Lévis (municipalité de ville)

Un article de la Mémoire du Québec (2018).

  • Superficie - 443,648 km2.
  • Gentilé - Lévisien, ienne.


  • Éphémérides -


1636
(15 janvier) Concession d'une seigneurie (6 lieues de profondeur sur 3 lieues de front de chaque côté de la rivière Chaudière (Bruyante) par la Compagnie de la Nouvelle-France au gouverneur Jean de Lauzon qui la nomme Lauzon (108).
1643
Célébration de la première messe à un endroit qu'on nomme Lauzon.
1647
Arrivée des premiers censitaires, Guillaume Couture et François Byssot de la Rivière qui s'établissent à la Pointe-à-Lévy.
Construction d'une chapelle.
1650
(21 janvier) Concession d'un arrière-fief (5 arpents de front sur le fleuve x une profondeur permettant de donner 200 arpents en superficie) aux jésuites qui le nomment Notre-Dame-de-la-Victoire.
1651
Organisation d'un établissement de pêche par Eustache Lambert à l'endroit qui deviendra Saint-Romuald.
1653
(4 janvier) Concession d'un arrière-fief (5 arpents de front x 40 arpents de profondeur) à Louis d'Ailleboust de Coulonges qui le nomme Saint-Villemay.
(15 novembre) Augmentation de la concession de l'arrière-fief Notre-Dame-des-Victoires des jésuites par 7 arpents de front sur 40 arpents de profondeur.
Concession d'un arrière-fief (7 arpents de front x 40 arpents de profondeur) par Jean de Lauzon à son frère Charles de Lauzon Charny.
1654
(4 mai) Concession d'un arrière-fief (8 arpents de front x 40 arpents de profondeur) aux ursulines de Québec.
1655
François Byssot de la Rivière fait construire un moulin pour les colons de Pointe-à-Lévy.
(30 mars) Concession d'un arrière-fief (7 arpents de front x 40 arpents de profondeur) à Jean Bourdon qui le cède aux ursulines de Québec en 1660.
1657
(26 juin) Charles de Lauzon Charny donne son arrière-fief à l'Hôtel-Dieu de Québec ; l'arrière-fief prend le nom de Hôtel-Dieu-de-Québec.
1658
(28 mai) Augmentation de l'arrière-fief Saint-Villemay de Louis d'Ailleboust de Coulonges par 5 arpents de front sur 40 arpents de profondeur.
(29 mai) Augmentation de l'arrière-fief de Jean Bourdon par 2 arpents de front et augmentation de la profondeur dudit arrière-fief à 160 arpents.
1660
(12 octobre) Jean Bourdon donne son arrière-fief à sa fille, Anne Bourdon, et aux ursulines de Québec qui le nomment Sainte-Anne.
1665
(5 janvier) Concession d'un arrière-fief (12 arpents de front x 40 arpents de profondeur) à Mgr François de Laval de Montmorency ; l'arrière-fief deviendra Saint-Nicolas.
1666
Au décès du gouverneur, Jean de Lauzon, la seigneurie passe à son fils, Jean de Lauzon.
1668
François Byssot de la Rivière construit une tannerie, la première de la colonie, sur la Pointe-à-Lévy.
1673
(15 octobre) Vente de l'arrière-fief Saint-Villemay par Charles d'Ailleboust et Catherine Legardeur à l'Hôtel-Dieu de Québec.
1675
Début de la construction de l'église Saint-Joseph sur la Pointe-à-Lévy.
1676
(20 janvier) Augmentation de l'arrière-fief Notre-Dame-des-Victoires des jésuites par 11 arpents de front sur 40 arpents de profondeur.
1679
Fondation de la mission et ouverture des registres de la paroisse Saint-Joseph-de-la-Pointe-à-Lévy.
1683
Arrivée à Saint-Nicolas des premiers colons venus de Saint-Augustin, Portneuf et Sainte-Foy.
1690
Mise en exploitation d'un premier moulin.
Construction d'une chapelle.
Nomination du premier curé résidant de la paroisse Saint-Joseph-de-la-Pointe-à-Lévy.
(19 mai) La seigneurie de Lauzon (108) est vendue par Marguerite Gobelin, veuve de Charles-Joseph de Lauzon, à Thomas Bertrand.
1694
Arrivée des premiers colons de Saint-David-de-l'Auberivière. Érection canonique, nomination du premier curé résidant et ouverture des registres de la paroisse Saint-Nicolas.
(18 septembre) Érection canonique de la paroisse Saint-Joseph-de-la-Pointe-à-Lévy ; son territoire couvre une partie de la seigneurie de Lauzon (108).
1699
(14 octobre) La seigneurie de Lauzon (108) est vendue par Thomas Bertrand à François-Madeleine Ruette d' Auteuil et de Monceaux agissant pour Georges Régnard Duplessis.
1714
(28 mars) La seigneurie de Lauzon (108) est vendue par Georges Régnard Duplessis à Étienne Charest et son épouse Catherine Trottier Desaulniers.
1721
Remplacement de la chapelle Saint-Nicolas par une église.
1724
(22 janvier) Vente de l'arrière-fief Saint-Villemay par l'Hôtel-Dieu de Québec à Florent de la Cetière.
1737
(15 avril) Concession d'une seigneurie (3 lieues de front sur la rivière Chaudière, à l'arrière de la seigneurie de Lauzon (108), x 2 lieues de profondeur) par le gouverneur Beauharnois à François-Étienne Cugnet qui la nomme seigneurie de Saint-Étienne (109) ; la seigneurie de Saint-Étienne (109) est située au sud de la seigneurie de Lauzon (108), sur le versant gauche de la rivière Chaudière, en face de la seigneurie de Jolliet (110).
1739
(20 octobre) L'arrière-fief Saint-Nicolas est cédé aux jésuites par le Séminaire de Québec en échange de la seigneurie de L'Île-Jésus (Laval).
1751
(9 août) Au décès de François-Étienne Cugnet, sa seigneurie passe à ses enfants. dont François-Joseph Cugnet, son fils aîné (4/8), Baptiste Cugnet (1/8), Thomas-Marie Cugnet (1/8), Gilles-Louis Cugnet (1/8) et Louise Cugnet (1/8).
1753
François-Joseph Cugnet qui doit rembourser une dette, cède sa part d'héritage et tous ses droits dans la seigneurie de Saint-Étienne (109).
1757
(14 février) La mère et les frères de François-Joseph Cugnet lui cèdent les 3/4 de la seigneurie à l'occasion de son mariage avec Marie-Josephte LaFontaine de Belcour.
1759
(Juillet au 12 septembre) Occupation de la paroisse Saint-Nicolas par les envahisseurs anglais qui s'installent dans l'église.
Incendie de 300 maisons de Lévis et bombardement de Québec à partir de la Côte de Lauzon par les canons de l'armée anglaise du général Wolfe qui utilise l'église de Lévis comme hôpital pour ses soldats blessés ; le bombardement dure 70 jours.
1765
(12 février) La seigneurie de Lauzon (108) est vendue par Étienne Charest et Jacques Charly au gouverneur, James Murray.
1774
(7 avril) La seigneurie de Lauzon (108) est louée par bail à ferme pour 99 ans à Henry Caldwell.
1780
Ouverture des registres de la paroisse Saint-Henri-de-Lauzon.
1781
(12 janvier) La seigneurie de Saint-Étienne (109) appartient à François-Joseph Cugnet (7/8), fils aîné de François-Étienne Cugnet et aux enfants de Louise Cugnet, sa fille, épouse de Juchereau Duchesnay (1/8).
1801
Acquisition de la seigneurie de Saint-Étienne (109) par John Caldwell.
1803
(16 février) Vente de la seigneurie Saint-Étienne (109) par Angélique Dupré, veuve de François-Joseph Cugnet, à John Caldwell.
1805
Ouverture d'une école royale à Pointe-Lévy sous la direction de François Malherbe.
1814
Première concession de terrain à l'endroit qui deviendra Sainte-Hélène-de-Breakeyville ; Augustin Couture est le premier concessionnaire.
1815
Acquisition de la seigneurie de Lauzon (108) (108) par John Caldwell.
1816
Ouverture à Saint-Nicolas d'une école royale sous la direction de Ignace McDonald.
1818
Construction du premier pont sur la rivière Etchemin à Saint-Romuald.
1828
(25 novembre) Érection canonique de la paroisse Saint-Jean-Chrysostome par détachement de celle de Saint-Joseph-de-la-Pointe-de-Lévy ; son territoire couvre une partie de la seigneurie de Lauzon (108).
1829
Mise en exploitation du chantier naval de Lauzon par Allison Davie et George Taylor ; le premier grand chantier naval et le seul du genre au Canada à l'époque.
(21 septembre) Saisie sur les biens de John Caldwell, la seigneurie de Saint-Étienne (109) est adjugée à Johann Georg Pozer, un homme d'affaires de Québec.
1830
