L'Isle-Verte (municipalité)

Un article de la Mémoire du Québec (2019).

  • Superficie - 112,33 km2.
  • Gentilé - Isle-Vertois, oise.


  • Éphémérides -


1663
Le père Henri Nouvel séjourne sur l'île Verte pendant une dizaine de jours à la suite du naufrage du bateau qui le transportait.
1684
(27 avril) Concession d'une seigneurie (2 lieues de front sur 2 lieues de profondeur, l'île Verte comprise) par le gouverneur La Barre et l'intendant de Meulles à Louis Rouer de Villeray pour ses deux fils, Augustin Rouer de Villeray et de la Cardonnière et Louis Rouer d'Artigny.
1689
(5 avril) La seigneurie est reconcédée par le gouverneur Denonville et l'intendant Champigny à Louis Rouer d'Artigny et Charles Aubert de La Chesnaye.
1701
Louis Rouer d'Artigny cède sa part de seigneurie à Pierre de Niort de la Minotière.
1711
Pierre de Niort de la Minotière cède sa part de seigneurie à Jean-Baptiste Côté.
1713
Fondation de la mission Saint-Jean-Baptiste-de-l'Isle-Verte.
1715
Ouverture des registres de la paroisse de la Décollation de Saint-Jean-Baptiste.
1738
Érection d'un moulin à farine sur la rivière du Petit Sault.
(Fin des années 1700 début des années 1800) James Fraser, surintendant de la navigaton sur le Saint-Laurent pour le Gouvernement britannique, se rendant compte qu'il y avait environ 30 naufrage de bateaux par année dans les environs, alluma un feu sur la pointe nord-ouest de l'île qu'il fit entretenir pendant 2 ans ; le nombre de naufrage diminua et Fraser décida de faire ériger un phare permanent.
1805
(2 mars) Vente en justice de 2/5 de la seigneurie à James Shepperd. Vente de 6 arpents de front par Joseph Rioux (Marie-Pélagie Asselin), Benjamin Côté (Marie-Félicité Asselin), Gabriel Côté (Marie-Thérèse Asselin), Basile Côté (Marie-Anasthasie Asselin) à Régis Garon.
1806 Début de la construction du phare de l'Isle-Verte.
1807
(7 mars) Vente de 2 arpents de front par Jean-Baptiste Côté à Régis Garon.
1809 Le phare de l'Isle-Verte est allumé.
(29 juillet) Vente de 2 arpents de front par Joseph Côté à Régis Garon.
1810
(29 mars) Vente de 3 arpents de front par Joseph Côté à Régis Garon.
1817
(27 septembre) Cession de ses droits de propriété dans la seigneurie par Gabriel Côté à Régis Garon.
(20 octobre) Cession de sa part de seigneurie par Zacharie Côté à Régis Garon.
1818
(7 juin) Cession de sa part de seigneurie par Barthélemy Côté à Régis Garon ; ce dernier possède alors une terre d'une lieue et 14 arpents de front sur 2 lieues de profondeur.
1821
(8 janvier) Vente en justice de la part de seigneurie appartenant à Louis Garon (1 lieue, 1 arpent et 3 perches de front sur 2 lieues de rofondeur) à Louis Gauvreau.
1822
(3 août) Louis Gauvreau lègue sa partie de la seigneurie par testament à ses enfants, Louis-Olivier Gauvreau et son frère cadet ; il accorde l'usufruit à son épouse, Marie-Anne Boulé.
1823
Chrysostome Dumas fait démolir le moulin à farine pour le remplacer par un neuf.
1827
Nomination du premier curé résidant de la paroisse de la Décollation de Saint-Jean-Baptiste.
La famille Lindsay assume l'entretien du phare.
1828
(12 mai) Érection canonique de la paroisse Saint-Jean-Baptiste-de-L'isle-Verte.
1831
Ouverture d'un bureau de poste sous le nom d'Isle-Verte.
1844
Construction du manoir seigneurial par le seigneur Louis Bertrand.
1845
(8 juin) Constitution de la municipalité de L'Isle-Verte.
1847
(1 septembre) Abolition de la municipalité de L'Isle-Verte.
1854
(18 décembre) Abolition du régime seigneurial.
1855
(1 juillet) Constitution de la municipalité de Saint-Jean-Baptiste-de-l'Isle-Verte.
1858
(20 septembre) La seigneurie appartient à Louis Bertrand, Charles-Frédéric Bertrand, John G. Seaton, Peter Fraser, Jeanne Fraser, Simon Fraser, Malcolm Fraser, Alexandre Fraser, Jean-Étienne Fraser, William Fraser, Edward Fraser, Jean-Baptiste Côté, Archibald Campbell, Fabien Côté, Éloi Rioux, Boromée Dumas, Joseph Dumas et Louis-Narcisse Gauvreau.
1859 Construction du palais de justice.
1874
(1 janvier) Constitution de la municipalité de la paroisse de Notre-Dame-des-Sept-Douleurs par détachement de celle de Saint-Jean-Baptiste-de-l'Isle-Verte.
(6 mars) Érection canonique par détachement de la paroisse Saint-Jean-Baptiste-de-l'Isle-Verte et ouverture des registres de la paroisse Notre-Dame-des-Sept-Douleurs ; son territoire couvre l'île Verte.
1875 Nomination du premier curé résidant de Notre-Dame-des-Sept-Douleurs.
1912
Première réunion du conseil municipal de la municipalité de Notre-Dame-des-Sept-Douleurs ; même si la municipalité a été incorporée en 1874, la population n'avait jamais senti le besoin d'élire un conseil municipal.
(28 juillet) Fondation de la Caisse populaire de Saint-Jean-Baptiste-de-l'Isle-Verte.
1923
La population de la paroisse Saint-Jean-Baptiste est de 2 260 âmes.
1939
Mise en exploitation de la Filature de l'Isle-Verte par Léon Thériault et son fils Roland sur la rive gauche de la rivière Verte.
1946
(9 mars) Fondation de la Caisse populaire de Notre-Dame-de-l'Isle-Verte.
1952
(1 janvier) La municipalité de Saint-Jean-Baptiste-de-l'Isle-Verte adopte le nom de L'Isle-Verte.
1954
L'électricité se rend à L'Isle-Verte.
1955
(1 janvier) La municipalité de Saint-Jean-Baptiste-de-l'Isle-Verte reprend le nom de L'Isle-Verte.
1964
La famille Lindsay cède la gestion du phare.
1971
(4 janvier) Dissolution de la Caisse populaire de Notre-Dame-de-l'Isle-Verte.
1972
Le phare de la côte nord-ouest de l'île cesse d'être exploité mais son rayon tournant continue ses révolutions.
1980
Création de la Réserve nationale de faune de la baie de L'Isle-Verte.
1988
Un traversier commence à relier l'île Verte à la terre ferme.
1990
La population de L'Isle-Verte est de 1 073 habitants, celle de Saint-Jean-Baptiste-de-l'Isle-Verte, 668, celle de Notre-Dame-des-Sept-Douleurs, 64.
2000
La population de L'Isle-Verte est de 938 habitants, celle de Saint-Jean-Baptiste-de-l'Isle-Verte, 580, celle de Notre-Dame-des-Sept-Douleurs, 39.
(9 février) Regroupement des municipalités de Saint-Jean-Baptiste-de-l'Isle-Verte et de L'Isle-Verte sous le nom de cette dernière.
2010
La population de L'Isle-Verte est de 1 440 habitants, celle de Notre-Dame-des-Sept-Douleurs. 64.
2014
(23 janvier 2014, vers 0 h 20) début d'un incendie qui ravagera la Résidence du Havre, un édifice d'appartements avec soins infirmiers (3 étages, 52 logements) ; bilan : 32 personnes manquent à l'appel. La tempérture extérieure était de -35 degrés centigrade
(26 janvier 2014) La sûreté du Québec annonce que 10 cadavres ont été trouvés dans les décombres ; Il y a environ 60 centimètres de glace qui recouvre les ruines ; on a fait venir du Saguenay de l'équipement de déglaçage et une toile recouvre les lieux pour garder la chaleur à l'intérieur et faciliter le travail de ceux qui cherchent à localiser les disparus.
(28 janvier 2014) La sûreté du Québec trouve un 17e cadavre dans les ruines du Centre ; 15 personnes manquent toujours à l'appel.
(1er février 2014) La Sûreté du Québec-SQ révèle que les cadavres de 24 personnes ont été trouvés ; 8 d'entre eux ont été identifiés. Il reste 8 personnes portées disparues.
La SQ obtient un mandat de perquisition pour terminer l'examen des décombres près de l'endroit où l'incendie aurait débuté.
(3 février 2014) La Sûreté du Québec annonce qu'elle a terminé ses recherches pour recouvrer des corps.
(21 janvier 2014) Le bureau du coroner identifie à l'aide de l'ADN le cadavre de Roméo Michaud, 94 ans, un pensionnaire de la Résidence du Havre au moment de l'incendie du 23 janvier 2014.

Liste des personnes 32 décédées ou portées disparues à la suite de l'incendie. L'astérisque indique que le corps a été identifié par le bureau du coroner.

Beaulieu, Jeanne-d'Arc
Bélanger, Jacqueline
Drouin-Bertrand, Denise
Dubé-Bérubé, Adrienne
Caron, Jacqueline
Dubé, Marie-Lauréa
Dubé, Odette
Dumont, Vivianne
Fraser, Claude
Fraser, Gisèle

Fraser, Madeleine
Gagné, Joseph-Jeanot
Guichard, Angéline
Jean-Jouvin, Thérèse
Malenfant, Jos-Ernest
Martel, Louis-Cyrice
Michaud, Paul-Étienne
Michaud, Roméo
Ouellet, Fernand
Ouellet, Gérald

Pettigrew, Noëlla
Plourde, Rita
Raymond, Jeanne
Roy, Louis-Philippe
Saindon, Ève
Saindon, Juliette
Gagnon-Saindon, Marie-Jeanne
Saint-Pierre, Rose-Aimée
Thériault, Lionel
Thériault, Lucienne

Thériault, Simone
Turcotte, Thérèse

(Source : The Gazette, 3 février 2014, page A4)
(29 mars 2014) La presse rapporte que le poêle de l'appartement du gardien de la résidence incendiée est soupçonné d'être à l'origine de l'incendie ; depuis l'événement, le gardien avait affirmé que le feu avait commencé son oeuvre dans l'appartement d'un homme qui lui avait demandé la permission de fumer dans son salon quelques minutes avant le drame.
(23 juillet 2014) Le propriétaire de la résidence et son assureur intentent une action en dommage de 3,8 millions $ contre la municipalité invoquant sa négligence pour ne pas s'être préparée pour ce genre de catastrophe ; les propriétaires auraient à maintes reprises depuis 5 ans, demandé à la municipalité de prévoir un plan d'urgence. Plusieurs résidents de la maison ne pouvaient pas se déplacer seuls ; un camion à incendie est arrivé sur les lieux environ 15 minutes après l'appel ; après plusieurs autres minutes, un autre camion à incendie est arrivé sur les lieux ; les deux camions n'étaient pas munis d'échelle ; les pompiers volontaires de la municipalité ne possédaient pas l'équipement nécessaire pour dispenser les premiers soins. Il semble que la tension entre le département d'incendie de Rivière-du-Loup et celui de l'Isle-Verte a contribué à l'absence de planification en cas d'urgence.
(13 novembre 2014) LA Presse révèle que le rapport de la Sûreté du Québec-SQ sur l'incident du 23 janvier 2014 n'annonce pas d'accusation criminelle relativement à l'incendie et à ses conséquences.
(24 novembre 2014) Selon les 8 agents de la Sûreté du Québec qui se sont succédé à la barre des témoins, les premiers agents sont arrivés sur les lieux vers 0,50 soit 29 minutes après le déclenchement de l'alarme. De la sortie de lautoroute, les policiers voyeaient la fumée qui montait et une lumière orangée dans le ciel ; lorsque les pompiers sont arrivés sur les lieux, il était déjà trop tard. Le chef des pompiers a trouvé la porte barrée et les victimes toujours à l'intérieur.
(23 décembre 2014) Le Devoir rapporte que Roch Bernier et Irène Plante, les propriétaires de la résidence du Havre abandonnent leur poursuite contre la municipalité de L'Isle-Verte.
2016 (Septembre 2016) Les enfants de l'homme soupçonné d'avoir mis le feu avec une cigarette intentent une action contre le gardien de nuit, Bruno Bélanger qui, quelques heures après le feu, aurait affirmé aux médias que l'incendie avait pris naissance dans la chambre de Paul-Émile Michaud, à cause de sa cigarette ; Bélanger a toujours maintenu sa version des faits, malgré le rapport d'enquête de la Sûreté du Québec et du coroner, qui faisaient état d'un début d'incendie à la cuisine.

Isle-Vertois cités dans La Mémoire du Québec -

Charles-Frédéric-Adolphe Bertrand,
Joseph-Alfred Dion,
Gérard Filion,
Achille Pettigrew,
Charles-Borromée Rouleau,
Félix-Raymond-Marie Rouleau.

