Montréal (municipalité de ville). Cinémas et théâtres

Un article de la Mémoire du Québec (2012).


Beaubien : cinéma (1960) ; 2396, rue Beaubien Est ; exploité sous le nom de Cinéma Dauphin par Cinéplex Odéon comme cinéma d'art, cette chaîne décide de le fermer en 2000 en même temps qu'une centaine d'autres de ses cinémas ; cependant, un groupe de citoyens de l'arrondissement Rosemont-Petite-Patrie devient propriétaire du cinéma en 2001, le rénove, le divise en deux salles et en fait le Cinéma Beaubien qui n'offre que des films tournés en français ou des traductions françaises de films tournés en d'autres langues.

Centaur Theatre Company ; Compagnie de théâtre fondée en 1969 par la Centaure Foundation for the Performing Arts, la plus grande compagnie théâtrale de langue anglaise à Montréal ; loge dans l'ancien édifice de la Bourse de Montréal, au 453, rue Saint-François-Xavier, dans le Vieux-Montréal ; en 1974, cet édifice historique est acheté et rénové selon des plans de l'architecte Victor Prus ; entre 1996 et 1999, le complexe théâtral subit des transformations importantes selon des plans de l'architecte Éric Gauthier.

Château : cinéma (1931) ; rue Saint-Denis ; style Art-déco, plans de l'architecte René Charbonneau ; déclaré monument historique en 2002.

Corona : théâtre (1912) ; 2950, rue Notre-Dame Ouest, dans le quartier Saint-Henri ; 668 sièges ; construit entre 1910 et 1912 selon des plans des architectes Dufort et Décarie, il est opéré par la Duchess Amusements Company sous le nom de Family Theatre on y présente du cinéma et du vaudeville ; acquis en 1923 par la chaîne de cinémas United Amusements, il prend le nom de Corona après avoir été transformé selon des plans de l'architecte D.J. Crighton ; fermé en 1965, il sert d'entrepôt de matériaux de plomberie jusqu'en 1986. En 1995, il est l'objet d'une récupération à l'initiative de la chanteuse Diane Dufresne et du monologuiste Yvon Deschamps (ce dernier est natif du quartier Saint-Henri) ; il est rénové et réouvert le 15 octobre 1998 avec son décor d'origine ; il comprend 750 places. En mai 2011, la compagnie Evenko assume la gérance du théâtre et en novembre 2011, elle en devient le gestionnaire exclusif en vertu d'un bail de 10 ans et annonce un programme de représentations de variétés (Patrick Watson, Martha Wainwright, Ariane Moffat, Young the Giant, KD Lang, Des Kennedys, Eels, Alt-J, etc.)  ; Evenko, qui fait partie de l'organisation du club de hockey Les Canadiens de Montréal, possède les droits exclusifs de location du Centre Bell de Montréal. En décembre 2012, Evenko rebaptise son théâtre Corona Virgin mobile.

Denise-Pelletier : théâtre ; 4353, rue Sainte-Catherine Est. Façade beaux-arts. Originalement Cinéma Granada construit en 1928 selon des plans de l'architecte Emmanuel-Arthur Doucet et du designer Emmanuel Briffa ; transformé en théâtre en 1976 sous le nom de Denise-Pelletier ; restauré en 2005-2010 selon des plans de la firme Saia Barbarese Topouzanov ; toutes les moulures à l'extérieur et à l'intérieur ont été remises dans leurs formes originales ; les vitraux situés au-dessus de la nouvelle marquise sont les vitraux originaux qui avaient été couverts au cours des ans et qui ont été refaits par Jeff Scheckman du Studio de Verre.

Édifice Wilder (1918) ; style néo-classique ; adjacent à la Place des arts dans le quartier des spectacles, l'édifice laissé à l'abandon pendant une dizaine d'années est rénové en 2013-2014 selon des plans de l'architecte Michel Lapointe du bureau d'architectes Lapointe Magne & Aedifica et un nouvel édifice sera construit sur le terrain vacant adjacent de la rue de Bleury. À partir de 2014, l'édifice logera L'Académie des Grands Ballets Canadiens, L'École de danse contemporaine, la troupe de danse Tangente et le ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine.

Empress : théâtre (1927) ; 5550, Sherbrooke Ouest ;style néo-égyptien ; construit selon des plans de l'architecte Joseph-Alcide Chaussé ; transformé en cabaret en 1963, redevient cinéma en 1968 ; en 1970, des rénovations font disparaître toutes les peintures intérieures ; devient propriété de la villle de Montréal en novembre 2010 et est alors exploité par le Centre culturel Empress qui tente de lui donner une nouvelle vocation.

