Amyot (Mathieu ; dit Villeneuve)

Un article de la Mémoire du Québec (2012).

  • Interprète et seigneur né vers 1629 dans l'évêché de Soissons (Aisne, Picardie, France).

En 1649, le gouverneur Louis d'Ailleboust de Coulonge et d'Argentenay lui concède une terre à Trois-Rivières.
Père de la lignée Amyot/Miville d'Amérique.
Épouse Marie Miville à Québec en 1650 ; de cette union sont issus Charles Amyot (marié à Rosalie Duquet), Pierre Amyot (marié à Louise Taudière), Anne-Marie Amyot (mariée à Jean Huard), Marguerite Amyot (mariée à Jean Joly), Jean-Baptiste Amyot (marié à Geneviève Guyon), Françoise Amyot (mariée à Charles Gingras), Jean Amyot, Catherine-Ursule Amyot (mariée à Jean Duquet), Daniel-Joseph Amyot (marié à Marie Kapiouapnokoué), Philippe Amyot (marié à Marie Harnois), Étienne Amyot (marié à Jean Campagna) et Marie-Françoise Amyot (mariée à Jean-Baptiste Thibault).
Le 3 novembre 1672, l'intendant Talon lui concède la seigneurie de Bonsecours à la Pointe-aux-Bouleaux (ou aux Trembles?).
Fils de Philippe Amyot et de Anne Convent.
Décès en 1688 à Québec.
En 1729, il avait 491 descendants.

crédits :

Dictionnaire généalogique des familles du Québec (René Jetté, Presses de l'Université de Montréal, 1983)
Naissance d'une population - Les Français établis au Canada au XVIIe siècle (Presse de l'Université de Montréal, 1987)

Outils personels
Publicité
(Annonces   .)