  • Attraits :


Accès à la réserve nationale de faune de la baie de l'Isle-Verte ; reconnue comme site Ramsar ; l'un des quatre lieux du genre au Québec ; les autres sont la réserve du Cap-Tourmente et les zones humides du lac Saint-François et celles du lac Saint-Pierre ; Ramsar tient son nom de la ville iranienne de Ramsar où fut signée, en 1971, la convention internationale qui a pour objectif d'enrayer la perte de terres humides et de favoriser leur utilisation rationnelle.
La faune aviaire comprend 130 espèces dont le canard barboteur, le canard noir, le canard colvert, la sarcelle d'hiver, la sarcelle à ailes bleues, le faucon pèlerin, la pie-grièche migratrice, le bruant Nelson, le hibou des marais, et, en migration, l'oie des neiges et la bernache du Canada.
Église Saint-Jean-Baptiste-de-L'Isle-Verte ; plans de Charles-Philippe-Ferdinand Baillairgé.
Épave du navire City of Quebec un vapeur (57 m de longueur, coque en bois armature en fer propulsé par deux roues à aubes actionnées à la vapeur) qui a servi au cours de la guerre civile aux États-Unis (1861-1865); racheté en 1868 par la Quebec and Gulf Ports Steamship Company ; coulé en mai 1870 à la suite d'une collision avec le navire Germany à environ 3,5 km en haut de l'île Verte ; En 2006, l'épave coupée en deux a été localisée fortuitement par le Service hydrographique du Canada à 53 m de profondeur ; il y avait 800 passagers à bord du Germany et 12 à bord du Quebec City.
Manoir seigneurial (1844).
Moulin Lagacé (1823) ; aussi appelé Moulin du Petit-Sault ; route 132 ; construit en pierres des champs pour Chrysostome Dumas, il est exploité comme moulin à farine par Herménégilde Saint-Laurent et sa famille depuis 1905 lorsqu'il cesse de tourner en 1940 ; classé monument hstorique en 1962 ; démoli aux deux tiers à l'aide d'une pelle mécanique en novembre 2018 ; Yves Côté, lepropiétaire a obtenu les autorisations pour enlever les parties du moulin qui ont fini par s'effondrer et qui risquaient désormais d'entraver le débit de la rivière ; selon le ministère de la Culture et des Communications, le propriétaire aurait l'intention de restaurer le moulin ; selon elle, les travaux visent à en freiner la détérioration en vue de sa restauration.
Palais de justice (style Regency, 1859) ; 199, rue Saint-Jean-Baptiste ; construit alors que la municipalité était le chef-lieu du district judiciaire et le centre commercial et industriel du comté de Témiscouata ; logeait la Cour de circuit de Témiscouata ; construit sur un terrain donné par le notaire Louis-Narcisse Gauvreau ; classé monument historique en 1979.
Phare (1809) ; gîte touristique (8 chambres) sur la pointe nord-ouest de l'île Verte ; le plus ancien phare du Québec ; la maison du gardien (4 générations de la famille Lindsay) et celle de son assistant sont des gîtes pouvant accueillir une vingtaine de personnes.

  • Économie -


Fumoirs et poissonneries.

  • Services -


Traversier L'Isle-Verte-Notre-Dame-des-Sept-Douleurs (île Verte).

  • Toponymie -


Saint-Jean-Baptiste rappelle le souvenir du seigneur Jean-Baptiste Côté (1670-1736), donateur d'un terrain pour les fins paroissiales ; rappelle également le souvenir du jésuite Jean-Baptiste de La Brosse (1724-1782), l'un des premiers missionnaires de la région ; pourrait aussi rappeler le souvenir de Mgr Jean-Baptiste de La Croix de Chevrière de Saint-Vallier, évêque de Québec (1687-1727).

  • Repères géographiques -


Sur la rive droite du Saint-Laurent.
Au nord-est de Rivière-du-Loup, en face de l'île Verte.
Diocèse de Rimouski.
Division administrative seigneuriale de Québec-DASQ.
Municipalité régionale de comté de Rivière-du-Loup.
Région touristique du Bas-Saint-Laurent.

  • Accès : Route 132.

Carte 3.

Carte 3 sur Google Maps


  • Bibliographie -


L'île Verte, le fleuve, une île et son phare (collectif sous la direction de Lise Cyr et Jean-Claude Tardif, 2009)
Le Grand livre d'or des Lindsay (Jean-Claude Tardif, Éditions GID, 2007).

Outils personels

Publicité

(Annonces   .)