Nomination du premier curé résidant et ouverture des registres de la paroisse Saint-Jean-Chrysostome.
Ouverture de l'Hôpital temporaire des fièvres à Pointe-Lévis ; on y traite les marins et les immigrants atteints de scarlatine, peste, petite vérole et rougeole.
1832
À la suite des protestations de la population de Lévis, l'Hôpital temporaire des fièvres est fermé.
1833
(25 mai) Érection canonique de la paroisse Saint-Henri-de-Lauzon par détachement de celle de Saint-Joseph-de-la-Pointe-de-Lévy ; son territoire couvre une partie de la seigneurie de Lauzon (108).
1836
Allison Davie se noie en face de son chantier naval, son épouse Elizabeth Taylor Davie devient la première femme au pays à diriger un chantier naval.
1844
Acquisition d'une scierie par John Breakey à Sainte-Hélène-de-Breakeyville.
1845
(8 juin) Constitution de la municipalité de la paroisse de Saint-Joseph-de-la-Pointe-de-Lévy. Constitution et de la paroisse de Saint-Henri-de-Lauzon.
Constitution de la municipalité de la paroisse de Saint-Nicolas. Constitution de la municipalité de la paroisse de Saint-Jean-Chrysostome.
1846
Charles King s'associe à son beau-frère Hans Denaston Breakey pour acheter des anciennes installations de John Caldwell au lieu-dit Chaudière Mills et y construit un important moulin à scie pour y faire tailler des milliers de billots de pin jaune à Saint-Joseph et dans le sud de la Beauce.
1847
(Printemps) La première grande drave sur la rivière Chaudière amène les billots de pin jaune au lieu-dit Chaudière Mills.
(1er septembre) Abolition de la municipalité de la paroisse de Saint-Joseph-de-la-Pointe-de-Lévy.
Abolition de la municipalité de la paroisse Saint-Henri-de-Lauzon.
Abolition de la municipalité de la paroisse de Saint-Nicolas.
Abolition de la municipalité de la paroisse de Saint-Jean-Chrysostome.
1851
(13 novembre) Érection canonique de la paroisse Notre-Dame-de-la-Victoire par détachement de celle de Saint-Joseph-de-Lévis ; son territoire couvre une partie de la seigneurie de Lauzon (108).
1852
Nomination du premier curé résidant, ouverture des registres de la paroisse Notre-Dame-de-la-Victoire.
(28 septembre) Constitution de la municipalité de la paroisse de Notre-Dame-de-la-Victoire.
1853
Fondation du Collège de Lévis par Mgr Joseph-David Déziel (cette institution était privée secondaire, pour filles et garçons en 2010).
(18 novembre) Érection canonique de la paroisse Saint-Romuald-d'Etchemin par détachement de celle de Saint-Jean-Chrysostome ; son territoire couvre une partie de la seigneurie de Lauzon (108).
1854
Nomination du premier curé résidant, ouverture des registres de la paroisse Saint-Romuald-d'Etchemin. Inauguration de la gare terminale du chemin de fer du Grand Tronc (constituait alors le lien entre les Maritimes, la New England, Montréal et le Haut-Canada.
(18 décembre) Abolition du régime seigneurial.
1855
Construction de l'église Saint-Romuald.
(1 juillet) Constitution de la municipalité de la paroisse de Saint-Joseph-de-la-Pointe-de-Lévy. Constitution de la municipalité de la paroisse Saint-Henri-de-Lauzon. Constitution de la municipalité de la paroisse de Saint-Nicolas. Constitution de la municipalité de la paroisse de Saint-Romuald-d'Etchemin par détachement de celle de la paroisse de Saint-Jean-Chrisostome.
1857
(10 novembre) La seigneurie de Saint-Étienne (109) appartient à William Pozer.
1858
Fondation de l'École Marcelle-Mallet (cette institution était privée secondaire, pour filles et garçons en 2010).
(1er décembre) Érection canonique de la paroisse Saint-Étienne-de-Lauzon par détachement de celles de Saint-Nicolas et Saint-Lambert.
1859
Charles King se retire de son association avec Hans Denaston Breakey ; ce dernier continue à exploiter seul la scierie et les forêts de la Beauce.
1860
La municipalité d'Aubigny adopte le nom de Lévis en commémoration de la victoire du chevalier François-Gaston de Lévis à la Bataille de Sainte-Foy en 1760.
(24 septembre) Constitution de la municipalité de la paroisse de Saint-Étienne-de-Lauzon.
1861
Nomination du premier curé résidant et ouverture des registres de la paroisse Saint-Étienne-de-Lauzon.
(1 janvier) Constitution de la municipalité de Saint-Étienne-de-Lauzon.
(18 mai) Constitution de la municipalité de la ville de Lévis par détachement de celle de la paroisse de Notre-Dame-de-la-Victoire.
1862
Ouverture d'un bureau de poste sous le nom de Baillargeon. Fondation du Régiment de Lévis de l'Armée canadienne.
1863
(1 janvier) Constitution de la municipalité du village de Bienville.
1865
Au décès de Hans Denaston Breakey, ses deux fils, William et John Breakey, prennent la direction de l'entreprise familiale.
1867
(1 janvier) Constitution de la municipalité du village de Lauzon par détachement de celle de la paroisse de Saint-Joseph-de-la-Pointe-de-Lévy.
1870
William Breakey se retire des affaires et John Breakey s'associe à son cousin Henry King, et à James Palton sous la raison sociale Henry King and Company.
1871
Palton s'étant retiré de l'entreprise, celle-ci adopte le nom de King and Breakey.
1872
Les frères George et Allison Davie, constructeurs de navires, achètent la cale sèche de Thomas Oliver et la déménagent sur la plage de Lévis.
1873
Ouverture d'un bureau de poste sous le nom de Chaudière-Station à Saint-Rédempteur.
1875
1875
(23 juin) Pose du dernier rail du chemin de fer en face de la gare par le lieutenant-gouverneur du Québec, René-Édouard Caron, et inauguration du chemin de fer de la compagnie Lévis and Kennebec RailwayQuebec Central Railway Company entre Lévis et Scott Jonction.
(3 juillet) Inauguration du chemin de fer entre Lévis et Halifax (Nouvelle-Écosse).
(20 décembre) Érection canonique de la paroisse de Saint-Télesphore par détachement de celle de Notre-Dame-de-Lévis.
1876
(13 janvier) Constitution de la municipalité de la paroisse de Saint-David-de-l'Auberivière.
(26 avril) Constitution de la municipalité de Saint-Télesphore.
(21 août) Érection canonique de la paroisse Saint-David-de-l'Aube-Rivière par détachement de celle de Notre-Dame-des-Victoires.
1877
Ouverture des registres de la paroisse Saint-David-de-l'Auberivière.
1881
(Mars) La Quebec Central Railway acquiert la Lévis and Kennebec Railway lors d'une vente aux enchères exécutée par le shérif sur le parvis de l'église Notre-Dame de Lévis.
1882
George Davie acquiert l'Indian Cove West à Lauzon de sa belle-mère, veuve de Duncan Patton.
1886
Fin des travaux de construction de la cale sèche Lorne au coût de 90 000 $ ; Lorne est le nom du marquis de Lorne, gendre de la reine Victoria.
1892
(30 octobre) Ouverture de l'Hôtel-Dieu de Lévis fondé par A. Gauvreau, curé de la paroisse Notre-Dame-de-la-Victoire.
Ouverture de l'École d'infirmières de l'Hôtel-Dieu de Lévis..
1893
George Davie acquiert la seconde moitié du terrain de Duncan Patton, à l'est de la Pointe-Lévy et forme la Big Davie.
1895
(9 juillet) Tragédie mortelle ; accident de chemin de fer ; 800 pèlerins partent de Sherbrooke pour se rendre à Sainte-Anne-de-Beaupré à bord de 2 trains qui se suivent à 10 minutes d'intervalle ; le premier train, à l'insu du second, s'arrête à la station Craig Road pour faire le plein d'eau ; le second train le tamponne par l'arrière provoquant son déraillement ; bilan : 25 morts et 50 blessés.
1896 Nomination du premier curé résidant et ouverture des registres de la paroisse Saint-Antoine-de-Bienville.
1898
John Breakey devient le seul propriétaire des installations de Chaudière Mills qui commence à être connues sous le nom de Breakeyville ; il prend aussi possession de 1 170 km2 de concessions forestières situées dans les cantons de Marlow, Risborough, Linière, Gayhurst, Shenley, Jersey, Tring et Watford ; plus tard, il obtiendra les concessions dans les cantons de Metgermette-Nord, de Metgermette-Sud et de Dorset.
