L'Île-Perrot (municipalité de ville)

Un article de la Mémoire du Québec (2018).

  • Superficie - 8,36 km2.
  • Gentilé - Perrotois, oise.


  • Éphémérides -


1672 (29 octobre) Concession d'une seigneurie (comprenant l'île Perrot, l'île de la Paix, l'île aux Pins, l'île Sainte-Geneviève et les îles Saint-Gilles) par l'intendant Talon à son neveu, François-Marie Perrot de Sainte-Geneviève, qui la nomme Île-Perrot (a).
1676 (1 janvier) Concession d'un arrière-fief (10 arpents de front sur 30 arpents de profondeur sur la Pointe-du-Moulin) par François-Marie Perrot à Antoyne La Fresnaye de Brucy et son épouse, Hélène Picoté de Belestre.
1684 (2 mars) Vente de la seigneurie par François-Marie Perrot à Charles LeMoyne de Longueuil et de Châteauguay.
1703 (27 avril) Vente de la seigneurie par Paul LeMoyne de Maricourt, au nom des héritiers de Charles LeMoyne, à Joseph Trottier Desruisseaux et son épouse, Françoise Cuillerier.
1705-1708 Construction du moulin à vent par le maître charpentier Léonard Paillé ou Paillard.sur la pointe qu'on baptisera la Pointe-du-Moulin.
1713 (Vers la période des fêtes) Joseph Trottier Desruisseaux est tué lors d'un voyage dans les pays d'en haut ; la seigneurie passe à son épouse, Jeanne-Françoise Cuillerier (1/2) et à ses enfants, Marie-Josèphe Trottier Desruisseaux, Françoise Trottier-Desruisseaux, Marie-Anne Trottier-Desruisseaux et Joseph-Athanase Trottier-Desruisseaux (1/2).
1725 (2 juin) Vente de l'arrière-fief de Brucy à Jacques Julien dit Dragon par Jacques Charbonnier qui l'avait acquis d'Antoine Céloron de Bienville et son épouse, Hélène Picotté de Belestre, veuve d'Antoine La Fresnaye de Brucy.
1740 Françoise Cuillerier cède un lot de 3 arpents pour la construction d'une chapelle et un autre lot pour assurer la subsistance du futur curé ; l'acte de cession ne sera officialisé qu'en 1743 par l'intendant Hocquart.
1747 (22 mars) Vente de l'arrière-fief de Brucy par Jacques Julien dit Dragon à Charles Lepailleur de Voisy.
1750 Pour payer les dettes de la succession de Joseph Trottier Desruisseaux, a seigneurie est saisie puis vendue par adjudication à Jean-Baptiste Leduc, gendre de Françoise Cuillerier.
1753 Jean-Baptiste Leduc reprend les terrains donnés à l'église par sa belle-mère cède, en retour un lot de 1 1/2 qrpent x 20 arpents pour la construction d'une chapelle et autres édifices religieux ; c'est le site de l'actuelle église Sainte-Jeanne-de-Chantal.
1774 Construction de l'actuelle église Sainte-Jeanne-de-Chantal par Basile Proulx selon les plans de l'architecte Jean Maillou de Québec.
1780 Construction du presbytère Sainte-Jeanne-de-Chantal pas Basile Proulx. Ouverture des registres de mariages, baptèmes et sépu;tures.
1783 Célébration des premiers baptèemes dans l'égliseSainte-Jeanne-de-Chantal.
1785 (11 juillet) Saisie sur les biens de Isidore Synot, la seigneurie est adjugée, à l'exception des îles à la Paix, à Thomas Denis et son épouse, Archange Campeau.
1786 Nomination du premier curé résidant, ouverture des registres de la paroisse et inauguration de l'église Sainte-Jeanne-de-Chantal.
1790 La paroisse Sainte-Jeanne-de-Chantal acquiert une peinture représentant la patronne et l'instale au-dessus du maître-autel de l'église paroissiale
1812 Agrandissement de l'église Sainte-Jeanne-de-Chantal par l'ajout de transcepts, du choeur et d'une sacristie ; la frise autour de la nef est sculptée par Joseph Turcaut de même que maître-aute; et les autels latéraux de style Quévillon ; les panneaux du sanctuaire, le chandelier du cierge pascal et et le crucifix ont été sculptés à la main par Louis Leprohon.
1812-1819 Joseph Turcot effectue des travaux de sculpture dans l'église Sainte-Jeanne-de-Chantal.
1817 (28 mars) Partage de la seigneurie entre Régis-Maurice Mongrain qui prend la partie est, et Pierre-Amable Dézéry qui prend la partie ouest pour lui-même et pour sa fille, Marie-Angélique Dézéry, issue de son mariage avec Archange Campeau, la veuve de Thomas Denis.
1828-1832 L'église Sainte-Jeanne-de-Chantal est l'objet de travaux de décoration et d'aménagement de la voûte, des fonts baptismaux etc.
1832 (13 janvier) Érection canonique de la paroisse Sainte-Jeanne-de-Chantal ; son territoire couvre toute l'île Perrot.
1833 Ouverture de la première école paroissiale.
1838 La seigneurie appartient à Joseph Daoust.
1854 (18 décembre) Abolition du régime seigneurial.
1855 (1 juillet) Constitution de la municipalité de la paroisse Sainte-Jeanne-de-Chantal-de-l'Isle-Perrot.
1861 (24 janvier) La seigneurie appartient à Joseph D'Aoust (partie est) et à mesdames Toupin et Létourneux (partie ouest) héritières de Marie-Angélique Dezery Laflamme. (18 décembre) Abolition du régime seigneurial.
1890 Fondation de la mission Notre-Dame-de-Lorette (Pincourt).
1896 Des vents violents abattent le clocher et endommagent la façade de l'église Sainte-Jeanne-de-Chantal.
1900 Début des inhumations dans le cimetière situé près de la sacristie de l'église Sainte-Jeanne-de-Chantal.
1901 Inauguration de la nouvelle façade et du clocher de l'église Sainte-Jeanne-de-Chantal construits selon des plans d'Alcide Chaussée.
1906 Mise en exploitation de la poudrière et cartoucherie de la compagnie Standard Explosives (serait aujourd'hui dans le territoire de Terrasse-Vaudreuil).
1908 (11 février) Tragédie mortelle ; accident de travail ; explosion de la cartoucherie de la Standard Explosives ; bilan : 9 morts (David Dumberry, 50 ans, Georges Rousseau, 37 ans, Louis Henry Pain dit Cayan, Pierre Ménard, 33 ans, Jean-Baptiste Robillard, 48 ans, Arthur Legault, 28 ans, Joseph Rozon, et Urgel Lauzon, 24 ans).
1912 (1 novembre) Tragédie mortelle ; accident maritime ; naufrage près de l'île Perrot du vapeur Cecilia L. survenu au cours d'une violente tempête qui déferle sur le lac Saint-Louis ; bilan : 12 morts.
1917 (26 octobre) Explosion d'une poudrière causant pour plus de 1,6 M $ de dommages.
1923 La population de la paroisse est de 925 âmes.
1924 Construction du pont Taschereau (425,196 m de longueur) pour relier Dorion à l'île Perrot.
1925 Installtion d'un carillon dans le clocher de l'église Sainte-Jeanne-de-Chantal.
1946 La municipalité de Sainte-Jeanne-de-Chantal-de-l'Isle-Perrot devient celle de la paroisse de L'Ile-Perrot.
1948 Érection canonique et ouverture des registres de la paroisse Sainte-Rose-de-Lima.
Ouverture d'un bureau de poste sous le nom de Terrasse-Vaudreuil.
Ouverture des registres de la paroisse Notre-Dame-de-Lorette (Pincourt).
1949 Constitution de la municipalité de la paroisse Notre-Dame-de-L'Ile-Perrot par détachement de celle de L'Île-Perrot.

