient 4 200 tonnes de mazout dont 1 100 s'échappent du navire, ainsi que 6 800 litres de BPC dont une quantité indéterminée s'échappent du navire coulé par 60 m de fonds ; ce naufrage crée une véritable marée noire s'étendant sur plus de 400 km2 dont environ 125 tonnes couvrent les rives des îles de la Madeleine sur 35 km.
1971
(18 décembre) Regroupement des municipalités de Havre-Aubert et Bassin sous le nom de L'Île-du-Havre-Aubert.
1972
Annonce de la découverte d'un important gisement de sel par la Société québécoise d'exploration minière.
1973
Incendie de l'église de Havre-aux-Maisons (1898).
1975
Inauguration du service régulier de Québecair entre les îles et Québec.
(11 décembre) Tragédie mortelle ; accident aérien ; écrasement d'un avion sur la piste de Havre-aux-Maisons ; bilan : 6 morts.
1977 Construction d'une éolienne à Havre-aux-Maisons.
1982
Mise en exploitation des mines de sel de Grosse-Île par la Compagnie Mines Seleine dont le principal actionnaire est la Société québécoise d'exploration minière (SOQUEM), propriété du gouvernement du Québec.
1983
Fondation du Centre d'études collégiales des Îles-de-la-Madeleine. Mise en exploitation des mines de sel par la compagnie des Mines Seleine à Grosse-Île.
1984
Le Gouvernement du Québec achète l'île Brion pour fins de conservation et la confie au Council for Anglophone Magdalen Islanders qui la gèrent pour le ministère de l'Environnement du Québec.
1985

  • Tragédie mortelle ; incendie d'une résidence de Havre-aux-Maisons ; bilan : 4 morts, des adolescents de la famille de Louis Richard.

1987

  • Tragédie mortelle ; accident maritime ; naufrage du Sandy Hook ; bilan : 5 morts, tous originaires de L'Île-d'Entrée.

