Québec (province). Meurtres, homicides et autres méfaits : (2012)

Un article de la Mémoire du Québec (2019).

Publicité

(Annonces   .)
  • Voir également Guerres des gangs.


  • Éphémérides -


2012

En janvier 2012, Katherine Dufresne, 53 ans, de Chelsea, qui est accusée d'avoir tué sa fille de 7 ans, est trouvée pendue au centre de détention de Hull ; elle était sous surveillance pour possibilité de suicide, mais elle avait bénéficié de quelques minutes seule pour prendre une douche.
Le 2 janvier 2012, Cyrille Daigle de Saint-Augustin-de-Desmaures est blessé grièvement à coups de couteau lors d'une transaction de drogue avec 4 personnes ; Daigle se réfugie dans un restaurant où le 911 est appelé. Daigle décède aux soins intensifs une semaine après l'agression ; les personnes accusées dans cette affaire sont Taha Achouba, Arbnor Topali, Narcis Kvrgic et un garçon d'âge mineur. En juillet 2012, Achouba avait été arrêté et condamné à 4 ans de prison pour un vol à main armée sur un livreur de pizza. Le 7 mars 2013, Achouba est condamné à 7 ans de prison pour homicide involontaire de Cyrille Daigle ; Arbnor est accusé d'homicide involontaire et Narcis Kvrgic a plaidé coupable à l'accusation de meurtre non prémédité.
Le 3 janvier 2012, vers 11 h, Dave Leblanc-Parenteau, 26 ans, est tué par balles dans son appartement de la rue Saint-André à Acton Vale ; trois hommes se seraient présentés à l'appartement, une altercation se serait ensuivie et des coups de feu ont été tirés.
Le 11 janvier 2012, vers 21 h, Clémence Umugwaneza, 26 ans, sort de sa résidence de l'arrondissement de Cartierville à Montréal pour aller prendre une marche ; elle n'est pas revenue à la maison ; le 25 février 2012, le cadavre de madame Umugwaneza est découvert par la garde côtière à Louiseville, plus de 100 km en bas de Cartierville.
Le 15 janvier 2012, le cadavre de Ronald Malo, 80 ans, est découvert ensanglanté sous son tracteur dans sa grange de Verchères ; son voisin, Rolland Belzil, 70 ans, est soupçonné d'avoir quelque chose à voir avec ce décès. Belzil se serait rendu à l'hôtel-de-ville de Verchères où il aurait attaqué Luc Fortier, le directeur général de la municipalité et son adjoint Martin Massicotte, à coups de couteau de cuisine ; ces derniers s'en tirèrent avec des lacérations à la tête ; le chef des pompiers a réussi à immobiliser Belzil. Belzil sera accusé de tentatives de meurtre à l'endroit du directeur et de son adjoint ; après sa comparution, Belzil est envoyé à l'Institut Philippe-Pinel pour déterminer s'il est apte à subir son procès. Les relations entre Malo et Belzil étaient mauvaises depuis que Malo avait vendu une terre à Belzil et avait conservé une grange et un terrain à côté de la terre vendue ; de plus, Isabelle Malo, belle-fille de Ronald Malo, affirme que «le comportement de Belzil avait changé après que sa mère eut repoussé ses avances en 1997 elle dit «Ma mère était au bord de l'eau et Rolland est arrivé par en arrière et lui a pris les seins. Il lui a dit :«tu vas m'appartenir deux, trois fois par semaine... Après cet incident, il s'est dit qu'il allait nous faire payer». Belzil ayant menacé Malo de mort, ce dernier et sa famille avaient obtenu des ordonnances qui devaient l'empêcher de s'en prendre à la famille Malo ; au printemps, Belzil a érigé un muret de terre le long de la propriété de Malo causant ainsi une inondation du terrain de celui-ci ; une mise en demeure avait été envoyée à Belzil de défaire ce muret ; ce qui l'aurait enragé davantage.
Le 19 janvier 2012, un homme de 22 ans décède à l'hôpital après avoir été trouvé souffrant de graves blessures par balles au torse dans le stationnement du restaurant Wendy's situé à l'intersection de la rue Isabella et du boulevard Décarie dans l'arrondissement Côte-des-Neiges de Montréal. Le 25 janvier 2012, un homme de 24 ans qui se serait trouvé dans le même véhicule que la victime est arrêté dans le quartier d'Orleans d'Ottawa et accusé de possession illégale d'arme à feu et de bris de conditions.
Le 27 janvier 2012, le cadavre d'une femme de 21 ans est découvert dans un logement de la 9e avenue de l'arrondissement de Lachine (Montréal) ; un enfant de 2 ans se trouvait dans le logement au moment de la découverte par un membre de la famille qui s'inquiétait de la victime depuis un certain temps.
Le 8 février 2012, le cadavre d'Yvan Monti, 54 ans, est découvert par la police dans sa résidence d'Hemingford.
Le 9 février 2012, Ovila Plante, 76 ans, de La Tuque, est abattu de 2 balles à la porte de sa maison mobile dans un parc de roulottes de Deerfield Beach au nord de Fort Lauderdale en Floride ; William De Jesus, 41 ans, de Port Orange Floride, et sa famille avait franchi 350 km avant d'arriver à la roulotte de Plante. De Jesus tira une balle à la poitrine de Plante, puis l'acheva d'une balle à la tête avant d'entrer dans la roulotte avec sa femme et ses deux enfants ; Pierrette Beauchemin, la compagne de Plante était dans la roulotte et a pu s'en évader et appeler la police. La roulotte fut encerclée pendant quelques heures par des membres d'une équipe spéciale d'intervention de la police de Floride, puis, après 12 h 30, des policiers pénètrent dans la roulotte et y découvrirent De Jesus qui avait tué l'un de ses fils, Jeshia à coups de couteau ; il avait blessé son autre fils de 7 ans, et sa femme de 37 ans, avant de se suicider avec son couteau ; la police ne peut établir aucune relation entre les deux familles et ne comprend pas les raisons qui ont motivé le meurtre de Plante.
Le 10 février 2012, vers 18 h 30, Alertée par téléphone, des agents de la Sûreté du Québec-SQ se rendent à une résidence unifamiliale située au 150, chemin Dostie, à Saint-Romain et y découvrent les cadavres de Ginette Roy-Morin, 70 ans, de Juliette Filion, 8 ans et de Laurence Filion,11 ans ; ces dernières étaient les deux petites-filles de madame Roy-Morin ; Pascal Morin, 35 ans, qui se trouvait sur place est arrêté par la Sûreté du Québec-SQ ; le père et la mère des fillettes n'étaient pas sur les lieux ; Pascal Morin, 35 ans, l'oncle des victimes et fils de leur grand-mère, est accusé du meurtre prémédité de ces trois personnes ; le 13 février, la Cour ordonne que Morin subisse une évaluation psychiatrique pour établir son aptitude à subir un procès et sur sa responsabilité criminelle au moment des meurtres ; c'est Pascal Morin qui a appelé le 911 le 10 février 2012 ; le 17 septembre 2012, Pascal Morin est déclaré non criminellement responsable des meurtres des trois victimes à cause de ses troubles mentaux et il est confié à un institut qui soigne les troubles psychiatriques. Le 19 octobre 2014, le juge Louis-J. Gouin émet une injonction qui empêche la diffusion de l'émission «Un tueur si proche» qui devait être diffusée sur le Canal D et qui racontait les événements du 10 février 2012 à Saint-Romain. C'est à la requête du Curateur public qui a la charge de Pascal Morin que cette injonction a été émise au motif que la diffusion pourrait aggraver les symptômes de la maladie psychotique de Pascal Morin.
