Abénaquis ou Abenakis (confédération autochtone amérindienne)

Un article de la Mémoire du Québec (2019).

  • Abénaquis est un dérivé d'Abanki ou wôbanaki, noms donnés par les Algonquins au pays des aborigènes de la Nouvelle-Angleterre et de l'Acadie ; issu des mots waban signifiant «lumière blanche» et Ki signifiant «terre», il signifie «terre du levant» ou «terre de l'aurore» ou «pays qui est à l'est» et, par extension, «Peuple de l'aurore».

ils vivaient en presque nomades sur le territoire s'étendant du fleuve Saint-Laurent à l'océan Atlantique.

Les réserves abénaquises du Québec sont Odanak et Wôlinak.

Dans La Mémoire du Québec, le terme Abénaquis ne recouvre généralement que les Socoquis ou Sokokis qui vivent dans les environs de la rivière Bécancour (Wôlinak)) et de la rivière Saint-François (Odanak).

Confédération de tribus qui, avant l'arrivée des Européens, résidaient dans l'actuelle région du Maine, États-Unis, et du Nouveau-Brunswick, Canada.

La confédération appelée «Waban Aki», comprenait les Canibas, Malécites, Mik'macs, Mohicans, Pentagouets (Penobscots), Pesmocody et Socoquis, Soquoquis ou Sokokis (sur les rivières Bécancour et Saint-François.

On dit que ce sont les Abénaquis qui ont enseigné aux Français l'art de fabriquer le sirop d'érable.

1616 Les maladies européennes déciment la population abénaquise qui est réduite à 3 000 âmes.
1660 Fondation de la mission Saint-François-de-Sales par les jésuites non loin des premières chutes de la rivière Chaudière.
1660-1640 Alliés des Français contre les Anglais et les Iroquois et la colonisation britannique en Nouvelle Angleterre, ils sont invités à s'établir sur le territoire de la mission Saint-François-de-Sales.
1670-1717 La Couronne britannique signe 11 traités de paix avec les Abénaquis.
Vers 1676 Les Abénaquis immigrent au Québec à la suite des guerres que leur livraient les Anglais sur la côte Atlantique ; ils s'établissent sur les rives de la rivière Saint-François et fondent la bourgade d'Odanak.
1680 Les Abénaquis sont établis à Odanak sur les rives de la rivière Saint-François et à Wôlinak sur les rives de la rivière Bécancour.
Vers 1700 Le village de la mission Saint-François-de-Sales est saccagé par les Anglais et plusieurs résidants sont massacrés.
1705-1706 La mission Saint-François-de-Sales est transportée près de l'embouchure de la rivière Saint-François dans le lac Saint-Pierre.
1711 La population du village abénaquis est de 1 300 habitants dont 300 guerriers.
1758 (8 juillet 1758) 300 Abénaquie participent à la bataille de Fort-Carillon avec les troupes fraçaises dirigées par Montcalm
1759 Le village est incendié et plusieurs de ses habitants sont tués par des Rangers conduits par Robert Rogers.
1763 Le village reconstruit, la population s'accroît, du début de la révolution américaine jusqu'en 1800, par l'arrivée de plusieurs amérindiens venus du cours supérieur de la rivière Connecticut et du lieu-dit Missisquoi au bord du lac Champlain.
1800-1890 Les habitants du village étaient connus comme les Abénaquis ou Socoquis de Saint-François.
1986 Les Abénaquis forment le Grand conseil de la nation Waban-Aki. Leur village est aujourd'hui connu sous le nom de Odanak.

Population abénaquise au Québec

Résidants : Sur réserveHors réserveTotal
19933721 3761 748
19973861 4251 811
20043761 6982074






Source -

Dictionnaire biographique du Canada 1000 à 1700 (Les Presses de l'Université Laval, 1966)
L'Estrie (Jean Mercier Ptre, 1964)
Dictionnaire français-abénakis (père jésuite Pierre Aubery ou Aubry, 1712)

Outils personels
Publicité
(Annonces   .)