1988
La Compagnie Mines Selem passe aux mains de la Société canadienne de sel (Canadian Salt , fondée à l'instigation de William Van Horn en 1893 pour exploiter des mines de sel à Windsor, Ontario).
1990
La population de L'Île-d'Entrée est de 196 habitants, celle de L'Île-du-Havre-Aubert, 2 792, celle de L'Étang-du-Nord, 3 062, celle de Grande-Entrée, 787, celle de Havre-aux-Maisons, 2 348, celle de Fatima, 3 216, celle de Grosse-Île, 560, celle de Cap-aux-Meules, 1 571.
(17 décembre) Tragédie mortelle ; accident maritime ; naufrage du chalutier Nadine de la compagnie Madelipêche au large de l'archipel ; bilan : 8 morts.
1995 Fermeture de la mine de sel à cause de la découverte d'infiltrations d'eau.
2000
La population de L'Île-du-Havre-Aubert, 2 375, celle de L'Étang-du-Nord, 3 047, celle de Grande-Entrée, 646, celle de Havre-aux-Maisons, 2 148, celle de L'Île-d'Entrée, 182, celle de Fatima, 2 786, celle de Grosse-Île, 556, celle de Cap-aux-Meules, 1 594.
(14 juin) Regroupement des municipalités de L'Île-d'Entrée et de l'Île-du-Havre-Aubert sous le nom de cette dernière.
2001 (1 avril) Incendie de l'usine de la compagnie Les Fruits de Mer Madeleine ; bilan : dommages de plus d'un million de dollars et chômage de 90 travailleurs. (26 septembre) Regroupement des municipalités de L'Île-du-Havre-Aubert, L'Étang-du-Nord, Grande-Entréa, Havre-aux-Maisons, Fatima, Grosse-Île et Cap-aux-Meules sous le nom de Les Îles-de-la-Madeleine. La nouvelle municipalité assume dès lors les pouvoirs et responsabilités de l'ancienne municipalité régionale de comté de Les Îles-de-la-Madeleine.
2004
(20 mai) Les contribuables des anciennes municipalités de Cap-aux-Meules (16,6 %) et de Grosse-Île (35 %) signent les registres demandant la tenue d'un référendum visant à démembrer la municipalité des Îles-de-la-Madeleine et à devenir deux entités municipales distinctes.
(20 juin) Le vote pour la séparation devant atteindre 50 % + 1 des électeurs ayant voté et représenter au moins 35 % des électeurs inscrits, Cap-aux-Meules (39,81 % des électeurs inscrits) et Grosse-Île (60,09 % des électeurs inscrits) obtiennent leur séparation de la municipalité des Îles-de-la-Madeleine.
2005
La population des Îles-de-la-Madeleine est de 12 564 habitants.
2006
(1 janvier) La municipalité de Grosse-Île retrouve son statut de municipalité indépendante.
2007
(19 janvier) Incendie de l'usine traitement du poisson de Madelipêche à Cap-aux-Meules.
(15 février) Incendie de l'usine de traitement du poisson de Madelimer sur l'île de la Grande-Entrée ; près de 300 travailleurs son mis au chômage.
2008
Le ministère des Ressources naturelles et de la Faune émet à la compagnie Gastem un permis d'exploration pétrolière et gazière sur l'île.
(29 mars, vers 1 h 15) Le gouvernail du bateau L'Acadien II ayant été rendu hors d'usage par les glaces, le capitaine Bruno Bourque demande l'aide du Sir William Alexander, un brise-glace de la Garde côtière canadienne, qui le prend en touage pour le sortir de la position fâcheuse dans laquelle il se trouve à environ 70 km au nord de l'île du Cap-Breton ; lorsque l'Acadien II entre en contact avec une masse de glace, sa direction change, puis, n'étant plus en parallèle avec le vaisseau toueur, il chavire entraînant 4 membres de son équipage dans la mort (Bruno Bourque, Gilles Leblanc, Carl Aucoin, Marc-André Deraspe) ; la veille, L'Acadien II avait quitté le quai de Cap-aux-Meules pour la chasse aux phoques.
2010 La population des Îles-de-la-Madeleine est de 12 654 habitants.
(20 août) Mise en vigueur partielle de l'embargo décidé par le Parlement européen contre les produits du phoque ; les produits du phoques qui sont chassés traditionnellement par des communautés inuites et indigènes sont temporairement exemptés de cet embargo en attendant que la Cour européenne se prononce sur la demande d'injonction contre l'embargo présentée par les Inuits de Tapiriit Kanatami et 15 autres plaignants de la Norvège, du Groënland et du Canada.
(25 octobre) Le juge Marc Jaeger de la Cour de justice européenne refuse d'émettre une injonction temporaire contre la mise en vigueur la décision du Parlement européen ; cette décision entre donc en vigueur pour tous les produits du phoque sans exception jusqu'à ce que la Cour de justice européenne se soit prononcée sur sa légalité.
2011
(11 février) Le Canada dépose une plainte formelle auprès de l'Organisation mondiale du commerce afin de contester la légalité de l'embargo décrété par l'Union européenne en 2009.
(5 décembre) Le ministre du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs, Pierre Arcand, annonce qu'il s'est entendu avec son homologue fédéral sur les modalités d'une étude visant à créer d'ici à 2013 une aire marine protégée (5 000 km2) en périférie des îles.
2012
(11 au 12 février 2012) Plus de 150 poteaux d'électricité cassent sous le poids du verglas et l'intensité des vents qui balayent les îles ; plus de la moitié des 7 500 abonnés d'Hydro-Québec sont privés d'électricité. Il n'y a pas de réserve suffisante de poteaux sur l'île ; les victimes doivent donc attendre que le bateau arrive avec une cargaison de poteaux avant d'espérer retrouver la chaleur. Hydro-Québec tente d'importer des génératrices du continent afin d'alimenter des centres d'hébergement ou les sinistrés pourront être regroupés ; les températures enregistrées dans la région vont de -11 à - 30 degrés centigrade.

2013
La population des îles est de 14 232 résidents

Celle de l'île d'Entrée 178 résidents
Celle de l'île du Havre-Aubert 2 103
Celle de l'Étang-du-Nord2 944
Celle de Fatima2 686
Celle de Cap-aux-Meules1659
Celle de Havre-aux-Maisons2 057
Celle de Grosse-Île 543
Celle de Grande Entrée 660




(27 septembre) Livraison des premières huitres cultivées aux Québec (Îles-de-la-Madeleine) appelées Trésors du large.

