Brossard (municipalité de ville)

Un article de la Mémoire du Québec (2019).

  • Superficie - 44,77 km2.
  • Gentilé - Brossardois, oise ; Brossardian (anglais).


  • Éphémérides -


1921 Ouverture des registres de la paroisse Notre-Dame-du-Sacré-Coeur.
1923 La population de la paroisse Notre-Dame-du-Sacré-Coeur est de 200 âmes.
1953 Érection canonique de la paroisse Notre-Dame-de-Bon-Secours.
1956 Érection canonique de la paroisse Saint-Alphonse.
1958 Constitution de la municipalité de la ville de Brossard.
1961 La population de Brossard est de 6 365 habitants. Ouverture du pont Champlain. (4 novembre) Fondation de la Caisse populaire de Brossard.
1966 Érection canonique de la paroisse de La Résurrection.
1971 Érection canonique de la paroisse Good Shepherd.
1975
(13 février 1975, vers 23 h 22) Tragédie mortelle ; attentat criminel ; bilan : 4 morts ; Roger «Moineau» Létourneau, membre d'un gang dirigé par Jacques McSween, est abattu à l'Hôtel Lapinière de Brossard par 2 tueurs en cagoules qui font irruption dans l'établissement dans lequel près de 125 personnes prennent place ; les 2 tueurs sont armés de pistolets et d'une mitraillette ; un complice armé bloque la porte pour empêcher quiconque de sortir pendant qu'un autre attend au volant d'une automobile de fuite ; au cours de cet incident, 3 autres personnes dont le garçon de table, Richard Bannon et le gérant de l'hôtel, Pierre Provost, perdent la vie et 5 autres sont blessées dont 3 seulement accompagnaient Létourneau ; les tueurs quittent les lieux au milieu de la cohue engendrée par la fusillade.
1979-1980 Mise en service de la Centrale à turbine à gaz La Citière dans le parc de production de Hydro-Québec à la limite de Brossard et La Prairie.
1990 La population de Brossard est de 57 441 habitants. Fondation de l'Académie Laurier (cette institution était privée préscolaire, primaire et secondaire, pour filles et garçons en 2010).
1992 (21 septembre 1992) Fondation de la Caisse populaire Desjardins-Champlain. (Nuit du 9 au 10 novembre) Tragédie mortelle ; acte criminel ; fusillade dans un appartement de la municipalité ; bilan : 4 morts, Catherine Morin, 20 ans, Nathalie Beauregard, 23 ans, François Leblanc, 31 ans, et Denis Lemieux, 49 ans, et 5 blessés ; un certain Daniel Jolivet est accusé de meurtre et reconnu coupable en 1994, son procès est cependant annulé en 1998 pour vice de forme par la Cour d'appel qui, à cette occasion, ordonne un nouveau procès.
1998 Fondation de l'école privée Kinderville (cette institution était privée préscolaire et primaire, pour filles et garçons en 2010).
2000 La population de Brossard est de 66 110 habitants. (20 décembre) Sanction de la Loi portant réforme de l'organisation territoriale municipale des régions métropolitaines de Montréal, de Québec et de l' Outaouais adoptée par l'Assemblée nationale le même jour ; cette loi ordonne, entre autres, le regroupement des municipalités de Boucherville, Brossard, Greenfield-Park, LeMoyne, Longueuil, Saint-Bruno-de-Montarville, Saint-Hubert et Saint-Lambert sous le nom de Longueuil.
Le territoire de l'ancienne municipalité de Brossard devient l'arrondissement Brossard de Longueuil.
2001 (4 novembre 2001) Élection du conseil de la nouvelle ville. (31 décembre) Les villes fusionnées cessent d'exister.
2002 (1 janvier 2002) Naissance de la nouvelle ville de Longueuil. (22 avril) Tragédie mortelle ; meurtres et suicide ; bilan : 4 morts ; Martin Brossard, 34 ans, étrangle son ex-conjointe, Liliane de Montigny, et leurs filles, Claudia, 4 ans et Béatrice, 1 an, puis se suicide par pendaison dans la maison de ces dernières.
2004 (20 mai 2004) Plus de 10 % des contribuables de l'ancienne municipalité de Brossard signent les registres demandant la tenue d'un référendum visant à démembrer la ville Longueuil et à devenir une entité municipale distincte. (20 juin 2004) Référendum sur le démembrement de la ville de Longueuil ; le vote pour la séparation devant atteindre 50 % + 1 des électeurs ayant voté et représenter au moins 35 % des électeurs inscrits, Brossard (38,70 % des électeurs inscrits) obtient sa séparation de la ville de Longueuil.
2006
(1er janvier 2006) La municipalité de Brossard retrouve son statut de ville indépendante et devient membre du Conseil d'agglomération de Longueuil.
2007
Le 2 mars 2007, vers 5 h 10, l'agent Daniel Tessier, du Service de protection des citoyens de Laval est tué au cours d'une perquisition à la résidence de Basil Parasiris, 41 ans, au 9053 du croissant Rimouski à Brossard ; l'agent Tessier faisait partie d'un groupe de 9 policiers de Laval chargés de procéder à l'arrestation de Parasiris ; un autre policier de Laval, l'agent Stéphane Forbes, et l'épouse de Parasiris, Penny Panagiota Gounis, ont été blessés au cours de la fusillade ; l'agent Tessier, qui avait été promu à l'escouade de moralité et drogues une semaine avant son décès, était le père de 2 filles âgées de 12 et 13 ans et l'époux de la constable Dominique Lapointe du Service de police de Repentigny.
