Marcoux (Louis)

Un article de la Mémoire du Québec (2019).

Publicité

(Annonces   .)
  • Homme d'affaires (marchand) né en 1798. Patriote.

Au cours de la campagne électorale pour l'élection générale des députés à la Chambre d'assemblée du Bas-Canada-CABC, Louis Marcoux est victime d'un tir de pistolet par Isaac Jones en couragé par son frère James Jones ; Marcoux expire le 8 novembre 1834 dans sa maison de Sorel. Isaac Jones et James Jones subissent leur procès à partir du 4 mars 1835 à Montréal et sont acquittés par le jury le 28 juin 1837.
Le curé de Saint-Pierre-de-Sorel, puis Mgr Lartigue, l'évêque de Montréal interdisent l'installation de ce monument dans le cimetière paroissial de Saint-Pierre-de-Sorel ; ils n'acceptent pas l'inscription suivante : Marcoux, mort pour la défense des droits de la patrie ni cette autre : Marcoux est mort. Vive la patrie !
En 1836, la stèle est érigée dans la seigneurie de Saint-Denis avec l'inscription suivante : «Passant, rends hommage à la mémoire du patriote Louis Marcoux tué en defendant le droit sacré d'élection. Ses dernières paroles furent «Vive la patrie». ou :
«Passant, rends hommage à la mémoire du patriote Louis Marcoux tué à Sorel le 8 novembre 1834, en defendant la cause sacrée du pays, âgé de 34 ans. Ses dernières paroles furent «Vive la patrie !»
À leur retour à Saint-Denis après un an, les soldats anglais culbutèrent le monument et le brisèrent ; plusieurs fragments du monument furent enfouis dans les fondations d'une grange du village de Saint-Denis ; ils y furent mis à découvert en 1915 et le monument a été réparé et placé sur une base nouvelle, grâce aux soins du docteur Jean-Baptiste Richard..

n an, les En 1837, des soldats anglais renversent le monument et le brisent. Plusieurs fragments enfouis plus tard dans les fondations d'une grange du village sont mis à découvert en 1915 et grâce au sens de l'histoire du docteur Jean-Baptiste Richard le monument est réparé et placé sur une nouvelle base.


Outils personels

Publicité

(Annonces   .)