Érection canonique de la paroisse Notre-Dame-de-Lorette par détachement de celle de Sainte-Jeanne-de-Chantal.
1950 (1 janvier) Constitution de la municipalité du village de Pincourt par détachement de celle de la paroisse de L'Ile-Perrot. Ouverture des registres de la paroisse Notre-Dame-de-la-Protection.
1951 (31 mars) Fondation de la Caisse populaire de L'Île-Perrot.
1952 (1 janvier) Constitution de la municipalité de Terrasse-Vaudreuil par détachement de celle de la paroisse de Notre-Dame-de-l'Ile-Perrot.
1953 Le verger jusque-là devant l'église Sainte-Jeanne-de-Chantal est converti en cimetière.
1954 Érection canonique de la paroisse Notre-Dame-de-la-Protection (Terrasse-Vaudreuil) par détachement de celle de Notre-Dame-de-L'Ile-Perrot. (11 septembre) Fondation de la Caisse populaire de Pincourt.
1955 (22 février) La municipalité de la paroisse de l'Ile-Perrot devient ville.
1958 (18 décembre) Constitution de la municipalité de la ville de Pointe-du-Moulin.
1959 Le village de Pincourt devient ville.
1962 Érection canonique et ouverture des registres de la paroisse St. Patrick of the Island (Pincourt) qui dessert les catholiques de langue anglaise de Dorion, de Vaudreuil et de l'île Perrot. (30 juin) Fondation de la Caisse populaire de Notre-Dame-de-la-Protection.
1963 Jumelage du pont Taschereau.
1965 Inauguration de l'église St. Patrick of the Island.
1977 Fermeture de l'église St. Patrick of the Island causée par le départ de la moitié des familles anglophones de la paroisse découragées par la récession économique et effrayées par l'élection du gouvernement du Parti québécois.
1984 (14 avril) Annexion de la municipalité de Pointe-du-Moulin par celle de Notre-Dame-de-l'Ile-Perrot.
1990 La population de L'Île-Perrot est de 6 586 habitants, celles de Terrasse-Vaudreuil, 2 086, de Notre-Dame-de-l'Île-Perrot, 4 325, et de Pincourt, 9 121. Réouverture de l'église St. Patrick of the Island.
1998 (25 septembre) La municipalité de Notre-Dame-de-l'Île-Perrot abandonne son statut de paroisse.
2000 La population de L'Île-Perrot est de 9 562 habitants, celle de Terrasse-Vaudreuil, 2 021, celle de Notre-Dame-de-l'Île-Perrot, 8 451, celle de Pincourt, 9 999.
2002 (Juin) Les Services de police de Coteau-du-Lac, Hudson, Les Cèdres, L'Île-Perrot, Notre-Dame-de-l'Île-Perrot, Pincourt, Saint-Clet, Saint-Lazare, Terrasse-Vaudreuil et Vaudreuil-Dorion sont abolis et leurs agents sont intégrés à la Sûreté du Québec.
2004 (6 novembre) La municipalité de Notre-Dame-de-l'Île-Perrot obtient le statut de municipalité de ville.
2005 La population de L'Île-Perrot est de 10 131 habitants, celle de Terrasse-Vaudreuil, 2 021, de Notre-Dame-de-l'Île-Perrot, 9 783, et de Pincourt, 10 960.
2010 La population de L'Île-Perrot est de 10 356 habitants, celle de Terrasse-Vaudreuil, 1 971, de Notre-Dame-de-l'Île-Perrot, 0 567, et de Pincourt, 13 600.

