La Presse (journal)

Un article de la Mémoire du Québec (2018).

  • Quotidien fondé à Montréal par William-Edmond Blumhart.


  • Éphémérides -


1884 (20 octobre) Parution du premier numéro de La Presse dirigée par le journaliste William-Edmond Blumhart. Les bureaux du journal sont installés dans le hangar du château de Remezay à Montréal.
1886 Vente de la Compagnie d'imprimerie et de publication de Montréal au notaire Clément Dansereau et à Archibald Würtele.
1887 Vente de la compagnie à Guillaume-Alphonse Nantel.
1889 Guillaume-Alphonse Nantel, incapable d'assumer les dettes du journal, en cède la propriété à Joseph-Adolphe Chapleau qui s'en était porté garant ; celui-ci le vend à la Compagnie d'imprimerie et de publication de Montréal dont il est le principal actionnaire.
1889 (15 novembre) Conclusion d'un bail entre la Compagnie d'imprimerie et de publication de Montréal et Trefflé Berthiaume en vertu duquel, pour un prix annuel de 718 $, ce dernier loue pour 10 ans le titre et la clientèle de La Presse ; il doit de plus rembourser une dette de 9 042,22 $ que Chapleau garantissait ; en outre, une disposition du bail stipule que Trefflé Berthiaume peut acquérir la propriété du journal à n'importe quel moment pendant la durée du bail pour le prix global de 22 469,04 $. Le tirage est de 7 000 exemplaires.
1894 Trefflé Berthiaume exerce son option et devient propriétaire de La Presse. Le tirage atteint 35 459 exemplaires.
1898 (30 juin) Trefflé Berthiaume achète un emplacement délimité par la rue Saint-Jacques, la Côte Saint-Lambert (boulevard Saint-Laurent), la ruelle des Fortifications et l'édifice Bourgeau.
1900 (5 novembre) La Presse emménage dans son édifice (style Renaissance italienne) de la rue Saint-Jacques construit selon des plans des architectes Hutchison and Wood.
1904 (12 octobre) Alléché par le prix offert, Trefflé Berthiaume vend La Presse aux financiers William Mackenzie et Donald D. Mann qui voulaient l'utiliser pour combattre la réélection de Wilfrid Laurier. Le tirage est de 89 119 exemplaires. La Presse se dote d'une antenne de télégraphie sans fil (TSF).
1906 (3 novembre) À la suite de la réélection de Wilfrid Laurier, Trefflé Berthiaume rachète son journal et le dirige jusqu'à sa mort.
1915 Décès de Trefflé Berthiaume ; dès lors, les querelles familiales, souvent réglées par les tribunaux et même par l'Assemblée législative, caractérisent l'administration du journal.
1922 (3 mai) La Presse annonce qu'elle érigera une antenne qui lui permettra d'exploiter le poste de radio CKAC en vertu d'un permis d'installation et d'opération accordé à La Presse quelques jours auparavant par le gouvernement du Canada.
1929 (3 décembre) Tragédie mortelle ; accident de travail ; bilan : 3 morts, Narcisse Legault, 60 ans, et les frères Roger Lee, 19 ans, et Georges-M. Lee, 29 ans ; explosion d'un baril de naphte causée par une étincelle produite par le frottement du bras d'une pompe automatique utilisée pour puiser le liquide dans la section de la rotogravure.
1933 La Presse achète le journal La Patrie.
1958 (1 octobre-14 octobre) Importante grève (13 jours) des membres du Syndicat des journalistes (CTCC) ; à la suite de la décision de la direction de ne pas accorder un congé sans solde à Roger Mathieu qui vient d'être élu président de la Confédération des travailleurs catholiques du Canada, les journalistes se mettent en grève et en profitent pour obtenir de meilleures conditions d'exercice de la liberté d'information.
1964 (3 juin) Début d'une grève suivie d'un lock-out au journal La Presse qui donne à Pierre Péladeau l'occasion d'occuper le marché montréalais des quotidiens en fondant le Journal de Montréal-JdeM le 15 juin suivant ; pendant la grève et lock-out de La Presse, le tirage du Journal de Montréal-JdeM atteint 80 000 exemplaires.
1965 (Janvier) La Presse reprend sa publication ; le tirage du Journal de Montréal-JdeM tombe à 12 000 exemplaires.
1967 (5 juillet) La Presse passe entre les mains de la Corporation des valeurs mobilières Trans-Canada propriété de Paul Desmarais.
1971
(14 juillet) Le Conseil de la ville de Montréal présidé par le maire Jean Drapeau adopte un règlement qui interdit tout rassemblement dans le quadrilatère situé entre le fleuve Saint-Laurent, et les rues Saint-Denis, Dorchester et Bleury dans lequel est situé le Carré Saint-Louis. (règlement 3926).
Le règlement 3926 est jugé ultra vires de la ville de Montréal par le juge Paul Trépanier de la Cour supérieure du Québec. La ville interjette appel de cette décision.
(19 juillet) La direction déclare un important lock-out à l'endroit de ses typographes, clicheurs, photograveurs, pressiers et expéditeurs membres de syndicats affiliés à la Fédération des travailleurs du Québec (FTQ) ; le quotidien continue de paraître, des cadres prenant la place des lock-outés.
(Juillet) Des cadres de La Presse sont victimes d'un assaut massif par des lock-outés au club de golf de L'Assomption ; des dizaines d'employés sont blessés au cours de l'incident.
(27 octobre) Lock-out de tous les syndiqués du quotidien qui cesse alors de paraître.
(29 octobre) Grande manifestation de 15 000 personnes organisée par la FTQ, la CSN et la CEQ contre le quotidien ; le maire Drapeau utilise son règlement anti manifestation, la police charge les manifestants et effectue 200 arrestations ; 300 personnes ont été blessées, et madame Michelle Gauthier, est morte d'une crise d'asthme.
(2 novembre) Grand rassemblement de 20 000 personnes organisé au Forum de Montréal par les trois grandes centrales syndicales contre le maire Drapeau et la direction de La Presse.
1972 (Début de février) Signature d'une entente avec les syndicats de l'entreprise ; le quotidien reprend sa parution.
1973 (10 août) Régent Desjardins vend le journal Montréal-Matin à la compagnie Trans-Canada, propriétaire du quotidien La Presse.
1976 Le tirage de Montréal-Matin est de 120 000 exemplaires.
1976 La Presse est publiée pour la première fois le dimanche (18 juillet, 25 juillet et 1er août) à l'occasion des Jeux olympiques de Montréal.
1977 (Automne) Début d'une grève de 7 mois des employés du journal La Presse.
1978 Le journa Montréal-Matin étant imprimé par La Presse, il cesse d'être publié pendant 7 mois à cause d'une grève des syndiqués de La Presse.
(27 décembre) Le tirage de Montréal-Matin n'ayant pas dépassé 85 000 pendant les mois qui suivent la grève, ce journal publie son dernier numéro.
1984 Le tirage de La Presse est de 312 000 le samedi et de 199 000 les autres jours. (11 mars) L'édition du dimanche de La Presse commence à être publiée d'une façon régulière.
1999 Claude Masson, éditeur adjoint de La Presse, et son épouse, meurent dans l'écrasement en mer de l'avion Boeing 767 de la compagnie Egypt Air dans lequel il voyageaient.
2002
(2 février) Les membres du syndicat des métiers de l'imprimerie acceptent une entente au sujet des conditions de départ qui seront appliquées lors de l'abandon des presses de la rue Saint-Jacques ; ce qui permet à la direction de conclure une entente avec la compagnie Groupe Transcontinental GTC qui imprimera le quotidien à partir de septembre 2003 ; La Presse sera alors imprimée sur de nouvelles presses Heidelberg Mainstream 80 dans une imprimerie qui sera construite à l'angle de l'autoroute métropolitaine et de la rue Dollard-Desjardins dans l'arrondissement Pointe-aux-Trembles de la ville de Montréal. Le tirage journalier moyen de La Presse est de 285 800 le samedi et de 194 100 les autres jours.
2009
(15 juin) Le président et éditeur de La Presse, Guy Crevier annonce que l'entreprise doit réduire ses dépenses par 26 M $ et que, en conséquences, le 28 juin 2009, l'édition du dimanche sera publiée pour la dernière fois ; il demande à ses employés d'entreprendre les discussions qui viseront à réduire les coûts par une somme 13 M $ par année avant le 1 décembre 2009 sans quoi La Presse cessera alors d'être publiée.
(28 octobre) La direction du journal annonce qu'elle a conclu des ententes avec 4 des syndicats de ses employés affiliés à la FTQ (publicité, préparation, imprimerie interne et chaufferie) représentants 150 employés ; de son côté les syndicats affiliés à la CSN (rédaction, bureaux, informatique et distribution) représentant 500 employés ont déposé une plainte devant la Commission des relations de travail afin d'obtenir une ordonnance provisoire «empêchant la direction du quotidien montréalais de continuer à contourner les représentants des travailleurs en s'adressant directement aux syndiqués» ; la CSN tente également d'obtenir les états financiers de l'entreprise pour les 5 années antérieures.
2015