(22 février) Tragédie mortelle ; avalanche au cours d'une longue et violente tempête de neige ; bilan : 4 morts, et 2 maisons détruites au pied du cap.
1899
Nomination du premier curé résidant et ouverture des registres de la paroisse Saint-Louis-de-Pintendre.
1900
Construction d'une centrale hydroélectrique sur la rivière Chaudière par la Quebec Power, filiale de la Shawinigan Water and Power.
(6 décembre) Ouverture de sa première caisse populaire par Gabriel-Alphonse Desjardins, fondateur des Caisses populaires Desjardins avec son épouse.
1901
Érection canonique de la paroisse Saint-Louis-de-Pintendre par détachement de celles de de Saint-Henri, Notre-Dame-des-Victoires et Saint-Joseph ; son territoire couvre une partie de la seigneurie de Lauzon (108).
Construction d'une centrale hydroélectrique au sommet de la cataracte qui tombe près de l'embouchure de la rivière Chaudière.
Fondation de l'hospice Guay par Mgr Charles Guay.
(6 mars) Constitution de la municipalité de la paroisse de Saint-Louis-de-Pintendre.
1902
Nomination du premier curé résidant et ouverture des registres de la paroisse Notre-Dame-du-Perpétuel-Secours-de-Charny. Ouverture d'un bureau de poste sous le nom de Saint-Romuald-d'Etchemin.
Des tramways électriques commencent à circuler dans les rues de Lévis.
Fondation d'un monastère de Trapistes à Saint-Romuald-d'Etchemin.
(28 juillet) Fondation de la Caisse populaire de Saint-Joseph-de-Lévis.
1903 Construction de l'église Notre-Dame-du-Perpétuel-Secours-de-Charny.
(2 mars) Érection canonique de la paroisse Notre-Dame-du-Perpétuel-Secours-de-Charny par détachement de celle de Saint-Jean-Chrysostome.
(29 juin) Constitution de la municipalité de la paroisse de Notre-Dame-du-Perpétuel-Secours-de-Charny.
1908
(1 novembre) Érection canonique de la paroisse Sainte-Hélène-de-Breakeyville par détachement de celle de Saint-Jean-Chrisostôme ; son territoire couvre la concession de Saint-Augustin.
1909
Nomination du premier curé résidant et ouverture des registres de la paroisse Sainte-Hélène.
(11 février) Constitution de la municipalité de la paroisse de Sainte-Hélène-de-Breakeyville par détachement de celle de la paroisse de Saint-Jean-Chrisostome.
1910
(3 novembre) Le village de Lauzon devient ville.
1911
(25 août) Érection canonique de la paroisse Saint-Antoine-de-Bienville par détachement de celles de Notre-Dame-de-la-Victoire et Saint-Joseph-de-la-Pointe-de-Lévis ; son territoire couvre une partie de la seigneurie de Lauzon (108).
1912
Constitution de la municipalité de Saint-Nicolas-Sud par détachement de celle de la paroisse de Saint-Nicolas.
(22 avril) Fondation de la Caisse populaire de Bienville.
1913
(8 juillet) Constitution de la municipalité du village de Saint-Henri par détachement de celle de la paroisse de Saint-Henri-de-Lauzon.
1914
George T. Davie and Sons s'associe à la Vickers, Sons and Maxim qui est implantée à Montréal depuis 1911 ; au cours de la guerre 1914-1918, la compagnie Davie construit 424 navires (dériveurs de bois, chalutiers et harenguiers).
1915
Fondation de la mission Saint-Rédempteur.
1916
Annexion de la municipalité de la paroisse de Notre-Dame-de-la-Victoire par la ville de Lévis.
1917
Importante inondation provoquée par les crues de la rivière Chaudière à Sainte-Hélène-de-Breakeyville.
1918
La cale sèche Champlain (365 m de longueur) de la Davie Ship Building est aménagée.
1919
Importante grève des employés de la Davie Ship Building de Lauzon ; l'armée est appelée à intervenir.
(3 octobre) Érection canonique par détachement de celle de Saint-Étienne-de-Lauzon, nomination du premier curé résidant et ouverture des registres de la paroisse Saint-Rédempteur ; son territoire couvre une partie de la seigneurie de Lauzon (108).
(9 juin) Constitution de la municipalité du village de Saint-Rédempteur par détachement de celle de la paroisse de Saint-Étienne-de-Lauzon.
1920 Prise de possession par la Canada Steamship Lines (associée à la compagnie Vickers de Montréal) du chantier naval Davie en difficultés financières ; la nouvelle compagnie propriétaire prend le nom de George T. Davie Limited. Fondation de la desserte Sainte-Jeanne-d'Arc par détachement de celles de Saint-David-de-l'Aube-Rivière et Notre-Dame-de-la-Victoire-de-Lévis.
(20 novembre) Fondation de la Caisse populaire du Très-Saint-Rédempteur.
1922 (25 janvier) Constitution de la municipalité du village de Rivière-Boyer par détachement de celle de la paroisse de Saint-Henri-de-Lauzon.
1923
La population de la paroisse Notre-Dame-de-la-Victoire-de-Lévis est de 10 500 âmes, Notre-Dame-du-Perpétuel-Secours-de-Charny, 2 368, celle de Saint-Antoine-de-Bienville, 2 817, celle de Saint-David-de-l'Aube-Rivière, 1 900, celle de Saint-Nicolas, 1 475, celle de Saint-Louis-de-Pintendre, 775, celle de Sainte-Hélène-de-Breakeyville, 980, celle de Sainte-Jeanne-d'Arc, 554, celle de Saint-Étienne-de-Lauzon, 668, celle de Saint-Jean-Chriysostome, 1 075, celle de Saint-Joseph-de-la-Pointe-de-Lévy, 4 160, celle de Saint-Rédempteur, 590, et celle de Saint-Romuald-d'Etchemin, 3 293.
1924
Annexion du village de Bienville par la ville de Lauzon. La municipalité de la paroisse de Notre-Dame-du-Perpétuel-Secours-de-Charny devient village et adopte le nom de Charny.
1925
Liquidation de la Caisse populaire de Bienville.
1928
Érection canonique de la paroisse du Christ-Roi.
1929
Érection canonique de la paroisse Sainte-Jeanne-d'Arc. Construction du bureau de poste de Saint-Romuald.
1931
(18 février) Fondation de la Caisse populaire du Christ-Roi.
1935
(4 mars) Fondation de la Caisse populaire de Charny.
1939
(22 novembre) Fondation de la Caisse populaire de Bienville.
1939-1945
La Davie Shipyard construit 35 navires de guerre au cours de la Deuxième Guerre mondiale - 1939-1945.
1940
(8 mars) Fondation de la Caisse populaire de Saint-Jean-Chrysostome.
(21 avril) Fondation de la Caisse populaire de Saint-Romuald-d'Etchemin.
1943
Érection canonique de la paroisse Sainte-Bernadette.
(25 mai) Fondation de la Caisse populaire de Saint-Henri-de-Lauzon.
(10 octobre) Fondation de la Caisse populaire de Saint-David-de-l'Auberivière.
1944
Fondation du Juvénat Notre-Dame-du-Saint-Laurent à Saint-Romuald par les Frères de l'Instructions chrétienne (cette institution était privée secondaire, pour filles et garçons en 2010).
(3 juillet) Fondation de la Caisse populaire de Saint-Lambert.
(14 novembre) Fondation de la Caisse populaire de Saint-Nicolas.
1947
(6 décembre) Fondation de la Caisse populaire de Pintendre.
1948
(7 février) Fondation de la Caisse populaire de Saint-Étienne-de-Lauzon.
1949
(15 octobre) Fondation de la Caisse populaire de Breakeyville.
1950
(13 novembre) Tragédie mortelle ; accident aérien ; Charles-Eugène Gagnon un résidant de Lévis est tué dans l'écrasement d'un avion sur le mont Obiou (France).
1952
(14 juin) Fondation de la Caisse populaire de Sainte-Bernadette-de-Lauzon.
1955
(27 octobre) Incendie du chantier maritime de la compagnie Davie Ship Building et d'une dizaine de maisons environnantes de Lauzon.
1962
La municipalité de Saint-David-de-l'Auberivière devient ville. La municipalité de la paroisse de Saint-Nicolas devient ville.
1963
Saint-Romuald-d'Etchemin devient ville.
1965
(13 novembre) La municipalité de la paroisse de Saint-Jean-Chrysostome devient ville.
(4 décembre) Le village de Charny devient ville.
(18 décembre) Regroupement des municipalités de Saint-Télesphore et de Saint-Romuald-d'Etchemin sous le nom de cette dernière.