  • Accueil -


Restaurant La Moulière (ancien réfectoire du Vieux-Couvent.
Bar Le Central (D-225, chemin Principal, Cap-aux-Meules
Hôtel Bellevue
Château Madelinot
La Brûlerie (croques au homard) ; 97-1 chemin Principal, Cap-aux-Meules
Le Moussonneur (lemoussonneur.com)
Domaine du Vieux-Couvent (style hôtel-boutique.
Yourtes de la butte du Vent (vertmer.com)

  • Centres d'intérêt -


Aquarium des Îles ; 982, route 199, sur l'île du Havre-Aubert ; conserve plusieurs espèce de poissons, de crustacés et de mollusques qui vivent dans la région.
Big Hill (grosse colline) ; sur l'île d'Entrée ; le plus haut sommet des Îles (174 m) ; l'île d'Entrée est peuplée exclusivement d'Anglophones d'origine écossaise.
Centre d'interprétation du phoque ; 377, route 199, sur l'île de la Grande-Entrée.
Centre d'interprétation de la mariculture ; à l'Étang-du-Nord.
Centre d'interprétation des grottes et des rivages ; excursions en zodiac axées sur la géologie des îles ; à l'Étang-du-Nord.
Centre d'interprétation Les portes de l'Est ; mine de sel.
Économusée du poisson fumé ; 27, chemin du Quai, à Havre-aux-Maisons ; le Fumoir d'Antan ; processus de transformation du hareng, du maquereau et du saumon.
Économusée du sable chez Les Artisans du sable ; 907, route 199, sur l'île du Havre-Aubert.
Église All Saints Memorial (1948-1950) ; sur l'Île-d'Entrée ; plans des entrepreneurs James Chenell et John Clarke.
Église Sacré-Coeur de Grande-Entrée (1886) ; 8, chemin de l'Église ; construite en partie avec le chargement de bois qu'une goélette avait dû larguer à cause du mauvais temps.
Église Holy Trinity (anglicans, 1925) ; 535, chemin Principal à Grosse-Île ; vieil orgue et vitrail représentant une scène de la vie de pêcheur.
Église et presbytère Saint-François-Xavier de Bassin ; 574 et 588, chemin du Bassin.
Église Notre-Dame-du-Rosaire de Fatima.
Église Saint-Pierre de La Vernière (1876) ; à L'Étang-du-Nord ; construite avec du bois de naufrage ; l'une des plus imposantes églises en bois encore debout en Amérique du Nord en 2006.
Excursions en bateau ; à partir de Havre-aux-Maisons ou de Cap-aux-Meules.
Excursions de pêche au requin. La Bouillée de bois (Cap-aux-Meules).
La Grave ; sur la pointe est de l'île du Havre-Aubert ; sert, comme autrefois, de lieu de rencontres et d'échanges (Grave est un mot du vieux français signifiant «grève», c'est-à-dire, rivages caillouteux et sablonneux) ; classée site historique en 1982.
Marina ; à Cap-aux-Meules.
Musée de la mer ; 1023, route 199, sur le cap Gridley de la pointe Shea à Havre-Aubert ; illustre l'évolution de la pêche, du transport et de la navigation dans le golfe du Saint-Laurent.
Musée Old Harry School ; reproduit une école anglaise d'autrefois ; Harry Clark fut pendant longtemps, le seul habitant de ll'île de la Grande-Entrée.
Parc des Bois brûlés (Havre-Aubert).
Parc des Buck (Cap-aux-Meules).
Réserve écologique de l'Île-Brion ; forêt de conifères rabougris, plus de 140 espèces d'oiseaux ; déserte depuis le début des années 1970, elle a été achetée par le Gouvernement du Québec en 1984 pour fins de conservation.
Refuge du Rocher aux Oiseaux ; à 32 km au nord-est de Grosse-Île ; conserve plusieurs colonies d'oiseaux marins tels les fous de bassan, petits pingouins, marmettes de Brunnich, Guillemot-marmettes, mouettes tridactyles etc.
Réserve nationale de faune de la Pointe-de-l'Est ; route 199 ; plage de la Grande-Échouerie ; conserve le pluvier siffleur, le canard pilet, le martin-pêcheur d'Amérique, le macareux moine, le grèbe esclavon et l'alouette cornue.
Sentier le Barachois (Cap-aux-Meules).
Verrerie La Méduse ; 37 chemin de la Carrière ; processus du soufflage du verre.

  • Sports -


Équitation (Fatima).

  • Économie -


Chasse aux phoques.
Mines de sel de la compagnie des Mines Seleine (1,2 million de tonnes métriques de sel annuellement extraites à une profondeur de 223 m ; les galeries s'étendent sur un diamètre de 1 km sous la dune et sous la mer). Port de pêche hauturière et côtière (Cap-aux-Meules) ; seul port en eau profonde de l'archipel.
Tourisme.
Transformation du poisson Madelipêche.