Ex-Centris : cinéma (Juin 1999) ; rue Saint-Laurent ; construit par Daniel Langlois. Le 13 janvier 2009, Daniel Langlois annonce que son cinéma ne présentra plus de films sur une base régulière à compter du 20 mars suivant.

Félix-Leclerc  : théâtre ; rue Sainte-Catherine Est.

Impérial : cinéma (1912) ; plans de Albert Westlover de Philadelphia, rénové en 2000-2004 au coût de 6 M $) ; 1432, rue de Bleury ; 820 places ; reconnu monument historique en 2001 ; site et propriété du Festival des films du monde ; décoration originale par Emmanuel Briffa ; ses fresques sont les originales restaurées ; son rideau de scène est l'original qui a été installé en 1912, puis nettoyé, réparé, et repeint dans sa partie basse en 2004.

La Tulipe : théâtre ; rue Papineau. Construit au début du XXième siècle selon des plans de l'architecte Arthur Godin. Portait le nom de Théâtre des Variétés lorsqu'il était exploité par le comédien, Gilles Latulippe ; réouvert en 2004 comme un cabaret-théâtre (550 places assis ou 750 places devout) par une compagnie qui opérait déjà le Cabaret Music Hall (300 places assises ou 500 places debout).

Loew's : théâtre (1917) ; 954 Sainte-Catherine Ouest ; construit par Marcus Loews, l'un des fondateurs de la compagnie Metro Goldwinn Mayer de Hollywood ; l'intérieur a été rénové en 1949, puis subdivisé en 5 salles en 1975 ; en 2000, l'espace est transformé en Club Med World, mais cette entreprise ferme ses portes en 2003 ; en 2004, l'espace est acquis par le Mansfield Club, un centre de conditionnement physique.

Monument-National ; 1182, rue Saint-Laurent. Construit selon des plans des architectes Perrault, Mesnard et Venne au coût de 250 000 dollars par la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal à l'instigation de Laurent-Olivier David sur un terrain qui ne fut acheté qu'en 1891 de Jonathan Sexton Campbell Würtele ; la première pierre est bénite le 25 juin 1884 ; inauguré en 1893, il est acheté par le gouverneur de l'École nationale de théâtre en 1971, puis par l'École nationale de théâtre elle-même en 1978 ; restauré (1991-1993) au coût de 18 millions $. En 1978, l'aire qui voisine le Monument est déclarée historique et doit être protégée. En 2012, la Ville de Montréal envisage de démanteler les 9 édifices à l'abandon qui jouxent le Monument national, de numéroter les pierres des façades et de les conserver pour les incorporer à de futures structures. Ces immeubles ont été acquis par la Société de développement Angus avec l'appui de la Ville de Montréal entre janvier et mars 2010 au prix de 18,6 M $. Le 2 décembre 2011, l'arrondissement Ville-Marie ordonne la mise en place d'un périmètre de sécurité devant et derrière les bâtiments dont le manque d'entretien risque de causer leur effondrement ; une voie dur deux du boulevard Saint-Laurent est également fermée à la circulation pour la même raison.

National : théâtre ; rue Sainte-Catherine Est. Ouvert en 1900, il était le premier thèâtre professionnel de langue française ; d'abord dirigé par Georges Gauvreau, il est sous la férule de Rose Ouellette dite La Poune, de 1936 à 1953 ; converti en cinéma de quartier, en cinéma chinois, puis en cinéma homosexuel, il retrouve sa vocation originelle en 1997 (600 places assis ou 750 debout) et présente des spectacles de variété.

Nouveau monde - TNM : théâtre ; 84, rue Sainte-Catherine Ouest.

  • Éphémérides - 1951 Fondation de la compagnie du Théâtre du Nouveau Monde par Jean Gascon, Jean-Louis Roux et Éloi de Grandmont. 1955 (23 juin) La compagnie joue Le Mariage forcé (Molière), Sganarelle (Molière) et La Jalousie du barbouillé (Molière) au Théâtre Hébertot de Paris dans le cadre du Festival international d'art dramatique de la Ville de Paris. 1958 (27 avril au 4 novembre) Tournée de la compagnie qui joue Les Trois Farces (Molière), Le Malade imaginaire (Molière) et Le Temps des lilas (Marcel Dubé) à New York, Paris, Bruxelles (Belgique), Anvers (Belgique) et Ostende (Belgique). Les comédiens qui participent à cette tournée sont Guy Hoffman, Huguette Oligny, Denyse Saint-Pierre, Denise Pelletier, Georges Groulx, Gaétan Labrèche, Jean-Louis Roux, Jean-Louis Paris, Jean Gascon, Victor Désy, Gabriel Gascon, Jean-Paul Jeannotte, André Gascon, Robert Prévost. 1963 Jean-Louis Roux quitte la compagnie. 1965 La compagnie participe au Festival du Commonwealth à Londres avec L'École des femmes (Molière) et Klondyke (Jacques Languirand). 1966 Retour de Jean-Louis Roux. 1971 Tournée de la compagnie en France, en Belgique, en Suisse, au Luxembourg, en Tchécoslovaquie et en URSS avec Le Tartuffe (Molière) et La Guerre yes sir (Roch Carrier). 1973 Les Jeunes comédiens du TNM dirigés par Pierre Ronfard participent au Festival du Jeune théâtre francophone à Liège (Belgique) avec Quichotte. 1975 Les Jeunes comédiens du TNM dirigés par Pierre Ronfard font tournée en France, en Belgique, au Liban, en Tunisie, en Algérie, au Maroc, au Sénégal et en Côte-d'Ivoire avec Quichotte. 1976 La compagnie donne 4 représentations de L'Ouvre-boîte (Victor Lanoux) au Centre culturel canadien de Paris. 1982 Jean-Louis Roux quitte la compagnie. 2002 (7 au 17 février) La compagnie joue L'Hiver de force (Réjean Ducharme) au théâtre de l'Odéon-Thèâtre de l'Europe à Paris.


