Montréal (municipalité de ville). Histoire (1980-)

Un article de la Mémoire du Québec (2018).

  • 1980

Fondation du Collège Supérieur de Montréal sur la rue Maisonneuve Est (en 2010, cette institution était privée secondaire, pour filles et garçons).
Érection canonique de la paroisse catholique latino-américaine de Notre-Dame-de-la-Guadeloupe.
Fondation de l'Opéra de Montréal.
Importante grève (41 jours) des cols bleus de la ville de Montréal membres du Syndicat canadien de la fonction publique affilié à la Fédération des travailleurs du Québec.
Début des travaux de démolition et de restauration dans le Vieux-Port de Montréal en vue d'ouvrir une fenêtre sur le fleuve. (1 janvier)
Un groupe de cubains anti-Castro appelé Omega-7 bombarde la mission cubaine de Montréal.
(8 mars) Fusion des caisses populaires Sainte-Madeleine-Sophie et de Saint-Alphonse-d'Youville sous le nom de cette dernière.
(12 avril) Fusion des caisses populaires de Sainte-Cunégonde et de Saint-Irénée sous le nom de cette dernière.
(17 au 21 mai) Tenue des Floralies internationale de Montréal (fleurs intérieures) au Vélodrome
(31 mai au 1er septembre 1980) Les floralies extérieures sont tenues sur l'île Notre-Dame.
(16 juin) Annexion de la municipalité de Saint-Jean-de-Dieu par celle de Montréal.
(16 août) Fusion des caisses populaires de Sainte-Marguerite-Marie et de Saint-Eusébe sous le nom de cette dernière.
1981
Fondation de l'École nationale de cirque sur la 2e Avenue (en 2010, cette institution était privée secondaire et collègiale, pour filles et garçons).
Érection canonique de la paroisse catholique espagnole de Sainte-Thérèse-d'Avila.
(14 mars) Fondation de la Caisse d'économie des Haïtiens de Montréal.
(15 mai) Tragédie mortelle ; incendie au 360, rue des Récollets ; bilan : 3 morts, les pompiers Yvon Cyr, Paul Dolbec et Rolland Lapointe et 7 pompiers blessés en combattant l'incendie.
(16 mai) Fusion des caisses populaires de Saint-Pascal et de Notre-Dame-des-Neiges sous le nom de Caisse populaire de Côte-des-Neiges.
(8 août) Tragédie mortelle ; incendie au 7964, rue Foucher ; bilan : 1 mort, le pompier Yvon Gendron, tué en combattant l'incendie.
(22 novembre) Tragédie mortelle ; incendie du restaurant Steakorama au 1415, rue de Bleury ; bilan : 1 mort, le capitaine des pompiers de Montréal, Gaston Leblanc, tué et 7 pompiers blessés en combattant l'incendie.
1982
Érection canonique de la paroisse catholique italienne de Marie-Auxiliatrice.
Érection canonique de la paroisse catholique haïtienne de Notre-Dame-d'Haïti.
(6 mars) Fusion des caisses populaires de Saint-Roch et de Saint-Vincent-Ferrier sous le nom de cette dernière.
(23 mai) Annexion de la municipalité de Pointe-aux-Trembles par Montréal.
(22 juin) Tragédie mortelle ; incendie au 1651, rue Cartier ; bilan : 1 mort, le pompier Aurèle Cormier, tué en combattant l'incendie.
(31 juillet) Importante grève générale dans les transports en commun.
1983
(11 juin) Fusion des caisses populaires de Sainte-Lucie et de Saint-Bernardin sous le nom de cette dernière.
1984
(7 avril) Fusion des caisses populaires de Sainte-Gemma et de Saint-Esprit sous le nom de cette dernière.
(29 juin-8 juillet) Tenue du premier Festival de jazz de Montréal.
(30 juin) Fusion des caisses populaires de Sainte-Brigide et de Saint-Vincent-de-Paul sous le nom de cette dernière.
(25 août) Fusion des caisses populaires de Sainte-Maria-Goretti et de Pointe-aux-Trembles sous le nom de cette dernière.
(3 septembre) Tragédie mortelle ; acte criminel ; explosion d'une bombe à la Gare centrale ; bilan : 3 morts, des touristes français qui attendaient un train ; Thomas Brigham, 65 ans, un Américain de Rochester (États-Unis), est reconnu coupable de meurtre au prémédité le 4 mai 1985 relativement à cette tragédie.
(9 septembre) Visite du pape Jean-Paul II ; Céline Dion, alors âgée de 16 ans, interprète pour lui la chanson Une colombe.
(1 novembre) Tragédie mortelle ; actes criminels ; enlèvement de 3 enfants, Maurice Viens, 4 ans, Sébastien Métivier, 8 ans, et Wilton Lubin, 12 ans ; le jeune Maurice Viens est retrouvé mort et affreusement mutilé dans une grange de Saint-Antoine-sur-Richelieu ; le jeune Wilton Lubin a été repêché des eaux du Saint-Laurent dans lequel son corps poignardé avait été jeté ; on n'a pas retrouvé le jeune Sébastien Métivier.
(Novembre) Fermeture définitive et vente des meubles de l'Hôtel Sheraton Mont-Royal sur la rue Peel.
(22 novembre 1984) Utilisation sans succès de moyens de pression et rassemblement de 3 000 agents en uniforme devant l'Assemblée nationale pour obtenir du gouvernement le respect d'une sentence arbitrale fixant les salaires des policiers ; malgré les ordres, les agents utilisent les véhicules de la Sûreté pour se rendre à Québec.
(25 novembre) Tragédie mortelle ; acte criminel ; une bombe explose au neuvième étage d'un édifice qui en compte 22, au 1645, rue Maisonneuve ; bilan : 4 morts, des personnes fichées par la police ; en 1985, Yves Trudeau, un tueur à gage, avoue avoir placé une bombe télécommandée dans le téléviseur de l'appartement et de l'avoir fait sauter en compagnie de Michel Blass, un autre tueur à gage.
(29 novembre 1984) Le gouvernement du Québec fixe par décret les conditions de travail des policiers de la SQ; ceux-ci rentrent au travail par crainte de suspension disciplinaire ou de destitution en vertu de dispositions spécifiques de la Loi de police.
(19 décembre) Tragédie mortelle ; explosion de gaz suivie d'un incendie, rue Poincarré dans le quartier Nouveau-Bordeaux ; bilan : 5 morts, Michel Séguin, 9 ans, Thérèse Guay, 45 ans, François Grignon, 57 ans, Éliza Di Tomasso-Grignon, 61 ans, et Richard Crépeau, 51 ans, plusieurs blessés et 3 maisons pulvérisées
1985
(2 mars) Tragédie mortelle ; incendie d'une maison de chambre sur la rue Saint-Hubert ; bilan : 4 morts, des chambreurs brûlés vifs.
1986
(Janvier) Incendie de l'église grecque orthodoxe Holy Trinity à l'angle des rues Sherbrooke Ouest et Clark.
(1 janvier) Tragédie mortelle ; incendie d'un édifice d'appartements de l'avenue Querbes ; bilan : 7 morts.
(24 mai) Émeute sur la rue Sainte-Catherine, à la suite de la conquête de la Coupe Stanley par le club de hoskey Les Canadiens de Montréal à Calgary ; entre 5 000 et 10 000 partisans se réunissent spontanément sur la rue ; la police est dépassée par l'événement ; bilan : dommages et pillage des magasins.
(21 juin) Fusion des caisses populaires de Saint-Émile et de Notre-Dame-de-l'Assomption sous le nom de cette dernière.
1987
(7 janvier) Tragédie mortelle ; incendie au 5619, avenue du Parc ; bilan : 1 mort, le pompier Jean-Roch Dubreuil, tué en combattant l'incendie.
(14 janvier 1987) Inendie du Consulat russe àsur la rue Drummond à Montréal ; des gardes armés refusent l'entrée du consulat aux pompiers de Montréal.
(25 mai) Tragédie mortelle ; incendie de l'église Unitarian (1908) à l'angle des rues Simpson et Sherbrooke Ouest ; bilan : 2 morts, les pompiers Pierre Létourneau et Jean-Pierre Longpré tués et deux pompiers blessés en combattant l'incendie ; Wilhelmina Tiemersma, une transexuelle de 36 ans, organiste de l'église brûlée avoue qu'elle a mis le feu à ses partitions et à ses livres alors qu'elle était dépressive (son état d'esprit anormal, ce jour-là - hypomania, délirium) - serait le résultat des effets secondaires du puissant anti-dépresseur Nardil qu'elle prenait sous prescription à cette époque ; condamnée à 8 ans de prison, sa sentence a été réduite à 37 mois par la Cour d'appel.
(14 juillet) Tragédie mortelle ; pluies torentielles (102,2 mm d'eau en près de 2 heures) inondant Montréal et sa banlieue nord ; on doit évacuer des personnes dont les automobiles sont submergées sur l'autoroute Décarie devenue un canal avec près de 3,5 m d'eau à certains endroits ; bilan : 2 morts et des dommages matériels évalués à plus de 100 $.
(26 septembre) Fusion des caisses populaires de Saint-Louis-de-Gonzague et de L'Immaculée-Conception sous le nom de cette dernière.
1988
(23 février) Tragédie mortelle ; incendie au 614, rue Létourneux ; bilan : 1 mort, le pompier André Grenier, tué en combattant l'incendie.
