Bourdage (Maxime)

Un article de la Mémoire du Québec (2020).

  • Le 29 février 2012, impuissante à communiquer au téléphone avec Gary Quenneville, 60 ans, la police se rend à la résidence de celui-ci située à l'étage d'une maison du boulevard Sainte-Adèle à Sainte-Adèle et découvre son cadavre au pied d'un escalier près de la porte de la résidence ; il avait subi un coup asséné avec un objet contondant et avait été étranglé et poignardé quelques jours auparavant ; on saura plus tard que c'était le 26 février 2012. Monsieur Quenneville, avait été conseiller municipal de Sainte-Adèle entre 2001 et 2009. Le 1er mars 2012, David (nom fictif), un jeune homme de 17 ans et demi est arrêté à Longueuil et accusé de meurtre. En octobre 2013, Maxime Bourdage, un autre jeune homme qui avait 17 ans et 45 semaines au moment du meurtre de Quenneville, reconnaît sa culpabilité à l'accusation de complot de meurtre et de complicité après le fait ; la Couronne obtient que Bourdage soit passible d'une peine pour adulte et il est condamné le 28 novembre 2013 à 78 mois de prison. Le plan imaginé par David était d'assommer M. Quenneville, de l'enfermer dans le coffre-fort de la pharmacie, de le forcer à révéler son numéro d'identification personnelle et de se rendre à la banque pour y retirer de l'argent du compte dont ils avaient appris qu'il contenait 160 000 $. Le 29 janvier 2014, le procureur de la Couronne demande que David soit jugé comme un adulte ; ce à quoi le procureur de David s'objecte en vain. En 2014, David reconnaît sa culpabilité à l'accusation de meurtre prémédité ; le 25 avril 2014, le jeune meurtrier, jusque-là appelé David parce qu'il n'avait que 17 ans et demi au moment du meurtre est identifié comme étant Alexandre Dionne et il est condamné à la prison à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle avant d'avoir purgé 10 ans de sa peine derrière les barreaux.

Publicité

(Annonces .)
Outils personels