Les policiers ont défoncé la porte de la résidence de Brossard et se sont précipités à l'intérieur en criant «police» ; l'épouse de Parasiris réveilla son mari qui saisit un revolver Ruger .357 magnum et tira 4 fois en direction de l'agent Tessier qui avait surgi à la porte de la chambre des maîtres ; 3 balles atteignent mortellement le policier et la quatrième blesse l'agent Stéphane Forbes qui allait ouvrir la porte de la chambre de la fille de Parasiris agée de 7 ans ; en entendant les coups de feu tirés par Parasiris, les autres policiers se mettent à tirer dans toutes les directions et atteignent l'épouse de Parasiris au bras et une de leurs balles atteint l'agent Tessier au pied.
Simultanément à l'opération de Brossard, un autre groupe de policiers procédait à Laval à l'arrestation de 4 autres personnes faisant partie d'un réseau de trafiquants de cocaïne et de crack opérant à Laval ; en plus de Parasiris arrêté à Brossard après la fusillade et accusé de meurtre prémédité, de tentative de meurtre et d'utilisation d'une arme dans l'intention de blesser et de mettre en danger la vie de l'agent Forbes, la police arrêtait sans coups férir Nikolas Xanthis, 26 ans, accusé de possession de drogues dans le but d'en faire le trafic et de possession d'arme prohibée, Constantine Xanthis, 23 ans, accusé de trafic de drogues, Kosta Katsiouleris, 29 ans, accusé de trafic de drogues, Hari Katsiouleris, 25 ans, accusé de trafic de drogues, Emmanuel Mavroudis, 21 ans, le beau-fils de Parasiris, accusé de trafic de drogues ; Mavroudis reconnaît sa culpabilité à ces accusations le 22 janvier 2008 et les autres accusés plaideront également coupables aux accusations qui pesaient contre eux ; À la fin du procès de Parasiris, le juge Guy Cournoyer décrète que la Couronne n'avait pas présenté de preuve pour soutenir les accusations de tentative de meurtre commise à l'endroit de l'agent Stéphane Forbes et d'avoir déchargé une arme à feu en sa direction et, ainsi, le blessant et mettant sa vie en danger ; le 13 juin 2008, le jury reconnaît la thèse de la légitime défense de l'accusé et prononce l'acquittement de Parasiris ; pendant que le jury délibérait à huis-clos, la presse rend publique une décision que le juge Guy Cournoyer avait prononcée en son absence au cours du procès ; il avait en effet décidé que le mandat de perquisition chez Parasiris avait été émis en violation de la Charte des droits et libertés qui protège les Canadiens contre les perquisitions et arrestations abusives et il blâmait la police de Laval parce qu'elle n'avait pas d'indications qu'elle allait trouver chez Parasisis un important volume de drogues ; Parasiris n'a même pas été accusé de trafic de drogues après la perquisition ; selon le juge, les preuves trouvées l'avait été illégalement et n'étaient pas admissibles ; les policiers n'étaient pas justifiés de surgir chez Parasiris de la manière et à l'heure qu'ils l'ont fait.
L'avocat de Parasiris, Me Jacques Larochelle, avait obtenu que le procès de Parasiris ne porte que sur le meurtre et la tentative de meurtre en échange d'un plaidoyer postérieur de culpabilité par son client aux accusations de possession de 4 armes chargées dans sa maison, dont une seule était enregistrée mais pour une autre adresse que celle de son domicile.
Le 22 octobre 2008, la Commission sur la santé et sécurité des travailleurs conclut que la mort de l'agent Tessier aurait pu être évitée si le Service de police de Laval avait vérifié la possibilité de l'existence d'arme à feu au nom de Parasiris dans la résidence de Brossard ; il n'y avait pas d'arme enregistrée à la résidence puisque Parasiris possédait une arme enregistrée, mais à son adresse antérieure ; l'escouade de moralité, drogue et infiltration du Service de police de Laval était en effet autorisée à procéder à une «entrée dynamique» à la condition qu'il n'y ait pas d'arme dans le lieu de perquisition ; de plus, les agents ne portant pas d'uniforme étaient difficiles à identifier comme des policiers.
En novembre 2008, Parasiris intente une action en dommage de 1 M $ contre le Service de police de Laval accusant la police d'avoir utilisé une force excessive et de 500 000 $ contre des officiers du ministère de la Justice du Québec pour l'avoir accusé de meurtre prémédité.
Le 22 janvier 2009, Parasiris reconnaît sa culpabilité à 8 accusations relatives aux armes à feu (possession de 4 armes chargées cachées à divers endroits dans sa résidence dont une enregistrée à un autre endroit et 3 non enregistrées) ; le 3 février 2009, le juge André Vincent le condamne à 20 mois de prison suivis de 18 mois de probation.
Contre l'action en dommage de Parasiris, la ville de Laval présente une demande reconventionnelle de 1,2 M $ en alléguant que les policiers avaient des motifs raisonnables de croire qu'ils trouveraient de la drogue dans sa résidence de Brossard ; la réclamation de la ville couvre les coûts occasionnés pour le remplacement des policiers qui avaient participé à l'assaut dont l'un avait été blessé, le temps supplémentaire, les funérailles et les psychologues chargés d'aider les autre policiers et la famille du policier tué.

