Lotbinière (municipalité)

Un article de la Mémoire du Québec (2019).

  • Superficie - 78,47 km2.
  • Gentilé - Lotbiniérien, ienne.


  • Éphémérides -


1672 (3 novembre 1672) Concession du fief de la Petite-Rivière-Duchesne (1/2 lieue de front sur 1 1/2 lieue de profondeur) à Nicolas Marsolet de Saint-Aignan .
Concession d'une seigneurie (du fief de La petite-Rivière-Duchesne jusqu'à la seigneurie de Sainte-Croix (102) pour le front x deux lieues de profondeur) par l'intendant Talon à René-Louis Chartier de Lotbinière qui la nomme Lotbinière.
1684 (1 avril) Donation du fief de la Petite-Rivière-Duchesne par Marie Le Barbier, veuve de Nicolas Marsolet et épouse de Denis Lemaistre, à Charles Damours de Louvière.
1685 (25 mars) Augmentation de la seigneurie par 3/4 de lieues de front sur 2 lieues de profondeur à la grande rivière du Chêne en faveur de René-Louis Chartier de Lotbinière.
1686 (22 février) René-Louis Chartier de Lotbinière achète de Charles Damours de Louvière le fief de la Petite-Rivière-Duchesne qu'il réunit à sa seigneurie.
1692 Fondation de la mission Saint-Louis et ouverture des registres de la paroisse.
1693 (25 mars) Augmentation de la seigneurie par 3 1/2 lieues de front sur 4 lieues de profondeur au bout du fief de la Petite-Rivière-Duchesne.
1709 (3 juin) Au cécès de René-Louis Chartier de Lotbinière, la seigneurie passe au récollet Antoine Chartier, à Pierre-Alain Chartier, Eustache Chartier, époux de Marie-Françoise Renaud d'Avesne, Louise-Philippe Chartier de Lotbinière, épouse de François Mariauchau, Louise Chartier de Lotbinière, épouse de Louis Denys de la Ronde et Angélique Chartier de Lotbinière, épouse de Jean-François Martin de Lino.
1712 (13 juin) Vente de sa part de la seigneurie par Louise Chartier de Lotbinière, épouse de Louis Denis de la Ronde, à Eustache Chartier de Lotbinière.
1713 (29 avril) Vente de sa part de la seigneurie par Angélique Chartier de Lotbinière, épouse de Jean-François Martin de Lino, à Eustache Chartier de Lotbinière. (3 septembre) Vente de sa part de la seigneurie par Pierre-Alain Chartier de Lotbinière à Eustache Chartier de Lotbinière. (24 octobre) Vente de sa partie de la seigneurie par Louise-Philippe Chartier de Lotbinière, épouse de François Mariauchau d'Esgly, à Eustache Chartier de Lotbinière.
1723 (24 avril) Après le décès de sa femme, Eustache Chartier de Lotbinière devient prêtre.
1724
(2 août 1724) La seigneurie appartient à Eustache Chartier de Lotbinière.
(27 août 1724) Érection canonique et nomination du premier curé résidant de la paroisse Saint-Louis-de-Lotbinière ; son territoire couvre une partie de la seigneurie de Lotbinière.
1747
(21 octobre 1747) Vente de sa part de la seigneurie par le récollet Eustache Chartier à son frère, Michel Chartier de Lotbinière.
1749
(11 juin 1749) Vente de ses droits dans la seigneurie par Marie-Françoise Chartier de Lotbinière, épouse d'Antoine Juchereau Duchesnay, à son frère, Michel Chartier de Lotbinière.
1770
(15 février 1770) Vente de la seigneurie par Michel Chartier de Lotbinière à son fils, Michel-Eustache-Gaspard-Alain Chartier de Lotbinière.
1799
Construction d'un moulin à farine par Michel-Eustache-Gaspard-Alain Chartier, seigneur de Lotbinière.
1822
Construction de l'église Saint-Louis.
(1er janvier 1822) Au décès de Michel-Eustache-Gaspard-Alain Chartier de Lotbinière, la seigneurie passe à sa fille Julie-Christine, épouse de Gaspard-Pierre-Gustave Joly, un homme d'affaires d'origine suisse.
1831
Ouverture d'un bureau de poste sous le nom de Lotbinière.
1845
(8 juin 1845) Constitution de la municipalité de la paroisse de Saint-Louis-de-Lotbinière.
1847
(1er septembre 1847) Abolition de la municipalité de la paroisse de Saint-Louis-de-Lotbinière.
1851 Pierre-Gustave Joly, fait bâtir sa résidence d'été sur le territoire de la seigneurie.
1854
(18 décembre 1854) Abolition du régime seigneurial.
1855
(1er juillet 1855) Constitution de la municipalité de la paroisse de Saint-Louis-de-Lotbinière.
1860
La seigneurie de Lotbinière est cédée par Julie-Christine Chartier de Lotbinière à son fils Henri-Gustave Joly.
1895 Naissance du réseau de parcs québécois sous l'impulsion de Joly.
1908
(16 novembre 1908) Au décès de Henri-Gustave Joly de Lotbinière, la seigneurie passe à son fils Edmond-Gustave Joly de Lotbinière.
1911
Au décès d'Edmond-Gustave Joly de Lotbinière, la seigneurie passe à son fils Alain Joly de Lotbinière.
1914
(5 novembre 1914) Constitution de la municipalité du village de Lotbinière par détachement de celle de la paroisse de Saint-Louis-de-Lotbinière.
1923
La population de la paroisse est de 1 590 âmes.
1940
(12 mars 1940) Fondation de la Caisse populaire de Saint-Louis-de-Lotbinière.
1979
(1er janvier 1979) Regroupement des municipalités de Saint-Louis-de-Lotbinière et de Lotbinière sous le nom de cette dernière.
1990
La population de Lotbinière est de 1 080 habitants.
1998
La Fondation du Domaine Joly-de-Lotbinière dirigée par Hélène Leclerc prend possession des lieux et les jardins sont restaurés et améliorés ; ouverts au public.
2000
La population de Lotbinière est de 935 habitants.
2010
La population de Lotbinière est de 945 habitants.
(Octobre 2010) L'Union des producteurs agricoles-UPA et Gaz Métro annoncent qu'elles ont conclu une entente qui prévoit des compensations de 10 000 $ accordée aux agriculteurs de Lotbinière si le pipeline transportant du gaz de shiste (shale) est construit sous leurs terres.

