Batiscan (municipalité)

Un article de la Mémoire du Québec (2018).

  • Superficie - 44,02 km2.
  • Gentilé - Batiscanais, aise.


  • Éphémérides -


1636 Concession d'une seigneurie (1/2 lieue de front sur le fleuve Saint-Laurent, de la rivière Batiscan à la rivière Champlain x 20 lieues de profondeur) par la Compagnie de la Nouvelle-France à Jacques de La Ferté ; outre la rivière Batiscan, la petite rivière Champlain arrose cette seigneurie.
1639 (13 mars) La seigneurie est cédée aux jésuites par l'abbé de La Ferté pour «servir aux Sauvages ou autres peuples qui voudront se faire chrétiens».
1670-1674 Construction d'une église en bois.
1682 Ouverture des registres de la paroisse Saint-François-Xavier (il est possible que des registres aient existé entre 1665 et 1679).
1684 Les familles Rivard dit Lavigne, Lagarde, Trottier et Gilet viennent s'établir dans la seigneurie. (4 novembre) Érection canonique de la paroisse Saint-François-Xavier ; son territoire couvre la seigneurie de Batiscan (31).
1696 Construction du presbytère Saint-François-Xavier.
1773 Saisie de la seigneurie par la Couronne comme tous les biens des jésuites au Canada.
1798 Mise en exploitation des Forges de Batiscan fondées par Thomas Coffin et ses associés, Thomas Dunn, John Craigie, Joseph Frofisher.
1800 Lors du décès du dernier jésuite au Canada, la seigneurie revient à la Couronne.
1816 Construction du presbytère Saint-François-Xavier avec des pierres provenant du démantèlement de celui de 1696.
1845 (8 juin) Constitution de la municipalité de la paroisse Saint-François-Xavier-de-Batiscan.
1847 (1 septembre) Abolition de la municipalité de la paroisse Saint-François-Xavier-de-Batiscan.
1854 (18 décembre) Abolition du régime seigneurial.
1855 (1 juillet) Constitution de la municipalité de la paroisse Saint-François-Xavier-de-Batiscan.
1866 Construction de l'église Saint-François-Xavier.
1874 Incendie de l'église Saint-François-Xavier.
1875 Reconstruction de l'église Saint-François-Xavier.
1908 Découverte de gaz naturel sur la terre de Léopold Lapierre.
1922 Construction d'un pont en acier sur la rivière Batiscan ; jusque-là, on traversait la rivière en bac.
1923 La population de la paroisse est de 1 345 habitants.
1939 (9 juillet) Fondation de la Caisse populaire de Batiscan.
1956-1957 La Bald Mountain Oil Company cruse un puits de 670 m sur la terre de Léopold Lapierre.
1961 Fermeture hermétique du puits de gaz naturel sur la terre de Léopold Lapierre.
1986 La municipalité de Saint-François-Xavier-de-Batiscan abrège son nom en Batiscan.
1990 La population de Batiscan est de 876 habitants.
1996 Mise en exploitation de la Minoterie Les Brumes spécialisée dans la production de farine biologique.
2000 La population de Batiscan est de 869 habitants.
2002 (1 janvier) Jusque-là partie de la municipalité régionale de comté de Francheville, la municipalité passe sous la compétence de la nouvelle municipalité régionale de comté des Chenaux.
2010 La population de Batiscan est de 964 habitants.

  • Attraits :


Église Saint-François-Xavier (1875) ; plans de Zéphirin Perreault ; orgue Casavant (1916).
Manoir-presbytère Saint-François-Xavier (1816) ; 340, rue Principale ; construit avec les matériaux (pierres, granite, mortier, clous, vitres, ferrures, bois, planches et planchers) provenant du démantellement de celui que les seigneurs jésuites avaient érigé en 1696 ; acheté en 1876 par Joseph Deveau qui le cède à son fils en 1878 ; acheté vers 1920 par Albert R. Décary qui s'en sert comme maison d'été ; restauré en 1926 ; devenu propriété de la municipalité, il contient des meubles québécois des XVIIIe et XIXe siècles ; classé monument historique en 1984.
Pêche aux poulamons (petits poissons des chenaux) sur la glace en hiver.

  • Toponymie -


Batiscan, emprunté à la rivière de ce nom, serait, selon certains, un mot innu signifiant «vapeur légère» ou «nuée légère», phénomène que l'on observe fréquemment à l'embouchure de la rivière et désignerait une «rivière sortant des brumes» ; selon d'autres Batiscan signifierait «qui a des joncs à son embouchure» ; selon d'autres, le toponyme viendrait du mot amérindien tabateskan signifiant «corne fendue ou pendante» ; selon d'autres, Batiscan serait la déformation du mot cri patiskam composé pat, «manquer», et askam, «pied», le tout signifiant «faire un faux pas», «son pied le manque», «manquer le pied». Batiscan pourrait être une déformation graphique de «pathiskan» ou «patiscan» signifiant «vapeur», «nuée légère». pourrait aussi signifier «viande sèche pulvérisée», «os broyé» qu'on fait bouillir ensuite pour en retirer la graisse dont on compose le pémikan montagnais.
Batiscan est le nom d'un chef algonquin de la région de Trois-Rivières.
Saint-François-Xavier rappelle le souvenir de saint François-Xavier, l'un des fondateurs de la Société de Jésus dont était membre Jacques de La Ferté, abbé de la Madeleine, premier seigneur de Batiscan.

  • Repères géographiques -


Sur la rive gauche du Saint-Laurent, à l'embouchure de la rivière Batiscan*, au nord-est de Trois-Rivières.
Diocèse de Trois-Rivières.
Division administrative seigneuriale de Trois-Rivières-DASTR.
Municipalité régionale de comté de Francheville.
Région touristique de la Mauricie.

  • Accès : Route 138 x Route 361 via Autoroute de la Rive-Nord (40).

Carte 7.

Carte 7 sur Google Maps


Références -

Dictionnaire historique et géographique des paroisses, missions et municipalités de la province de Québec (Hormisdas Magnan, Imprimerie d'Arthabaska, 1925)

Outils personels
Publicité
(Annonces   .)