Perrotois cités dans La Mémoire du Québec-

Jean Forbes, Joseph-Guillaume-Laurent Forbes, Marc Lalonde.

  • Attraits :


Chapelle commémorative (1953) ; construite avec les pierres de la première chapelle érigée à la Pointe-du-Moulin en 1740.
Cimetière en paliers ; aménagé en 1953 ; l'un des seuls en Amérique du Nord.
Église Sainte-Jeanne-de-Chantal construite par Basile Proulx (1774) ; 1, rue de l'Église ; plans d'Alcide Chaussée ; façade actuelle (1901) ; décoration intérieure (1812-1819) exécutée par Joseph Turcot, puis par Louis-François-Xavier Leprohon (1828-1833) ; tableau Sainte Jeanne de Chantal (1790) attribué à François de Beaucourt ; tableau Baptème du Christ attribué à Jean-Baptiste Roy Audy ; Orgue Casavant à 3 jeux (1942) ; cimetières (1900 à côté de l'église et 1953, en avant de l'église à plusieurs paliers) ; classée monument historique en 1961.
Maison du meunier (avant 1791).
Moulin à vent (1705-1708) ; 2500, boulevard Don Quichotte ; construit en moëllons de pierre calcaire par le maître charpentier Léonard Paillé di Paillard pour Joseph Trottier Desruisseaux, seigneur de L'Ile-Perrot ; dimensions (hauteur : 39 pieds (9,1 m) ; diamètre intérieur : 14 pieds (4,25 m). ; envergure des ailes 48 pi (14,6 m). Classé monument historique en 1977 ; le moulin été restaurés sous la direction de l'architecte Paul Faucher par Robert Leclerc et le mécanisme a été restauré par Louis Slezak
Parc historique de la Pointe-du-Moulin ; 2500, boulevard Don Quichotte ; centre d'accueil et d'interprétation du patrimoine aménagé en 1978.
Presbytère Sainte-Jeanne-de-Chantal ; construit par Basile Proulx (1780).

  • Sports -


Golf ; un parcours de 18 trous (Atlantide).

  • Toponymie -


Perrot rappelle le souvenir de François-Marie Perrot, gouverneur de Montréal (1670), premier seigneur de l'île.
Pincourt rappelle une forêt de pins qui s'étendait en ce lieu ; les voyageurs fatigués faisaient halte en endroit appelé «aux pins courts» ; l'usage a déformé l'expression en Pincourt. Sainte-Jeanne rappelle le souvenir de sainte Jeanne Frémiot de Chantal, une religieuse Visitandine dont la seigneuresse, Françoise Cuillerier honorait la mémoire.
Sainte Rose (1586-1617) est une vierge née à Lima (Pérou) dont la fête est célébrée le 31 août.
Vaudreuil rappelle le souvenir de Philippe Rigaud de Vaudreuil, premier propriétaire de la seigneurie de Vaudreuil en face de celle de L'Île-Perrot.

  • Repères géographiques -


Sur le côté nord l'île Perrot.
Sépare les lacs des Deux-Montagnes et Saint-Louis, en face de Sainte-Anne-de-Bellevue ; le côté sud fait face à Beauharnois et à Vaudreuil-Dorion.
Diocèse de Valleyfield.
Municipalité régionale de comté de Vaudreuil-Soulanges.
Communauté métropolitaine de Montréal-CMM.
Région touristique de la Montérégie.

  • Accès : Autoroute 20.

Carte 9.

Carte 9 sur Google Maps

  • Crédits -


Montréal, son histoire, son architecture (Guy Pinard, Éditions La Presse, 1987)

Outils personels
Publicité
(Annonces   .)