Le 12 février 2012, vers 5 h 15, le corps ensanglanté d'une femme de 34 ans est trouvé par la police dans un appartement de la 10e Avenue près de la rue Dandurand dans le quartier Rosemont de Montréal ; la femme, qui avait été blessée par arme blanche, est décédée à l'hôpital. Un homme de 28 ans qui se trouvait dans le logement à l'arrivée de la police a été interrogé ; il s'agissait d'une connaissance, sans plus.
Le 18 février 2012, vers 21 h 45, François Hallée, 22 ans, perd la vie lorsqu'il est frappé par une automobile alors qu'il était assis sur un fauteuil tiré par un camion conduit par Alex Labbé ; le camion tirait un fauteuil occupé par Hallée et un traineau occupé part deux autres jeunes adultes ; il s'agissait d'une course du camion sur la route du 6e rang entre Beauceville et Saint-Benjamin (Beauce) ; le fauteuil zigzagant sur la route se retrouva subitement sur le parcours de l'automobile qui venait en sens inverse ; le décès de Hallée est constaté à l'hôpital. Le conducteur du camion qui a continué son chemin après l'accident a été arrêté en soirée à Saint-Georges-de-Beauce et accusé de conduite dangereuse ayant causé la mort et de délit de fuite.
Le 20 février 2012, à 12 h 45, une automobile Volkswagen Jetta venant en trombe percute une automobile Volvo qui était arrêtée en attendant de pouvoir tourner à gauche vers la Meunerie du village à Mercier près de Châteauguay ; l'impact a projeté la Volvo à 50 pieds plus loin ; la Volkswagon était conduite par Brandon Lemieux, 22 ans. La collision entraîne la mort d'une femme de 46 ans, la conductrice de la Volvo et de graves blessures à son fils de 13 ans. Le conducteur de la Volkswagen, Brandon Lemieux, qui est légèrement blessé, est accusé de conduite dangereuse ayant causé la mort, de conduite dangereuse ayant causé des lésions, de négligence criminelle ayant causé la mort et de négligence criminelle ayant causé des lésions.
Le 21 février, 2012, vers 19 h 30, Ngnan Wong Yee, 73 ans et Poom Huy Shuy, 72 ans, sont fauchés par une automobile alors que le couple marchait dans la rue Ceres, près de la rue Andras, à Dollard-des-Ormeaux ; Madame Yee est tuée sur le coup et son mari est gravement blessé ; il n'y a pas de trottoirs sur cette rue ; Yvan Grandmaison, 40 ans, le conducteur de l'automobile est accusé de conduite avec facultés affaiblies ayant causé la mort et de conduite avec facultés affaiblies ayant causé des blessures ; il passa avec succès le test d'alcoomètrie , mais un policier soupçonna l'effet de la drogue et Grandmaison fournit un échantillon de sang qui révéla qu'il était sous l'effet de la drogue (mésamphétamine et cocaïne). Grandmaison avait été reconnu coupable à Valleyfield de conduite avec les facultés affaiblies en 2004 et avait été condamné à 600 $ d'amende et à une année de probation ; il avait été accusé de conduite avec facultés affaiblies en 2006, mais avait été acquitté en 2009. Le 15 mars 2012, le juge Gilles Cadieux refuse de le libérer sous condition en attendant son procès ; le 19 juillet 2012, le juge Eric Downs invoque 9 raisons pour lui refuser de nouveau une libération conditionnelle. Le 26 mars 2013, la juge Marie-Josée Di Lallo déclare Grandmaison coupable de conduite avec les facultés affaiblies ayant causé la mort de madame Ngnan Wong Yee, et de conduite avec les facultés affaiblies ayant causé des blessures à Shui Poon Hui, 72 ans, l'époux de Ngnan Wong Lee ; il a été établi que le taux d'alcoolémie ne dépassait pas la limite permise, mais son comportement amorphe mérita la venue d,un expert qui a déterminé que Grandmaison avait consommé du Seroquel (qui induit au sommeil, de la cocaïne et des méthamphétamines. Le 6 juin 2013, Grandmaison est condamné à 6 ans de prison par la juge José Di Lallo (source : La Presse, 7 juin 2013, page A16)
Le 22 février 2012, la police de Sainte-Adèle est informée que l'automobile du pharmacien Gary Quenneville, 60 ans, a été trouvée abandonnée à Verchères. ,Le 29 février 2012, impuissante à communiquer au téléphone avec Gary Quenneville, 60 ans, la police se rend à la résidence de celui-ci située à l'étage d'une maison du boulevard Sainte-Adèle à Sainte-Adèle et découvre son cadavre au pied d'un escalier près de la porte de la résidence ; il avait subi un coup asséné avec un objet contondant et avait été étranglé et poignardé quelques jours auparavant ; on saura plus tard que c'était le 26 février 2012. Monsieur Quenneville, avait été conseiller municipal de Sainte-Adèle entre 2001 et 2009 ; ce soir-là, Maxime Bourdage avait filmé David (nom fictif) partant chez le voisin avec un couteau dans une main et un marteau dans l'autre. Le 1er mars 2012, David (nom fictif), un jeune homme de 17 ans et demi est arrêté à Longueuil et accusé de meurtre. En octobre 2013, Maxime Bourdage, un autre jeune homme qui avait 17 ans et 45 semaines au moment du meurtre de Quenneville, reconnaît sa culpabilité à l'accusation de complot de meurtre et de complicité après le fait ; la Couronne obtient que Bourdage soit passible d'une peine pour adulte et il est condamné le 28 novembre 2013 à 78 mois de prison. Le plan imaginé par David (nom fictif) était d'assommer M. Quenneville, de l'enfermer dans le coffre-fort de la pharmacie, de le forcer à révéler son numéro d'identification personnelle ou NIP et de se rendre à la banque pour y retirer de l'argent du compte dont ils avaient appris qu'il contenait 160 000 $, puis de s'en aller au Mexique. Le 29 janvier 2014, le procureur de la Couronne demande que David soit jugé comme un adulte ; ce à quoi le procureur de David s'objecte en vain. En 2014, David reconnaît sa culpabilité à l'accusation de meurtre prémédité ; le 25 avril 2014, le jeune meurtrier, jusque-là appelé David parce qu'il n'avait que 17 ans et demi au moment du meurtre accepte d'être jugé comme un adulte ; il est alors identifié comme étant Alexandre Dionne et il est condamné à la prison à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle avant d'avoir purgé 10 ans de sa peine derrière les barreaux.
Le 1er mars 2012, au début de la soirée, Giuseppe «Closure» Colapelle, 38 ans, est assassiné par balle près du Beaches Pub, au 8974, boulevard Langelier, dans l'arrondissement de Saint-Léonard (Montréal) ; Colapelle semblait travailler pour Giuseppe De Vito. En 2004, Francesco Arcadi, bras droit de Vito Rizzuto, Francesco Del Balso et Lorenzo Giordano l'avaient accusé d'être en partie responsable d'une perte de 800 000 $ dans le cadre d'une transaction ratée de marijuana ; au cours d'une conversation enregistrée au Café Consenza, Arcadi aurait dit de Colapelle qu'il ne voulait pas le voir pour l'instant, car il allait le tuer quoique, à son avis, une bonne raclée dont il se souviendrait le restant de ses jours serait de mise.