(12 novembre) Tragédie mortelle ; incendie au 3702, rue Ontario Est ; bilan : 1 mort, le pompier Denis Lachance, tué en combattant l'incendie.
1989
Fondation de l'École Charles-Perreault sur la rue Cartier (en 2010, cette institution était privée préscolaire et primaire pour filles et garçons).
Fondation de Les Écoles musulmanes de Montréal sur l'avenue Chester (en 2010, cette institution était privée préscolaire, primaire et secondaire pour filles et garçons).
(7 mai 1989) Inauguration du Centre canadien d'architecture de Montréal fondé par Mme Phyllis Lambert ; une partie de ce musée est aménagée dans la maison Shaughnessy (1875) sur le boulevard René-Lévesque et l'architecture du reste de l'édifice s'inspire de celle de cette maison.
(1 novembre 1989) Fusion des caisses populaires de Saint-Gilbert et de Saint-Léonard sous le nom de cette dernière.
(6 décembre 1989) Fusillade à l'École polytechnique de Montréal ; voir École polytechnique de Montréal.
(31 décembre 1989) Fermeture du chantier maritime Canadian Vickers.
1990
La population de Montréal est de 1 015 420 habitants.
Fondation du Collège Rachel sur la rue Jeanne-Mance (en 2010, cette institution était privée secondaire, pour filles et garçons ).
(14 janvier 1990) Départ du dernier train transcontinental Montréal-Vancouver.
(20 décembre 1990) Tragédie mortelle ; incendie d'un immeuble désaffecté au 1186, rue Saint-Hubert ; bilan : 1 mort, le pompier René Masse, lieutenant, écrasé par la chute d'une structure, et 5 blessés, des pompiers qui combattaient l'incendie.
1991
Inauguration du Centre de commerce mondial reconstruit à l'intérieur des façades des édifices de la Merchants Bank (1870), Librairie Wilson (1880), Pianos Nordheimer (1890), Eastern Towships Bank (1910) et Crown Trust (1925).
(Octobre 1991) 2 cols bleus sont accusés d'avoir mis le feu à un enclos à rebuts et à un incinérateur municipal du Jardin Botanique de Montréal.. De nombreux méfaits sont recensés durant le mois d'octobre 1991 : le système électronique de pesée des camions au dépotoir de l'ancienne carrière Miron est saboté ; une rétrocaveuse est repêchée dans le fleuve Saint-Laurent ; des portes du pavillon du Québec à Terre-des-Hommes sont défoncées à coups de hache. (La Presse, 9 décembre 2015, page A5)
1992
Fermeture des usines Angus mises en exploitation en 1904 ; les bâtiments et le terrain de 875 000 m2 sur lequel elles sont érigées seront transformées en édifices d'appartements et en maisons de quartier dont 25 % en logements sociaux.
Ouverture du Biodome aménagé dans le Vélodrome olympique.
(8 août 1992) Le concert de Metallica et Guns N' Roses se termine après 1 h 20 seulement ; les fans sont furieux ; ils quittent le stade olympique en brisant tout sur leur passage.
(24 août 1992) Fusillade à l'Université Concordia par le professeur Valery Fabrikant ; bilan : 4 morts, les professeurs Michael Hogben, Jaan Saber, Phoivos Ziogas et Matthew Douglass, des collègues de la faculté d'ingénierie et d'électronique ; reconnu coupable le 11 août 1993 de 4 meurtres prémédités, d'une tentative de meurtre et de 2 séquestrations à la suite d'un long procès au cours duquel Fabrikant assume lui-même sa défense sans l'aide d'un avocat, il est condamné à la prison à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle avant d'avoir purgé 25 années de sa peine derrière les barreaux.
1993
Fondation du Cégep Marie-Victorin.
Fondation du Collège de Anjou, rue Renaude-Lapointe (en 2010, cette institution était privée secondaire pour filles et garçons).
(10 juin 1993) Émeute sur la rue Sainte-Catherine à la suite de la conquête de la Coupe Stanley par les Canadiens de Montréal ; bilan : malgré la présence massive de la police, plusieurs magasins sont endommagés et pillés (115 arrestations ; dommages de 10 millions $).
(Septembre 1993) Plusieurs dizaines de cols-bleus forcent les portes de l'hôtel de ville de Montréal. Le président du syndicat, Jean Lapierre, sera condamné pour participation à une émeute ; En 1999, Jean Lapierre purgera 29 jours de prison pour cet événement. (La Presse, 9 décembre 2015, page A5)
(1er novembre 1993) Fondation de la Caisse populaire du quartier chinois.
1994
La population de Montréal est de 1 030 678 habitants.
Dernier départ du train de Via Rail, l'Atlantique, sur la ligne de chemin de fer Montréal-Halifax inaugurée en 1889.
(8 janvier 1994) Le capitaine Laurent Dupont du Service d'incendie de Montréal-Nord, décède d'une crise cardiaque après avoir combattu un incendie provoqué par un chaudron à fondue.
(Septembre 1994) Des cols bleus épandent des déchets dans les rues de la ville et sur le mont Royal. 24 cols bleus dont le président, Jean Lapierre, sont accusés d'outrage au tribunal. (La Presse, 9 décembre 2015, page A5)
1995
Fondation de l'École JMC - Jeunes musulmans canadiens (en 2010, cette institution était privée préscolaire, primaire et secondaire pour filles et garçons).
1996
Fondation de l'Académie Maria-Montessori (en 2010, cette institution était privée préscolaire et primaire pour filles et garçons).
(16 mars 1996) Inauguration du Centre Molson, le nouveau domicile des Canadiens de Montréal.
(Avril 1996) 6 cols bleus sont reconnus coupables d'avoir séquestré un contremaître de la Ville qui venait de congédier un des leurs. (La Presse, 9 décembre 2015, page A5)
1997
(23 juillet 1997) Tragédie mortelle ; incendie d'une maison de chambres, au 298 A, rue Bourget dans le quartier Saint-Henri ; bilan : 4 morts, des chambreurs agés de 52, 62, 64 et 76 ans.
1998
Fondation du Collège Antoine-le-Grand sur l'avenue Papineau (en 2005, cette institution était privée préscolaire et primaire, pour filles et garçons).
(Janvier 1998) Tempête de verglas ; voir Québec (province). Crises. Verglas.
(Printemps puis hiver 1998) Utilisation de moyens de pression (vandalisme et actes d'intimidation à l'endroit des supérieurs) par les pompiers de Montréal qui négocient leur convention collective ; au printemps ils obtiennent un plancher d'emploi, un nombre minimum de pièces d'équipement en service et autres considérations ; à l'hiver, insatisfaits de l'application par la ville du plancher d'emploi et du minimum d'équipement, ils recommencent leurs moyens de pression (bris d'équipement électronique, percement de boyaux d'arrosage, menace à l'endroit des supérieurs, graffiti et peinture sur les véhicules du Service).
(28 juillet 1998) Tragédie mortelle ; acte criminel ; bilan : 4 morts ; un homme d'origine coréenne, Soung Nun Koak, tue sa conjointe, Sun Ok Hu, 27 ans, et ses deux enfants agés respectivement de 2 et 1/2 ans et 6 ans, puis se suicide ; les corps des victimes sont trouvés dans l'appartement familial, rue Bishop (entre Sainte-Catherine et Maisonneuve), et celui du meurtrier est retrouvé pendu dans le puits d'ascenceur d'un édifice en rénovation, sur la rue Saint-Sacrement.
(16 décembre 1998) Les pompiers recourent aux moyens de pression de collégiens contre la ville (ordinateurs brisés, colle dans les serrures, eau dans les réservoirs de diesel, camions peinturés de graffitti, séquestration d'un gardien de sécurité).
1999
(Juillet 1999) Démolition de l'édifice administratif (1912) de l'ancien chantier maritime de la Canadian Vickers, rue Notre-Dame Est ; cet édifice était devenu la propriété de la Ville de Montréal en 1996 par défaut de paiement des taxes foncières par l'ancien propriétaire.
(21 octobre 1999) Fermeture définitive du magasin Eaton du centre-ville ouvert en 1925 ; la Compagnie Ivanhoé, filiale de la Caisse de dépot et placement du Québec achète l'édifice Eaton.
(15 novembre 1999) Incendie de la caserne 26 ou de Lorimier, avenue du Mont-Royal, causé par un chaudron d'huile laissé sur une cuisinière du poste par les pompiers appelés sur les lieux d'un autre incendie ; le poste 26 est situé dans l'hôtel de ville de l'ancienne municipalité de de Lorimier annexée à Montréal en 1909.
(3 décembre 1999) La Bourse de Montréal ouverte en 1875 ferme ses portes ; ses activités sont transférées à la Bourse de Toronto.

