Guerre de 1812-1814 ; guerre anglo-américaine (guerre)

Un article de la Mémoire du Québec (2019).

Publicité

(Annonces   .)
  • Éphémérides -


1812
La population du Canada est de 500 000 habitants, celle des États-Unis de 6 000 000.
Napoléon interdit les biens anglais en Europe de l'ouest à l'exception du Portugal ; en représailles, l'Angleterre entreprend le blocus de la France, interdisant ainsi aux Américains de commercer avec la France ; le blocus naval de la France par l'Angleterre entraîne la marine britannique à arraisonner près de 900 navires marchand américains ce qui déplaît aux États-Unis qui croient, de plus, que les Anglais sont à fournir des armes aux Premières nations pour que ces dernières défendent leurs territoires situés à la frontière ouest des États-Unis. L'Angleterre de son côté craint que ses colonies du Canada deviennent partie des États-Unis.
(17 juin 1812) Le président des États-Unis, James Madison signe une déclaration de guerre contre la Grande-Bretagne. La Nouvelle-Angleterre s'opposant à la guerre, les Américains tournent leur attention vers l'ouest pour tenter d'envahir le Canada.
(Août 1812) Le général anglais Isaac Brock commandant des Forces britanniques du Haut-Canada s'empare de Détroit sans avoir tiré un seul coup de feu tant les habitants craignaient les shawnees de Tecumseh.
(20 septembre 2012) Le général américain William Hull et sa troupe de soldats sont emmenés dans les rues de Montréal après avoir été faits prisonniers à Détroit ; C'est Joseph Papineau qui commande le détachement qui escorte les prisonniers.
(13 Octobre 1812) Les Forces américaines envahissent le Haut-Canada sur la frontière de la rivière Niagara, mais elles sont défaites ; le général Brock est tué au cours de la bataille de Queenston Heights.
Dans le but d'atteindre Montréal, les Américains entrent au Canada par la rivière Richelieu et installent plus de 6 000 soldats dans un complexe militaire bâti près du fort Chambly.
Construction d'un fort à Coteau-du-Lac pour prévenir l'avance des troupes américaines vers Montréal.
Quatre bataillons de milice canadiens-français sont levés au Bas-Canada ; 3 000 Montréalais francophones et anglophones sur 14 000 habitants de Montréal se portent volontaires. Les miliciens devaient se rendre à Lachine où des bateaux les attendaient pour les conduire au point de ralliement de La Prairie ; un groupe de miliciens réfractaires de Pointe-Claire voulut détruire les bateaux, mais en furent empêchés par l'armée ; la Loi de l'émeute ayant été proclamée, l'armée tira sur les opposants, en tua un et en blessa un autre ; Joseph Binet, un capitaine de milice de Pointe-Claire, fut déchu de son titre, emprisonné pendant 18 mois et condamné à une amende de 50 Livres et à déposer une cautionnement pour garantir sa bonne conduite pendant 5 ans pour l'action de ses miliciens à cette occasion et quatre d'entre ces derniers furent condamnés par un tribunal militaire à 12 et 24 mois de prison pour désertion.
1813
On lève deux autres bataillons de milice canadiens-français.
(27 avril au 31 juillet 2813) Une troupe américaine traverse le lac Ontario et après une brève mais sanglante bataille, incendie la ville de York (Toronto) ; la ville de York capitule devant les Américains.
(Mai 1813) Les tentatives des Britanniques, des Canadiens et des Autochtones de capturer le fort Meig en Ohio à l'extrémité est du lac Érié, sont vaines mais elles empêchent temporairement les Américains d'envahir de nouveau le Haut-Canada.
Les forces américaines envahissent la péninsule du Niagara,
(6 juin 1813) Les forces américaines subissent la défaite à la bataille de Stoney Creek, mais consolident leur occupation de Newark (Niagara-on-the-Lake).
(10 septembre 1813) Les Américains remportent une victoire au lac Érié contre la marine britannique près de Put-in-Bay en Ohio.
(5 octobre 1813) Le chef des Chouanons (Shawnees) algonquins, Tecumseh, est tué alors qu'il se battait à côté des Anglais à la bataille de Moravian-Town (devenue Thamesville, Ontario) ; sa mort marque la fin de la résistance des Amérindiens au sud des Grands Lacs.
(26 octobre 1813) Le lieutenant-colonel Charles-Michel d'Irumberry de Salaberry commande un régiment de 339 Voltigeurs canadiens-français, et le général Wade Hampton, commande une division de 3 564 soldats américains ; la bataille s'engage sur les rives de la rivière Châteauguay ; Salaberry remporte une victoire décisive, mais il perd 32 hommes dont 12 tués et 20 blessés.
(11 Novembre 1813) Les Canadiens infligent une défaite à la Deuxième division américaine à la Crysler's Farm, près de Morrisburg (Ontario).
(Décembre 1813) Les forces britanniques et leurs aliés canadiens et autochtones reconquièrent la péninsule du Niagara et capturent le fort Niagara.
1814
(17 mars 1814) 4 000 soldats américains s'emparent d'Odelltown.
(30 mars 1814) Après avoir vainement tenté de prendre le moulin de Lacolle, les soldats américains rentrent à Plattsburg.
(Été 1814) Les forces américaines lancent un assaut final pour conquérir le Haut-Canada en envahissant la péninsule du Niagara lors de féroces batailles à Chippawa, Lundy's Lane et Fort Erie.
(Août 1814) La marine royale britannique s'empare de Washington et l'incendie.
(9 août 1814) Les Cris vaincus cèdent les 2/3 de leur territoire aux Américains.
(11 septembre 1814) Le fort Lennox, construit sur l'île aux Noix dans la rivière Richelieu et utilisé pour barrer la marche aux envahisseurs américains, sert de point de départ pour l'attaque de Plattsburg par les forces britanniques dirigées par le général George Prevost ; la défaite de ces dernières assure le contrôle du lac Champlain aux Américains.
(24 décembre 1814) Le traité de Gand (Belgique) conclu entre la Grande-Bretagne et les États-Unis met fin à la Guerre ; il prévoit le retour au statu quo ante bellum (la reddition réciproque des conquêtes), fixe la frontière au 49e parallèle entre le lac des Bois (Ontario) et la chaîne des Rocheuses ; la frontière du Maine, celle d'au delà des Rocheuses et d'autres bouts de frontières, sont laissées en suspens ou remises à des commissions mixtes ; elles seront précisées, plus tard, par le traité d'Ashburton-Webster (1842) et par le Traité de l'Oregon (1846).
(29 décembre 1814) Ratification du Traité de Gand par le prince régent d'Angleterre.
1815
Après la signature du Traité de Gand qui met fin à la Guerre de 1812, le major Frederick George Heriot reçoit instruction du gouverneur Drummond d'installer un établissement militaire et agricole sur les bords de la rivière Saint-François ; des militaires issus d'Angleterre, de Suisse et d'Allemagne, et quelques Canadiens, qui ne trouvent pas place dans les seigneuries, s'établissent près des rapides de la rivière Saint-François à l'endroit qui deviendra Drummondville.

Au cours de la Guerre de 1812-1814 les Britanniques et les Canadiens ont perdu 1 600 hommes et les Américains 2 000.

  • Crédits -


The Four Wars of 1812 (D. Peter Macleod, Douglas & McIntyre)
Exposition « 1812 - Une guerre. Quatre perspectives (Musée canadien de la Guerre (Ottawa)»montée par l'historien D. Peter Macleod et tenue du 13 juin 2012 au 6 janvier 2013.

Outils personels

Publicité

(Annonces   .)