Lanctôt (Louise)

Un article de la Mémoire du Québec (2019).

Publicité

(Annonces   .)
  • Femme de lettres (documentaliste et essayiste) née en 1948 à Montréal.

Études au Collège Cardinal-Léger, au Collège Sophie-Barat, au Collège Saint-Denis, au Collège de Ahuntsic, à l'Université de Montréal-UdeM et à l'Université du Québec à Montréal-UQÀM.
Membre de la cellule Libération du Front de libération du Québec-FLQ dirigée par Jacques Lanctôt.
Le 5 octobre 1970, Jacques Lanctôt, Marc Carbonneau, Yves Langlois, Nigel Hamer, Louise Lanctôt, Jacques CossetteTrudel enlèvent James Richard Cross, haut commissaire commercial de Grande-Bretagne à Montréal, le séquestrent jusqu'au 3 décembre 1970, puis s'envolent vers Cuba après avoir libéré leur otage.
Elle passe 4 années à Cuba, puis 4 années en France.
Revenue au Canada le 13 décembre 1978, elle est condamnée à 2 ans de prison et y passe 8 mois.
En mai 2015, Elle affirme que si elle avait l'occasion de rencontrer James Richard Cross, elle ne lui présenterait pas d'excuse.
Soeur de Jacques Lanctôt et de François Lanctôt. Épouse de Jacques Cossette* Trudel.

Voir Québec (province). Crises. Crise d'octobre 1970.

  • Publications - Liste partielle


Une sorcière comme les autres (récit autobiographique, Québec Amérique, 1981)

  • Crédits :


Dictionnaire des auteurs de langue française en Amérique du Nord (Réginald Hamel, John Hare et Paul Wyczynski, Fides, 1989)

Outils personels

Publicité

(Annonces   .)