Memramcook (agglomération du Nouveau-Brunswick)

Un article de la Mémoire du Québec (2012).

  • Éphémérides -


1755
(28 juillet) Le Conseil exécutif de la province de Nouvelle-Écosse dirigé par le gouverneur Charles Lawrence décide de déporter les Acadiens qui ne prêtent pas le serment d'allégeance inconditionnel à la Great Britain, de détruire tous leurs biens et de s'emparer de leurs terres pour les remettre à des colons britanniques ; les Acadiens mâles des environs âgés de plus de 10 ans furent réunis dans l'église, puis mis sur des bateaux et envoyés dans d'autres colonies britanniques dont le Massachusetts ; les terres fertiles d'Acadie furent données à des planters venus d'Angleterre. Les hommes du colonel Monckton incendièrent les bâtiments et maisons des Acadiens récalcitrants. Quelques familles acadiennes se réfugièrent dans les bois avoisinants et ne furent pas capturées par les troupes de Lawrence.
1766
Environ 200 familles d'exilés acadiens au Massachusetts décident de revenir ensemble en Acadie ; leur caravane atteignit la rivière Saint-Jean, puis les régions de Petitcoudiac, Memramcook, Shédiac et Cocagne ; une cinquantaine de familles continuèrent leur route vers Annapolis Royal.
1780
Fondation de la paroisse Saint-Thomas de Memramcook par les Acadiens du Massachusetts et les Acadiens demeurés au pays à la faveur des grands bois ; des Acadiens venus de la rivière Saint-Jean, de France à l'île Miquelon dont ils furent éloignés par la Révolution française se joindront plus tard au premiers colons de Memramcook.
1781
Nomination du prêtre breton Thomas-François Leroux comme premier curé résidant de la paroisse Saint-Thomas de Memramcook.
1782
Érection canonique de la paroisse Saint-Thomas ; son territoire couvre la partie centrale du comté de Westmoreland.
1795
Incendie de l'église paroissiale connue sous le nom de «chapelle de la Montagne».
1840
Construction d'une église en pierres par le curé Ferdinand Gauvreau.
1847 Parution du roman historique L'Évangéline de Longfelllow.
1852
La population de la paroisse Saint-Thomas compte 440 familles en grande majorité acadiennes.
1854
L'abbé Stanislas LaFrance, curé de Saint-Thomas de Memramcook, acquiert une terre, fonde et commence la construction du Séminaire Saint-Thomas sur la Butte-à-Pétard.
(15 octobre) Le séminaire reçoit une trentaine d'élèves (les Canadiens-français François-Xavier Cormier, André Belliveau, Jean Gaudet, Vital Landry, Honoré Leblanc, Thomas Saulnier, Narcisse Doiron, Lucien Bourque, Étienne Léger, et les Canadiens irlandais Patrick McGowan, Albert Chapman, Joseph Turner, Paul Moore, Hazen Cochrane, Albert Lamb, Frank McManus, Thomas Weldon) qui seront éduqués sous la direction de l'enseignant Charles Lafrance, le frère du curé.
1856 (15 août) Inauguration de l'église Saint-Thomas le jour de la fête de L'Assomption.
1860 Érection canonique du diocèse de Chatham.
1862 En raison de difficultés financières, le Séminaire Saint-Thomas de Memramcook ferme ses portes.
1863 La propriété du Séminaire Saint-Thomas est transférée à l'évêque de St. John, Mgr John Sweeney, qui le confie à la Congrégation de Sainte-Croix-CSC.
1864 (10 octobre) Réouverture du Collège Saint-Thomas sous le nom de Collège Saint-Joseph, une institution bilingue dirigée par le Père Camille Lefebvre, clerc de Sainte-Croix, qui devient également curé de Saint-Thomas.
1868 Le Collège Saint-Joseph reçoit une charte du Gouvernement de Fredericton qui l'autorise à décerner des diplômes universitaires.
1873 Les religieuses Hospitalières de Saint-Joseph ouvrent un couvent pour filles.
1881 (20-21 juillet) Tenue de la première Convention nationale des Acadiens qui réunit plus de 5 000 personnes au Collège Saint-Joseph de Memramcook ; on y jette les bases de la Société nationale de L'Assomption (Société nationale des Acadiens-SNA) et on choisit le 15 août, fête de L'Assomption comme fête nationale des Acadiens et l'Ave Mari Stella comme hymne national ; on y choisit également le drapeau des Acadiens (bandes verticales bleue, blanche et rouge avec une étoile sur le haut de la bande bleue).
1923 (23 décembre) Approbation par le Vatican du morcellement de la communauté des Soeurs de la charité, l'une anglophone et l'autre, francophone ou acadienne ; celle-ci devient la Congrégation de Notre-Dame-du-Sacré-Coeur-n.d.s.c. avec maison-mère à Memramcook.
1933 (20 octobre) Incendie du Séminaire de Memramcook.
1934 Le Collège Saint-Joseph de Memramcook devient l'Université Saint-Joseph.
1943 Ouverture d'un collège pour les filles par les Soeurs de Notre-Dame-du-Sacré-Coeur-n.d.s.c. à Memramcook.
1949 Le collège féminin de Memramcook, dirigé par les Soeurs de Notre-Dame-du-Sacré-Coeur-n.d.s.c., est tranféré à Moncton.

  • Toponymie - Memramcook serait issu du micmac amlangog signifiant «il y a divers courants».


  • Repères géographiques -



À quelques kilomètres au sud-est du Coude (Moncton).
Sur la rivière Memramcook.
Diocèse de Moncton.
Acadie.

Outils personels
Publicité
(Annonces   .)