Beauceville (municipalité de ville)

Un article de la Mémoire du Québec (2019).

  • Superficie - 167,76 km2.
  • Gentilé - Beaucevillois, oise.


  • Éphémérides -


1736
(23 septembre 1736) Concession de 3 seigneuries par le gouverneur Beauharnois et l'intendant Hocquart ; la plus rapprochée du fleuve Saint-Laurent (3 lieues ou environ 15 km de front x 2 lieues ou environ 10 km de profondeur des deux côtés de la rivière Chaudière) est concédée à Thomas-Jacques Taschereau qui la nomme Sainte-Marie-de-la-Nouvelle-Beauce (111), la suivante (3 lieues ou environ 15 km de front x 2 ou environ 10 km lieues de profondeur des deux côtés de la rivière Chaudière) à Joseph Fleury de La Gorgendière qui la nomme Saint-Joseph-de-Beauce (112) et la suivante (3 lieues ou environ 15 km de front x 2 lieues ou environ 10 km de profondeur des deux côtés de la rivière Chaudière) est concédée à François-Pierre Rigaud de Vaudreuil qui la nomme Saint-François-de-la-Nouvelle-Beauce (113) ; les 3 propriétaires sont chargés de construire un grand chemin roulant de charrette à partir du fleuve Saint-Laurent, le long de la rivière Chaudière.
1737
Fondation de la mission Saint-François-d'Assise.
François-Pierre Rigaud de Vaudreuil échange officieusement les deux tiers de sa seigneurie à son beau-père, Joseph Fleury de La Gorgendière.
1739
(9 septembre 1739) Concession d'un arrière-fief (6 arpents de front sur 2 lieues de profondeur) par François de Rigaud de Vaudreuil à Gabriel Aubin de L'Isle qui le nomme Saint-Gabriel.
1740
Établissement du premier colon, Guillaume Létourneau, près de la rivière Le Bras et du ruisseau Bernard.
(20 septembre 1740) Concession d'un arrière-fief (6 arpents de front sur 1 lieue et 44 arpents de profondeur au nord-ouest de l'arrière-fief Saint-Gabriel) par François de Rigaud de Vaudreuil à Joseph Nochet qui lui donne son nom.
1741
(24 octobre 1741) Concession d'un arrière-fief (6 arpents de front sur 2 lieues de profondeur) par François de Rigaud de Vaudreuil à François Daine qui lui donne son nom.
1742
Arrivée de Charles Armador Doyon dit Charlot, le deuxième colon, venu de Château-Richer.
1747
(5 janvier 1747) François-Pierre Rigaud de Vaudreuil cède officiellement les 2/3 de sa seigneurie en échange de celle qui avait été concédée à son beau-père, Joseph Fleury de La Gorgendière, en septembre 1736 ; ce dernier nomme sa nouvelle seigneurie Saint-Joseph-de-la-Nouvelle-Beauce et François-Pierre Rigaud nomme la sienne Rigaud-de-Vaudreuil.
1762
La seigneurie compte 96 habitants.
1763
Acquisition de la seigneurie par Michel Chartier de Lotbinière qui la nomme Saint-François.
1764
Construction d'une chapelle près du ruisseau Bernard.
(15 mars /764) Marie-Anne Aubin de L'Isle vend sa partie de l'arrière-fief Saint-Gabriel (1/6) à Jean Rodrigue. Marie-Françoise Aubin de L'Isle vend sa partie de l'arrière-fief Saint-Gabriel (1/6) à Jean Rodrigue.
1765
Construction de la première chapelle.
1769
Fermeture de la mission.
1770
Construction d'un moulin à scie sur la rivière du Moulin.
1772
(11 mars 1772) Vente de la seigneurie de Saint-François-de-la-Nouvelle-Beauce (113) par François de Rigaud de Vaudreuil et son épouse, Thérèse Fleury de La Gorgendière à Gaspard-Joseph Chaussegros de Léry fils.
1778
Construction d'un blockhaus à l'embouchure du ruisseau du Fort dans la rivière Chaudière pour surveiller les environs à la suite de l'invasion de 1775-1776 par les Américains.
1782
(31 juillet 1782) Vente de ses part dans l'arrière-fief Saint-Gabriel par Marie-Anne Aubin de L'Isle (qui en a hérité de son frère, François Gabriel et sa soeur, Marie-Gabrielle Aubin de L'Isle) à Joseph-Gaspard Chaussesgros de Léry. Vente de ses parts dans l'arrière-fief Saint-Gabriel par Marie-Françoise Aubin de L'Isle (qui en a hérité de son frère François-Gabriel et sa soeur, Marie-Gabrielle Aubin de L'Isle) à Joseph-Gaspard Chaussegros de Léry.
(1er octobre 1782) Vente de l'arrière-fief Saint-Gabriel par Joseph-Gaspard Chaussegros de Léry à Augustin Plante.
1783
Réouverture de la mission Saint-François-d'Assise et déplacement de la chapelle vers le centre de la seigneurie.
(4 octobre 1793) Ouverture des registres de la paroisse Saint-François.
1784
Construction de la deuxième chapelle Saint-François-d'Assise. La seigneurie compte 379 habitants.
1790
La seigneurie compte 518 habitants.
1803
Construction d'une première église en pierre.
1810
Jusque-là desservie par les curés de Sainte-Marie, la paroisse Saint-François-d'Assise obtient son premier curé résidant.
1831
La seigneurie compte 2 531 habitants.
1832
(21-22 mai 1832) Important débordement de la rivière Chaudière.
1835
(9 octobre 1835) Érection canonique de la paroisse Saint-François-d'Assise ; son territoire couvre une partie de la seigneurie de Vaudreuil.
1844
La seigneurie compte 2 203 habitants.
1845
(8 juin 1845) Constitution de la municipalité de la paroisse de Saint-François-de-la-Beauce.
1846
