Beauharnois (canal)

Un article de la Mémoire du Québec (2012).

  • Coule entre les lacs Saint-François et Saint-Louis.


Données techniques -

  • Dimensions : longueur du canal creusé : 24,5 km ; largeur de 1 000 m ; chenal de navigation sur le côté gauche du canal : profondeur de 10 m sur une largeur de 91 m à 182 m comprenant 2 écluses distantes de 9 km.

Longueur de la centrale hydroélectrique : 864 m comprenant un barrage haut de 11 m.
Dénivellation entre le lac Saint-François et le lac Saint-Louis : 24 m.

Alimente une centrale hydroélectrique construite au fil de l'eau (sans chute ni réservoir).
Puissance installée : 1 645 MW (36 groupes électrogènes).
En 1995, cette centrale est classée au quatrième rang parmi les plus importantes centrales hydroélectriques du Québec.

  • Éphémérides -


1686 Le gouverneur Denonville fait débroussailler la berge des rapides de la petite rivière Saint-Louis.
1780 Construction du premier canal de Soulanges par le corps des ingénieurs de l'armée britannique afin de faciliter l'approvisionnement des troupes du Haut-Canada.
1842 Le colonel Philpotts fait construire le «vieux» canal de Beauharnois (18 km de longueur ; 9 écluses de 61 m de longueur x 13,7 m de largeur x 2,7 m de profondeur.
1843 (24 janvier) Importante grève générale des travailleurs irlandais employés au creusage du canal Lachine et du canal de Beauharnois dont la paye a été coupée du tiers par leurs employeurs. (1 juin) Importante grève générale des travailleurs irlandais et canadiens-français affectés au creusage du canal Lachine et du canal de Beauharnois ; ils réclament le salaire qu'ils avaient avant la décision des employeurs et le droit d'acheter leurs denrées ailleurs que chez les commerçants désignés par les employeurs. (12 juin) Tragédie mortelle ; l'armée intervient à Saint-Timothée pour briser la grève des travailleurs affectés au creusage du canal de Beauharnois ; bilan : 8 morts parmi les grévistes et 8 ou 9 portés disparus après qu'ils se furent engouffrés dans le Saint-Laurent pour échapper aux soldats.
1845 (11 octobre) Ouverture du «vieux» canal de Beauharnois.
1858 Joseph Bartholomew Robert s'établit à la chute de Beauharnois et construit une usine de tissage sur la petite rivière Saint-Louis.
1888 Joseph Bartolomew Robert acquiert le vieux canal d'alimentation entre le lac Saint-François et la rivière Saint-Louis ; ce canal avait été creusé pour contrôler les crues.
1891 Après avoir hésité entre la réfection du canal de Beauharnois et le creusage du canal de Soulanges, le gouvernement du Canada donne à l'ingénieur Thomas Monro, assisté de l'ingénieur John T. Allison, le mandat de tracer les plans et devis du canal de Soulanges (23 km de longueur entre Pointe-des-Cascades et Coteau-Landing et 6 écluses) ; l'emprise du canal sera de 1,2 hectare et les propriétaires qui ne veulent pas vendre seront expropriés ; le coût estimé des travaux est de 4,75 M $ et les travaux devront être terminés le 31 octobre 1894.
1899(9 octobre) Inauguration officielle du deuxième canal de Soulanges ; le coût final des travaux est de 6,046 M $ ; le canal de Beauharnois devient alors désuet.
1902 Fondation de la Beauharnois Light, Heat and Power par Joseph Bartholomew Robert et son fils, William Henry Robert.
1908 À la mort de son père, William Henry Robert s'associe à Lord Beaverbrook ; ils chargent l'ingénieur Robert Oliver Sweezey de détourner les eaux du fleuve.
1925 Robert Oliver Sweezey soumet les plans de ce qui deviendra la plus grande centrale hydroélectrique du monde.
1927 Le gouvernement fédéral de Mackenzie King accorde la permission de détourner les eaux du fleuves à la hauteur de Beauharnois. Le Beauharnois Syndicate, un syndicat financier dirigé par l'ingénieur Robert Oliver Sweezy prend le contrôle de la Beauharnois Light, Heat and Power et incorpore plusieurs compagnies subsidiaires :
Marquette Construction enregistrée au Delaware, pour l'achat sans payer de droits douaniers de machineries lourdes américaines à être louées à Beauharnois, puis à être revendues après usage aux États-Unis ;
