Adam (Guy-Louis «Chop»)

Un article de la Mémoire du Québec (2012).

  • Le 24 mars 1985, Laurent «L'Anglais» Viau, Guy-Louis «Chop» Adam, Jean-Guy «Brutus» Geoffrion, Michel «Willie» Mayrand et Jean-Pierre «Matt le Crosseur» Mathieu, tous membres du chapitre North (Laval) des Hells-Angels, sont assassinés dans le repaire de Lennoxville par des membres du chapitre de Montréal ; leurs corps enveloppés dans des sacs de couchage lestés de blocs de ciment et de poids d'haltérophilie sont jetés dans le Saint-Laurent en face du quai de Saint-Ignace-de-Loyola ; c'est Lessard qui les avait convoqués à Lennoxville. Le 1 juin 1985, un des corps jetés en face du quai de Saint-Ignace-de-Loyola le 24 mars dernier remonte à la surface; la police trouve les 5 autres corps toujours au fond du Saint-Laurent. Trente-sept Hells-Angels seront arrêtés pour ces meurtres et 21 d'entre eux écoperont de peines variant de 2 à 25 ans de prison à la suite de procès qui dureront 18 mois ; Gilles «Le Nez» Lachance, un membre du chapitre North est épargné de la tuerie, mais devient délateur et contribue à la condamnation des coupables ; le 3 décembre 1986, Réjean «Zig Zag» Lessard, le chef du chapitre de Montréal du gang des Hells-Angels qui a ordonné l'assassinat, Luc «Sam» Michaud, Jacques «La Pelle» Pelletier et Robert «Tiny» Richard sont reconnus coupables des 5 meurtres de Lennoxville, puis condamnés à la prison à perpétuité, sans possibilité de libération conditionnelle avant d'avoir purgé 25 ans de leur peine derrière les barreaux ; Charles «Cash» Filteau est condamné à 3 ans de prison relativement à cette affaire.

Le 21 novembre 2001, Luc Michaud demande d'être éligible à la libération conditionnelle avant la fin de la période de 25 ans ; le 28 novembre suivant, un jury lui accorde la permission de demander une libération conditionnelle lorsqu'il aura purgé 20 ans de sa peine derrière les barreaux.
Le 3 février 2006, Réjean «Zig Zag» Lessard ayant abandonné les Hells-Angels dès 1989 et s'étant converti au boudhisme, obtient la possibilité de sorties de jour sous escorte ; le 24 octobre 2008, il obtient d'être muté dans une maison de transition, puis, le 30 août 2010, il obtient une libération conditionnelle totale.
En 1995, après 10 ans passés derrière les barreaux, Jacques «La Pelle» Pelletier prend sa retraite des Hells Angels et devient père de 2 enfants qui sont âgés de 10 et 14 ans en 2008 lorsqu'il obtient une semi-liberté et devient peintre en bâtiment ; en 2010, la Commission nationale des libérations conditionnelles lui refuse une libération conditionnelle totale parce qu'il a été vu par la police devant un dépanneur de Sainte-Sophie parlant à un homme qui a des liens avex les Hells Angels. Voir également Guerres des gangs.


Outils personels
Publicité
(Annonces   .)