Cap-de-la-Madeleine (ancienne municipalité)

Un article de la Mémoire du Québec (2019).

  • Cap-de-la-Madeleine (ancienne municipalité). (G)


Voir aussi Trois-Rivières (municipalité de ville).

  • Éphémérides -


1636
Concession d'une seigneurie par la Compagnie de la Nouvelle-France au jésuite Jacques de La Ferté de la Madeleine de Châteaudun qui la nomme Madeleine.
1640
Les jésuites fondent une mission au cap de la seigneurie de la Madeleine.
1644
(5 avril) Concession de l'arrière-fief de l'Arbre-à-la-Croix (1/2 lieue de front sur 2 lieues de profondeur) par l'abbé de La Ferté à Jacques Hertel dans la seigneurie du Cap-de-la-Madeleine ; cette concession porte le nom d'Arbre-à-la-Croix, Hertel ou Saint-Jacques-du-Hertelet.
Concession de l'arrière-fief des Prairies-Marsolet (1/2 lieue de front sur 2 lieues de profondeur) par l'abbé de La Ferté à Nicolas Marsolet de Saint-Aignan dans la seigneurie du Cap-de-la-Madeleine.
1651
Violentes attaques par les Iroquois.
Fondation d'une mission catholique pour les Amérindiens par les jésuites.
(20 mars) Concession d'une partie de la seigneurie du Cap-de-la-Madeleine (2 lieues de front à partir de la rivière Saint-Maurice en descendant le Saint-Laurent, sur 20 lieues de profondeur) par l'abbé Jacques de la Ferté aux jésuites.
1655
(10 août) Concession de l'arrière-fief Lapierre (1/2 lieue de front, dont 1/4 de lieue en haut et 1/4 de lieue en bas de la rivière Madeleine, sur 3 lieues de profondeur) par le gouverneur Lauzon à Étienne Lafond dans la seigneurie du Cap-de-la-Madeleine.
1659
Construction de la première chapelle du Cap-de-la-Madeleine par Pierre Boucher de Grosbois et de Boucherville.
1660
Michel Peltier, seigneur de La Prade, assisté de Pierre Boucher et des jésuites ouvre l'Hôtel de Notre-Dame-de-la-Pitié au Cap-de-la-Madeleine.
1661
Reconstruction de la chapelle du Cap sur le site de l'église actuelle.
1673
Ouverture des registres de la paroisse Sainte-Marie-Madeleine-du-Cap-de-la-Madeleine (des registres peuvent avoir été tenus entre 1660 et 1673).
1678
(30 octobre) Érection canonique de la paroisse Sainte-Marie-Madeleine.
1694
Fondation d'une confrérie du Rosaire près de l'endroit où se trouve aujourd'hui le sanctuaire de Notre-Dame-du-Rosaire à Cap-de-la-Madeleine.
1714
Construction en pierre du premier sanctuaire Notre-Dame-du-Cap ; oeuvre du maçon, Pierre Lafond, il est considéré comme l'une des plus anciennes églises du Canada.
1767
(11 mars) La seigneurie du Cap-de-la-Madeleine est louée par les jésuites à Christophe Pelissier.
1845
Nomination du premier curé résidant de la paroisse Sainte-Marie-Madeleine-du-Cap-de-la-Madeleine.
1855
(1 juillet) Constitution de la municipalité de la paroisse de Sainte-Marie-Madeleine-du-Cap-de-la-Madeleine.
1863
Premier pèlerinage officiel au Cap-de-la-Madeleine.
(13 juin) L'arrière-fief Lapierre, dans la seigneurie du Cap-de-la-Madeleine, appartient à François-Xavier Toupin, Pierre Toupin et Toussaint Toupin.
1864
La seigneurie du Cap-de-la-Madeleine appartient aux jésuites.
1879
(16 mars) Les paroissiens de Sainte-Marie-Madeleine voulaient ériger une nouvelle église paroissiale avec des pierres provenant de la rive sud du fleuve ; le fleuve n'ayant pas encore gelé en face du cap à cette époque tardive de l'hiver, il était impossible de le traverser avec chevaux et traîneaux ; toute la paroisse se met à prier en face de la statue de la Vierge logée dans la chapelle ; leurs prières sont entendues et exaucées, un pont de glace se forme sur le fleuve permettant de transporter en peu de temps les pierres nécessaires à la construction ; comme remerciement pour son intervention, le curé décide de conserver la vieille chapelle et d'en faire un sanctuaire consacré à la sainte Vierge.
1888
L'église Sainte-Marie-Madeleine de 1714 est reconnue comme lieu de pèlerinage.
1902
Les Oblats de Marie-Immaculée prennent la direction de la paroisse et la garde du sanctuaire du Cap-de-la-Madeleine.
1903
(29 août) Érection canonique de la paroisse Saint-Louis-de-France par détachement de celle de Saint-Maurice ; son territoire couvre une partie de la seigneurie du Cap-de-la-Madeleine et une partie de la seigneurie de Champlain.
1904
Ouverture d'un pont en acier entre Cap-de-la-Madeleine et Trois-Rivières.
1915
(2 juin) Constitution de la municipalité de la paroisse de Sainte-Marthe-du-Cap-de-la-Madeleine par détachement de celle de la paroisse de Sainte-Marie-Madeleine-du-Cap-de-la-Madeleine.