la Beauharnois Construction qui creusera le canal et construira la centrale ;
la Beauharnois Transmission qui construira la ligne de transport jusqu'à la frontière de l'Ontario et transportera l'énergie ;
la Beauharnois Land qui sera propriétaire des terres environnantes et qui disposera des terrains qui n'auront pas été utilisés pour le projet ;
la Beauharnois Railway qui construira les voix ferrées de chaque côté du canal et qui desservira les industries qui s'y établiront ;
la Beauharnois Power qui chapeautera toutes les autres compagnies et qui sera contrôlée par Sweezey et ses associés grâce à 5 actions de gérance qui leur donnent le droit de désigner pendant 10 ans les membres du conseil d'administration.
Le Beauharnois Syndicate cède alors l'actif et le passif à Beauharnois Power ; les 5 actions de gérance sont transportées au groupe Newman, Sweezey and Company et à Dominion Securities Corporation agissant en commun ; 2 de ces actions sont ensuite transportées au sénateur W.L. McDougald, les trois autres étant portées aux noms de Arthur F. White, président de Dominion Securities Corporation, et de R. O. Sweezey.
1928 Le gouvernement du Québec signe un bail emphytéotique de 75 ans pour aménager et exploiter «une partie des ressources hydroélectriques du Saint-Laurent» jusqu'en l'an 2003.
1929 Un scandale politique éclate impliquant le premier ministre, William Lyon Mackenzie King, et deux de ses amis ; ils sont accusés d'avoir accepté des cadeaux de la compagnie Beauharnois Power en échange de l'octroi du permis de détourner les eaux du Saint-Laurent pour leur projet hydroélectrique ; les deux grands partis politiques auraient reçu d'importantes gratifications de la compagnie. Entente pour l'achat, par la Montreal Light, Heat and Power Consolidated, de 111 900 kW devant être produits à Beauharnois par la centrale que se propose de construire la Beauharnois Light, Heat and Power. (12 octobre) Début du creusage du canal de Beauharnois et des travaux de construction de la centrale hydroélectrique de Beauharnois.
1930 Accusé d'avoir reçu des pots de vin pour permettre le détournement du fleuve à Beauharnois, le gouvernement de Mackenzie King est défait aux élections générales et remplacé par celui de Robert B. Bennett.
1931 Construction de la ligne de transport de Beauharnois à Montréal et d'une ligne reliant la centrale des Cèdres à celle de Beauharnois. Les administrateurs de la Beauharnois Power Corporation démissionnent à la demande du gouvernement fédéral qui garantit des prêts consentis par les banques pour la poursuite de la construction de la centrale de Beauharnois.
1932 Mise en service des 4 premières turbines de la centrale hydroélectrique.
1933 La Montreal Light, Heat and Power prend le contrôle de la Beauharnois Power Corporation en difficulté. Mise en service de 4 autres turbines.
1940 Mise en service de la 9e turbine.
1941 Mise en service de la 10e et de la 11e turbine; la moitié de l'énergie est vendue à Montréal et l'autre à l'Ontario Hydro.
1944 (14 avril) Création de la Commission hydroélectrique du Québec pour l'expropriation de la Montreal Light, Heat and Power et de ses deux filiales, la Montreal Island Power et la Beauharnois Light, Heat and Power.
1948 La centrale de Beauharnois exploite 14 turbines.
1953 Les litiges concernant le prix d'acquisition de Beauharnois Power et de Montreal Island Power sont réglés pour une somme de 15,6 M $. Mise en service de 12 nouvelles turbines.
1956 Mise en chantier de la troisième phase du chantier de Beauharnois.
1961 Parachèvement de la centrale de Beauharnois. (Avril) Mise en service de la 36e turbine.
1994 Début des travaux de rénovation au coût de 766 M $.

  • Toponymie -


Beauharnois est emprunté à la municipalité de Beauharnois.

  • Repères géographiques -


Sur le versant droit du bassin du Saint-Laurent.
Région touristique de la Montérégie.
Carte 9.

Carte 9 sur Google Maps

Outils personels
Publicité
(Annonces   .)