Beauchamp (lac)

Un article de la Mémoire du Québec (2012).

  • Baigne la municipalité de La Ferme, canton de Trécesson.


  • Éphémérides -


1914
(28 juin) L'archiduc d'Autriche François-Ferdinand de Hapsbourg est assassiné par un Serbe à Sarajevo ; par le jeu des alliances, cet événement marque le début de la Première Guerre mondiale.
(4 août) La Grande Bretagne déclare la guerre à l'Allemagne ; comme le Canada est un Dominion de la Grande-Bretagne, il se trouve automatiquement en guerre avec les ennemis de la Grande-Bretagne ; la Loi des mesures de guerre est proclamée et mise en vigueur.
(Octobre) Les autorités canadiennes ordonnent l'enregistrement et la détention de nombreux immigrants non naturalisésd'origine allemande ou austro-hongroise, bulgare ou turque. 24 camps sont ainsi ouverts à travers le Canada dont 4 au Québec
(Novembre) Le camp de Spirit Lake reçoit son premier contingent de prisonniers.
1915
(13 janvier) Ouverture du camp de détention de Spirit Lake (longueur de 2 km) à environ 8 km d'Amos, sur le côté nord du lac Beauchamp (Lac des Esprits); les 109 premiers hommes qui y sont amenés pour y être internés sont des canadiens d'origine austro-hongroise arrêtés en vertu de la Loi des mesures de guerre ; ces citoyens sont déclarés ennemis du Canada en guerre contre l'empire Austro-hongrois ; Spirit Lake deviendra plus tard le hameau de La Ferme.
Entre 1915 et 1917 Sur les bords du Sprit Lake (aujourd'hui lac Beauchamp, un camp de concentration est construit pour y détenir 1 300 immigrants (hommes, femmes et enfants), la plupart venus de l'ouest de la Hongrie, un pays faisant partie de l'Empire austro-hongrois en guerre avec le Canada ; l'évêque Nikyta Budka, la plus haute autorité catholique ukrainienne au Canada, les auraient encouragés à demeurer fidèles à leur pays d'origine ; 18 d'entre eux sont inhumés dans un petit cimetière, au bord du lac ;
1915
(janvier) Ouverture du camp de détention de Spirit Lake à environ 8 km à l'ouest d'Amos ; les 109 premiers hommes qui y sont amenés pour y être internés sont des canadiens d'origine austro-hongroise arrêtés en vertu de la Loi des mesures de guerre ; ces citoyens sont déclarés ennemis du Canada en guerre contre l'empire austro-hongrois (L'Allemagne, l'autriche l'Ukraine et la Hongrie) et l'empire Ottoman (la Turquie) ; le camp de Spirit Lake deviendra plus tard le hameau de La Ferme.
N.B. Au cours de la Première Guerre mondiale, 8 579 immigrants au Canada ont été détenus dans les 24 camps d'internement répartis du pays ; environ 3 000 d'entre eux étaient de réels prisonniers de guerre, les autres étaient des civils immigrés dont le seul reproche qu'on leur faisait était d'être entré au Canada muni d'un passeport émis par un pays faisant partie de l'Empire austro-hongrois ; la plupart avaient été invités à venir s'établir au Canada et s'étaient installés en Alberta et au Manitoba.
1985 Constitution de la Ukranian Civil Liberties Association
2000 (4 août) Une plaque commémorative en bronze a été dévoilée dans la petite église Saint-Viateur qui a été transformée en centre d'interprétation du camp de Spirit Lake ; l'ancienne église Saint-Viateur est construite sur des fondations constituées de pierres empruntées à l'ancien camp de détention. Le cimetière laissé à l'abandon est envahi par la forêt boréale. Seuls vestiges du camp : une grange et le cimetière des Allemands.
2007 Décès de Mary Manko, l'une des deux dernières survivantes du camp d'internement de Spirit Lake.
2008 Décès de Mary Hanchurak, la dernière survivante du camp d'internement de Spirit Lake.


  • Toponymie -


Originellement appelé Spirit Lake.
Beauchamps rappelle le souvenir de l'abbé Joseph-Albert Beauchamp, l'un des premiers prêtres séculiers à oeuvrer dans la région du Témiscamingue.

  • Repères géographiques -


Sur le versant sud du bassin de la baie James
À 8 km à l'ouest d'Amos.
Municipalité régionale de comté d' Abitibi.
Région touristique d' Abitibi-Témiscamingue.
Carte 14.

Carte 14 sur Google Maps

Outils personels
Publicité
(Annonces   .)