1918
(9 février) La municipalité de la paroisse Sainte-Marie-Madeleine-du-Cap-de-la-Madeleine devient ville et adopte le nom de Cap-de-la-Madeleine.
(18 décembre) Érection canonique de la paroisse Sainte-Famille par détachement de celle de Sainte-Marie-du-Cap-de-la-Madeleine.
1939-1945 Cap-de-la-Mdeleine est le site d'une base de l'Aviation royale du Canada.
1944
(19 mars) Fondation de la Caisse populaire de Saint-Lazare de Cap-de-la-Madeleine.
1947
(21 décembre) Début de l'utilisation du pont sur la rivière Saint-Maurice entre Trois-Rivières et Cap-de-la-Madeleine.
1948
(17 juillet) Fondation de la Caisse populaire de Sainte-Famille du Cap-de-la-Madeleine.
(6 juin) Inauguration officielle du pont entre Trois-Rivières et Cap-de-la-Madeleine que l'on nomme Pont Duplessis.
1951
(31 janvier) Tragédie mortelle ; effondrement de trois travées du pont Duplessis reliant Trois-Rivières à Cap-de-la-Madeleine ; bilan : 6 morts, des personnes qui circulaient en voiture sur le pont lorsqu'il s'est effondré.
(21 novembre) Une commission d'enquête présidée par le juge René Lippé présente son rapport et indique qu'elle ne peut identifier clairement les causes de l'effondrement du pont Duplessis.
1953
(12 novembre) Réouverture du pont entre Trois-Rivières et Cap-de-la-Madeleine.
1967
Fin de l'exploitation des gisements de minerai de fer de Sainte-Marthe-du-Cap.
1990
La population de Cap-de-la-Madeleine est de 32 800 habitants.
1993
(18 décembre) La municipalité de Sainte-Marthe-du-Cap-de-la-Madeleine abrège son nom en Sainte-Marthe-du-Cap.
1998
(14 mars) La municipalité de Sainte-Marthe-du-Cap devient ville.
2000
La population de Cap-de-la-Madeleine est de 32 927 habitants.
2001
(12 juillet) Regroupement des municipalités de Cap-de-la-Madeleine, Trois-Rivières-Ouest, Sainte-Marthe-du-Cap, Pointe-du-Lac et Trois-Rivières sous le nom de cette dernière. La population de Trois-Rivières est de 126 438 habitants.
2006
(Août) La compagnie américaine Aleris International achète l'usine de profilage d'aluminium du Cap-de-la-Madeleine ; la Société générale de financement a perdu 31 M $ dans l'aventure ; Aleris fabrique des ailettes de radiateur pour es voitures comme Toyota, Honda, GM, Chrysler.
(Novembre) Aleris International supprime 60 postes à son usine du Cap-de-la-Madeleine.
2008
(Janvier) Aleris International ferme l'une de ses usines de l'Ontario.
(1 juillet) Les 350 membres du syndicat des travailleurs d'Aleris International, une usine de laminage d'aluminium du Cap-de-la-Madeleine, rejettent dans une forte proportion les propositions de leur employeur de réduire le coût de main-d'oeuvre par 5 M $ annuellement (diminution 10 % des salaires et bénéfices marginaux et réduction de 110 emplois).
(2 juillet) Aleris International impose le lock-out à ses employés syndiqués.
(10 juillet) Les 350 membres du Syndicat des travailleurs d'Aleris International rejettent une seconde fois et par une majorité accrue la demande de leur employeur à moins que celui-ci garantissent que l'usine restera en opération pour une période plus longue qu'un an.
(11 juillet, à 1 h 40) Suite aux 2 refus successifs des 350 membres du syndicat de ses employés, la compagnie Aleris International de Beachwood, Ohio, États-Unis, émet un communiqué dans lequel elle annonce qu'à cause des «dommages permanent et irréparables» causés par le conflit de travail, elle ferme ses portes de façon permanente et mettra définitivement à pied ses 350 employés syndiqués et sa centaine d'autres employés cadres et de bureau.
(15 juillet) Forte du fait que la compagnie Aleris International n'avait pas fait parvenir d'avis au ministère du travail comme la loi le requiert, l'exécutif national de la Confédération des syndicats nationaux - CSN est intervenu demandant à la compagnie Aleris de reprendre les négociations ; la compagnie refuse et maintient qu'elle ne rouvrira pas son usine du Cap-de-la-Madeleine.
(23 juillet) Le ministère du Travail avise qu'Aleris International n'ayant pas fait parvenir l'avis de licenciement à la Commission des normes du travail, il considère que les employés sont toujours en lock-out au point de vue de la loi.
2010
(1er janvier, peu après 1 h) Une femme d'une quarantaine d'année est abattue par les policiers de la Sécurité publique de Trois-Rivières dans le secteur Cap-de-la-Madeleine ; la femme brandissait une arme blanche au moment où les policiers ont tiré en sa d

Outils personels

Publicité

(Annonces   .)