Alain, Alan, Allan (étymologie)

Un article de la Mémoire du Québec (2012).

  • Forme bretonne de Alain, lui-même étant la forme francisée du latin Alanus ; nom d'une peuplade barbare venue de Sarmatie ou Scythie (Russie et Pologne) qui pénétra l'Europe jusqu'en Espagne.

Alan, allan ou alain, un terme de vanerie, désignait un chien courant, une espèce de dogue pour la chasse au sanglier.
Selon le Dictionnaire universel de Antoine Furetière (1688-1689), il y avait trois sortes d'alan : l'alan gentil, celuy qui est de la taille du levrier : l'alan vautre qui tire sur la mastin, qui est bon à chasser aux ours et aux sangliers : et alan de boucherie qui sert à garder les maisons, et à conduire des boeufs.
Alain est le nom de plusieurs saints de l'Église catholique,
Alin, Alain, Allain est le patronyme de l'un des deux à trois mille mercenaires allemands recrutés par la Couronne britannique pour l'aider à mâter la Révolution américaine, et demeurés au Canada après le Traité de Versailles (1783).
Ce patronyme est particulièrement présent dans le nord-est (Bretagne) de la France.

Crédits -

Dictionnaire étymologique des noms de famille et prénoms de France (Albert Dauzat, Larousse Sélection, Librairie Larousse, 1969)
Les noms de famille en France - Histoires et anecdotes (sous la direction de Marie-Odile Mergnac. (Archives et culture, Paris, 2000)
Votre nom et son histoire. Les noms de famille au Québec (Roland Jacob, Les Éditions de l'Homme, 2006)

Outils personels
Publicité
(Annonces   .)