Le 2 mars 2012, Jonathan Exi se rend à l'église pour y faire une nuit de prière, mais, en chemin, il entend une voix qui lui dit de revenir à la maison ; il écoute la voix et revient chez-lui ; arrivé chez-lui, il constate que sa conjointe et son fils n'y sont pas. Il est convaincu que sa conjointe le trompe avec un voisin de pallier ; quand Justine revient, Exi la somme de s'expliquer et met la main entre les jambes de sa conjointe et, il affirme y avoir senti le «sperme de l'autre. » C'est alors qu'il aurait poignardé Justine Macéna Blaise. Le 3 mars 2012 vers 7 h 15, le cadavre de Justine Macena Blaise, 43 ans, est trouvé par la police dans son appartement de la rue Arthur-Chevrier à Montréal-Nord ; la femme avait été blessée mortellement de 59 coups de couteau ; Jonathan Exi, 45 ans, le conjoint de la victime est arrêté sur place, puis accusé du meurtre prémédité de Justine Macena Blaise ; la police avait été appelée par des voisins qui avaient entendu une violente querelle ; il semble que madame serait partie vers minuit pour aller passer la nuit chez son ex-conjoint qui était un voisin de palier de l'édifice d'appartement où la victime résidait et avec lequel, celle-ci avait conservé une liaison amicale, ce voisin est le parrain du fils de Madame Macena Blaise ; l'homicide aurait été commis lorsque la victime est revenue chez-elle.
Appréhendé peu après la découverte du cadavre de Justine, Exi fait une déclaration à la police en français dans laquelle il dit se souvenir d'avoir poignardé Justine avec deux couteaux, mais déclare qu'il ne se souvient plus de rien sur la suite des événements.
Cependant, les expertises scientifiques démontrent qu'il n'y avait aucune trace de sperme dans les cavités corporelles de Justine. Exi affirme que le médecin et les policiers ont menti et avance qu'il faut apporter des corrections au système de justice canadien.
Reconnu coupable du meurtre prémédité Monsieur Exi est condamné par la juge Catherine Mandeville à la prison à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle avant d'avoir purgé 25 ans de sa peine derrière les barreaux ; la juge ne permet pas la défense de troubles mentaux en se basant sur l'opinion d'un psychiatre qui avait conclu à un trouble délirant sous forme de jalousie que voulait soumettre l'accusé.
Le 8 décembre 2017, la Cour d'appel du Québec ordonne la tenue d'un nouveau procès pour Monsieur Exi. La cour d'appel juge que ni la juge au procès ni les avocats n'ont avisé le jury que les troubles mentaux sont pertinents pour évaluer la préméditation et le propos délibéré nécessaire à une condamnation pour meurtre prémédité.
Le 23 avril 2018, Exi reconnaît sa culpabilité à l'accusation du meurtre non-prémédité de Justine Macena et il est condamné par le juge Pierre Labrie à la prison à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle avant d'avoir purgé 13 ans de sa peine derrière les barreaux.
Le 14 mars 2012, vers 22 h 55, Salvatore Siletta, 49 ans, est abattu par un tireur portant cagoule sur l'avenue de l'Esplanade, entre le boulevard Crémazie et la rue Beauharnois dans le quartier Ahuntsic de Montréal ; Siletta avait un volumineux dossier criminel dans des affaires de trafic de drogues.
Le 26 mars 2012, vers 23 h, le cadavre d'Audrey Martin est découvert dans un véhicule stationné dans l'entrée d'une résidence de la route 230 à Saint-Alexandre-de-Kamouraska ; le cadavre ne montrait aucune trace apparente de blessure. Le 6 avril 2012, François Gagnon, le conjoint de madame Martin est accusé du meurtre de sa conjointe ; Gagnon était hospitalisé depuis les faits ; la veille, la police avait visité la résidence parce qu'un voisin avait entendu des cris ; Audrey Martin avait dit aux policiers qu'elle et son mari s'amusaient et les policiers étaient repartis sans avoir remarqué que la figure de la dame était blessée.
Le 27 avril 2012, Nicolas Quintal, 18 ans est trouvé sans vie dans une voiture parquée dans un boisé du chemin Farrell près de l'intersection du chemin du lac des Loups dans le hameau de North Onslow à une dizaine de kilomètres au nord du secteur Quyon de Pontiac ; Daniel Semples, 19 ans, est accusé du meurtre non prémédité de Quintal ; il aurait utilisé un objet contondant pour commettre son crime.
Le 3 avril 2012, à 12 h 45, Gilles Lévesque travaillait pour la compagnie Excavation Sylvain-Fournier dans une tranchée pour changer le drain d'égoût d'une maison de la 54e Avenue à Lachine quand la paroi s'est effondrée. Gilles Lévesque a été enseveli sous les décombres; Son employeur, Sylvain Fournier, tentant de se porter à son secours provoque un second éboulement et est enseveli à son tour ; à l'aide de son téléphone portable, Fournier réussit à appeler son épouse qui à son tour alerte le 911. Quand les pompiers sont arrivés, ils ont étançonné le mur puis ils ont sorti M. Fournier, mais ils n'ont pu que constater le décès de M. Lévesque. En octobre 2012, La Commission de la santé et sécurité au travail-CSST a conclu que l'entrepreneur avait contrevenu aux règles de sécurité, notamment en n'étançonnant pas la tranchée et en déposant le déblai trop près du bord. Le 24 avril 2013, le directeur des poursuites criminelles et pénales accuse l'entreprise Excavation Sylvain-Fournier de négligence criminelle ayant causé la mort.
Le 6 avril 2012, une automobile conduite par un conducteur âgé de 17 ans qui en a perdu le contrôle sur la route 349 à Saint-Paulin fait des tonneaux et percute de plein fouet un poteau électrique ; son passager âgé de 17 ans de Saint-Paulin est tué lors de l'incident. Le juge Yvan Cousineau en vient à la conclusion que c'est la vitesse évaluée à 163 km/h qui a entraîné l'accident mortel ; le jeune homme est accusé de conduite dangereuse causant la mort ; le 26 février 2014, le juge Cousineau condamne le jeune homme à une mise sous garde de 18 mois comme suit ; pendant les 12 premiers mois, il demeurera sous surveillance dans un milieu fermé, au cours des six mois suivants il sera placé dans un milieu ouvert, puis, par la suite, il devra se soumettre à une période de probation de deux ans au cours de laquelle il devra entreprendre toutes les démarches pour se trouver un emploi et le garder. Il ne pourra posséder d'armes pendant 10 ans et il aura trois mois pour envoyer une lettre d'excuses aux parents de la victime. il lui sera interdit de consommer des drogues durant sa probation et il devra se soumettre à une interdiction de conduire un véhicule automobile pendant deux ans suivant la fin de sa mise sous garde.
Le 22 avril 2012, vers 22 h 45, le cadavre de Wasseem Gebara, 32 ans, est trouvé dans le stationnement d'un immeuble à condos de la rue des Rubaniers à Brossard ; la victime, qui serait reliée au crime organisé de la région d'Ottawa avait reçu plusieurs balles dont deux à la tête et 3 au thorax ; selon les dossiers judiciaires, en 2008, la victime avait été acquittéd'une accusation relative à une arme à feu parce que la police avait attendu 6 heures après son arrestation pour lui permettre de consulter un avocat ; au moment de cette arrestation, il était en possession de 390 $ en argent comptant et des odeurs de marijuana flottaient dans son automobile.
