La Pocatière (municipalité de ville)

Un article de la Mémoire du Québec (2018).

  • Superficie - 22,71 km2.
  • Gentilé - Pocatois, oise.


  • Éphémérides -


1672 (29 octobre) Concession d'une seigneurie (1 1/2 lieue de front sur le Saint-Laurent x 1 1/2 lieue et demie de profondeur) par le gouverneur Frontenac et l'intendant Talon à Marie-Anne Juchereau de Saint-Denis, veuve de François Pollet de La Combe Pocatière, capitaine dans le Régiment de Carignan-Salières, et petite-fille de Jean Juchereau de Maur ; ils nomment leur seigneurie La Pocatière (161).
1677 (5 juillet) La seigneurie est augmentée par 1/2 lieue de front sur 2 lieues de profondeur en faveur de Marie-Anne Juchereau de Saint-Denis.
1678 (30 octobre) Érection canonique de la paroisse Sainte-Anne-de-la-Pocatière.
1715 Nomination du premier curé résidant et ouverture des registres de la paroisse Sainte-Anne.
1706-1718 Au décès de Marie-Anne Juchereau survenu entre ces deux dates en France, la seigneurie passe à son second mari, François-Madeleine-Fortuné Ruette d' Auteuil et à ses enfants.
1746 (31 octobre) Vente de leur parts de la seigneurie par Louise-Geneviève Ruette d' Auteuil, Ignace-Alexandre Ruette d'Auteuil et Madeleine Ruette d' Auteuil à Charles-François-Marie Ruette d' Auteuil de Monceaux et son épouse, Thérèse Catin.
1763 La seigneurie est donnée par testament par Thérèse Catin, veuve de Charles Ruette d' Auteuil, à son fils, Charles-Auguste Rhéaume.
1777 La seigneurie est vendue par Charles-Auguste Rhéaume à Laughlan Smith.
1810 Ouverture d'une école royale sous la direction de Philippe Fillieuil.
1827 Fondation du collège classique de Sainte-Anne (cette institution était privée secondaire, pour filles et garçons en 2010).
1829 Ouverture du collège classique par l'abbé Charles-François Painchaud (1782-1835).
1830 (2 janvier) Vente de la moitié de la seigneurie par John Gow Smith à Amable Dionne. (10 juillet) Vente du quart de la seigneurie par John Fraser à Amable Dionne.
1832 (1 octobre) Vente de leur part de la seigneurie (1/8) par Joseph Ouellet et son épouse, Louise-Esther Fournel à Amable Dionne.
1835 Fondation du collège de Sainte-Anne-de-la-Pocatière par l'abbé Louis-Marie Cadieux. (22 septembre) Adjudication à Amable Dionne par le shérif de la part de la seigneurie (1/8 indivis) saisie sur les biens de Virginie Smith.
1845 (8 juin) Constitution de la municipalité de la paroisse de Sainte-Anne-de-la-Pocatière.
1847 (1 septembre) Abolition de la municipalité de la paroisse de Sainte-Anne-de-la-Pocatière.
1852 Fondation de la première école d'agriculture au Canada par François Pilote. (2 mai) Au décès de Amable Dionne, la seigneurie passe à son fils Élisée Dionne.
1854 (18 décembre) Abolition du régime seigneurial.
1855 (1 juillet) Constitution de la municipalité de la paroisse de Sainte-Anne-de-la-Pocatière.
1859 Fondation de l'École d'agriculture du Collège de Sainte-Anne-de-la-Pocatière, la première école d'agriculture du Canada, par l'abbé François Pilote, un descendant de Léonard Pilote et de Denise Gauthier. La seigneurie appartient à Élisée Dionne.
1855 (1 juillet) Constitution de la municipalité de la paroisse de Sainte-Anne-de-la-Pocatière.
1905 (17 avril) Tragédie mortelle ; incendie d'une maison familiale à La Pocatière ; bilan: 7 morts (des enfants).
1910 L'École d'agriculture de Sainte-Anne-de-la-Pocatière devient la faculté d'agriculture de l'Université Laval.
1913 Première promotion de bacheliers en agriculture de l'Université Laval. (15 juin) Fondation de la Caisse populaire de Sainte-Anne-de-la-Pocatière.
1917 Incendie de l'église Sainte-Anne.
1923 La population de la paroisse est de 2 620 âmes.
1948 (2 avril) Incendie de l'église Sainte-Anne de La Pocatière.
1950 (13 novembre) Tragédie mortelle ; accident aérien ; M. et Mme Ernest Timmons sont tués dans l'écrasement d'un avion sur le mont Obiou (France).
1960 (1 janvier) Constitution de la municipalité du village de Sainte-Anne-de-la-Pocatière par détachement de celle de la paroisse du même nom.
1961 (30 décembre) Le village de Sainte-Anne-de-la-Pocatière devient ville et adopte le nom de La Pocatière.
1962 Fondation de l'Institut de techniques agricoles sur les bases de l'ancienne École d'agriculture.
1969 Fondation du Cégep de La Pocatière. Inauguration de la cathédrale Sainte-Anne.
1974 Mise en exploitation d'une usine de wagons par la compagnie Bombardier Inc.
1983 Fondation du Centre spécialisé de technologie physique du Québec affilié au Cégep de La Pocatière.
1994 La population de La Pocatière est de 4 816 habitants, celle de Sainte-Anne-de-la-Pocatière, 1 793.
1994 La population de La Pocatière est de 4 925 habitants, celle de Sainte-Anne-de-la-Pocatière, 1 935.
2000 La population de La Pocatière est de 5 033 habitants, celle de Sainte-Anne-de-la-Pocatière, 1 923.
2005 La population de La Pocatière est de 4 388 habitants, celle de Sainte-Anne-de-la-Pocatière, 1 837.
2006 (24 février) Bombardier Inc. célèbre la production du millième des 1 030 wagons commandés en 2003 par la New York City Transit.
2010 La population de La Pocatière est de 4 447 habitants, celle de Sainte-Anne-de-la-Pocatière, 1 817.
2012 (27 octobre) Les employés syndiqués de Bombardier à La Pocatière votent à 96 % pour la mise en place de moyens de pression y compris la grève si leurs dirigeants la décident.
(1er novembre) Le syndicat affilié à la CSN et représentant 332 employés syndiqués de l'usine de La Pocatière de Bombardier Transports enclenche une grève d'une durée illimitée, les négociations n'ayant pas pu débloquer sur la sous-traitance, le fonds de pension et les salaires. Le revenu annuel moyen des employés de Bombardier à La Pocatière est de 48 000 $. (La Presse, 21 novembre 2012)
(17 novembre) Les syndiqués en grève manifestent dans les rues de La Pocatière.
(20 novembre) Les syndiqués en grève manifestent devant les bureaux de Bombardier à Saint-Bruno-de-Montrarville.
(5 décembre) Les 332 syndiqués de Bombardier en grève acceptent à 82,2 % les recommandations du conciliateur et s'apprêtent à retourner au travail ; le conciliateur a proposé des augmentations salariale de 1 % du salaire gagné dpuis le 1er octobre 2012 payé en une sule fois au titre de la rétroactivité pour la priode du 1er octobre au 5 décembre 2012 et des augmentations de 1,5 % à compter du 22 octobre 2012, 2 % et 2,5 % le 1er octobre 2015 ; l'expéiration de la convention sera le 30 septembre 2016.
La compagnie Bombardier est supplantée par Alstom pour la fourniture de train léger à Ottawa et la construction d'un chemin de fer en Afrique-du-Sud.

