Arcand (Adrien)

Un article de la Mémoire du Québec (2019).

Publicité

(Annonces   .)
  • Homme de lettres (journaliste) né en 1899 à Montréal.

Correcteur d'épreuves, puis journaliste au journal La Patrie ; journaliste aux faits divers et critique musical au journal La Presse (-1929) dont il est congédié après avoir fondé le Syndicat des journalistes de Montréal.
Il fonde Le Goglu, un journal satirique qui frappe les élites de la province ; il y écrit sous le pseudonyme de France Amérique.
Rédacteur en chef du journal L'Illustration Nouvelle, ancêtre du Montréal-Matin.
En 1930, Mgr Georges Gauthier, alors évêque coadjuteur de Montréal, retient ses services pour combattre le projet de loi sur les écoles juives.
Chef fondateur du Parti national social chrétien-PNSC.
Le 20 octobre 1933, tenue de la première assemblée officielle du Parti national social chrétien-PNSC.
En 1938, ce parti est absorbé par le Parti de l'unité nationale du Canada-PUNC dont Arcand est élu chef.
Le 30 mai 1940, pendant la guerre contre l'Allemagne nazie, en application de la Loi des mesures de guerre, le parti d'Arcand, un parti antisémite qui prône la doctrine nazie est interdit et alors, Arcand est arrêté avec plusieurs de ses lieutenants et militants et sera interné à Petawawa, Ontario, jusqu'en 1945.
Après sa libération, il continue jusqu'à sa mort à promouvoir l'antisémitisme.
Décès en 1967.

  • Publications :


Fascisme ou socialisme (

  • Bibliographie -


L'Affaire Tissot - Campagne antisémite en Outaouais (Raymond Ouimet, Écrits des Hautes-Terres, Montpellier, 2006).
Adrien Arcand, führer canadien (Jean-François Nadeau, Lux Éditeur, 2010).
Les Chemises bleues : Adrien Arcand, journaliste antisémite canadien-français (essai, Hugues Théorêt, éditions su Septentrion, 2012)

Outils personels

Publicité

(Annonces   .)