2009 Élections municipales: le maire Marc Pelletier perd son élection ; il poursuit les conseillers municipaux pour une
2010
La population de Brossard est de 76 445 habitants.
2012
(29 juillet, vers 4h) Le cadavre de Paula Pavica, 21 ans, est découvert par sa mère face contre terre au sous-sol de la résidence familliale de la rue Oasis à Brossard ; La jeune fille d'origine Roumaine était rentrée d'une soirée peu après minuit ; Simon Bonneville, 22 ans, de Saint-Hubert, l'ex ami de coeur de Paula, est interrogé par la police relativement à ce décès. (The Gazette, Le Journal de Montréal, 30 juillet 2012) ; après l'interrogatoire, Bonneville est mis en ètat d'arrestation, puis il est accusé de voies de fait et de négligence criminelle ayant causé la mort.
2014
(Février 2014) La société des postes du Canada annonce qu'elle cessera la livraison aux domiciles des résidents à compter du début de 2015 ; le courrier commencera alors à être livré dans des boites communautaires.
2015
(12 novembre 2015, peu avant 11 h 30) Un homme âgé de 41 ans est découvert dans son automobile parquée sur la rue Beaujolais à Brossard ; le corps avait été atteint de balles au haut du corps ; il est décédé plus tard ; ce meurtre pourrait être relié au crime organisé, mais la Sûreté du Québec-SQ ne confirme pas ce lien.
2017
(7 mai 2017, vers 16 h) Un homme âgé dans la vingtaine est atteint par balle au haut du corps dans la cour d'une résidence de l'avenue de Ponsard à Brossard ; la victime décède à l'hôpital.
(27 avril 2017) Des huissiersse présentent à la résidence de monsieur Pelletier pour y effectuer la saisie des biens afin de payer 60 679,81 $ dont la municipalité lui réclame le remboursement.
(30 mai 2017) L'ex maire de Brossard, Jean-Marc Pelletier à qui le juge Pierre Jasmin de la Cour supérieure avait en 2015 accordé 500 000 $ à la suite de l'action en diffamation qu'il avait intentée pour perte pécuniaire et dommages moraux et punitifs contre les conseillers municipaux Serge Séguin, Marc Benoît, Pierre O'Donoughue, Monique Gagné, Claudio Benedetti, Zaki Thomas et Daniel Lucier, est débouté par la Cour d'appel du Québec en mai 2017. Monsieur Pelletier avait décidé de poursuivre à la suite de sa défaite aux élections de 2009 ; il y accusait les membres du conseil d'avoir tenté de nuire à sa réputation en se livrant à une campagne de dénigrement alors qu'il dirigeait la mairie. La Cour d'appel a conclu que le juge Jasmin avait rendu un jugement vicié à la base par une erreur de droit en s'immisçant dans un débat politique.
Le 6 juillet 2018, le Journal de Montréal rapporte que l'ancien maire (2005-2009) de Brossard, Jean-Marc Pelletier qui doit se défendre en cour civile contre une action, a vendu sa maison à son épouse pour la somme de 1 dollar, juste après le début de procédures judiciaires intentées contre lui en 2009 ; la maison valait alors au moins 335 000 $ ; selon les poursuivants, Monsieur Pelletier a voulu ainsi mettre sa maison à l'abri pour le cas où il serait condamné à payer.

