Charette (Pierre)

Un article de la Mémoire du Québec (2018).

Collaborateur au journal L'Indépendance du Rassemblement pour l'indépendance nationale-RIN.
Membre du réseau de Pierre-Paul Geoffroy du Front de libération du Québec-FLQ.
Ayant échappé à la police canadienne, il se réfugie aux États-Unis en 1969 ; avec Alain Allard, il aurait détourné vers Cuba un avion Boeing 727 de la National Airlines (New York-Miami) le 5 mai 1969. Quitte Cuba pour la France le 5 avril 1970 en même temps que Raymond Villeneuve, François-Mario Bachand, Alain Allard et André Garand.
Revenu au Canada en 1979, il est condamné à un an moins un jour de prison pour attentats à la bombe perpétrés en 1968.
Le Gouvernement des États-Unis demande l'extradition d'Alain Allard et de Jean-Pierre Charette pour un détournement d'avion commis en 1969 ; le juge Riopel de la Cour supérieure du Québec-CSQ, à titre de juge siégeant en matière d'extradition, rejette la demande d'extradition parce que, à l'époque où le détournement aurait été commis, le crime de détournement d'avion n'était pas comme tel un crime en vertu de la législation canadienne et ne donnait pas lieu à l'extradition en vertu des accords d'extradition entre le Canada et les États-Unis. Le 22 février 1991, la Cour suprême maintient la décision du juge Riopel. Voir Québec (province). Crises. Crise d'octobre 1970.

  • Bibliographie -


FLQ - Histoire d'un mouvement Clandestin (Louis Fournier, Lanctôt Éditeur, 1998).

Outils personels
Publicité
(Annonces   .)