Auclair (André)

Un article de la Mémoire du Québec (2012).

  • Homme de métier (éleveur et sellier). Directeur général de la Fédération des producteurs de races patrimoniales.


Protège trois races d'animaux susceptibles de s'éteindre au Québec :

Le cheval canadien

En juillet 1665, des chevaux arrivent en Nouvelle-France ; 12 de ces chevaux avaient été envoyés par le roi de France Louis XIV qui imposait l'obligation de faire reproduire les bêtes reçues, de les entretenir convenablement et de donner après 3 ans, un rejeton à l'intendant.
En 1671, l'intendant Talon avise le roi qu'il n'est plus nécessaire d'envoyer d'autres chevaux en Nouvelle-France.
En 1763, la population chevaline de Nouvelle-France ètait de 12 000 à 14 000 bêtes.

On l'appelle cheval canadien parce qu'à l'époque de sa venue au Canada les français descendants des premiers colons étaient les seuls Européens à occuper la Nouvelle-France et qu'on les appelait les Canadiens pour les diférencier des Français.

Cette race est pure parce que pendant 100 ans, il n'y a pas eu de croisement avec d'autres races de chevaux en Amérique ; la circulation se faisait par les rivières et les voyageurs n'amenaient pas leurs chevaux.

En 1999, le Gouvernement du Québec reconnaît le cheval canadien comme cheval du patrimoine québécois.

La poule Chantecler ; Voir Châtelain (Père Wilfrid)

La vache canadienne

1608-1610 Arrivée de la vache en Nouvelle-France ; les premières vaches ont été importées de Normandie, puis on amena des vaches de Bretagne et de Gascogne ; on laissa le croisement entre races se faire selon les circonstances et ainsi se développa la race canadienne, canadienne noire ou canadienne française.
En 1895 Fondation de l'Association des éleveurs de bovins canadiens français ; la vache canadienne française est la seule race de vache à avoir été développée sur le continent nord-américain.
Au début des années 1970, le Gouvernement s'inquiète du niveau de consanguinité de la vache canadienne et décide d'introduire la génétique de la vache suisse brune dans la cheptel québécois.
En 1999, le Gouvernement du Québec reconnaît la vache canadienne
En 2013, le Québec compte 300 éleveurs de chevaux canadiens, 40 éleveurs de poules Chantecler et 20 éleveurs de vaches canadiennes.

(Source : magazine L'Actualité 15 septembre 2013, page 37)

Outils personels
Publicité
(Annonces   .)