La population de Charny est de 4 564 habitants.
1966
Le bureau de poste Chaudière-Station prend le nom de Saint-Rédempteur-de-Lévis.
1968
La municipalité de Saint-Nicolas-Sud adopte le nom de Bernières.
La Canada Steamship Lines achète le chantier Little Davie de Lauzon et le fusionne avec le chantier de George T. Davie Limited.
La Canada Steamship Lines passe aux mains de Power Corporation.
1969
Fondation du Cégep de Lévis-Lauzon.
1970
Hydro-Québec abandonne l'exploitation de sa centrale située au sommet des cataractes près de l'embouchure de la rivière Chaudière.
(17 mars) Lancement du pétrolier Kriti Wave à la Davie Shipyard ; à l'époque, il s'agissait du plus gros navire construit au Canada.
1973
La ville de Lévis achète le site de l'église anglicane de style néogothique (1850).
1975
(22 mars) Fondation de la Caisse de financement de Lévis.
1976
La Canada Steamship Lines (prpopriété de Power Corp.) vend le chantier naval Davie à Louis Rochette de la compagnie Soconav.
1981
La Davie Shipbuilding de Lauzon, qui n'emploie plus que 200 travailleurs, passe aux mains de Dome Petroleum-Versatile.
Le village de Saint-Rédempteur devient ville.
1982
La cité de Saint-Romuald-d'Etchemin devient ville et adopte le nom de Saint-Romuald.
1983
Le gouvernement du Canada décide de construire six frégates pour la marine canadienne ; le contrat est accordé à la compagnie St. John Shipbuilding du Nouveau-Brunswick qui a cependant l'obligation d'en faire assembler trois dans la province de Québec.
1984
Fondation du Centre spécialisé en robotique affilié au Cégep de Lévis-Lauzon.
1985
Faillite de la Dome Petroleum, propriétaire de la Davie Shipbuilding de Lauzon qui est récupérée par la compagnie Versatile de Vancouver déjà propriétaire du chantier naval de la compagnie Vickers de Montréal.
1987
La Société générale de financement, propriétaire de Marine Industries limitée, achète la compagnie Versatile de Vancouver et devient ainsi propriétaire du chantier naval de la compagnie Vickers de Montréal et de celui de la Davie Shipbuilding de Lauzon ; la Davie Shipbuilding adopte le nom d'Industries Davie.
(12 décembre) Fusion des caisses populaires de Sainte-Élisabeth et de Lauzon sous le nom de cette dernière.
1990
La population de Bernières est de 6 110 habitants, celle de Charny, 9 123, celle de Lévis-Lauzon, 31 930, celle de Pintendre, 4 001, celle de Sainte-Hélène-de-Breakeyville, 2 385, celle de Saint-Étienne-de-Lauzon, 5 785, celle de Saint-Jean-Chrysostome, 8 797, celle de Saint-Lambert-de-Lauzon, 3 611, celle de Saint-Nicolas, 6 123, celle de Saint-Rédempteur, 5 033, celle de Saint-Romuald, 9 953.
1990
(1 août) Regroupement des municipalités de Lévis et de Lauzon sous le nom de Lévis-Lauzon.
1991
Regroupement des municipalités de Saint-David-de-l'Auberivière et Lévis-Lauzon sous le nom de Lévis.
Les gouvernements provincial et fédéral injectent 300 M $ pour rescaper Industries Davies.
1993
Fondation de la Régie intermunicipale de police et direction incendie de Charny, Saint-Jean-Chrysostome et Saint-Romuald.
1994
(21 septembre) Regroupement des municipalités de Bernières et Saint-Nicolas sous le nom de Bernières-Saint-Nicolas.
1995
Décision du gouvernement du Québec de se départir du chantier naval des Industries Davie qu'il vend pour 1 $ à la compagnie Dominion Bridge de Lachine.
1996
Le gouvernement du Québec verse 25 M $ pour compenser son piètre état, du chantier naval de Lauzon, puis le vend pour la somme de un dollar à la Compagnie Dominion Bridge de Lachine ; il élimine le Groupe Verreault de Les Méchins ; la Société de développement industriel du Québec injecte 15 des 60 M $ nécessaires à Dominion Bridge de Lachine pour moderniser le chantier afin de le rendre propice à la construction de plates-formes de forage de puits de pétrole en mer.