Lotbiniériens cités dans La Mémoire du Québec -

Élisée Beaudet, Bruno Desrochers, Édouard-Hippolyte Laliberté, Rolland Legendre.

  • Attraits :


Chapelle processionnelle (vers 1834) ; 7557, boulevard Marie-Victorin (132 Est) ; construite en pierre des champs ; restaurée en 1953 et 1978 ; classée monument historique en 1965.
Domaine Joly-de-Lotbinière (1851). 7015, Route de Pointe-Platon. à Sainte-Croix. En 1998, la Fondation du Domaine Joly-de-Lotbinière dirigée par Hélène Leclerc prend possession des lieux et les jardins sont restaurés et améliorés ; ouverts au public, les aménagements du domaine abritent 2 300 espèces et cultivars de végétaux ; l'allée historique seigneuriale est l'aménagement central du Domaine créé par l'horticulteur Daniel Fortin vers la fin des années 1990.; il s'agit d'un jardin composé de quatre grandes plate-bande disposées de part et d'autre d'un sentier ; un potager à l'ancienne, un jardin de fleurs à couper, un jardin des sens inspiré des jardins médiévaux ; au coaur du jardin, à la croisée des deux allées principales, se trouve un cadran solaire déposé sur une vieille meule de l'ancien moulin seigneurial.
Église Saint-Louis (1818-1822, restaurée en 1952) ; 7510, boulevard Marie-Victorin (132 Est) ; plans de François Baillairgé ; décoration intérieure par Thomas Baillairgé (1824) ; 3 toiles (1730) attribuées au frère François Brékenmacher, un récollet du couvent de Montréal ; travaux de sculptures (1838-1845) de Léandre Parent et d'André Pâquet dit Lavallée ; couronnement de la façade et flèches érigés d'après des plans de David Ouellet (1888) ; orgue Elliott (1802) fabriqué à Londres pour la Cathédrale anglicane Trinity de Québec, entreprosé parce que trop haut pour sa destinataire, il est acquis par la paroisse en 1846, puis restauré et électrifié par la maison Casavant en 1949 ; classée monument historique en 1965.
Maison Bélanger (entre 1740 et 1784) ; 7661, boulevard Marie-Victorin ; construite par la famille Bélanger, l'une des premières concessionnaires de terre de la seigneurie ; classée monument historique en 1977.
Maison Pagé (1815) ; 7482, boulevard Marie-Victorin (132 Est) ; restaurée en 1968-1969 ; classée monument historique en 1968.
Manoir Chavigny de La Chevrotière (vers 1817) ; 7640, boulevard Marie-Victorin (132 Est) ; construit pour le notaire Ambroise Chavigny de la Chevrotière qui l'habite jusqu'à sa mort ; sa proximité du vieux quai rappelant l'époque au cours de laquelle Lotbinière était approvisionnée par bateaux lui mérite d'être classé propriété historique en 1960.
Moulin du Domaine (1831-1832) ; premier moulin construit dans la seigneurie de Lotbinière ; abandonné en 1942, puis transformé en résidence en 1967 ; classé monument historique en 1964.
Moulin du Portage (1815-1816) ; rang Saint-François Ouest ; construit sur une presqu'île de la rivière du Chêne pour le seigneur Michel-Eustache-Gaspard-Alain Chartier de Lotbinière ; classé monument historique en 1964 ; transformé en centre culturel en 1985 ; incendié en 1988, restauré, puis réouvert en 1993.

  • Toponymie -


Lotbinière est le nom d'une terre du Bas-Maine (France) achetée par les ancêtres du seigneur et qu'ils appelèrent «Binière» ; ayant ajouté l'élément «lot», on disait «lot de Binière» que l'usage consacra en Lotbinière.

  • Repères géographiques -


Sur la rive droite du Saint-Laurent.
À une soixantaine de kilomètres à l'ouest-sud-ouest de Lévis.
Diocèse de Québec.
Division administrative seigneuriale de Québec-DASQ.
Municipalité régionale de comté de Lotbinière.
Région touristique de la Chaudière-Appalaches.

  • Accès : Route 132 via Autoroute 20 et Route 271.

Carte 6.

Carte 6 sur Google Maps


Outils personels

Publicité

(Annonces   .)