Allemands du Québec (ethnie)

Un article de la Mémoire du Québec (2012).

  • Entre 1621 et 1749, des dizaines d'Européens germanophones (Allemands, Flamands, Hollandais, Autrichiens, Suisses alémaniques, Alsaciens et Lorrains) viennent en Nouvelle-France.


Lors de la déportation des Acadiens en 1755, plusieurs soldats allemands, qui faisaient partie des troupes françaises postées à Louisbourg et qui s'étaient mariés avec des Acadiennes, les suivirent dans la région de Saint-Gervais-de-Bellechasse au Québec.

Quelques noms germaniques qui auraient été francisés

Nom germaniqueNom francisé
AmaringerMarenger, Maringer
BaldauBadaud
BernhardBernard
BeschardBéchard
BessererBesré
BeyerPayeur
DahlerDallaire
Daime ou DeigneDaigle
ForrestForest
FroebeFrève
GerhardGuérard
GöbellKable, Kaeble, Keable
HaemelHamel
HartoungHarton
HeybertsHébert
JacobsJacques
JostJust
LamarLamarre
LeonhardLéonard
LessartLessard
LoederLoedel
MaherMaheux
MüllerMilaire
NumbergerBerger
PagePagé
Pauzer ou PfotzerPauzé ou Pausé
PicketPiquette
RaimondRaymond
RusselRoussel
SchenailleChenaille
SchumpffJomphe
ThisserTissaire
WolfLeloup





Les Allemands et la protection du Canada contre les Américains

Entre 7 000 et 10 000 mercenaires allemands vinrent au Québec durant la Guerre d'Indépendance des États-Unis à la demande du roi d'Angleterre faite à ses cousins et amis des duchés et principautés de l'Allemagne d'aujourd'hui ; les soldats anglais ne voulaient pas combattre leurs congénères américains.

Ces soldats ont été fournis à l'Angleterre en vertu de traités spécifiques et contre rémunération per capita aux princes allemands signataires. De 1776 à 1783, 29 875 hommes sont partis d'Allemagne pour venir grossir les troupes anglaises en Amérique. 12 543 d'entre eux ne retournèrent pas en Allemagne.

Ceux qui ne sont pas retournés en Allemagne, sont morts en mer, ont été tués dans des batailles, ont été faits prisonniers par les Américains ou ont décidé de s'établir en Amérique. Selon Wilhem Debor, de 1 300 à 1 400 s'établirent au Québec, alors que de 950 à 1 000 s'établirent en Ontario et dans les Maritimes.

Voir Beauchamp (lac)

Régiments de mercenaires allemands recrutés par l'Angleterre pour la défense du Canada contre les États-Unis et décompte des soldats allemands qui sont retournés en Europe et de ceux qui n'y sont pas retournés ; ce qui ne veut pas dire que ceux qui ne sont pas retournés sont nécessairement demeurés au Québec.

Régiment de Brunswick5 723 officiers et soldats
 2 955 ne retournent pas en Allemagne
Régiment de Hesse-Cassel 16 992 officiers et soldats
 6 500 ne retournent pas en Allemagne
Régiment de Hesse-Hanau2 422 officiers et soldats
 1 022 ne retournent pas en Allemagne
Régiment de Waldeck1 225 officiers et soldats
  720 ne retournent pas en Allemagne
Régiment d'Ansback-Bayreuth2 353 officiers et soldats
 1 170 ne retournent pas en Allemagne
Régiment d'Anhalt-Zerbst1 160 officiers et soldats
  176 ne retournent pas en Allemagne




  • Éphémérides -


1779 (janvier) Un détachement de mercenaires allemands dirigé par le brigadier von Ehrenbrook et le capitaine von Zielberg, établit ses quartiers d'hiver à Trois-Rivières. Un détachement de mercenaires allemands dirigé par le capitaine von Plessen, établit ses quartiers d'hiver dans la seigneurie de Champlain (30). Un détachement de mercenaires allemands dirigé par le capitaine von Schlagenteuffel, établit ses quartiers d'hiver dans la seigneurie de Pointe-du-Lac (26). Une expédition des mercenaires allemands sur le lac Saint-Pierre laisse 14 soldats et deux femmes morts gelés et 30 de leurs camarades subissent des engelures diverses parce qu'ils étaient inadéquatement vêtus. Un détachement de mercenaires allemands dirigé par le capitaine Hambach établit ses quartiers d'hiver dans la seigneurie de Vaudreuil. Un détachement de mercenaires allemands dirigé par le capitaine Thomae, établit ses quartiers d'hiver à Maskinongé. Un détachement de mercenaires allemands dirigé par le capitaine Rosenberg, établit ses quartiers d'hiver à Saint-Cuthbert. Un détachement de mercenaires allemands dirigé par le lieutenant-colonel von Barner, établit ses quartiers d'hiver dans la seigneurie de Rivière-du-Loup-en-Haut (21). Un détachement de mercenaires allemands (Prinz Fredrich) établit ses quartiers d'hiver dans la seigneurie de Saint-Hyacinthe (117).
1782 (30 novembre) Signature d'un projet de traité entre les États-Unis et les autorités britanniques du Canada.
1783 (2 août) Les mercenaires allemands commencent à quitter le Canada à bord de 24 navires.


  • Bibliographie -


German Mercenaries in Canada (essai, Jean-Pierre Wilhelmy, Maison des mots, 1986).
Les troupes allemandes et leur établissement au Canada - 1776-1783 (essai, Dominique Ritchot, Longueuil, Éditions historiques et généalogiques Pepin (Institut généalogique Drouin, 2011)
Montréal et ses communautés (essai, Jean-Christophe Laurence et Laura-Julie Perreault, Boréal, 2010).

Outils personels
Publicité
(Annonces   .)