Outremont : théâtre (1928) ; 1248, avenue Bernard ; vendu en 1971 par Fahed Tabah à Roland Smith qui y présente du cinéma de répertoire, puis des spectacles musicaux ; fermé en 1988, il redevient brièvement cinéma de répertoire en 1991 ; déclaré site historique national en 1994 ; il rouvre en mars 2001 à la suite d'investissements de 12 M $.

Palace : théâtre (1920) ; 698, rue Sainte-Catherine ouest ; l'intérieur est réaménagé en 1928, le hall d'entrée est modifié en 1947 et la façade est rénovée en1949 ; l'espace est morcelé en 6 salles de cinéma en 1980 par la compagnie Famous Players qui abandonne le site en 2000 qui est remplacée par la compagnie Metaforia Entertainement, une production multimédia d'une randonnée sousmarine dans la cité fictive Oceania ;

Quartier des spectacles ; doté en 2009 de la plus grande fontaine au Canada ; 75 000 litres d'eau circulant en circuit fermé et filtrés et réutilisé après traitement ; constitué de 235 jets dont 150 jets rouges, 76 jets blancs à côté de 9 gros jets ; des lampadaires de 24 m de hauteur ; dans une salle mécanique souterraine, 15 pompes totalisant 205 CV alimentent les jets de l'eau transportée dans 4 km de conduits ; 60 km de câbles électriques font fonctionner la fontaine.

Quat'sous : théâtre ; 151, avenue des Pins Est.

Rialto : théâtre et cinéma ; (copie de l'Opéra de Paris, décoration intérieure par Emmanuel Briffa, 1924) ; 5711, avenue du Parc, près de la rue Bernard ; d'abord salle de cinéma, elle devient en 2002 la maison de la troupe de danse La La Human Steps de Édouard Lock ; acquis vers 1982 par Elias Kalogeras qui tente de le revitaliser en en faisant un un steak house et qui choque les conservateurs du patrimoine architectural de Montréal en tentant d'en changer l'aspect extérieur ; revendu en avril 2010 par Ezio Carosielli qui reconfigure l'intérieur en installant 425 sièges au balcon et en réaménageant le parquet en cabaret avec tables et chaises.

Rideau Vert : théâtre ; 4664, rue Saint-Denis. Fondé en 1949 par Yvette Brind'amour et Mercedes Palomino ; le premier théâtre professionnel au Québec ; après avoir joué de salle en salle, la troupe s'installe d'une façon permanente dans l'ancien théâtre Stella de la rue Saint-Denis en 1960 ; c'est à cet endroit que la troupe crée la pièce Les Belles-soeurs de Michel Tremblay en 1968.

Saint-Denis : théâtre ; 1594, rue Saint-Denis.

Théâtre d'Aujourd'hui ; 3900, rue Saint-Denis. Théâtre d'auteurs où le texte dramatique constitue à la fois le point de départ et le centre des projets artistiques ; se consacre exclusivement à la création, la production et la diffusion de la dramaturgie québécoise et canadienne d'expression française.

Théâtre Symphonia (salle de 730 places) situé à l'angle des rues Sherbrooke et Mansfielddans le Centre Mont-Royal (ancien siège social de l'Organisation de l'aviation civile internationale-OACI) ; ouvert au public le 18 mai 2013.

Usine C. Centre de production et d'expérimentation théâtrale logé dans l'ancienne usine Raymond au 1345, avenue Lalonde. Fondée en 1995 par Gilles Maheu également fondateur de la compagnie théâtrale Carbone 14.

Outils personels
Publicité
(Annonces   .)