Le 22 avril 2012, le cadavre de Jeff Francis Muzzin, 24 ans, de L'Île-Bizard, est trouvé dans le coffre d'une automobile abandonnée sur la rue Louis-Fréchette près de la rue Valentine dans le secteur Pierrefonds de Montréal ; Muzzin, qui fréquentait des éléments criminels de Pierrefonds et de L'Île-Bizard. avait été porté disparu le 17 avril 2012. Jean-Michel Legault, 23 ans, est accusé du meurtre de Muzzin ; l'automobile dans laquelle le cadavre de Muzzin a été trouvé appartenait à ce dernier ; le 5 novembre 2011, Muzzin avait été accusé de possession de marijuana dans le but d'en faire le trafic ; il devait comparaître de nouveau à ce sujet en 2013. Muzzin a été poignardé de 34 coups de couteau dans la pépinière de l'Île-Bizard où travaillait Legault ; des caméras de surveillance ont filmé la scène ; c'est ainsi que lors de l'interrogatoire de Legault, l'enquêteur André Beaulieu du SPVM a pu lui décrire ce qui est arrivé ; le meurtre de Muzzin a été perpétré à 18 h 30 dans la pépinière ; après le meurtre, Legault est vu traînant le cadavre glissé sur une bâche, puis nettoyant le sang sur le plancher de la pépinière avec un boyau d'arrosage. Le procès de Legault est tenu en janvier 2015 (La Presse, 23 janvier 2015, page A3). Le 30 janvier 2015, un jury reconnaît Jean-Michel Legault coupable du meurtre prémédité de Muzzin ; Legault est alors condamné à la prison à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle avant d'avoir purgé 25 ans de sa peine derrière les barreaux. (La Presse, 31 janvier 2015, page A14)
Le 23 avril 2012, vers 22 h, Markenzi Julien-Auguste, 16 ans, est happé par une voiture alors qu'il traverse le boulevard Saint-Michel près de la rue Denis-Papin dans le quartier Saint-Michel (Montréal) ; il décède à l'hôpital; la voiture qui l'a heurté a continué sa route, mais a été repérée par les policiers ; le conducteur, Éric Richer, 40 ans, est accusé de conduite avec les facultés affaiblies ayant causé la mort et de délit de fuite ; il a été libéré contre un dépôt de 4 500 $ et l'engagement de 30 000 $ de la part de deux de ses proches ; en 2003, Richer, qui faisait partie du réseau de distribution de cocaïne de Steven Bull Bertrand avait été arrêté en même temps que ce dernier dans le cadre d'une opération policière contre les motards criminels ; Bertrand était un trafiquant de drogues proche de Maurice Mom Boucher ; les antécédents judiciaires de Richer incluent le trafic de drogues, les voies de fait et le gangstérisme.
Le 27 avril 2012, Nicolas Quintal, 18 ans est trouvé sans vie dans une voiture parquée dans un boisé du chemin Farrell près de l'intersection du lac des Loups dans le hameau de North Onslow à une dizaine de kilomètres au nord du secteur Quyon de Pontiac ; Daniel Semples, 19 ans, est accusé du meurtre non prémédité de Quintal ; il aurait utilisé un objet contondant pour commettre son crime.
Le 12 mai 2012, le cadavre d'un homme est trouvé au 82, rue Saint-Joseph à Lévis ; la police traite ce décès comme un homicide ; un homme de 50 ans est arrêté le 13 mai en relation avec cet homicide.
Le 12 mai 2012, vers 13 h 10, un homme de 57 ans est trouvé sans vie dans sa résidence de Val-des-Monts ; la police traite le décès comme un homicide.
Le 15 mai 2012, Rita Boni Santi, 77 ans, et son conjoint, 80 ans, sont heurtés par une automobile SUV BMW sport conduite par Maria Messina-Triassi, 55 ans dans le stationnement du Marché Bonanza dans un petit centre commercial de l'arrondissement Saint-Léonard (Montréal) ; l'automobile, qui avait démarré en trombe, a aussi percuté plusieurs automobiles, puis a quitté les lieux sans se préoccuper des blessés ; d'abord accusé de délit de fuite, Madame Messina-Triassi est ensuite accusée de délit de fuite ayant causé la mort lorsque Rita Boni Santi décède à l'hôpital le 26 juillet 2012.
Dans la nuit du 24 au 25 mai 2012, Luka Rocco Magnotta, 29 ans, un acteur de films pornographiques né en 1982 (24 juillet 1982) sous le nom de Eric Clinton Kirk Newman à Scarborough, Ontario, assassine Jun Lin 33 ans, un étudiant de la faculté de génie et d'informatique de la Concordia University originaire de Wuhan, Chine. Magnotta lui assène plusieurs coups de pic à glace et de couteau de cuisine, puis dépèce son cadavre ; l'assassin, qui avait enregistré la scène du meurtre et du dépeçage, la publie sur le site Bestgore.com sous le titre 1 Lunatic 1 Ice pick. Le 26 mai 2012, Luka Rocco Magnotta aurait pris l'avion pour l'Europe.
Le 25 mai 2012, Les cadavres poignardés de Louise Leboeuf, 63 ans, Claude Lévesque, 58 ans et Anne-Katherine Powers, 21 ans, sont découverts par la police de Gatineau dans un immeuble situé au 115 rue du Saguenay dans le secteur Aylmer de Gatineau ; Shakti Ramsorum, 28 ans, l'ex conjoint de Anne-Katherine Powers est accusé des meurtres prémédités de Louise Leboeuf, Claude Lévesque et Anne-Katherine Powers ; Louise Leboeuf était la mère de Anne-Katherine Powers et Claude Lévesque était son beau-père ; le mariage Powers-Ramsorum traversait une période difficile, l'épouse ayant décidé de se séparer de Ramsorum ; l'enfant du couple, un garçon de 15 mois maintenant seul, a été confié à la Direction de la protection de la jeunesse.
Le 29 mai 2012, Lin Jun est porté disparu.
Le 29 mai 2012, le tronc d'un homme est trouvé dans une valise parmi un amas de sacs à ordures dans la ruelle à l'arrière d'un immeuble à logement du quartier Snowdon à Montréal.
Le 29 mai 2012, un paquet contenant un pied gauche humain est posté au bureau de poste Côte-des-Neiges de Montréal à l'adresse du siège du Parti conservateur du Canada à Ottawa. Le même jour, un paquet contenant une main gauche humaine est postée au bureau de poste Côte-des-neiges de Montréal à l'adresse du siège du Parti libéral du Canada à Ottawa, mais la police d'Ottawa intercepte le colis.
La police de Toronto enquêtait sur Magnotta qui était soupçonné de cruauté envers les animaux ; presque 2 mois avant la disparition de Jun Lin, la police torontoise avait presque repéré Magnotta dans le quartier Pointe-Saint-Charles de Montréal, mais il avait déjà quitté son appartement en déclarant au propriétaire qu'il retournait à Toronto. Cependant, il avait déménagé dans un appartement du quartier Snowdon à Montréal.
Magnotta est accusé de meurtre et d'outrage à un cadavre et de harcellement criminel envers le premier ministre du Canada, Stephen Harper, de corruption de moeurs, de profération de menaces et d'utilisation de la poste pour expédier des choses obscènes. Le Service de police de Montréal lance un avis de recherche mondial via Interpol.
Le 30 mai 2012, toutes les parties du corps récupérées à divers endroits au Canada sont identifiées comme faisant parties d'un même cadavre.