2000
La population de Montréal est de 1 029 828 habitants.
Fondation du Collège Jacques-Prévert sur la rue De Serres (en 2010, cette institution était privée préscolaire et primaire, pour filles et garçons).
Fondation de l'École des premières lettres sur la rue De Gaspé (en 2010, cette institution était privée préscolaire et primaire, pour filles et garçons).
Fondation de l'École Dar Al-Iman sur le boulevard Henri-Bourassa Ouest (en 2010, cette institution était privée préscolaire et primaire, pour filles et garçons).
Fermeture de la paroisse catholique de Saint-Henri érigée canoniquement en 1867.
Fermeture de la paroisse catholique de Sainte-Cunégonde érigée canoniquement en 1875.
Fermeture de la paroisse catholique de Saint-Jean-de-la-Croix érigée canoniquement en 1900.
Fermeture de la paroisse catholique de Saint-Georges érigée canoniquement en 1908.
Fermeture de la paroisse catholique de Saint-Étienne érigée canoniquement en 1912.
(20 décembre 2000) Sanction de la Loi portant réforme de l'organisation territoriale municipale des régions métropolitaines de Montréal, de Québec et de l' Outaouaisadoptée par l'Assemblée nationale le même jour; cette loi ordonne, entre autres, la fusion de toutes les municipalités de l'île de Montréal (Anjou, Baie-D'Urfé, Beaconsfield, Côte-Saint-Luc, Dollard-Des-Ormeaux, Dorval, Hampstead, Kirkland, Lachine, LaSalle, Montréal, Montréal-Est, Montréal-Nord, Montréal-Ouest, Mont-Royal, Outremont, Pierrefonds, Pointe-Claire, Roxboro, Sainte-Anne-de-Bellevue, Sainte-Geneviève, Saint-Laurent, Saint-Léonard, Saint-Pierre, Senneville, Verdun et Westmount) et des municipalités de L'Île-Bizard et de L'Île-Dorval pour constituer la nouvelle ville de Montréal ; le territoire de la municipalité de Montréal est morcellé en neuf arrondissements : Ahuntsic-Cartierville, Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce, Mercier-Hochelaga-Maisonneuve, Plateau-Mont-Royal-Centre-Sud, Rosemont-Petite-Patrie, Sud-Ouest, Ville-Marie, Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension et Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles.

2001
Fermeture de la paroisse catholique de Sainte-Clotilde érigée canoniquement en 1909.
Fermeture de la paroisse catholique de Sainte-Catherine-d'Alexandrie érigée canoniquement en 1912.
Fermeture de la paroisse catholique de Saint-Jean érigée canoniquement en 1946.
Fermeture de la paroisse catholique de Saint-Mathias-Apôtre érigée canoniquement en 1948.

Fermeture de la paroisse catholique Saint-Barnabé-Apôtre érigée canoniquement en 1948.
Fermeture de la paroisse catholique de Saint-Gabriel-Lalemant érigée canoniquement en 1951.
Fermeture de la paroisse catholique de Saint-Eugène érigée canoniquement en 1951.
Fermeture de la paroisse catholique anglophone St. Rita érigée canoniquement en 1952.
Fermeture de la paroisse catholique de Sainte-Clotilde érigée canoniquement en 1909.
(Mai 2001) Dix-neuf des municipalités visées par la loi des regroupements municipaux s'adressent à la Cour supérieure pour la faire annuler.
(17 juin 2001) Le pompier Gérald Vendette de Saint-Léonard est tué lorsque le camion de pompier devant lequel il était placé l'écrase sur un lampadaire.
(20 mai 2001) Dévoilement officiel de la statue de Jean Drapeau, oeuvre de Annick Bourgeau ; elle est installée dans le parc de la Dauversière, entre le Château de Ramezay et la place Jacques-Cartier, à deux pas de l'Hôtel de ville de Montréal.
(28 juin 2001) Le juge Maurice Lagacé de la Cour supérieure refuse d'annuler la Loi portant réforme de l'organisation territoriale municipale des régions métropolitaines de Montréal, de Québec et de l' Outaouais*.
(21 août 2001) Un groupe de représentants de gouvernements, de fédérations sportives, d'athlètes et de la Commission médicale du Comité international olympique (CIO), choisit Montréal comme emplacement permanent de l'Agence mondiale anti-dopage (AMA).
(14 septembre 2001) Quinze municipalités (Baie-D'Urfé, Beaconsfield, Côte-Saint-Luc, Dollard-Des-Ormeaux, Dorval, Hampstead, Kirkland, Montréal-Est, Montréal-Ouest, Mont-Royal, Pointe-Claire, Sainte-Anne-de-Bellevue, Saint-Laurent, Senneville et Westmount) demandent à la Cour d'appel du Québec de rejeter la décision de la Cour supérieure.
(16 octobre 2001) La Cour d'appel du Québec maintient la décision de la Cour supérieure du Québec et rejette la demande des municipalités de banlieue.
(4 novembre 2001) Élection du conseil municipal de la future nouvelle ville de Montréal ; Gérald Tremblay est élu maire de la nouvelle ville de Montréal.
(13 novembre 2001) Treize municipalités (Baie-D'Urfé, Beaconsfield, Côte-Saint-Luc, Dorval, Hampstead, Kirkland, Montréal-Est, Montréal-Ouest, Mont-Royal, Pointe-Claire, Sainte-Anne-de-Bellevue, Senneville et Westmount) demandent à la Cour suprême du Canada la permission d'en appeler de la décision de la Cour d'appel du Québec et d'empêcher la mise en vigueur de la loi ordonnant le regroupement des municipalités de l'île de Montréal et l'abolition de ces municipalité prévue pour le 31 décembre 2001.
(3 décembre) À la suite de l'argumentation des avocats des 13 municipalités et de ceux du gouvernement du Québec, la Cour suprême du Canada décide de délibérer à huis-clos sur la requête.
(7 décembre 2001) La Cour suprême du Canada refuse d'entendre l'appel des 13 municipalités de banlieue et maintient ainsi le jugement de la Cour d'appel du Québec qui maintenait celui du juge Maurice Lagacé de la Cour supérieure du Québec reconnaissant la validité des fusions décrétée par l'Assemblée nationale en décembre 2000.
(31 décembre 2001) Les 28 villes regroupées cessent d'exister séparément.

2002
(1er janvier 2002) Naissance de la nouvelle ville de Montréal dont le territoire couvre l'île de Montréal..

2003
(22 janvier 2003) Tragédie mortelle ; accident de la route ; la chaussée rendue glissante par un froid de -25 C, une automobile circulant vers l'est sur la rue Notre-Dame quitte sa voie et entre en collision frontale avec un camion venant en sens inverse ; bilan : 3 morts, des résidents de Repentigny, Dany Houle, 37 ans, son épouse Chantal Lescard, 30 ans, et Cassandra Houle, 4 ans, l'une de leur 3 enfants ; la plus jeune de la famille agée de 18 mois est sauvée par le harnais qui retenait son siège de bébé à l'arrière du conducteur et Daphnée Houle, 8 ans, a été épargnée parce qu'elle était descendue à son école de Repentigny.