  • Présidents


1884-1886Blumhart, William-Edmond
1887-1889Nantel, Guillaume-Alphonse
1889-1904Berthiaume, Trefflé
1904-1906Mackenzie, William et Donald Mann
1906-1915Berthiaume, Trefflé
1915-1932Berthiaume, Arthur
1932-1955Du Tremblay, Pamphile-Réal
1955-1961Berthiaume-Du Tremblay, Angélina
1961-1967Chartré, Maurice
1967-1972Dansereau, Pierre
1972-1981Lemelin, Roger (président et éditeur)
1981-2000Landry, Roger D. (président et éditeur)
2000-Crevier, Guy (président et éditeur)




  • Rédacteurs en chef


1884-1887Provencher, Joseph-Alfred-Norbert
1888-1896Helbronner, Jules
1899-1909Dansereau, Clément-Arthur
1909-1912Fauteux, Aegidius
1912-1933Mayrand, H.-Z.-Oswald
1933-1958Lamarche, Eugène
1958-1961Gagnon, Jean-Louis
1961-1965Pelletier, Gérard
1967-1972Lafrance, Pierre
1970-1972Desbiens, Jean-Paul
1972-1978Sisto, Jean





Éditorialistes en chef

Champoux, Roger
Lapointe, Renaude
Desbiens, Jean-Paul
Dubuc, Jean-Guy
Prince, Vincent
Dubuc, Alain
Pratte, André

Caricaturistes

1891-1905Brodeur A.S.
1905-1954Bourgeois, Albéric
1954-1955LaPalme, Robert
1961-1965Hudon, Normand
1965-1967Berthiaume, Roland (Berthio)
1967-1996Girerd, Jean-Pierre
1996-Chapleau, Serge




  • Bibliographie -


Histoire de La Presse (Cyrille Felteau, Les éditions La Presse Ltée, 1984).
La Presse - 100 ans d'actualité (sous la direction du journaliste Guy Pinard, Les Éditions La Presse Ltée, 1984).
Un journaliste dans son siècle - Mémoire d'une vie (Cyrille Felteau, Les Éditions Varia, 2000).

Outils personels
Publicité
(Annonces   .)