  • Attraits :


Maison Deschamps (vers 1811) ; 5505, boulevard des Prairies ; aurait été habitée par la famille Brossard ; achetée en 1964 par monsieur Deschamps ; appartient à la Société générale des industries culturelles du Québec ; classée monument historique en 1975.
Maison Sénécal (1799) ; 5425, boulevard des Prairies ; l'une des plus anciennes habitations encore debout dans la région ; habitée par un membre de la famille Sénécal jusqu'en 1974 ; appartient à la Société générale des industries culturelles du Québec ; classée monument historique en 1975.

Centres culturels -

L'Étoile Quartier Dix30 (de 451 à 656 fauteuils).

  • Sports -


Golf ; un parcours de 18 trous.

  • Services -


Académie Marie-Laurier ; 1555, rue Stravinski.
Islamic Community Center of the South Shore (Angle Grande Allée et Milan).
Hôtel Alt du Groupe Germain dans le centre appelé Quartier DIX30.

  • Toponymie -


Brossard rappelle le souvenir de Georges-Henri Brossard, maire de la municipalité (1944-1967).

  • Repères géographiques -


Sur la rive droite du Saint-Laurent.
Au sud de Longueuil, en face de l'île de Montréal à laquelle elle est reliée par le pont Champlain.
Diocèse de Saint-Jean-Longueuil.
Région touristique de la Montérégie.
Carte 9.

Carte 9 sur Google Maps

Outils personels

Publicité

(Annonces   .)