Chartier (Étienne)

Un article de la Mémoire du Québec (2020).

Études au Séminaire de Québec.
Rédacteur en chef du journal Le Canadien dirigé par François Blanchet et Augustin-Norbert Morin (1820-1821).
Directeur du Collège de Sainte-Anne-de-la-Pocatière (1829-1831) ; il en est congédié en raison de ses attaques contre l'oligarchie britannique.
Curé des paroisses Sainte-Martine (1831-1833), Saint-Pierre-les-Becquets (1833-1834), Saint-Patrice-de-Rivière-du-Loup (1834-1835), Saint-Benoît (Mirabel, 1835-1838).
Ayant participé à la bataille de Saint-Eustache, il se réfugie aux États-Unis à la fin de 1837.
Curé des paroisses St. Augustine de Philadelphia (1838), Salina, New-York, États-Unis, Madisonville, Indiana, États-Unis (1840-1842), Avoyelles, Louisiana, États-Unis (1844), Saint-Grégoire de Mont-Saint-Grégoire (1845-1850), Sainte-Philomène de Mercier (1850), Arichat, Nouvelle-Écosse (1850-1851), puis Saint-Gilles-de-Beaurivage (1851-1853). Directeur du Grand séminaire de Vincennes (Indiana, États-Unis, 1843).
Patriote interdit de séjour le 28 juin 1838 par proclamation du gouverneur Durham, pour implication dans l'Émeute de 1837. Rentre au Canada en 1845. Décès en 1853 à l'Hôpital général de Québec. Voir Québec (province). Crises. Émeutes de 1837 et de 1838.

  • Bibliographie -


Étienne Chartier. La colère et le chagrin d'un curé patriote (essai, Gilles Boileau, Éditions du Septentrion, 2010).

Publicité

(Annonces .)
Outils personels