Le 29 mai 2012, Yvan Patry, 49 ans, ex-employé d'Emballages Mitchel-Lincoln et sa conjointe, Valérie Fortin, 46 ans, sont tués dans leur résidence du 1345 Edison à Drummondville ; Monsieur Patry était l'un des directeurs à l'expédition, aux bâtiments et au transport de l'usine Mitchel-Lincoln ; Madame Fortin avait été attachée politique de l'ancien ministre Normand Jutras ; il s'agirait d'une vengeance ; quelques heures après les meurtres, le suspect, Réal Pinard, 63 ans, tire une balle en l'air, puis se suicide à Asbestos en présence des agents de la Sûreté du Québec-SQ qui avaient approché le suspect dans le cadre d'une enquête sur le double meurtre par balles à Drummondville.
Le 4 juin 2012, Philippe Trahan, 29 ans, un enseignant montre la vidéo à sa classe d'élèves de l'arrondissement LaSalle à Montréal malgré que la police ait demandé à tous de ne pas visionner cette vidéo sadique. Trahan est d'abord suspendu pour manque de jugement, puis congédié par la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys.
Le 4 juin 2012, Luka Rocco Magnotta est arrêté en Allemagne dans un café internet par la police de Berlin ; il aurait été reconnu par un employé du café qui a contacté la police ; il lisait des nouvelles de son crime.
Le 5 juin 2012, un paquet contenant un pied droit est livré à la St. George School.
Le 6 juin 2012, un paquet contenant une main droite est livré à la False Creek Elementary School de Vancouver.
Le 13 juin, les tests d'ADN permettent de certifier que toutes les parties de corps humain trouvées sont celles du corps de Lin Jun. Il manque toujours la tête de la victime.
Le 18 juin 2012, Magnotta est livré aux autorités canadiennes qui le ramènent à Montréal à bord d'un avion de transport CC 150 Polaris de la Royal Canadian Air Force ; pour des raisons de sécurité, la police de Montréal a jugé nécessaire de ne pas lui faire prendre un vol commercial. Il est détenu dans une cellule spéciale du Centre de détention de Rivière-des-Prairies en attendant la suite des procédures. (source : Luka Magnotta : Wikipédia).
Le 16 juin 2012, Gaétan Senécal, 69 ans, hospitalisé dans le département de psychiatrie de l'hôpital Notre-Dame-CHUM est trouvé mort dans son lit par le personnel de l'hôpital. Le 27 juin 2012, la police annonce que l'autopsie a révélé que le décès était dû à un Le 22 juin 2012, un homme de 77 ans, hospitalisé dans le département de psychiatrie de l'hôpital Notre-Dame-CHUM est trouvé mort dans son lit par le personnel de l'hôpital. Le 27 juin 2012, la police annonce que l'autopsie a révélé que le décès était dû à un Le 23 juin 2012, la police est appelée pour enquêter sur une tentative de meurtre par étouffement perpétré sur une patiente du département de psychiatrie de l'Hôpital Notre-Dame-CHUM ; Idelson Guerrier, 31 ans, est accusé de tentative de meurtre en relation avec cet événement et envoyé à l'Institut Philippe-Pinel pour évaluation psychiatrique. La police le soupçonne d'être responsable de la mort de Gaétan Sénécal le 16 juin 2012 et d'un autre homme le 21 juin 2012. Idelson Guerrier avait été admis à l'hôpital après le 7 juin 2012 après avoir plaidé non coupable à l'accusation de harcellement d'un homme entre le 1er février et le 16 mars 2012 ; il avait aussi été accusé de menace et d'assault à l'endroit du même homme et de conduite dangereuse d'une automobile. Guerrier est également accusé de tentative de meurtre sur Eytyxia Tsidanoulis le 16 juin 2012 et de Iolande Bertocchi, le 22 juin 2012 ; les deux femmes étaient des patientes de l'hôpital Notre-Dame.
Le 21 juin 2012, Claude Courtemanche, 77 ans, hospitalisé dans le département de psychiatrie de l'hôpital Notre-Dame-CHUM est trouvé mort dans son lit par le personnel de l'hôpital. Idelson Guerrier, 31 ans, est accusé de tentative de meurtre La police le soupçonne Idelson Guerrier, 31 ans, d'être responsable de la mort de Gaétan Sénécal le 16 juin 2012 et de Claude Courtemanche le 21 juin 2012. Idelson Guerrier avait été admis à l'hôpital après le 7 juin 2012 après avoir plaidé non coupable à l'accusation de harcellement d'un homme entre le 1er février et le 16 mars 2012 ; il avait aussi été accusé de menace et d'assault à l'endroit du même homme et de conduite dangereuse d'une automobile.
Le 21 juin 2012, le cadavre de Jacqueline Lachaîne, 68 ans, est trouvé dans son logement de l'avenue Laurier à Montréal par son conjoint qui ne vivait pas sous le même toit ; le fils de la victime, Robert Pothier, 49 ans, est accusé du meurtre de sa mère ; la victime aurait succombé à des blessures au haut du corps subies le 21 juin précédent. Le 19 avril 2013, Robert Pothier reconnaît sa culpabilité à l'accusation de meurtre non prémédité et affirme qu'il a tué sa mère parce qu'il croyait qu'elle était le démon ; Pothier avait tenté de se suicider 8 jours auparavant à la suite de quoi il avait séjourné dans l'aile psychiatrique de l'hôpital Maisonneuve-Rosemont d'où il avait été libéré deux jours plus tard et était retourné vivre chez sa mère.
Le 24 juin 2012, vers 5 h, le cadavre calciné de Linda Bonette, 50 ans, une serveuse du resto-bar Vegas Tour est découvert dans le coffre de son automobile incendiée dans le stationnement du Centre commercial où le resto-bar est situé à l'angle des rues Michèle-Bohec et Jean-Guyon de Blainville ; Madame Bonette avait fermé le resto-bar à 3 h ; vraisemblablement, le tueur voulait s'emparer des recettes du bar ; le 10 octobre 2012, la Sûreté du Québec-SQ arrête Andy Saint-Gelais à l'école Saint-Stanislas de Saint-Jérôme ; la police soupçonne Saint-Gelais du meurtre de madame Bonette ; Saint-Gelais, un employé du Service correctionnel du Canada, enseignait comme suppléant à l'école Saint-Stanislas lorsqu'il a été arrêté. Le 4 avril 2014, Sylvianne Barriault, 38 ans, la conjointe de Saint-Gelais, reconnaît sa culpabilité à l'accusation du meurtre non prémédité de Linda Bonette et est condamnée à la prison à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle avant d'avoir purgé 10 ans de sa peine derrière les barreaux ; Saint-Gelais a plaidé non coupable et subit son procès en avril 2014.
Le 5 juillet 2012, vers 9 h le cadavre de Catherine DeBoucherville Nehme, 44 ans, est trouvé par l'une de ses filles dans le bain de la résidence familiale sur la rue Giovanni-Caboto dans l'arrondissement de LaSalle (Montréal) ; Madame Nehme aurait été poignardée et éviscérée ; Ahmad Nehme, 48 ans, le mari de la victime, est accusé du meurtre prémédité de sa conjointe..
Le 5 juillet 2012, vers 8 h 50 le cadavre d'un homme est découvert dans l'herbe de la Place du Canada à Montréal ; il avait été blessé dans le haut du corps ; la police n'écarte pas l'hypothèse d'un suicide.
Le 10 juillet 2012, vers 3 h, les cadavres calcinés de Lindsay Brillant Marcoux, 13 ans, Karen Brillant-Marcoux, 9 ans, et de leur père Jocelyn Marcoux, 47 ans, sont découverts dans les ruines fumantes d'un hangar situé à l'arrière de leur maison de la rue Richardson à Warwick. La police croit qu'il s'agit d'un double meurtre suivi d'un suicide.
