Apôtres de l'amour infini (communauté religieuse, de pères, de frères et de soeurs)

Un article de la Mémoire du Québec (2019).

  • Fondée à Lille (France) en 1935 par François Michel Collin, un ancien prêtre de la Congrégation du Sacré-Coeur ; Jésus-Christ lui serait apparu pour le sacrer évêque, puis pape sous le nom de Clément XV ; se réclame de la religion catholique et se dit inspiré par des messages secrets de la sainte Vierge Marie.


  • Éphémérides -


1962
Michel Collin, un ancien prêtre catholique défroqué avait fondé la secte des apôtres de l'Amour infini et avait adopté le nom de Clément XV.
Clément XV serait apparu au Québec à Jean-Gaston Tremblay, un ancien frère de la charité-F.C.*, et l'aurait sacré évêque ; Tremblay prend alors le nom de père Jean-Grégoire.
1962-1967
Construction du monastère Magnificat sur un terrain de 500 acres à Saint-Jovite.
1967-1968
À la suite de plusieurs plaintes de parents dont les enfants demeuraient au monastère de Saint-Jovite, la Cour du Bien-être social (Tribunal de la jeunesse) ordonne de retirer 70 enfants de la garde de la communauté. Tentative infructueuse de la Sûreté du Québec d'exécuter l'ordre de la Cour, tous les enfants ayant quitté le monastère.
1971
Jésus-Christ serait apparu à Jean-Gaston Tremblay (père Jean-Grégoire) et l'aurait désigné comme successeur de Clément XV ; Tremblay se fait couronner pape par ses fidèles québécois et prend le nom de Grégoire XVII.
Début des années 1970 La communauté acquiert une terre au bord de la rivière Rouge à Brébeuf dans le but d'y établir une imprimerie et une centrale hydroélectrique pour l'alimenter ; cette terre contient une ancienne scierie et quelques bâtiments abandonnés.
1976 Incendie du monastère causé par la foudre.

La Cour ordonne, vainement, à la communauté de rendre trois enfants à leur père.
1977 Arrestation de Jean-Gaston Tremblay pour outrage au tribunal à la suite de son refus d'obtempérer à l'ordre de la Cour de remettre trois enfants à leur père.
1978
Jean-Gaston Tremblay est condamné à 6 mois de prison pour outrage au tribunal.
1979
Condamnation de Jean-Gaston Tremblay à 2 ans de prison pour séquestration.
1980-1981
Jean-Gaston Tremblay ayant épuisé tous ses recours en appel entre en prison pour y purger sa peine.
1992
La ville de Brébeuf offre d'acheter la terre de la communauté située sur les bords de la rivière Rouge pour y réaliser un projet touristique ; la communauté refuse.
1999
(14 avril 1999) Descente de la Sûreté du Québec qui veut appréhender Jean-Gaston Tremblay et Reynald Huot (Père André) pour diverses accusations d'agression sexuelle, et Ruth-Ann Guzal (Soeur Hélène) et Lise Garand (Soeur Lise) pour diverses accusations de voies de fait. Le quotidien La Presse ayant publié la nouvelle dans sa première édition, les quatre personnes recherchées ne sont pas au monastère lorsque 130 policiers y arrivent ; la Direction de la protection de la jeunesse prend sous sa garde 20 enfants dont 7 d'origine canadienne, neuf d'origine américaine, un d'origine belge, deux d'origine équatorienne et un d'origine inconnue résidant du monastère.
Aucun des enfants ne retournera au monastère.
(Quelques jours plus tard) Jean-Gaston Tremblay, Ruth-Ann Guzal et Lise Garand se livrent à la Sûreté du Québec.
2000 (31 août 2000) L'avocat des accusés demande un arrêt des procédures contre ses clients alléguant que le comportement des autorités civiles et policières et des plaignants eux-mêmes rendait impossible la tenue d'un procès équitable.
2001
Un promoteur présente à la municipalité de Brébeuf un projet récréotouristique de relai de péniches sur la rivière Rouge ; ce projet implique l'achat de la terre de la communauté ; cette dernière refuse de vendre.
(13 juin 2001) Le procureur général du Québec ordonne l'arrêt des procédures contre les accusés ; des éléments de preuve auraient été détruits par la police et on ne pourait plus garantir le témoignage de certains plaignants ; la destruction des documents est affaire de routine à la Sûreté du Québec qui ne les conserve obligatoirement que durant 10 ans s'ils ne sont pas requis entre temps comme preuve devant les tribunaux.
2005
La municipalité de Brébeuf obtient un décret du Gouvernement du Québec qui lui donne le droit d'exproprier dans l'intérêt public la terre de la communauté sur la rivière Rouge ; la communauté conteste la validité de ce décret qui ne servirait pas l'intérêt public mais plutôt l'intrêt privé au détriment de leur droit à la liberté et à l'expression de leur religion ; la Cour supérieure du Québec rejette cette contestation ; la communauté s'adresse à la Cour d'appel du Québec.
2008
(25 mars 2008) La Cour d'appel du Québec, maintient la décision de la Cour supérieure qui affirmait la légalité de l'expropriation par la ville de Brébeuf d'une terre de la communauté située sur les bords de la rivière Rouge.
2011
(31 décembre 2011) Décès de Jean-GastonTremblay alias Jean-Grégoire à l'hôpital de Sainte-Agathe.

Outils personels
Publicité
(Annonces   .)