  • Patrie -


Hélène Alarie.
Jean-Guy Hudon.
Paul Lafrance.
Jean-Marie Pelletier.
Thomas-Philippe Pelletier.
André Raynauld.
Charles-François Roy.

  • Attraits :


Cathédrale Sainte-Anne (1969) ; statues de Médard Bourgault ; verrières de Michèle Guillot.
Cimetière paroissial (1715).
Musée François-Pilote d'ethnologie québécoise ; 100, 4e Avenue : logé dans le Collège de Sainte-Anne (exposition permanente La paroisse rurale vers 1900 ; appareils scientifiques d'époque).

  • Économie -


Usine de la compagnie Bombardier (wagons de métro, 1 200 employés).

  • Services -


Cégep de La Pocatière (public, préuniversitaire et technique).
Centre spécialisé de technologie physique du Québec.
École de formation en technologie équine.
Fermes expérimentales.
Hôpital Notre-Dame-de-Fatima (137 lits).
Institut de technologie agricole ; de niveau collégial, on y offre des programmes d'agronomie, de techniques agricoles et de pêcheries.

  • Toponymie -


La Pocatière rappelle le nom d'une propriété que le mari de la première seigneuresse possédait en France.
Sainte-Anne rappelle le souvenir de la première seigneuresse, Marie-Anne Juchereau.

  • Repères géographiques -


Sur la rive droite du Saint-Laurent.
À environ 65 km au sud-ouest de Rivière-du-Loup.
Diocèse de Sainte-Anne-de-la-Pocatière.
Division administrative seigneuriale de Québec-DASQ.
Municipalité régionale de comté de Kamouraska.
Région touristique du Bas-Saint-Laurent.

  • Accès : Route 230, Route 132 ou Autoroute 20.

Carte 3.

Carte 3 sur Google Maps

Outils personels
Publicité
(Annonces   .)