Le 16 juillet 2012, Walter Ricardo Gutierrez, 60 ans, un ancien soldat du clan Rizzuto est abattu d'au moins 5 balles à la porte d'un immeuble d'habitation de la Société d'habitation de Montréal sur la rue Gamelin à l'angle de la rue Georges dans l'arrondissement de LaSalle (Montréal) ; le tireur s'est enfui au pas de course puis a déguerpi au volant d'une automobile stationnée plus loin. Guttierez avait été arrêté en 1994 avec deux complices en possession de 298 kg de cocaïne, ce qui, à l'époque, représentait la plus importante saisie de l'histoire de la police de Montréal ; il avait alors été condamné à 8 ans de prison ; En 1994 également, pour coincer les mafiosi, la GRC commença à exploiter un faux bureau de change en face du bureau de Me Joseph Lagana dont certains clients étaient des membres du clan Rizzuto ; 42 personnes furent alors arrêtées pour avoir blanchi 100 millions de dollars ; parmi les personnes arrêtées on trouve Walter Ricardo Gutierrez, Vincenzo «Jimmy» Di maulo, frère de Jos Di Maulo et ami de Frank Cotroni, Sabatino Nicolucci et l'avocat Joseph Lagana.; Jimmy Di Maulo se trouvait alors en liberté conditionnelle.
Le 29 juillet 2012, vers 4h, Le cadavre de Paula Pavica, 21 ans, est découvert par sa mère, face contre terre au sous-sol de la résidence familliale de la rue Oasis à Brossard ; La jeune fille d'origine Roumaine était rentrée d'une soirée peu après minuit ; Simon Bonneville, 22 ans, de Saint-Hubert, l'ex ami de coeur de Paula, est interrogé par la police relativement à ce décès. (The Gazette, Le Journal de Montréal, 30 juillet 2012) ; après l'interrogatoire, Bonneville est mis en état d'arrestation, puis il est accusé de voies de fait et de négligence criminelle ayant causé la mort.
En août 2012, Lida Phon, 32 ans, l'épouse de Ziad Ziade un vendeur de voitures usagées réputé membre de la mafia libanaise de Montréal, est abattue alors qu'elle garait sa BMW dans le garage de la résidence familiale du quartier Chomedey à Laval. La police de Laval n'exclut pas que le titeur se soit trompé de cible.
Le 11 août 2012, Anuja Baskaran, 21 ans, épouse de Sivaloganathan Thanabalasingam, est trouvée sans vie dans son appartement de l'arrondissement Ahuntsic de Montréal ; elle avait été poignardée à la gorge à de multiples reprises. Sivaloganathan Thanabalasingam, un réfugié en provenance du Sri Lanka, est arrêté et accusé du meurtre de sa conjointe, Anuja Baskaran ; au cours des 9 mois précédents, l'homme avait été arrêté à trois reprises pour des affaires de violence conjugale ; son procès débute le 10 avril 2017 ; invoquant l'arrêt Jordan qui fixe à 30 mois le délai maximum entre la mise en accusation et le début d'un procès, il prétend que son droit à un délai raisonnable a été violé, il demande et obtient l'arrêt des procédures contre lui ; une fois libéré, Thanabalasingam est déporté vers le Sri Lanka, son pays d'origine. Thanabalasingam a été le premier accusé de meurtre à bénéficier de l'arrêt Jordan.
En août 2012, Anuja Baskaran, l'épouse de Sivaganathan Thanabalasingam est assassinée de plusieurs coups de couteau au cou ; le 31 août 2012, Thanabalasingam est arrêté, puis accusé du meurtre d'Anuja Baskaran ; en 2017, Thanabalasingam bénéficie d'un arrêt de procédure en raison du délai excessif en attente de son procès (depuis août 2012), mais il est expulsé du Canada ; selon la jurisprudence établie par la décision de la Cour suprême du Canada dans l'arrêt Jordan qui a fixé ce délai à 30 mois entre la mise en accusation et la tenue du procès devant la Cour supérieure du Québec. Avant la mort de sa conjointe, Thanabalasingam avait été condamné violence conjugale. Cependant, en 2019, la Cour suprême du Canada ordonne à la Cour d'appel du Québec d'entendre la cause

En août 2012, le corps d'Anuja Baskaran, une femme dans la vingtaine épouse de Sivaloganathan Thanabalasingam, est trouvé sans vie dans son appartement de l'arrondissement Ahuntsic de Montréal ; elle avait été poignardée à la gorge à de multiples reprises. Sivaloganathan Thanabalasingam, un réfugié en provenance du Sri Lanka, est arrêté et accusé du meurtre de sa conjointe, Anuja Baskaran ; au cours des 9 mois précédents, l'homme avait été arrêté à trois reprises pour des affaires de violence conjugale ; son procès débute le 10 avril 2017 ; invoquant l'arrêt Jordan qui fixe à 30 mois le délai maximum entre la mise en accusation et le début d'un procès, il prétend que son droit à un délai raisonnable a été violé, il demande et obtient l'arrêt des procédures contre lui.
Le 4 août 2012, Martine Giguère avise la police à au moins 3 reprises du comportement violent de son conjoint. La dernière fois fut celle après laquelle, Martine Giguère a été tué en présence de ses deux garçons.
Le 4 août 2012, Alexandre Bourque, 27 ans, perd la vie lors qu'il est éjecté du yacht de Sylvain Girard, 59 ans, dans le quel il voyageait sur la rivière Saint-Maurice ; l'embarcation était conduite par Sylvain Girard qui cherchait à impressionner une trentaine d'adultes en leur montrant la puissance de son embarcation ; il embarquait des groupes de 10 personnes et leur faisait faire un tour ; deux personnes avaient appelé le 911 lorsqu'elles ont vu le bateau de Girard voguer dangereusement sur la rivière ; au dernier virage du dernier tour, les 10 passagers ont été éjectés du bateau au dernier virage du dernier tour ; Alexandre Bourque n'est jamais remonté à la surface. et son cadavre n'a été trouvé que 4 jours plus tard. Le 30 mai 2017, Sylvain Girard est reconnu coupable de conduite dangereuse et de négligence criminelle causant la mort et est condamné à 32 mois de prison ; il lui est de plus interdit de conduire un bateau pendant une période de 7 ans.
Le 10 août 2012, vers 18 h 50, une fusillade éclate aux Galeries d'Anjou de Montréal ; Osborne Anthony est abattu par balles dans un véhicule utilitaire sport parqué dans le stationnement du centre commercial Galeries d'Anjou en face du restaurant Bâton Rouge ; son décès est constaté à l'Hôpital ; au cours du même événement, Hansley Ice Joseph, un important fournisseur de drogues pour les revendeurs, est atteint de deux projectiles d'arme à feu, ; Chénier Dupuy, 37 ans, le présumé chef du gang des Bo-Gars, est trouvé dans le stationnement près de son automobile dans laquelle il avait été blessé mortellement ; son décès est constaté à l'hôpital ; il avait refusé de se joindre à une alliance de criminels dirigée par Gregory Wooley ; un autre homme, 32 ans, relié à un gang de rue, atteint d'au moins 2 projectiles, est retrouvé à l'intérieur près d'un centre de renseignements du centre commercial et transporté à l'hôpital. ; les deux victimes étaient connues de la police ; en 1990, Chénier Dupuy avait été condamné pour vol qualifié, voies de fait, trafic de drogues et possession d'armes prohibées alors qu'il avait 15 ans ; en 2008, Chénier Dupuy avait attaqué un policier de Laval en fonçant sur lui avec son automobile de marque Mercedès ; il était un proche de Lamartine Sévère Paul.
