Chevrier (étymologie)

Un article de la Mémoire du Québec (2012).

  • Chevrier désigne un gardien qui mène paître les chèvres.

La chèvre est la femelle du bouc ; la chèvre est une espèce de ruminants répandue dans presque toutes les parties de l'ancien monde, où, de temps immémorial, elle se propage à l'état domestique.

  • Dictons -


Où la chèvre est attachée, il faut qu'elle broute, c'est-à-dire : «Il faut vivre dans l'état où l'on se trouve engagé, dans le lieu où l'on est établi».
Ménager la chèvre et le choux, c'est-à-dire : «User d'adresse pour se conduire entre deux partis, de manière à ne blesser ni l'un ni l'autre».
La chèvre a pris le loup, c'est-à-dire : «Un homme qui voulait en tromper un autre, s'est trouvé lui-même dupé».
On n'a jamais vu une chèvre morte de faim, c'est-à-dire : «Il y a avantage à prendre l'habitude de n'être point difficile sur les aliments, et de manger de tout, comme la chèvre».

crédits -

Dictionnaire étymologique des noms de famille et prénoms de France (Albert Dauzat, Larousse Sélection, Librairie Larousse, 1969)

Outils personels
Publicité
(Annonces   .)