2004
Une quarantaine de cols bleus de l'arrondissement Ville-Marie font une grève du zèle et travaillent lentement au lendemain d'une averse de pluie verglaçante. Dans les jours qui suivent, une cinquantaine de piétons sont transportés à l'hôpital après avoir glissé sur les trottoirs glacés. (La Presse, 9 décembre 2015, page A5)
Le club de baseball des Expos plie bagage et déménage à Washington. D.C.
(20 mai 2004) Les contribuables des anciennes municipalités de Anjou, Baie-d'Urfé, Beaconsfield, Côte-Saint-Luc, Dollard-des-Ormeaux, Dorval, Hampstead, Kirkland, LaSalle, L'Île-Bizard, L'Île-Dorval, Montréal-Est, Montréal-Ouest, Mont-Royal, Pierrefonds, Pointe-Claire, Roxboro, Sainte-Anne-de-Bellevue, Sainte-Geneviève, Saint-Laurent, Senneville, et Westmount signent les registres demandant la tenue d'un référendum pour décider de la séparation de leurs anciennes municipalités de la ville de Montréal pour devenir des entités municipales distinctes.
(20 juin 2004) Référendums sur le démembrement de Montréal ; le vote pour la séparation devant atteindre 50 % + 1 des électeurs ayant voté et représenter au moins 35 % des électeurs inscrits, les anciennes municipalités de Baie-d'Urfé (72,80 % des électeurs inscrits), Beaconsfield (45,88 % des électeurs inscrits), Côte-Saint-Luc (40,43 % des électeurs inscrits), Dollard-des-Ormeaux (37,58 % des électeurs inscrits), Dorval (41,41 % des électeurs inscrits), Hampstead (47,21 % des électeurs inscrits), Kirkland (47,32 % des électeurs inscrits), L'Île-Dorval (74 % des électeurs inscrits), Montréal-Est (45,16 % des électeurs inscrits), Montréal-Ouest (47,52 % des électeurs inscrits), Mont-Royal (41,69 % des électeurs inscrits), Pointe-Claire (52,81 % des électeurs inscrits), Sainte-Anne-de-Bellevue (47,68 % des électeurs inscrits), Senneville (73,63 % des électeurs inscrits), et Westmount (52,71 % des électeurs inscrits) obtiennent leur séparation de la ville de Montréal, alors que LaSalle (20,55 % des électeurs inscrits), L'Île-Bizard (33,68 % des électeurs inscrits), Pierrefonds (24,87 % des électeurs inscrits), Roxboro (33,36 % des électeurs inscrits), Sainte-Geneviève (21,49 % des électeurs inscrits), Saint-Laurent (28,58 % des électeurs inscrits) demeurent parties de la ville de Montréal.
(Septembre 2004) Établissement des Fraternités monastiques de Jérusalem dans les bâtiments des Pères du Saint-Sacrement sur avenue Mont-Royal.
(Septembre 2004) Les conseillers Irving Grundman et René Dussault de l'arrondissement Saint-Laurent démissionnent et plaident coupables à des accusations de corruptions pour avoir exigé une somme substantielle (75 000 $) en avril 2002 pour faciliter un changement de zonage afin de permettre la construction d'un complexe immobilier sur le boulevard Henri-Bourassa ; Grundman et Dussault sont condamnés à 23 mois de prison avec sursis ; Luis Vitorino et José Sardano sont également accusés dans cette affaire..

2005
(30 avril 2005) Ouverture de la Grande bibliothèque du Québec sur la rue de Berry ; contient la Collection nationale (tout ce qui s'est publié au Québec et tout ce qui s'est publié sur le Québec dans le monde) et la Collection universelle de prêt et de référence (plusieurs centaines de milliers d'ouvrages, enregistrements sonores et vidéos).
(Mai 2005) Le directeur général de l'arrondissement Saint-Laurent plaide coupable à l'accusation de s'être fait payer un voyage en Italie au prix de 6 600 $ par Paolo Catania.
(Juillet 2005) Tenue des Championnats mondiaux de natation.
(27 novembre2005-10 décembre 2005) Tenue de la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques présidée par le ministre canadien, Stéphane Dion.

2006
15 villes de banlieu de Montréal se retirent de la ville de Montréal conformément aux résultats des referendums tenue en 2004 chez leurs contribuables.
(21 janvier 2006, vers 3 h) Incendie d'un édifice à logements au 14295, boulevard Langelier, dans le quartier Montréal-Nord ; bilan : le capitaine des pompiers Marcel Marleau, 47 ans, de la station 14, perd la vie lorsque les flammes l'entourent soudainement et l'isolent de ses confrères à l'intérieur du bâtiment.
(7 avril 2006) Le Gouvernement du Québec donne le feu vert à la construction du University Health Center (comprenant le Montreal Children's Hospital) au coût de 1579,5 M $ G, du Centre hospitalier de l'Université de Montréal-UdeM au coût de 1518,3 M $ et l'agrandissement de l'Hôpital Sainte-Justine au coût de 503 M $.
(13 septembre 2006, vers 12 h 30) Fusillade au campus du Cégep Dawson de la rue Sherbrooke Ouest à Montréal ; Kimveer Gill, 25 ans, vivant dans le secteur Fabreville à Laval, se présente à l'institution armé de 3 armes à feu (un fusil de calibre .12, une carabine Beretta CX4 Storm et un pistolet Glock .45) ; il tire ses premiers coups de feu à l'extérieur de l'établissement, puis, poursuivi par des policiers de Montréal, pénètre à l'intérieur du Cégep et tire sur tout ce qui bouge dans l'atrium tuant Anastasia De Sousa, 18 ans, et blessant 19 autres personnes dont 4 très gravement et 8 gravement ; atteint à un bras par un tir de la police, il retourne l'une de ses armes contre lui-même et se suicide ; les policiers craignant qu'il soit muni de bombe, le transportent rapidement en dehors de l'édifice ; Gill, né à Montréal et dont les parents sont d'originaires de l'Inde, était un adepte de la mouvance gothique ; ses armes étaient enregistrées conformément à la loi canadienne sur les armes à feu.
(30 novembre 2006) Anonce par la Compagnie Johnson and Johnson qu'elle déménage son siège social à Markham, Ontario, mais qu'elle continuera d'exploiter son usine de la rue Notre-Dame Est avec ses 750 employés de production.

2007
La Société d'habitation et de développement de Montréal-SHDM est privatisée.

2008
(21 avril 2008) La victoire des Canadiens de Montréal sur les Boston Bruins est suivie d'une manifestation populaire dans les rues de la ville qui dégénère en émeute de la part d'individus qui n'avaient probablement rien à voir avec la joie des amateurs de hockey ; la police ne reprend le contrôle de la situation que tard dans la nuit ; de nombreuses vitrines ont été brisées, des boutiques ont été pillées et des voitures de police ont été endommagées dont 15 furent des pertes totales ; le 18 septembre 2008, la ville intente une poursuite de 750 000 $ contre 33 personnes arrêtées le soir de l'émeute.
(19 mai 2008) Début des travaux de construction du Stade Saputo dans le parc olympique.
(Juin 2008) Fermeture de l'Hippodrome de Montréal (Blue Bonnets) en raison de la faillite de l'entreprise du sénateur Massicotte, Attractions Hippiques ; cette piste avait été exploitée depuis 101 ans au moment de sa fermeture.
(Septembre 2008) L'administration de la ville met au jour une fraude de 8 millions $ à la division des services informatiques ; des irrégularités seraient en cause dans une douzaine de contrats avec 10 entreprises informatiques, petites et grandes ; le directeur général du Service, Gilles Parent, est congédié ; quelques mois plus tard, c'est au tour du directeur adjoint du service, Joseph Hélal, d'être congédié ; le dossier est confié à la Sûreté du Québec-SQ. En octobre 2013, Parent plaide coupable aux accusations qui pesaient contre lui et il est condamné à 6 ans de prison. Le 14 mai la Cour d'appel du Québec rejette la demande de Parent, 61 ans, de réviser la peine qui lui a été imposée en octobre 2013.
(Octobre 2008) Le maire de Montréal suspend toutes les transactions immobilières à la suite de révélations publiées par La Presse relativement à la vente du Faubourg Contrecoeur par la Société d'habitation de Montréal-SHDM au Groupe immobilier Catania ; le directeur général de la Société d'habitation, Martial Fillion est démis de ses fonctions et un mandat d'enquête est confié au vérificateur général de la ville de Montréal, Michel Doyon qui alerte la Sûreté du Québec lorsqu'il constate que des documents importants remis par des entrepreneurs à la SHDM ont été détruits.