Le 11 août 2012, Lamartine Sévère Paul, 42 ans, est abattu dans le parking extérieur de son édifice d'appartements sur le boulevard Samson dans le quartier Chomedey à Laval ; il était soupçonné de pratiquer l'extorsion et le recouvrement de dette pour des hommes d'affaires italiens proches du crime organisé. Il venait de terminer une peine de 45 mois de prison pour une affaire du même genre ; il était aussi soupçonné de contrôler plusieurs danseuses nues et de vivre du proxénétisme et du trafic de drogues. Paul était le cousin de Ducarme Joseph.
Le 11 août 2012, Ricardo Ruffolo, 35 ans, est tué à la porte de son appartement dans un édifice du chemin de la Côte-des-Neiges à Montréal ; Ruffolo était un trafiquant de stupéfiants et de stéroïdes lié à différents clans du crime organisé de Montréal ; le tueur serait entré dans l'édifice lorsqu'un résident a ouvert la porte principale, puis se serait rendu à l'appartement de Ruffolo, aurait frappé à la porte et aurait tué Ruffolo lorsque celui-ci a ouvert la porte de son appartement.
Le 17 août 2012 vers 9 h 20, un homme, âgé de 22 ans, est abattu par balles en pleine rue à l'angle de l'avenue Milton et de l'a rue des Érables dans le secteur Saint-Pierre de l'arrondissement de Lachine (Montréal).
Le 27 août 2012, Lida Phon, 32 ans, est trouvée morte par son mari dans son automobile dans le garage de sa résidence de la rue Brunel du quartier Chomedey de Laval ; la femme avait été atteinte par certaines des 10 balles tirées sur son automobile à son arrivée dans le garage de la résidence l'arme qutilisée devait être munie d'un silencieux parce que personne n'a entendu les coups de feu. La victime n'avait pas d'antécédent judiciaire, mais son conjoint, Ziad Ziade, 32 ans, avait un passé judiciaire chargé (assaut, menaces de mort et trafic de drogues) et il avait été vu récemment avec des membres de gangs criminels ; Le gouvernement du Canada a tenté sans succès à plusieurs reprises de l'expulser du Canada depuis l'an 2000 ; la Cour fédérale obligeait refusait toujours son extradition pour des raisons humanitaires et familiales; Ziad Ziade est arrivé au Canada avec sa famille en 1992 en provenance de la Côte-d'Ivoire ; il avait épousé Lida Phon en 2006 après avoir vécu avec elle pendant 6 ans..
Le 2 septembre 2012, à la sortie des bars, Dave Bonsant, 21 ans, de Otterburn Park, et 4 autres jeunes gens de 19 ans, se rendent dans la ville de Saguenay pour y passer le weekend de la fête du travail ; à la suite d'une soirée passée dans un bar de la rue Saint-Dominique du secteur de Jonquière, une bagarre éclate entre Dave Bonsant et l'un de ses amis de Beloeil ; Bonsant est battu à mort, puis laissé inconscient dans un stationnement public de l'arrondissement de Jonquière où des passants le découvrent au milieu de la nuit et appellent la Sûreté du Québec ; après la bagarre, les amis quittent la scène sans appeler des secours pour leur ami inconscient ; Bonsant décède à l'hôpital le dimanche après-midi 2 septembre. Le 3 septembre 2012, 2 de ces amis sont arrêtés relativement à cet homicide ; l'un d'eux est accusé à Chicoutimi de meurtre non prémédité alors que l'autre est libéré sous conditions et les deux autres amis sont considérés comme témoins importants.(La Presse, 4 septembre 2012, page A 18)
Le 4 septembre 2012, Denis Blanchette, 48 ans, un technicien de scène est abattu d'une balle qui le traverse et blesse grièvement son compagnon de travail David Courage ; la balle tirée d'une carabine CZ-858 par Richard Henry Bain, 62 ans, à l'entrée des artistes de la salle du Metropolis de Montréal où Pauline Marois la nouvelle première ministre du Québec s'adressait à ses partisans. Blanchette tentait d'empêcher Bain d'entrer dans le Metropolis lorsqu'il a été abattu ; Bain, qui criait en français «Les Anglais se réveillent!» et, en anglais, it's fucking payback time!, aurait également menacé deux autres personnes avant d'être maîtrisé par la police qui lui a enlèvé des mains un pistolet Luger 9 mm et sa carabine CZ-858 ; le forcené avait allumé un incendie à l'une des portes des artistes qui donnent sur la ruelle ; il avait apparemment l'intention d'entrer et de tirer sur Pauline Marois et sur la foule de partisans péquistes qui assistaient au premier discours de la nouvelle première ministre du Québec après son élection ; la police a trouvé 3 autres armes dans le véhicule de Bain et 22 armes dont une carabine semi automatique .22 long riffle et un révolver magnum .357 à sa résidence de La Conception parmi ces armes, 21 étaient enregistrées conformément à la Loi canadienne sur les armes à feu et une arme ne l'était pas. Bain, qui a séjourné à l'hôpital après son arrestation, est accusé de meurtre, de tentative de meurtre pour avoir pointé une arme en direction du sergent détective Stéphane Champagne de la Sûreté du Québec et d'une autre personne et de possession d'arme dans un dessein dangereux. Bain qui était le propriétaire d'un club de chasse et de pêche à La Conception, serait un bi-polaire et devait absorber des médicaments pour traiter cette maladie.
Nota : Le CZ-858 (Ceska Zbrojovka, la version thèque de la AK-47 russe) est une arme importée au Canada à partir de 2005 alors que l'AK-47 passait dans la liste des armes prohibées au Canada ; sa portée est de 2,5 km et son coût est de 695 $ ; elle peut être envoyée à n'importe qui possède une licence de possession et d'acquisition d'une arme.
Le 13 septembre 2012, vers 3 h, Patrick Perreault, 42 ans, est abattu par une balle tirée par Daniel Houde, 55 ans, qui surveillait une plantation de marijuana dissimulée dans un champs de maïs le long du chemin de la Cabane-Ronde (près de la route 640 et et de la route 25) à Mascouche dans lequel Perreault et un autre homme se trouvaient ; cet autre homme a alerté la police de Mascouche vers 4 h 30 pour dire que son ami avait disparu après qu'on leur eut tiré dessus ; le corps de Perreault a été trouvé vers 7 h et son décès a été confirmé à 9 h. Daniel Houde se livre à la police dans l'après-midi ; Houde est accusé de meurtre non prémédité.
Le 15 septembre 2012, le chef de cuisine François Hébert est trouvé mort dans sa cabine du navire Umiavut, un navire qui effectue le ravitaillement des communautés qui se trouvent au Nunavut.
Le 28 septembre 2012, Johnson Boulin, 35 ans, est sauvagement agressé et est trouvé ensanglanté à la prison de Rivière-des-Prairies où il était détenu depuis le mois de mai précédent en attente des procédures sur des accusations de trafic de stupéfiant et de possession de biens obtenus par la perpétration d'un acte criminel ; en 2005, il avait été condamné à 5 ans de prison pour une affaire de trafic de cocaïne. Il décède le 2 octobre 2012 à l'hôpital du Sacré-Coeur de Montréal.