(Septembre 1846) Découverte d'une pépite d'or par Clothilde Gilbert dans le lit de la rivière de la Touffe de Pin, près de Notre-Dame-des-Pins ; cet événement déclenche une véritable ruée vers l'or et mérite au village de Saint-François-de-Beauce le titre d'Eldorado du Canada. La famille Chaussegros de Léry obtient de l'État le privilège exclusif d'exploiter l'or de sa seigneurie.
1847
(1 septembre 1847) Abolition de la municipalité de la paroisse de Saint-François-de-la-Beauce.
Charles de Léry loue ses droits miniers à la Chaudière Mining Company dirigée par le docteur James Douglass.
1851 La seigneurie compte 2 874 habitants.
(30 octobre 1851) Important débordement de la rivière devient un pavillon du Centre hospitalier régional de la Beauce.
1852
Ouverture d'un bureau de poste sous le nom de Saint-François-de-Beauce.
1855
Constitution de la municipalité de la paroisse de Saint-François-de-la-Beauce.
1857 Inauguration de l'église.
1897 Ouverture du couvent Jésus-Marie par les religieuses de Jésus-Marie.
Établissement d'un juvénat des frères Maristes
1904
Constitution de la municipalité de la ville de Beauceville par détachement de celle de la paroisse de Saint-François-de-la-Beauce.
1908 (1er octobre 1908) Parution du premier numéro du journal L'Éclaireur lancé par J. T. Fortin.
1911
La population de Saint-François-de-la-Beauce est de 1 677 habitants.
1923 Construction de l'École normale Notre-Dame-de-Grâce par les religieuses de Jésus-Marie.
1925 Ouverture de l'École normale,
1928
(26 février) Fondation de la Caisse populaire de Beauceville.
1930
Constitution de la municipalité de Beauceville-Est par détachement de celle de Saint-François-de-la-Beauce.
1932
(2 octobre 1932) Bénédiction et inauguration du pont métallique Fortin
1933
Constitution de la municipalité de Saint-François-Ouest par détachement de celle de Saint-François-de-la-Beauce.
1934
Ouverture d'une manufacture de planchers de bois de Beauceville Flooring par Dominique Poulin. (5 employés).
1935 (25 août 1935) Inauguration de la grande croix lumineuse qui surplombe la vallée cet événement est dû à l'initiative de Majorique Gilbert.
1950
(19 avril 1950) Constitution de la municipalité de Saint-Simon-les-Mines par détachement de celles de Saint-François-de-la-Beauce, de Saint-Benjamin, de Notre-Dame-de-la-Providence et de Saint-Georges-Est.
(13 novembre 1950) Tragédie mortelle ; accident aérien ; M. Achille Goulet et son épouse Olivine Faucher sont tués dans l'écrasement d'un avion sur le mont Obiou (France).
1957
(20-21 décembre 1957) Des embâcles causent le débordement de la Chaudière.
1961
La population de Beauceville est de 1 645 habitants.
1973
Fondation de l'École Jésus-Marie de Beauceville (cette institution est privée et secondaire pour filles et garçons en 2010).
1977
Démolition du collège Saint-Louis-de-Gonzague. Fondation de l'imprimerie Interglobe par Jean et Jacques Grégoire ; vendue à Transcontinental GTC en 1987.
(30 mars 1977) Important débordement de la rivière Chaudière.
1984
L'imprimerie et le journal L'Éclaireur sont achetés par la compagnie Québecor.
1990
La population de Saint-François-de-Beauce est de 1 099 habitants, celle de Beauceville, 4 129, et celle de Saint-François-Ouest, 1 083.
1991
(7 au 15 avril 1991) Important débordement de la rivière Chaudière, le pire à survenir depuis 1957.
1998
(25 février 1998) Regroupement des municipalités de Saint-François-de-Beauce, Saint-François-Ouest et Beauceville sous le nom de cette dernière.
2000
La population de Beauceville est de 6 465 habitants.
2006
(20-21 octobre 2006) Une pluie abondante (70 mm) s'abat sur la région de la Chaudière-Appalache au cours de la nuit, cause le débordement de la rivière Chaudière, de la rivière du Sud, de la rivière Bécancour et de leurs affluents et entraîne l'inondation de nombreuses maisons et bâtiments et l'évacuation de dizaines de résidants d'Armagh, Beauceville, Notre-Dame-des-Pins, Saint-Côme-de-Linière, Sainte-Marie, Saint-Georges, Saint-Joseph, Saint-Pierre-de-Broughton, Scott et Vallée-Jonction.
2007
(8 janvier 2007) Québecor World ferme l'imprimerie L'Éclaireur et met à pied 155 employés.
2010
La population de Beauceville est de 6 180 habitants.
2016
(25 février 2016) Une embâcle provoque la crue des eaux de la Chaudière à Beauceville.
2017
Le 15 mai 2017, vers 9 h 45, Emmanuel Therrien, 41 ans, qui fait face à des agents pose un geste en direction d'une arme à feu qu'il a à la ceinture ; deux coups de feu sont entendus par un voisin ; Therrien mourra plus tard de ses blessures ; les agents avaient été appelés à cette résidence de Beauceville en raison d'une dispute conjugale ; le 16 mai 2017, le Service de police de la ville de Québec est chargé de l'enquête sur cet incident. Il est révélé que l'arme de la victime avait l'a même forme qu'un fusil de policier, mais qu'il n'était qu'un fusil à plomb. Therrien avait des antécédants à son casier judiciaire : harcèlement, vol et introduction par effraction.