(24 août) La municipalité de Bernières-Saint-Nicolas adopte le nom de Saint-Nicolas.
1997
Un attentat à la bombe dirigé contre le bunker des Hells-Angels à Saint-Nicolas endommage plusieurs résidences avoisinantes mais fait peu de dégâts au bunker ; l'attentat avait été dirigé par le chef des Rock-Machine, Fredéric «Fred» Faucher.
1997-1999
Construction d'une centrale hydroélectrique de 24 MW au fil de l'eau par la compagnie Innergex qui a obtenu un contrat d'Hydro-Québec d'une durée de 25 ans ; cette centrale peut alimenter en électricité entre 4 000 et 5 000 résidences moyennes.
1998
La Dominion Bridge déclare faillite et Les Industries Davie sont de nouveau mises en vente.
2000
La population de Charny est de 10 791 habitants, celle de Lévis, 41 519, celle de Pintendre, 6 300, celle de Sainte-Hélène-de-Breakeyville, 3 705, celle de Saint-Étienne-de-Lauzon, 9 131, celle de Saint-Jean-Chrysostome, 17 750, celle de Saint-Joseph-de-la-Pointe-de-Lévy, 843, celle de Saint-Lambert-de-Lauzon, 4 814, celle de Saint-Nicolas, 16 837, celle de Saint-Rédempteur, 6 538, celle de Saint-Romuald, 11 073.
(Février) La compagnie pétrolière brésilienne Petrobras met en service la plate-forme P-36 dans le champ pétrolifère de Roncador dans le bassin de Campos (littoral nord de l'état de Rio au Brésil) ; cette plate-forme, la plus grande du genre au monde, avait été construite en Italie en 1994, puis modifiée et agrandie par Les Industries Davies en 1997-1999.
(20 décembre) Sanction de la Loi portant réforme de l'organisation territoriale municipale des régions métropolitaines de Montréal, de Québec et de l' Outaouais adoptée par l'Assemblée nationale du Québec-ANQ le même jour ; cette loi ordonne, entre autres, le regroupement des municipalités de Charny, Saint-Nicolas, Lévis, Pintendre, Sainte-Hélène-de-Breakeyville, Saint-Étienne-de-Lauzon, Saint-Jean-Chrysostome, Saint-Joseph-de-la-Pointe-de-Lévy, Saint-Lambert-de-Lauzon, Saint-Rédempteur et Saint-Romuald ; elle ordonne la disparition des municipalités régionales de comté de Desjardins et des Chutes-de-la-Chaudière. Un comité de transition est chargé de prendre toutes mesures pour que les structures de la nouvelle ville soient en place et mises sous l'autorité du conseil de la nouvelle ville élu le 4 novembre 2001.
2001
(20 mars) La plate-forme P-36 sombre dans les eaux de l'Atlantique, à 120 km des côtes brésiliennes ; la structure de forage avait été ravagée le 15 mars par des explosions et par un incendie qui ont fait au moins 2 morts ; cet événement entraîne la faillite du consortium international propriétaire qui ne peut effectuer un paiement de 32 M $ à Industries Davie.
(23 octobre) Le Gouvernement du Québec refuse d'aider financièrement les Industries Davie qui déclarent faillite ; les biens de la compagnie sont mis entre les mains d'un syndic.
(25 octobre) Avis de cessation d'emploi envoyés aux derniers employés des Industries Davie.
(4 novembre) Élection du premier maire et des premiers conseillers municipaux de la nouvelle ville de Lévis ; Jean Garon est élu maire.
2002
(1 janvier) Les villes fusionnées cessent d'exister et la nouvelle municipalité de la ville de Lévis les remplace.
2003
La ville investit 3,5 M $ dans la réfection de la salle de spectacle L'Anglicane (262 places) logée dans l'ancienne église anglicane (1850)
2004
Fondation de l'École Vision School (cette institution était privée préscolaire et primaire, pour filles et garçons en 2010).
Un train de Wagons DOT-111 transportant du pétrole déraille près de Lévis et 200 000 litres de pétrole se répandent dans les environs.
(20 mai) Les contribuables des anciennes municipalités de Charny (10,7 %), de Saint-Étienne-de-Lauzon (23,4 %), de Saint-Nicolas (16,6 %) et de Saint-Rédempteur (14,5 %) signent les registres demandant la tenue d'un référendum visant à démembrer la ville Lévis et à devenir quatre entités municipales distinctes.
(20 juin) Référendums sur le démembrement de Lévis ; le vote pour la séparation devant atteindre 50 % + 1 des électeurs ayant voté et représenter au moins 35 % des électeurs inscrits, Charny (18,29 % des électeurs inscrits), Saint-Étienne-de-Lauzon (28 % des électeurs inscrits), Saint-Nicolas (27,04 % des électeurs inscrits) et Saint-Rédempteur (19,68 % des électeurs inscrits) demeurent partie de Lévis.
2005
La population de Lévis est de 129 521 habitants.
(Juillet) Un consortium dirigé par Sylvio Gaudreault annonce qu'il a déposé une offre d'achat du chantier d'Industries Davie et qu'il a des contrats fermes pour 36 navires de 16 500 tonnes et de 7 500 tonnes d'une valeur totale de 1,3 G $ pour des armateurs grecs ; sa proposition n'est pas retenue par le syndic.
2006
(20 février) Le syndic de la faillite d'Industries Davie accepte la proposition de la compagnie Groupe Navamar de Montréal et autorise cette compagnie à faire un examen de la situation financière de la compagnie Davie.
(1er juin) Sauf pour certains détails à régler, la proposition du Groupe Navamar (appuyée par la compagnie norvégienne Teco Management Group) est acceptée par le syndic de la faillite d'Industries Davie qui annule la vente aux enchères qui devait se tenir le 12 juin suivant.
(2 juillet) Par un vote à 95 % de ses membres présents à l'assemblée, le Syndicat des employés des Industries Davie accepte les termes (gel des salaires en première année et augmentation de 2% par année) d'une convention collective dont l'expiration est fixée à 2011.
(25 août) Constatant l'impossibilité de Groupe Navamar et de Teco Management d'obtenir des garanties de financement du prix d'achat, le syndic de la faillite annonce qu'il commencera la liquidation des biens des Industries Davie le 5 septembre 2006.
(3 octobre) Teco Management annonce qu'il a réussi à ficeler un plan de financement incluant la participation de la Société générale de financement du Québec qui prête 18 M $, que l'achat de la Davie pourrait être conclu dans les plus brefs délais et que la vente des actifs pourrait être annulée.
(13 octobre) Le syndic de la faillite des Industries Davie annonce qu'il a conclu la vente du chantier maritime à la Compagnie norvégienne Teco Management au prix de 28,3 M $.
Depuis sa fondation en 1825, 717 navires de toutes sortes ont été construits par la compagnie Davie.
2007
(12 février) Affirmant ne pouvoir rencontrer la concurrence des fabricants asiatiques, le manufacturier de meubles Shermag annonce la fermeture de son usine de meubles de salle à manger de Saint-Étienne-de-Lauzon (Lévis) et de son usine de meubles de chambre à coucher de Disraeli et la mise à pied des 250 syndiqués qui travaillent dans ces usines.
(12 février) Le chantier maritime Davie annonce l'obtention d'un contrat de construction de 3 navires de construction en mer (130 m de longueur x 28 m de largeur) pour le compte de la compagnie norvégienne Cecon. Plus tard, Davie obtient le contrat pour la construction de 2 autres navires de cette catégorie pour le service des gisements pétrolifères de la Mer du Nord, puis elle obtient le contrat pour la rénovation de deux bateaux de croisière de la compagnie chypriote Ocean Hotel.
2008
Les gouvernement fédéral et provincial autorisent la poursuite du projet Rabaska et l'aménagement d'un port méthanier qui recevra des bateaux transportant du gaz naturel liquéfié.
(24 mai) Les Hells-Angels établissent leurs pénates dans le secteur de Charny.
(11 décembre) En attendant la conclusion d'une procédure de refinancement, la compagnie Chantiers Davie annonce la mise à pied de ses 1 100 employés pour une durée indéterminée.
(17 décembre) Le Gouvernement fédéral annonce qu'en vertu de programme d'aide aux exportation, il offre à Chantiers Davie de garantir des emprunts jusqu'à concurrence de 380 M $ ; ce qui devrait permettre à la compagnie de rappeler ses 1 100 employés vers la mi-janvier et d'embaucher 500 travailleurs additionnels ; la compagnie a un carnet de commandes de 500 M $ pour la construction de 5 navires dont 3 navires de service et de ravitaillement des structures de puits d'huile océaniques pour la compagnie Cecon ASA de Norvège et 2 navires-hôtels pour la compagnie Ocean Hotels PLC.
2009
(23 juillet) Investissement Québec prête 53,5 M $ et Exportation et Développement Canada prête 40 M $ à Chantiers Davie pour régler ses problèmes de liquidité ; la compagnie doit mettre à pied près de 1 600 employés.