Le 3 octobre 2012, Une dispute éclate entre Arthur Charby et Andrew Davidson, un autre résident de Lac-Brome ; Charby aurait tenté de pénétrer dans l'automobile de Davidson ; une manoeuvre de celui-ci a éjecté Charby qui s'est relevé et placé droit devant le véhicule et s'est mis à frapper le végicule ; Dabviidson aurait foncé sur lui, puis lil aurait reculé puis aurait passer de nouveau sur le corps de Charby, Davidson aurait ensuite arrêté son véhicule trainé le corps de Charby qu'il aurait jeté dans un fossé, puis aurait quitté le lieu du crime. En juin 2014, Davidson reconnaît sa culpabilité d'homicide involontaire. En mai 2015, Davidson est condamné à 2 ans de prison, 3 ans de probation et 200 heures de travaux communautaires.
Le 10 octobre 2012, vers 9 h 45, Deux hommes sont blessés lors d'une fusillade à Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson ; l'un des deux blessés, Vincent Pietrantonio, 53 ans, se serait rendu à l'hôtel de ville pour demander du secours et, selon ses indications, la police se rendit dans une résidence du chemin Chertsey et y trouva un blessé ; la résidence de Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson appartenait à l'homme d'affaires Vincent Pietrantonio ; l'homme blessé trouvé dans la résidence décéda plus tard à l'hôpital ; l'homme décédé, Frederick Murdock, 33 ans, serait un homme de main à l'emploi de Pietrantonio ; ce dernier est sous le coup d'accusations de prêts usuriers impliquant 4 autres personnes. Murdock était un proche des Hells Angels des Laurentides il avait été condamné à un an de prison pour voies de fait sur un agent de la paix et entrave au travail d'un policier, en plus d'une affaire de vol d'automobile pour laquelle il avait été arrêté lors d'une poursuite policière à Montebello. En novembre 2012, Ryan Wolfson est arrêté en lien avec le meurtre de Frederick Murdock et de tentative de meurtre. Le 7 octobre 2016, un jury reconnaît Ryan Wolfson coupable du meurtre de Frederick Murdock et de tentative de meurtre sur Dannick Lessard ; Wolfson est condamné à la prison à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle avant d'avoir purgé 25 ans de sa peine derrière les barreaux. Wolfson doit cependant subir un autre procès pour le meurtre de Pierre-Paul Fortier Le 28 avril 2017, le juge Guy Cournoyer ordonne l'arrêt des procédures contre Wolfson en invoquant l'arrêt Jordan de la Cour suprême du Canada de juillet 2016 qui fixe à 30 mois le délai à l'intérieur duquel le procès d'un individu doit être tenu devant la Cour supérieure ; au Québec, ce délai est de 18 mois pour des causes relevant de la Cour provinciale et devant les autres tribunaux de la province.
Le 11 octobre 2012, Patrick Méthot conduit sa voiture sur l'autoroute 20 en Montérégie ; après avoir consommé 9 ou 10 bouteilles de bière ; sa fille d'âge préscolaire occupe la banquette arrière de l'auto conduite par son père ;
L'automobile de Méthot entre en collision frontale avec celle conduite par Sylvain Royer, 40 ans. Ce dernier est tué sur le coup alors qu'un autre automobiliste est gravement blessé. En octobre 2015, Méthot est condamné à 5 ans de pénitencier pour conduite en état d'ébriété causant la mort et des blessures. Le 19 novembre 2016, la Commission des libération conditionnelles du Canada refuse la demande de Méthot d'être transféré en maison de transition où il pourrait reprendre la direction de son entreprise de déneigement. Méthot devra donc demeurer au pénitencier de Drummondville.
Le 18 octobre 2012, vers 13 h 30, un homme de 27 ans est atteint de plusieurs balles à la tête et laissé inconscient à l'intersection de l'avenue Saint-Denis et du chemin du Lac-Millette sur un chantier de construction voisin de l'hôtel Manoir Saint-Sauveur à Saint-Sauveur-des-Monts ; son décès est constaté à l'hôpital.
Le 28 octobre 2012, vers 4 h, un tueur tire 14 balles en direction de Dannick Lessard, 34 ans, propriétaire du bar Le Garage, un bar de danseuses de Mirabel ; Lessard a été atteint à au moins 4 reprises.
Le 29 octobre 2012, Yogarani Kunaratnam, 37 ans, d'origine tamoule du Sri Lanka est assassinée par Pirapakaran Navaratnam, 41 ans, également d'origine tamoule, qui harcelait madame Kunaratnam. Celle-ci avait porté plainte à la police de Montréal et l'accusé avait comparu le 3 octobre 2012 à la Cour municipale de Montréal pour répondre à l'accusation de harcèlement, menace et intimidation ; Kunaratnam est resté détenu jusqu'au 6 octobre 2012 alors qu'il a été remis en liberté sous conditions après avoir plaidé coupable à certaines accusations. Après l'assassinat, l'accusé s'est assis dans son automobile à côté de la victime, y a mis un bidon d'essence et du carton et a mis le feu dans le véhicule stationné sur la rue Champagneur à Montréal. (La Presse, 15 novembre 2012, page A24)
Le 4 novembre 2012, Joe Di Maulo, 70 ans, beau-frère de Raynald Desjardins est assassiné de 2 balles à la tête alors qu'il entre à sa résidence de la rue de Blainvillier à Blainville ; sa femme a découvert le cadavre à côté de sa voiture Cadillac lors qu'elle rentrait à son domicile ; Di Maulo aurait choisi le côté opposé au clan Rizzuto alors que Vito Rizzuto était emprisonné aux États-Unis jusqu'à sa libération en octobre 2012.
Le 12 novembre 2012, Sarah Cousineau-Denis, 19 ans, de Lac-Brome, conduisait une automobile dans laquelle il y avait deux passagères ; la jeune femme a perdu le contrôle de sa voiture qui a fait une embardée sur le chemin Bondville dans la municipalité et les deux passagères sont tuées dans l'accident. Le 17 octobre 2013, Sarah Cousineau-Denis est l'objet d'un mandat d'arrestation pour répondre à deux accusations de conduite dangereuse ayant causé la mort de Natasha Lavigne, 16 ans, de Lac-Brome et d'Alexandra Laliberté, 19 ans de Cowansville.
Le 15 novembre 2012, peu après minuit, un incendie au 3e étage d'une maison de chambre fait deux morts, un homme et une femme ; on croit qu'il s'agit du frère et de la soeur ; l'incendie de l'immeuble du 3561 rue Ontario, était d'origine criminelle ; les pompiers ont trouvé des traces d'accélérant sur les lieux ; les autres occupants de l'immeuble ont été évacués par les échelles des pompiers ; 2 personnes, dont une sérieusement brûlée, ont été hospitalisées.
Le 15 novembre 2012, vers 2 h, le cadavre de Lawrence Lee, 24 ans, d'origine asiatique, est découvert dans l'automobile de ses parents en bordure de la rue Pérodeau, près de l'avenue Carignan à Montréal ; il avait été atteint par au moins une balle à la tête ; la police croit que l'assassin était dans l'automobile ou avait ouvert la portière et tiré ; Lee n'était pas connu de la police.
Le 15 novembre 2012, à 14 h 25, Tony Gensale, 43 ans, est abattu au cours d'une altercation sur le boulevard Saint-Laurent près de la rue Sauriol dans le quartier Ahuntsic-Cartierville à Montréal ; la victime était connue de la police pour des affaires reliées au stupéfiants.
Le 17 novembre 2012, vers 1 h 15, Mohamed Awada, 47 ans, est abattu d'une balle au haut du corps sur la rue Leblanc dans l'arrondissement de Montréal-Nord (Montréal) ; