La Guillaudière (seigneurie)

Un article de la Mémoire du Québec (2012).

  • Éphémérides -


1672 (3 novembre) Concession d'une seigneurie (30 arpents de front sur 1 lieue de profondeur) par l'intendant Talon à Laurent Bory de Grandmaison.
1678 (4 octobre) Vente de la seigneurie par Marguerite Le Merle, épouse de Laurent Bory de Grandmaison, à Michel Messier de Saint-Michel.
1690 Donation de la seigneurie par Michel Messier de Saint-Michel à sa fille, Marguerite.
1723 (17 février) Vente de la seigneurie par Marguerite Messier de Saint-Michel, veuve de Pierre Lesueur, à Maurice Blondeau.
1781 (2 août) La seigneurie appartient à Suzanne Blondeau, veuve de Joseph Hertel de Saint-François.
1854 (18 décembre) Abolition du régime seigneurial.
1861 (24 janvier) La seigneurie appartient à Aignan-Aimé Massue.

  • Toponymie -


Aussi appelée Grandmaison.

  • Repères géographiques -


Sur la rive droite du Saint-Laurent, en face de la seigneurie de L'Assomption, à côté de la seigneurie de Verchères (77).
Division administrative seigneuriale de Montréal-DASM.


crédits -

Seigneuries et fiefs du Québec Dossiers toponymiques (Serge Courville et Serge Labrecque , CELAT Université Laval à Québec-ULQ, 1988)

Outils personels
Publicité
(Annonces   .)