(7 septembre) La police de Lévis est appelée par des passants qui ont aperçu un homme gisant dans le fossé qui longe l'autoroute 20 dans le secteur Saint-Nicolas ; 2 automobiles de police sont dépêchées sur les lieux ; la policière Mélanie Roy, 21 ans, perd le contrôle de l'auto-patrouille qu'elle conduisait à haute vitesse ; le véhicule glisse, percute un pilier du saut-de-mouton de l'autoroute 73, fait un tonneau, puis s'immobilise au milieu de l'autoroute 20 ; la policière, qui était en service depuis le mois de juin précédent, décède des suites de cet accident.
2010
La population de Lévis est de 136 997 habitants.
(24 février) Privé de liquidités,Chantiers Davie se place sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers et nomme l'avocat Donald Campbell à la présidence du conseil d'administration ; Campbell a été sous-ministre du commerce extérieur du Canada et ambassadeur du Canada au Japon.
(16 avril) Chantiers Davie suspend la construction du plus avancé des navires en construction et met 100 employés à pied.
2011
Le Gouvernement du Canada annonce un programme de construction navale de 33 G $ et qu'il accordera deux contrats (un de 25 G $ et l'autre de 8 G$) pour la construction de nouveaux navires pour la Défense nationale et la Garde Côtière.
(18 février) Un amendement à l'appel d'offres du Gouvernement stipule que les entreprises navales devront avoir un propriétaire en bonne et due forme, avec en main des cautions judiciaires et de l'argent dans les coffres pour être qualifiées comme constructeur des navires du Gouvernement ; Davie a jusqu'au 18 mai 2011 pour démontrer au Gouvernement qu'elle a un nouveau propriétaire solide et crédible sans quoi, elle sera exclue de la course au contrat.
(1er avril) Le consortium formé de la firme italienne Finmeccanica et de la compagnie DRS Technologies Canada offre d'acheter Davie, ce qui permettrait à celle-ci de se qualifier à temps pour le ministère de la Défense nationale.
(8 mai) Davie s'entend avec le syndicat de ses employés pour une convention collective de 5 ans prévoyant une augmentation salariale de 8 % répartie sur cette période.
(13 juillet) Trouvant que Davie présentait un trop grand risque, le consortium Finmeccanica et DRS Technologies Canada retire son offre d'achat.
(14 juillet) La Société SNC-Lavalin s'associe avec la compagnie ontarienne Upper Lakes Group et la compagnie coréenne Daewoo pour former un consortium qui offre d'acheter le chantier maritime Davie dans le but de qualifier la compagnie pour présenter des soumissions pour la partie non combattante de l'investissement de 35 G $ du gouvernement du Canada dans la marine canadienne ; Investissement Québec acquiert des débentures de 35 M $ dans les actifs du chantier en vertu d'un prêt accordé au Upper Lakes Group.
Malheureusement l'offre d'achat tombe dans le vide lorsque Davie n'obtient pas la qualification pour la Marine du Canada ; SNC-Lavalin et Upper Lakes Group retirent leur mise et Davie retourne entre les mains de ses créanciers ; trois navires, restent partiellement (60%) construits sur le chantier. Davie a une commande de deux traversiers pour la Société des traversiers de Québec.
2012
(août) Le Soleil révèle que la compagnie Zafiro Marine, société détenue par une société d'investissement de Chypre appartenant à V-Group dont le principal actionnaire est OMERS, la caisse de retraite des employés municipaux de l'Ontario. spécialisée dans la location de bateaux a déposé une offre pour acquérir le chantier Davie. afin de se doter d'un lieu pour construire des navires.
(2 novembre) Zafiro Marine achète la Davie qu'Upper Lakes Group voulait obtenir.
(19 novembre) Le Gouvernement du Québec approuve la vente de Davie à Zafiro Marine.
(4 décembre) Michel Juneau-Katsuya, président de la firme JKI Davie qui a été écartée du processus de soumission, porte plainte à la Sûreté du Québec-SQ sur la façon dont son concurrent, Zafiro Marine a acquis la propriété du chantier ; le Gouvernement avait un droit de veto sur cette transaction puisqu'il avait prêté 40 M à Davie et 5 M $ Upper Lakes Group. Juneau-Katsuya reproche à Upper Lakes, au gouvernement du Québec et surtout à Investissement Québec d'avoir passé outre aux signaux d'alarme qu'il avait lancé lors de rencontres, de conversations et dans une lettre expédiée par son avocat en septembre 2012 ; il avait notamment signalé que le processus d'appel d'offres était truffé d'irrégularités et que tout semblait fait pour tenir JKI Davie hors-jeu et que surtout, il avait été victime de marchandage ; selon Juneau-Katsuya, le PDG de Davie, Richard Bertrand avait proposé au début du mois d'août à 2 membres de l'équipe JKI Davie, dont Sylvio Goudreault, un arrangement spécial d'une valeur de 1,5 M $ ; Bertrand aurait dit à Goudreault «Je peux tout organiser pour que ton nom soit au-dessus de la pile. Ça coûte 1,5 M $: 500 000 $ par année. Mets-moi dehors le lendemain, et, vu que j'ai un contrat, tu vas me payer 1,5 M $ et c'est ainsi que tu auras le chantier. Juneau Katsuya a été avisé par téléphone par Price Waterhouse Cooper les responsables de la vente, qu'il avait été décidé de négocier de gré à gré avec Zafiro Marine. Richard Bertrand a été embauché par Zafiro Marine, une compagnie britanique et monégaste.
2013
(22 janvier) La propriétaire du chantier reprend les travaux de construction des 3 navires en chantier pour la compagnie Cecon, un entrepreneur norvégien de forage de puits de pétrole ou gaz sous-marins. Le nouveau propriétaire paye 2 000 $ à chacun des 900 anciens employés de Davie.
(Mai) La Société des traversiers du Québec et Zafiro Marine s'entendent pour la construction de deux traversiers aux chantiers maritimes de la Davie ; le montant de la transaction est de 125 M $ ; ces traversiers de 3 500 tonnes chacun sont destinés à remplacer les traversiers Armand-Imbeau et Jos-Deschênes pour desservir la traverse Tadoussac-Baie-Sainte-Catherine.
(26 juin) Le Gouvernement du Canada annonce son intention de faire construire de 18 à 21 navires pour la garde côtière canadienne.
(25 octobre) Lancement du navire Cecon Pride entièrement construit au chantier d'Industries Davie ; ce navire, qui peut accueillir jusqu'à 100 personnes fait partie d'un ensemble de 3 vaissaux ; les deux autres, le Cecon Excellence et le Cecon Sovereign doivent être terminés en 2014 ; les navires ont été commandés par la société norvégienne Cecon pour servir l'industrie pétrolière. La Davie emploie 750 travailleurs.
2014
(4 janvier 2014) Les cadavres de Michel Daigle, 68 ans, et de sa conjointe, Normande Labrie, 67 ans, sont trouvés dans un immeuble à logements au 534 rue des Hirondelles dans le secteur Saint-Romuald à Lévis ; on croit qu'il s'agit d'un meurtre suivi d'un suicide ; les deux victimes étaient malades. Normande Labrie avait subi une crise cardiaque trois semaines auparavant.
(15 juillet 2014) Une policière du service de police de Lévis ayant une vingtaine d'années d'expérience d'abord au Service de police de la MRC Chaudière-Etchemins, puis au Service de police de Lévis, se suicide avec son arme de service dans son automobile personnelle ; elle n'était pas en service au moment de poser son geste fatal. Son cadavre a été trouvé à Donnacona.
2015
13 octobre 2015) Début d'une grève des travailleurs (officiers mécaniciens et de navigation) membres de l'union internationale des Métallos unis dAmérique employés de la Société des traversiers de Sorel-Tracy/Saint-Ignace-de-Loyola et Québec/Lévis ; les usagers de Saint-Ignace-de-Loyola et de Berthierville qui veulent se rendre à Sorel-Tracy et vice versa doivent emprunter le pont de Trois-Rivières ou l'un ou l'autre des ponts qui relient l'île de Montréal ou utiliser des yachts et ceux de Québec ou de Lévis doivent emprunter le pont de Québec ou utiliser des yachts.
2016
(24 mars 2016) Le Gouvernement du Québec alonge la somme de 20 millions $ afin de permettre à la Davie de réembaucher 182 travailleurs mis à pied afin de terminer la construction de deux bateaux laissés en plan qui étaient destinés àla Société des traversiers du Québec ; il y a un litige entre la Société des traversiers et la compagnie Davie. Celle-ci allègue qu'il y a eu des modifications aux plans et exige d'être payée pour celles-ci ; cette solution est interlocutoire ; le problème en est un d'interprétation du contrat rédigé en français mais traduit en anglais par la compagnie ; La Société des traversiers travaille en français alors que Davie travaille en anglais et fait traduire ses documents dans cette dernière langue.


Lévisiens cités dans La Mémoire du Québec -


Charles Bégin (Lévis), Louis-Nazaire Bégin (Lévis), Anne-Marie Bélanger (Saint-Rédempteur), Michel F. Bélanger (Lévis), Noël Belleau (Lévis), Gérard Bergeron (Charny), Alphonse Bernier (Lévis), Yves Bernier (Lévis), Jean-Cléophas Blouin (Lévis), Gérald Boisvert (Charny), Ignace Bourget (Lévis), Maurice Bourget (Lévis), Pierre Boutin (Lévis), Gaétan Brulotte (Lévis), Jean Carignan (Lévis), Guylaine Cloutier (Lévis), François Corneau (Lévis), Pierre-Émile Côté (Lévis), Cécile Coulombe (Lévis), George Couture (Lévis), Louis-Georges Demers (Lévis), Modeste Demers (Saint-Nicolas), Gabriel-Alphonse Desjardins (Lévis), Frédéric Dorion (Lévis), Albert Dumontier (Lévis), Maurice Dupré (Lévis), Maurice Dussault (Lévis), Louis Fortin (Lévis), Joseph-Georges Francoeur (Lévis), Louis-Honoré Fréchette (Lévis), Charles-Omer Garant (Lévis), Émile Gelly (Lévis), Michel Gervais (Lévis), Lauréat Lapierre (Saint-Jean-Chrysostome), Joseph-Théophile Larochelle (Lévis), Ghislain Lebel (Lévis), François-Xavier Lemieux (député de Lévis) (Lévis), François-Xavier Lemieux (député de Dorchester) (Lévis,) Blaise-Ferdinand Letellier (Lévis), Fernand Lizotte (Lévis), Pierre Morency (Lévis), Nazaire-Nicolas Olivier (Saint-Nicolas), Benjamin Paquet (Saint-Nicolas), Étienne-Théodore Paquet (Saint-Nicolas), Alphonse-Marie Parent (Saint-Jean-Chrysostome), Jean-Marc Robitaille (Lévis), Alfred-Valère Roy (Lévis), Antoine Roy (Lévis), Laetare Roy (Lévis), Lucien Roy (Saint-Jean-Chrysostome), Pierre-Georges Roy (Lévis), Roger Roy (Lévis), Joseph Samson (Lévis), Joseph-Albert Samson (Lévis), Yvon Sirois (Charny), Thomas Vien (Lévis).

  • Attraits :


Abbaye Notre-Dame-du-Bon-Conseil ; loge des Cisterciennes de la stricte observance (trappistes) à Saint-Romuald depuis 1902.
Ancien hôtel de ville de Lauzon (vers 1875) ; 302, rue Saint-Joseph à Lauzon ; reconnu monument historique en 1975.
Barrage de Charny (1903) ; construit sur la rivière Chaudière pour l'alimentation d'une centrale hydroélectrique désaffectée en 1970.
Carré Déziel (L'église Notre-Dame-des-Victoires, Maisons de style victorien dont la maison d'Alphonse Desjardins.
Centre d'art de Lévis ; 33, rue Wolfe, secteur Lévis ; regroupe le parc Capitaine-Bernier, L'Anglicane (église anglicane transformée en salle de spectacle de 262 places) et la Galerie Louise-Carrier ; le parc Capitaine-Bernier rend hommage à la marine et au capitaine Joseph-Elzéar Bernier ; la Galerie Louise-Carrier, ancien presbytère de l'église anglicane, loge une galerie d'art.
Chantier A.C.-Davie, Lieu historique national (1829-1989) ; 6220, rue Saint-Laurent, secteur Lauzon.

Chapelle du Collège de Lévis (1892) ; style roman-byzantin ; achetée par la ville de Lévis à la suite d'un tremblement de terre qui avait fragilisé le bâtiment ; transformée en bibliothèque en 1995-1996 au coût de 4,5 M $.
Chapelle processionnelle Sainte-Anne (vers 1789) ; 220, rue Saint-Joseph (Lauzon) ; classée monument historique en 1977 ; acquise par la ville de Lauzon en 1986.
Chapelle processionnelle de Saint-Nicolas (vers 1770) ; rue des Pionniers ; style néogothique ; construite en briques d'Écosse ; classée monument historique en 1961.
Chapelle processionnelle Saint-François-Xavier (vers 1810) ; 340, rue Saint-Joseph, secteur Lauzon ; acquise par la ville de Lauzon en 1986 ; classée monument historique en 1977.
Église anglicane (néogothique, 1850) loge une salle de spectacle de 262 places aménagée selon des plans de l'architecte Dan S. Hanganu ; fait partie du Centre d'art de Lévis.
Église Notre-Dame-de-la-Victoire (1850-1852) ; 18, rue Notre-Dame, carré Déziel, secteur du Vieux-Lévis ; style néoclassique québécois ; plans de Thomas Baillairgé ; orgue Casavant (1912) ; classée monument historique en 2003 ; en face de l'église, un monument dédié à la mémoire du curé Joseph Déziel, fondateur du Collège de Lévis, qui la fit construire (oeuvre de Louis-Philippe Hébert, 1853), le couvent Notre-Dame-de-Toute-Grâce (1858), et l'Hôtel-Dieu de Lévis (1877) ; classée monument historique en 2003.
Église Notre-Dame-du-Perpétuel-Secours (1903) ; secteur Charny ; orgue Casavant (1919).
Église Saint-Antoine-de-Bienville ; orgue Casavant (1917).
Église Saint-Joseph-de-Lauzon (vers 1831) ; rue Saint-Joseph ; plans de Thomas Baillairgé ; orgue Casavant (1898).
Église Saint-Nicolas ; style moderne empruntant la forme d'un bateau ; orgue Casavant (1947).
Église Saint-Romuald (1855) ; plans de Charles-Philippe-Ferdinand Baillairgé ; oeuvres du sculpteur Lauréat Vallières ; orgue Casavant (1918).
Lieu historique national du Canada des Forts-de-Lévis ; 41, chemin du Gouvernement, secteur Lévis ; perpétue l'histoire de ces forts de type Vauban érigés entre 1865 et 1872 sur la pointe Lévis par crainte d'une invasion américaine.
Lieu historique national du Canada du Chantier A.C. Davie ; 6220, rue Saint-Laurent ; mécanisme du plus ancien plan de halage encore en existence en Amérique du Nord (1829-1889).
Maison Alphonse-Desjardins (1882-1884) ; 6, rue du Mont-Marie, secteur Lévis ; style néogothique ; loge la Société historique Alphonse-Desjardins et un centre d'interprétation des Caisses populaires ; classée monument historique en 1983.
Maison natale de Louis-Honoré Fréchette (1837-1841) ; 229, rue Saint-Laurent, secteur Lévis ; reconnue monument historique en 1977.
Parc des Chutes-de-la-Chaudière ; autoroute 73, sortie 130, secteur Charny ; 330, avenue Joseph-Hudon, secteur Charny ; haute de 35 m et large de 121 m, la chute, entourée de 5 belvédères, est traversée par une passerelle d'observation suspendue longue de 113 m, de 2,2 km de sentiers pédestres et de 1,5 km de piste cyclable ; la faune aviaire comprend le grand cormoran, le balbuzard pêcheur, la paruline des ruisseaux etc.
Parcours des Anses ; Autoroute 20, sortie 318 Nord ; Piste multifonctionnelle (15 km) aménagée en bordure du fleuve dans l'emprise de l'ancienne voie ferrée.
Statue de Guillaume Couture, premier colon de Lauzon.
Terrasse de Lévis (1929) ; rue William-Tremblay ; parc belvédère inauguré par le roi Georges VI et la reine Élizabeth.
Vieux bureau de poste de Saint-Romuald.