2009
Inauguration du système de location en libre service des bicyclettes Bixi.
(10 avril 2009 , vers 5 h 40) Incendie des immeubles en construction du Faubourg Contrecoeur de Construction Frank Catania ; 96 logements à prix abordable en construction sont détruits.
(15 juin 2009) Paul Sauvé, président de la Compagnie L.-M. Sauvé, une entreprise de construction, révèle à La Presse que son entreprise aurait été victime d'une tentative d'extorsion de la part d'un membre important du crime organisé et portant sur le contrat de 10,6 M $ pour la réfection du toit et des mansardes de l'Hôtel de ville de Montréal ; on lui a demandé la somme de 40 000 $ qui aurait été destinée à 2 élus du parti Union Montréal du maire Gérald Tremblay ; en échange de l'argent, la compagnie continuerait à travailler à la réfection du toit de l'Hôtel de ville et à recevoir ses paiements à tous les mois malgré qu'elle soit sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers ; le maire demande au Service de police de la ville de Montréal d'enquêter sur les faits rapportés par Sauvé lors d'une réunion de chantier tenue à l'Hôtel de ville de Montréal en mars 2009 ; lors de cette réunion, l'administration municipale menaçait de l'expulser du chantier en raison de ses difficultés financières et de faire terminer les travaux par une autre entreprise ; le Service de police de Montréal transfère ce dossier à la Sûreté du Québec. En 2006, Sauvé aurait employé le Hells Angel de Trois-Rivières, Normand Casper Ouimet, comme surintendant en charge des relations de travail ; selon Sauvé, l'arrivée de ce nouvel employé et d'une vingtaine de gros bras qu'il identifie comme des Hells-Angels aurait fait passer la productivité de l'entreprise de 50 % à 250% ; cependant Ouimet payait les employés en argent comptant, et, en retour L.M. Sauvé acquittait des factures de fournisseur à une société à numéro appartenant à Ouimet. Me Claude-Armand Sheppard, procureur des conseillers municipaux nommés par Sauvé, Cosmo Maciocia, maire de l'arrondissement Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles et membre du Comité exécutif de Montréal, et Sammy Forcillo de Sainte-Marie-Saint-Jacques, vice-président du Comité exécutif de Montréal, affirme que ses clients «n'ont été mêlés ni de près ni de loin aux incidents allégués, n'ont aucune connaissance des individus qui ont prétendu agir en leur nom, et n'ont trempé en aucune façon dans les agissements mentionnés».
(16 juin 2009) Le maire de Montréal, Gérald Tremblay, s'en prend au journal La Presse qu'il accuse d'être en croisade contre lui en cette année d'élections générales à Montréal.

2010
En 2010, la juge Danielle Grenier condamne le syndicat des cols bleus de Montréal et la ville de Montréal à verser 2 millions $ à 49 montréalais qui sont tombés sur les trottoirs non salés, après une grève des cols bleus lors de l'hiver 2004.
(31 novembre 2010, vers 3 h) Trois jeunes graffiteurs (taggers), Dylan Ford, 17 ans, Mitchell Bracken-Guenet, 17 ans et Ricardo Conesa, 17 ans) qui étaient sur la voie ferrée sous l'échangeur Turcot sont fauchés par un train de ViaRail entrant à Montréal ; 2 de leurs copains échappent à la mort ; Ford était connu sous la signature de Jays, et Bracken-Genest était connu sous la signature de Aber.
2012
(28 janvier 2012) La compagnie Mabe qui avait acheté la fabrique de sécheuses électriques de Camco en 2005 annonce qu'elle fermera ses portes en 2014 et mettra progressivement à pied ses 70 employés membres de la section locale 501 du Syndicat canadien des communications, de l'énergie et du Papier-SCEP ; le Gouvernement du Québec réclame le remboursement de 1,89 M $ qu'il avait octroyé à Mabe à la condition qu'elle maintienne 500 emplois à son usine pendant une période de 5 ans, c'est-à-dire jusqu'en 2014.
Lors de la marche annuelle de protestation contre la brutalité policière, Plus de 220 personnes sont appréhendées après que les manifestants et la police eurent échangés des pierres et des bouteilles d'une part et des bombes à bruit assourdissant et des gaz lacrimogènes d'autre part.
(18 mars 2012) Le nombre d'étudiants en grève atteint 270 000.
(21 mars 2012) Les étudiants en grève pour protester contre la hausse des droits de scolarité universitaire de 325 $ par année pendant les 5 prochaines années annoncée par le Gouvernement provincial dans les universités du Québec, bloquent l'accès au pont Champlain
(22 mars 2012) Des milliers d'étudiants en grève (entre 175 000 et 200 000 selon la source) envahissent les rues du centre-ville de Montréal. Voir Québec (province). Histoire. Boycottage des cours par des étudiants de la province. (G)
(18 juillet 2012) Laszlo Csatary, un criminel Nazi est arrêté à Budapest ; en 1948, il quitte l'Allemagne pour l'Amérique et agit comme commerçant d'oeuvres d'art à Montréal pendant plus de 50 ans ; il avait résidé sur l'avenue King-Edward dans le quartier Notre-Dame-de-Grâce de Montréal ; il est accusé d'avoir participé à la déportation de plus de 15 000 Juifs vers Auschwitz au cours de la Seconde Guerre mondiale (1939-1945) ; il aurait été membre de l'escouade mobile de la mort qui pourchassait le Juifs en Ukraine ; il vend sa propriété de Notre-Dame-de-Grâce en 1996 et s'en va à Toronto où les autorités l'ont débusqué et extradé en Hongrie en 1997.
(19 Octobre 2012) Stéphane Archambault, un col blanc du Srevice de sécurité incendie de Montréal (SIM) se suicide ; avant de passer à l'acte, il avait dit à sa famille que le climat de travail était exécrable dans le service . Le 29 mars 2013, le chef du Service, SergeTremblay reconnaît que le climat s'était dégradé depuis la promotion de Pierre Sigouin à la division prévention du Service ; Tremblay impose une suspension de 2.5 mois à Sigouin.
(7 novembre 2012) Le maire de Montréal, Gérald Tremblay démissionne de son poste.
9 novembre 2012) Michael Applebaum, démissionne de son poste de président du comité exécutif de Montréal à la suite de sa défaite pour remplacer le maire Tremblay comme maire de Montréal.
(17 novembre 2012) Michael Applebaum est élu maire de Montréal par intérim (jusqu'aux élections générales de novembre 2013.
(28 novembre 2012) un ancien haut fonctionnaire de la ville de Montréal, Gilles Parent est condamné à 6 ans de prison après avoir plaidé coupable aux accusations de fraude portées contre lui.
2013
La population de Montréal est de 1 678 837 habitants.
(31 janvier 2013) La chaîne de magasins Best Buy Canada ferme 15 magasins d'électronique au Canada dont le magasin Future Shop localisé dans l'ancien Forum sur la rue Sainte-Catherine Ouest à Montréal. En mars 2012, Best Buy avait fermé 50 de ses magasins aux États-Unis.
(Février 2013) L'Association de pompiers de Montréal réclame la démission du chef du service d'incendie, Serge Tremblay en raison de son apparente insensibilité face à la détresse psychologique qui avait mené au suicide du pompier.Stéphane Archambault au mois d'octobre précédent
(16 mars 2013) Le quotidien Le Devoir rapporte que le directeur général de la ville, Guy Hébert, a demandé au ministre de la Sécurité publique du Québec de congédier le directeur du Service de police de Montréal, Marc Parent qui s'était opposé à sa demande d'obliger les policiers à remettre un nombre quotidien déterminé de constats d'infraction ; il avait de plus critiqué la décision du chef de police de former l'Escouade pour enquêter sur les malversations à l'Hôtel de ville qui aurait enquêté sur un contrat octroyé par Hébert à la firme Cassidian Communications. Outré de ce geste inusité du directeur général, le maire Applebaum et le membre du Conseil exécutif chargé de la police affirment leur confiance totale en M. Parent et que si le chef de police doit être congédié ce devra être par une décision du Conseil de la ville de Montréal. Malgré ce désaveu important, Monsieur Hébert n'y voit pas de raison de démissionner de son poste d'autant plus qu'il nie avoir avoir fait une telle démarche auprès du ministre de la Sécurité publique ; cette rumeur partirait de la Fraternité des policiers qui ne digèrerait pas que monsieur Hébert ait décidé de mettre fin à une expérience pilote d'horaire sur 3.5 jours convenu avec la direction du SPVM. La Fraternité demande la démission de Hébert en invoquant que «La police doit toujours être indépendante du pouvoir politique». Le maire Applebaum déclare le sujet clos.
(18 mars 2013, au cours de la journée) Au cours d'une conférence de presse, Hébert nie formellement avoir demandé au ministère de la Sécurité publique les moyens de congédier Marc Parent ; le ministère réplique que Hébert a bel et bien appelé le sous-ministre Martin Prud'homme pour demander verbalement le congédiement de Parent. Selon une source de Québec, Hébert avait dit à Québec qu'il pourrait remplacer Parent par Jean-Guy Gagnon ; ce que nie également Guy Hébert.
Louise Harel propose un vote de confiance à l'endroit de Marc Parent et demande la démission de Hébert parce qu'il aurait menti. Le maire Michael Applebaum annonce que M. Hébert a démissionné.
(2 avril 2013) Serge Tremblay démissionne de son poste de directeur du Service de sécurité incendie de Montréal et prendra sa retraite le 31 mai 2013 ; le président du Syndicat des fonctionnaires municipaux de Montréal, Alain Fugère soutient que Tremblay n'était plus l'homme de la situation parce qu'il avait laissé perdurer toute cette situation.
(4 avril 2013) Robert Lamontagne est nommé directeur général par intérim de la Ville ; Lamontagne était jusque-là Directeur des finances et avait remplacé Guy Hébert après le confédiement-démission de celui-ci.
(19 avril 2013) Serge Tremblay, le chef du Service des incendies de Montréal démissionne de ses fonctions, 6 semaines avant l'expiration de son contrat ; il ne voulait pas assombrir les festivités qui marqueront le 150e anniversaire de la fondation du service.
(21 mai 2013) Des problèmes survenus lors de la réfection de l'usine de filtration Atwater, engendrent des travaux de réfection ; au cours de ces travaux, on doit baisser le niveau d'eau dans le réservoir.
(21 mai 2013, à 6h 30) On s'apperçoit que le niveau d'eau est trop bas, on procède à l'arrêt complet de l'usine
(21 mai 2013, entre 6 h 30 et 7 h 30) Des analyses permettent de constater la présence anormale de particules dans l'eau, jusque dans le réservoir McTavish, sur le mont Royal.
(21 mai 2013, à 7 h 40) des citoyens du Sud-Ouest de Montréal et de Verdun se plaignent du fait que l'eau de leur robinet est brunâtre.
(21 mai 2013, à 8 h, un avis d'ébullition d'eau est émis par les arrondissements de Lasalle et de Verdun.
(21 mai 2013, à 9 h, les premiers appels d'alerte automatisée sont faits. Au total, 150 000 foyers sont contactés de cette façon.
(21 mai 2013, à 9 h 28, Un premier communiqué est publié annonçant l'avis d'ébullition de l'eau.
(21 mai 2013, à 10 h 31, Un deuxiéme communiqué annonce que la zone touchée s'étend au sud de l'autoroute Métropolitaine, de LaSalle, dans l'ouest à Charlemagne, dans l'est. Plus tard on ajoute la ville de Saint-Laurent à la zone affectée.
(21 mai 2013, à 11 h 30, La ville tient une conférence de presse au quartier général du Service des incendies, sur le mont Royal
(21 mai 2013, à 20 h 15, le périmètre touché s'agrandit et inclut le secteur de Ville Saint-Pierre. Toute la ville à l'exception de 4 arrondissements au nord ainsi que 8 villes de banlieu sont affectées.
(21 mai 2013, vers 21 h, Les derniers échantillons pour les analyses bactériologiques - il y en a 44 au total - sont puisés à différents points du réseau. leurs résultats seront connus 24 heures plus tard.
(Source La Presse 24 mai 2013, page A3)
(17 juin 2013) Le maire de Notre-Dame-de-Grâce, Michael Applebaum est appréhendé à son domicile par l'Unité permanente anti-corruption-UPAC.
2014
(14 février 2014) Denis Coderre, le maire de la Ville de Montréal autorise le démantèlement de la maison Redpath située au 3455, avenue du Musée ; la maison construite en 1886 par l'architecte Andrew Taylor dans le style Queen Ann (l'une des rares maisons de ce style encore présentes dans Montréal) appartenait à Avi Sochaczevski depuis 1986 ; la ville avait jusque-là toujours refusé le permis de démolition de ce bâtiment abandonné depuis plus de 25 ans. ; le Musée des beaux-arts s'opposant à ce que sa vue sur la montagne soit obstruée. En décembre 2013, le propriétaire reçoit la permission de démolir la maison Redpath et de construire sur le site libéré une maison de chambres de 4 étages comprenant 29 suites et 89 chambres.
Le 18 février 2014, Le ministre de la Culture du Québec MaKa Kotto ordonne l'a suspension pour 30 jours de la démolition de la maison Redpath dont l'arrière est déjà complètement démoli et ce qui reste du bâtiment est dans un état tel que les pompiers ne s'y aventurent pas ; le Conseil de la culture estime que la maison Redpath présente un intérêt historique et architectural et que, dans l'intérêt public, il serait souhaitable que le ministre prenne les mesures nécessaires - y compris si nécessaire une avis de classement ou une ordonnance en vertu de l'article 76 de la Loi sur le patrimoine culturel.
Le 28 février 2014, déclarant qu'elle ne représente pas un intérêt historique national, Maka Kotto, le ministre de la culture du Québec autorise la démolition de la maison Redpath.
(19 mars 2014) Les pelles mécaniques achèvent la destruction de la maison Redpath.
(12 avril 2014) La police alertée par le Service d'incendies de Montréal évacue les squaters qui logeaient dans l'ancien Negro Community Center ; les personnes évacuées sont prises en charge par la Croix Rouge. Le 13 avril 2014, vers 11 h 30, un mur de l'ancienne église s'effondre ; 38 voisins sont relocalisés pour le cas où d'autres murs s'effondreraient. ; les ingénieurs de la ville inspectent le bâtiment afin de déterminer s'il y aurait lieu, pour protéger le public, de détruire ce qui en reste. Le Negro community Center avait été aménagé dans une ancienne église méthodiste située au 2035, de Coursol dans le quartier Petite-Bourgogne de Montréal, mais il avait été laissé à l'abandon en 1989.
(10 juin 2014) Un incendie détruit un triplex sur l'avenue Christophe-Colomb dans l'arrondissement Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension ; le cadavre d'une personne est trouvé calciné après que les pompiers eurent maîtrisé l'incendie ; l'état du cadavre ne permet pas de distinguer s'il s'agit de celui d'un homme ou de celui d'une femme ; le coroner le dira ; la police croit qu'il s'agit d'un incendie criminel.
(18 août 2014, 18 h) Plus d'une centaine de cols bleus et pompiers de la Ville de Montréal se rassemblent en face de l'Hôtel de ville de Montréal ; cols bleus, cols blancs et pompiers employés par les municipalités du Québec protestent ainsi contre l'adoption d'une loi de l'Assemblée nationale qui les obligera à contribuer à raison de 50 % aux déficits de leurs caisses de retraite ; jusque-là, ces déficits étaient absorbés entièrement par les municipalités.
18 h 30 Environ 200 manifestants pénètrent sous l'oeil de policiers de la ville dans la salle du conseil de l'Hôtel-de-ville ; un premier fumigène de gaz inerte est lancé.
18 h 33 poussent les conseillers vers leurs bureaux, saccagent la salle du conseil, répandent sur le plancher des papiers pris dans les pupitres des conseillers et certains d'entre eux pourchassent le maire Coderre jusque dans son bureau qu'ils assiègent pendant une quinzaine de minutes et y brisent les vitres.
18 h 40 Les agents de sécurité de l'Hôtel de ville décident de fermer les portes
18 h 41 des manifestants forcent l'entrée de l'hôtel de ville ; une trentaine de personnes, dont deux masquées et un homme déguisé en superman, réussissent à entrer dans l'hôtel de ville. Les deux seuls agents du SPVM qui se trouvent à l'intérieur de l'hôtel de ville demandent du renfort avec leurs appareils de radio portatifs.
18 h 44 Le Centre de commandement et de traitement de l'information-CCTI décide d'attendre avant de dépêcher le Groupe tactique d'intervention tactique GTI. Environ 300 manifestants forcent l'entrée en bousculant les agents de sécurité de l'hôtel de ville.
18 h 50 des manifestants tentent sans succès d'entrer de force par la porte du garage à l'arrière de l'hôtel de ville.
18 h 51 Le CCTI décide de dépêcher des policiers à l'intérieur de l'hôtel de ville, mais tente auparavant de faire un état de la situation avec le service de sécurité de l'hôtel de ville. Un fumigène est lancé sur le groupe de manifestants qui occupe le Champs-de-Mars. Un feu de poubelle est allumé. De agents de sécurité reçoivent des objets sur la tête. Les policiers demeurent en stand-by à l'extérieur de l'hôtel de ville.
18 h 52 Un autre fumigène est lancé cette fois vers la porte du garage
18 h 53 Les deux policiers à l'intérieur de l'hôtel de ville signalent à leur officier que des manifestants sont entrés dans la salle du conseil municipal.
18 h 59 Plusieurs manifestants ressortent par la terrasse attenante à la salle du conseil, qui donne sur le bureau du maire ; ils frappent dans les fenêtres. Un climatiseurest arraché, la fenêtre est forcée et un carreau de fenêtre est brisé.
19 h 04 Le CCTI donne l'ordre aux policiers d'effectuer des arrestations s'ils sont témoins d'infractions ; à ce moment tous les manifestants sont en train de sortir de la salle du conseil
19 h 07 Le président du syndicat des cols bleus prononce un discours dans lequel il déplore le dérapage
19 h 36 la foule se disperse, la séance du conseil municipal reprend.
Peu après la manifestation, 44 employés de la ville dont 41 pompiers sont arrêtés par la police et accusés de méfait, assaut et attroupement illégal ; le président de l'Association des pompiers, Ronald Martin et l'ancien chef du syndicat des cols bleus Michel Parent sont parmi les accusés.
Le maire Denis Coderre prévient qu'il y aura des conséquences à ce qu'il a qualifié de saccage et dénonce le fait que les policiers n'étaient pas intervenus plus tôt ou plus activement. Le chef du Service de police de Montréal, Marc Parent, forme un groupe spécial d'enquêteurs chargé de monter une preuve criminelle contre des manifestants qui auraient dépassé les bornes. 57 personnes, surtout des pompiers ont été accusés au criminel, aucun policier était du nombre.
Cependant, 4 policiers cadres ont plaidé coupable à plusieurs manquements disciplinaires relatifs au laxisme dans le temps de réponse. Ils ont fait l'objet de sanctions allant de 5 jours à 30 jours de suspensions sans solde ; 4 policiers syndiqués ont aussi reçu des sanctions disciplinaires.
Le 1er novembre 2016, Me Daniel Rock, procureur de l'association des pompiers de Montréal présente une requête demandant l'arrêt des procédures dans le cas d'une soixantaine d'accusés d'avoir participé au saccage de l'hôtel de ville de Montréal le 18 août 2014 ; il invoque que ces hommes ont une fonction importante et que c'est irritant de se faire traiter «en criminel» ; il base sa requête sur un arrêt de la Cour suprême du Canada rendu à l'été de 2016, qui limite les délais avant qu'un accusé subisse son procès ; dans le cas des pompiers, le délai est fixé à 18 mois ; selon le procureur, le procès aurait dû avoir été entrepris, mais la date est fixée à 2018 soit 45 mois et 17 jours après l'événement ; à ses yeux, les délais sont largement dépassés ; cette requête sera entendue en janvier 2017.
(Fin d'août 2014) Après une tentative infructueuse de levée de fonds, le conseil d'administration du Negro Community Center déclare faillite ; la firme PriceWaterhouseCooper accepte la fonction de syndic de la faillite.
(Septembre 2014) Chapam Construction Inc. offre 300 000 $ pour l'acquisition de l'ancienne église méthodiste ; ayant considéré les difficultés et les coûts de réfection de l'église, Chapam Construction Inc. demande un permis pour sa démolition.
(2 octobre 2014) Donnant suite aux événements du 18 août 2014 au cours desquels 63 employés ont été filmés, le président du comité exécutif de Montréal, Denis Desrochers, ordonne le congédiement de 6 pompiers, la suspension sans solde de 2 pompiers et d'un col blanc pour 6 mois, la suspension sans solde de 14 pompiers et d'un col-bleu pour 3 mois, la suspension sans solde de 3 cols blancs, 5 cols-bleus et 14 pompiers pour des périodes de 4 semaines, de 10 pompiers pour des périodes de 2 semaines et d'un col-bleu et de 6 pompiers pour des périodes d'une semaine ; certains pompiers congédiés comptaient plusieurs années de service et étaient près de leur retraite ; le président de l'Association des pompiers de Montréal, Ronald Martin, dépose un grief pour contester les mesures disciplinaires imposées le 2 octobre 2014 ; selon lui, il s'agit d'une commande politique et que rien dans la manifestation du 18 août «ne justifie d'en arriver aux congédiements» ; il dit que l'action de la ville est brutale et désappointante et répond à une commande politique pour provoquer la famille des pompiers et affaiblir leur syndicat.
(2 octobre 2014) 41 pompiers, dont le président de l'Association des pompiers de Montréal, Ronald Martin, comparaissent au palais de justice de Montréal sous des accusations d'attroupement illégal, de méfaits et de voies de fait à la suite d'une enquête policière sur la manifestation du 18 août 2014.
(8 décembre 2014) The Gazette rapporte que le directeur du SPVM comparaissant devant la Commission de sécurité publique de la Ville de Montréal, doit répondre à des questions pointues de la part des membres de la Commission : pourquoi la manifestation n'a-t-elle pas été déclarée illégale en vertu du règlement no P6 comme le service l'a fait avec les manifestations des étudiants en 2012 et 2013 ; pourquoi une douzaine de policiers n'ont-ils pas arrêté les protestataires qui vandalisaient l'hôtel de ville et tentaient de pénétrer dans le bureau du maire ? Pour Monsieur Parent, le manque de préparation et une gestion déficiente du commandement central ont permis à la manifestation de dégénérer. La police aurait mal évalué l'ampleur de la manifestation et n'a pas réalisé que les pompiers de Montréal y étaient en majorité ; le doute persiste quant à l'ardeur des policiers contre les pompiers qui partagent leur situation avec les policiers par rapport à la Loi 3 sur les régimes de pension municipaux.
2015
Le 7 décembre 2015, la Commission des relations de travail du Québec prévient le syndicat des cols bleus de Montréal que l'assemblée de ses membres convoquée pour le lendemain matin est un débrayage illégal et ordonne aux syndiqués de fournir leur prestation normale de travail.
Le 8 décembre 2015, l'ancien président des cols bleus, Jean Lapierre sort de sa retraite pour fouetter les troupes de son ancien syndicat en réunion au Palais des congrès pendant leur horaire de travail (grève sur le tas) . (La Presse, 9 décembre 2015, page A5). Il affirme que ce que son syndicat a obtenu en 1964, ça s'est toujours fait par des grèves illégales. Pour le renouvellement de la convention collective qui expirera en décembre 2017, le syndicat exige que le nombre de postes passe de 4 000 à 4 800, de meilleures mesures de conciliation travail-famille, une assurance invalidité pour tous les travailleurs. Le syndicat craint que le maire Denis Coderre soit en train de confier à l'entreprise privée les travaux que les cols bleus exécutent maintenant. Faisant référence à la statue de bronze de Jean Lapierre en face de l'édifice du syndicat, le maire affirme « On ne revivra pas les années d'intimidation. De toute façon, je ne carbure pas à ça. Ils peuvent s'essayer, mais ça ne marchera pas. On est capables de se parler, mais les gros bras et les statues de bronze, c'est assez». Les syndiqués protestaient ainsi contre la loi 15 de l'Assemblée nationale destinée à favoriser la santé financière et la pérennité des régimes de retraite à prestations déterminées du secteur municipal (La Presse, 9 décembre 2015, page A5 et 14 décembre 2015)
Le 14 décembre 2015, Le maire de Montréal Denis Coderre dénonce comme illégal le débrayage du 8 décembre 2015 et annonce que les cols bleus qui ne se sont pas présentés au travail le 8 décembre 2015 seront suspendus pour des périodes de 5 jours chacun sans salaire ; la présidente, Chantal Racette et 3 autres dirigeants du syndicat seront suspendus sans salaire pendant une période de 2 mois ; les sanctions seront imposées de façon discontinue pour éviter de perturber les services aux contribuables ; N.B. La ville emploie 4 100 cols bleus dont 2 400 pour le quart de travail de jour. (Le Devoir, 15 décembre 2015, page A2).
Le 21 décembre 2015, le syndicat des cols bleus de Montréal juge que les sanctions du maire sont disproportionnées en relation avec la réunion matinale de ses membres le 8 décembre précédent; il s'adresse à la Commission des relations de travail pour qu'elle suspende l'application des mesures du maire jusqu'à ce qu'un arbitre décide du grief collectif que le syndicat entend déposer à la Ville.
Le 23 décembre 2015, la Commission des relations de travail du Québec rejette la demande du syndicat et estime que la ville a le droit d'imposer des sanctions à ses employés lorsque ceux-ci s'absentent illégalement de leur travail. Aucune preuve ne démontre que la Ville a agi de mauvaise foi, si bien que la commission n'a pas eu à analyser si les suspensions portent préjudice à la population. En date du 23 décembre 2015, 925 cols bleus ont été suspendus ou le seront avant le 31 décembre. Au total, ce serait 1 995 cols bleus qui pourraient avoir reçu un avis de suspension (Le Journal de Montréal, 24 décembre 2015, page 9).
2016
Entrée en service des voitures de métro Azur.
Le 14 janvier 2016, estimant qu'il fait preuve d'insouciance regrettable et se conduit d'une façon grave, délibérée et antisociale» envers les citoyens, la juge Danielle Grenier de la Cour supérieure se montre particulièrement critique à l'endroit du syndicat des cols bleus de Montréal.
Le 3 février 2016, lors d'une assemblée du Syndicat des cols bleus de Montréal, Chantal Racette, la présidente du Syndicat, traite ainsi la juge Danielle Grenier «Là, la juge qui était là, cette crisse de folle-là... On va le dire parce que c'est une crisse de folle, je vous le dis». Chantal Racette réfère alors aux commentaires de la juge Grenier énoncés deux semaines auparavant lors de la publication d'une autre décision dans l'affaire du recours collectif intenté par des citoyens pour les blessures subies lors de la grève illégale de 2010.
Le 7 février 2016, le premier train de métro Azur exécute son premier voyage sur la ligne Orange ; ce modèle remplacera les MR-63 avant 2018.
Le 17 mai 2016, Le journal de Montréal publie les grandes ligne d'un jugement de la Cour supérieure du Québec rendu par le juge Stéphane Sansfaçon et qui confirme que l'inaction des policiers le 17 juin 2014 constituait une grève illégale confirmant ainsi la décision de la Commission des relations de travail du Québec. Le juge Sansfaçon déclare aussi que la grève avait participé activement à perturber la paix, l'ordre et la sécurité publique.
Le 20 octobre 2016, le juge Michel Déziel de la Cour supérieure du Québec reconnaît le Syndicat des cols bleus, sa présidente Chantal Racette, son vice-président Michel Martin, son secrétaire-trésorier Jacques Rochon et son secrétaire-aschiviste Michel Jeannotte coupables de mépris de cour pour n'avoir pas respecté l'injonction de la Commission des relations de travail le 8 décembre 2015 ; selon le juge Déziel, «La preuve a démontré hors de tout doute raisonnable que les intimés ont transgressé sciemment et volontairement l'ordonnance en refusant d'y obéir et de s'y conformer» ; le juge estime que les dirigeants syndicaux ont fait preuve d'aveuglement volontaire alors que la preuve a démontré qu'ils étaient tout-à-fait au courant de l'ordonnance de la Commission des relations de travail ; « celle-ci est précise et ne souffre d'aucune ambiguité» ; cette décision rend le syndicat passible d'amendes de 50 000 $ ou, dans le cas des membres de sa direction à des sentences de prison d'une année chacun ; la Cour a reproduit l'invitation envoyée à ses membres d'assister en grand nombre à l'assemblée pendant les heures de travail le 8 décembre 2015. Les procureurs devront s'entendre pour fixer une date pour faire les représentations sur sentence à infliger aux coupables. (Le Devoir, 21 octobre 2016,page A5).
Le 17 novembre 2016, peu après 11 h, un incendie détruit l'édifice Robillard à l'angle du boulevard Saint-Laurent et de l'avenue Viger ; l'édifice Robillard avait été récemment l'objet de rénovation. Cet édifice avait abrité le premier cinéma au Canada en 1896
Le 7 décembre 2016, la ville est reconnue métropole du Canada.
Le 17 mai 2017, 3 000 membres du Service de police de Montréal manifestent sur la rue Saint-Denis. Ils protestent contre la réforme des régimes de retraite contenue dans le projet de loi 15 proposé par le Gouvernement libéral de Philippe Couillard ainsi que contre la loi qui leur ordonne de revêtir les pantalons réglementaires ; depuis 3 ans, les policiers portent des pantalons multicolores inspirés des pantalons de camouflage portés parfois par les militaires.
Le 17 mai 2017, la Ville s'entend avec le syndicat des pompiers : l'entente comprend la fin des litiges relatifs aux moyens de pression des pompiers, notamment la violente manifestation du 18 août 2014 alors que les pompiers avaient envahi la salle du conseil municipal et avaient saccagé des bureaux des conseillers élus.
Le 31 mai 2017, Le Journal de Montréal révèle que la présidente du local 301, Chantal Racette a été évincée par le conseil exécutif du local 301 du Syndicat Canadien de la Fonction publique-SCFP ; celui-ci a nommé un administrateur (tuteur ???) qui contrôle désormais le regroupement des 7 500 travailleurs manuels de la ville (une série de reportages du Journal de Montréal aurait révélé des «dépenses excessives, des mouchards installés dans les voitures de deux directeurs syndicaux ; propos controversés et plusieurs comportements reprochés à Madame Racette. Les finances du syndicat sont gelées jusqu'à nouvel ordre ; des élections auront lieu une fois que les problèmes internes seront réglés.
Le 21 juin 2017, La Ville s'entend avec l'Association des pompiers de Montréal afin de mettre fin aux moyens de pression en vigueur depuis 3 ans dans la foulée de la Loi 15 sur les régimes de retraite. Ronald Martin, le président de l'association présente les excuses au nom de ses membres pour la bruyante manifestation du 18 août 2014. Il reconnaît «avoir perdu le contrôle de certains de ses membres de sorte que de nombreux incidents regrettables se sont produits pour lui, certaines des actions posées ont eu pour effet de choquer le public ainsi que les membres du conseil municipal de Montréal en plus d'intimider certains de ceux-ci». L'entente reste secrète quant au montant que déboursera l'association pour lesdits dommages. Les congédiements de 6 pompiers sont transformés en suspensions qui seront réputées purgées le 5 juillet 2017. L'Association conteste toujours la constitutionnalité de la Loi 15



  • Crédits -


Montréal du temps jadis (Edgar Andrew Collard, Les Éditions Héritage, 1981).
Montréal. La folle entreprise. Chronique d'une ville (Robert Prévost, Les éditions internationales Alain Stanké, 1991).
Montréal, métropole du Québec. Images oubliées de la vie quotidienne 1852-1910 (Michel Lessard, Les Éditions de l'Homme, 1992).
Montréal, son histoire, son architecture (Guy Pinard, Les Éditions La Presse, 1987).
Les Belles heures de Montréal (Hector Grenon, Les Éditions internationales Alain Stanké Ltée, 1986).
L'Empire de la collusion (Paul Sauvé, VLB, 2011)
Contes, légende et récits de l'Île de Montréal (Aurélien Boivin, Éditions Trois-Pistoles, 2013.
La Presse, 3 octobre 2014, page A9.

Outils personels
Publicité
(Annonces   .)