  • Services -


Aéroport fédéral des Îles-de-la-Madeleine (Havre-aux-Maisons).
Aéroport provincial sur l'île d'Entrée.
Caisse populaire de Fatima.
Caisse populaire de Havre-aux-Maisons.
Caisse populaire de Grande-Entrée.
Centrale thermique diesel de 70 MW mise en service en 1991 ; la plus grande centrale thermique à moteurs diesel du Québec (L'Étang-du-Nord).
Centre d'études collégiales des Îles-de-la-Madeleine (campus du cégep de la Gaspésie et des Îles à L'Étang-du-Nord).
Centre hospitalier de l'Archipel (84 lits ; Cap-aux-Meules).
Comptoir de la Caisse populaire (Cap-aux-Meules).
Port d'entrée des principaux liens maritimes avec le continent ; traversier Cap-aux-Meules-Souris, Île-du-Prince-Edward ; navette Cap-aux-Meules-Montréal (avril à février) et Cap-aux-Meules-Matane (février et mars).
Succursale de la Banque Nationale.
Traversier L'Île-d'Entrée-Cap-aux-Meules.
Tourismeilesdelamadeleine.com


  • Toponymie -


Araynes, mot issu du latin arena signifiant «sable», est le nom que Jacques Cartier donna à ces îles à cause des dunes de sable qui les prolongent dans la mer.
Aubert rappellerait, selon certains, le souvenir de l'un des compagnons de Jacques Cartier, le découvreur du Canada en 1534 ; selon d'autres, Aubert rappellerait le souvenir de François Aubert de La Chesnaye (1669-1725), l'un des colonisateurs de la Nouvelle-France ; selon d'autres Havre-Aubert serait une trahnsformation graphique de Havre-au-Ber.
Aurigny est le nom français de l'île britannique d'Alderney.
Brion est le nom qui a été donné à l'île par Jacques Cartier en 1534 en l'honneur de l'amiral Philippe de Chabot, seigneur de Brion, qui l'avait autorisé à armer des navires, à découvrir et à conquérir la Neuve-France, ainsi que trouver par le Nord, le passage de Cathay (la route de la Chine).
Grindstone est le nom donné par les Anglais à l'île de Cap-aux-Meules en raison de sa formation de pierres meulières ; certains croient que le nom de l'île serait inspiré des meules de foin qu'on y entassait lors de la fenaison.
Havre-aux-Maisons était originellement connue sous le nom de Allright, puis de Saunders, en l'honneur de Charles Saunders (vers 1715-1775), amiral anglais qui accompagnait le général Wolfe lors de la conquête de Québec en 1759.
Madeleine rappelle le souvenir de Madeleine Fontaine, épouse de François Doublet, deuxième seigneur des Îles-de-la-Madeleine.
Solomon rappelle le nom du médecin qui pratiquait sa profession à Bassin au début du XXième siècle.

  • Repères géographiques -


Sur les îles de l'archipel de la Madeleine dans le golfe du Saint-Laurent.
À environ 250 km au sud-est de Gaspé, à environ 725 km à l'est-nord-est de Québec et, à environ 950 km au nord-est de Montréal.
Région touristique des Îles-de-la-Madeleine.

  • Accès : par air (Air-Canada, départs de Montréal, Québec, Mont-Joli ou Gaspé), par bateau (en croisière à bord du CTMA Vacancier : départs hebdomadaires le vendredi de Montréal avec arrêts à Tadoussac et Matane ; départs hebdomadaires de Cap-aux-Meules le mardi soir ; départs de Souris, Île-du-Prince-Edward).

Carte 1.

Carte 1 sur Google Maps

  • Bibliographie -


Histoire populaire des îles de la Madeleine (Jean-Claude de l'Orme et Avila Leblanc, Les éditions Univers, Montréal, 1980).
Îles de la Madeleine - 1793-1993 - Deux siècles d'histoire (Les Éditions Vignaud, L'Étang-du-Nord, Îles de la Madeleine, 1993).
Carnets des Îles-de-la-Madeleine (textes et aquarelles de Gilles Matte, Éditions des Heures bleues, 2003).
Histoire des Îles de la Madeleine (Jean-Charles Fortin et Paul Larocque).
Contes, légendes et récits des Îles-de-la-Madeleine (Sylvain Rivière, Éditions Trois-Pistoles, 2010).
Gleanings on the Magdalen Islands (Byron Clark, un descendant d'un voyageur clandestin irlandais qui croyait qu'il était en direction de Sydney Australie alors que le bateau se dirigeait plutôt vers Sydney Nouvelle-Écosse).

  • Filmographie - Liste partielle


Phoques - Le Film (réalisation de Raoul Jomphe, 2006)

Outils personels
Publicité
(Annonces   .)