  • Sports -


Golf ; un parcours de 18 trous (L'Auberivière), un parcours de 18 trous (Charny), un parcours de 18 trous (Golf Stastny, Saint-Nicolas), un parcours de 18 trous (Charny).
Pistes de motoneige : 200 km à Saint-Nicolas ; 139 km à Sainte-Hélène-de-Breakeyville.

  • Accueil -


Cabane à sucre (400 couverts à Saint-Nicolas).
Comfort Inn Lévis ; 19, du Vallon Est.
Hôtel Bernières ; 535, rue de l'Aréna, Saint-Nicolas (Lévis).
Hôtel L'Oiselière ; 165-A, route du Président-Kennedy.
Hôtel-Motel Hospitality ; 3500, boulevard de la Rive-Sud, Lévis.
Hôtel Rond-Point. Hôtel Stastny ; 537, Marie-Victorin, Saint-Nicolas.

  • Services -


Cégep de Lévis-Lauzon (public, préuniversitaire et technique).
Centre de triage ferroviaire.
Centre hospitalier Paul-Gilbert (Charny, 80 lits).
Centre spécialisé en robotique.
Traversier Lévis-Québec.

  • Économie -


Mouvement Desjardins.
Chantiers maritimes de la M.I.L. Davie (Lauzon).
Raffinerie de pétrole et installations portuaires de la compagnie Ultramar, lesquelles peuvent accueillir des pétroliers de 100 000 tonnes (secteur Saint-Romuald).

  • Toponymie -


Aubigny rappelle le souvenir de Charles Lennox duc de Richmond et d'Aubigny. Aubigny est un duché situé en France ; il avait été offert dans les années 1420 à John Stuart, un noble écossais qui avait prêté main forte au roi français Charles VII contre les troupes nglaises durant la Guerre de Cent ans.
Bernières rappelle une localité de Normandieoù des Berniérois, membres du régiment de la Chaudière s'illustrèrent en 1944, au cours de la Deuxième Guerre mondiale ; Bernières est également le nom de l'abbé Henri de Bernières (1635-1700), premier supérieur du Séminaire de Québec (1663, 1665-1672, 1673-1683, 1685-1688 et 1693-1698).
Bienville rappelle le souvenir de François et Jean-Baptiste Le Moyne de Bienville, frères et compagnons de Pierre Le Moyne d' Iberville et d' Ardillières.
Boyer rappelle le souvenir du chirurgien qui accompagne Champlain en 1610, dans une expédition contre les Iroquois.
Baillargeon rappelle le souvenir de l'abbé Étienne Baillargeon, frère de Mgr Charles-François Baillargeon, évêque de Québec (1867-1870).
Breakeyville rappelle le souvenir du marchand John Breakey (1846-1911), bienfaiteur de la paroisse.
Charny rappelle le souvenir de Charles de Lauson de Charny.
Chaudière-Station s'explique par le fait que le chemin de fer Canadien National près de la rivière Chaudière.
Desjardins rappelle le souvenir d'Alphonse Desjardins, fondateur du Mouvement Desjardins.
Etchemin est une déformation du mot amérindien etemankiaks qui signifie «terre de la peau pour les raquettes» et qui évoquait l'abondance des orignaux et des caribous dans la région du lac Etchemin.
L'Auberivière rappelle le souvenir de Mgr Françoys-Louis Pourroy de Lauberivière.
Lauzon rappelle le souvenir de Jean de Lauson.
Lévis rappelle le souvenir de François Gaston, duc de Lévis.
Lévy rappelle le souvenir de Henry de Lévis, duc de Ventadour.
Pintendre s'expliquerait, selon certains, par le fait que, les premiers temps, les colons devaient se contenter, plus souvent qu'autrement, de pain dur, d'où le nom de Pain Tendre donné par dérision à la localité et devenu Pintendre à l'usage; selon d'autres, Pintendre réfère aux anciennes forêts de pin blanc tendre qui poussaient dans le voisinage.
Saint-Antoine rappelle le souvenir de Mgr Antoine Gauvreau, curé de Notre-Dame-de-la-Victoire, considéré comme le fondateur de la paroisse.
Saint-David rappelle le souvenir de l'abbé Joseph-David Déziel (1806-1882), curé de Notre-Dame-de-la-Victoire dont Saint-David est un détachement, fondateur du collège, du couvent et de l'hospice de Lévis.
Sainte-Hélène rappelle le souvenir de Hélène Henderson, épouse du marchand John Breakey (1846-1911), bienfaiteur de la paroisse.
Sainte-Jeanne-d'Arc rappelle la sainte qui fut canonisée en l'année de la fondation de la paroisse.
Saint-Étienne rappelle le souvenir de François-Étienne Cugnet, premier seigneur de Saint-Étienne, et celui de l'abbé Étienne Baillargeon, frère de Mgr Charles-François Baillargeon, évêque de Québec (1867-1870).
Saint-Henri rappelle le souvenir de Mgr Henri-Marie Dubreil de Pontbriand, évêque de Québec.
Saint-Jean rappelle le souvenir de John Caldwell, seigneur de Lauzon.
Saint-Louis rappelle le souvenir du cardinal Louis-Nazaire Bégin, archevêque de Québec (1898-1925) né à Lévis dont le territoire de la paroisse Saint-Louis-de-Pintendre faisait alors partie.
Saint-Nicolas rappelle la paroisse de Saint-Nicolas-de-la-Ferté (Normandie, France) d'où était originaire Claude de Bermen de La Martinière, administrateur de la seigneurie de Lauzon (108) au moment de l'érection canonique de la paroisse Saint-Nicolas.
Saint-Rédempteur évoque l'un des titres les plus prestigieux de Jésus Christ que les chrétiens vénèrent comme sauveur de l'humanité.
Saint-Romuald rappelle le souvenir d'un bénédictin italien né à Ravenne en 952.
Saint-Télesphore rappelle le souvenir de l'abbé Pierre-Télesphore Sax (1822-1881), premier curé de Saint-Romuald-d'Etchemin.

  • Repères géographiques -


Sur la rive droite du Saint-Laurent.
À environ 250 km au nord-est de Montréal, en face de Québec.
Traversée par les rivières Chaudière, Etchemin et Beaurivage.
Diocèse de Québec.
Communauté métropolitaine de Québec-CMQ.
Région touristique de la Chaudière-Appalaches.

  • Accès : Autoroute 20, Autoroute Robert-Cliche (73), Route 132, Route 171, Route 173, Route 175, Route 116, Route 275.

Carte 6.

Carte 6 sur Google Maps



Outils personels
Publicité
(Annonces   .)