  • Attraits :


Église Saint-François-d'Assise (1857-1860) ; selon le plan élaboré par Thomas Baillairgé ; tabernacle du maître-autel (1815) oeuvre de François Baillairgé ; 2 anges (1890), oeuvres de Louis Jobin.
Île Ronde de Beauceville ; située dans la rivière Chaudière au Centre-ville de Beauceville.
Maison d'Élyse.
Parc des Rapides-du-Diable ; route du Président-Kennedy (173) ; sur la rivière Chaudière ; conserve les fondations d'un moulin ayant servi à broyer la pierre pour en extraire l'or au XIXe siècle.

  • Sports -


Golf ; un parcours de 18 trous (Beauceville).
Pistes de motoneige ; 45 km.
Ski de fond ; 75 km.

  • Services -


Cabane à sucre (300 couverts).
Pavillon du Centre hospitalier de la Beauce (257 lits).

  • Toponymie -


Beauce rappelle la Beauce française.
Saint-François rappelle le souvenir du récollet François Charpentier, desservant de la paroisse (1737-1743).
Saint-François rappelle également la seigneurie de ce nom dans laquelle le territoire de la municipalité est situé ; saint François d'Assise est le fondateur de l'ordre des Frères Mineurs (franciscains) dont les récollets sont une branche.
Saint-François pourrait également rappeler le souvenir de François-Pierre Rigaud de Vaudreuil (1703-1779), seigneur de Saint-François-de-la-Nouvelle-Beauce.

  • Repères géographiques -


Sur le versant droit du bassin du Saint-Laurent.
Sur la rivière Chaudière, au nord-ouest de Saint-Georges.
Diocèse de Québec.
Siège social de la municipalité régionale de comté de Robert-Cliche.
Région touristique de la Chaudière-Appalaches.

  • Accès : Route 173 x Route 108.

Carte 6.

Carte 6 sur Google Maps

Références -

Dictionnaire historique et géographique des paroisses, missions et municipalités de la province de Québec (Hormisdas Magnan, Imprimerie d'Arthabaska, 1925)

Outils personels

Publicité

(Annonces   .)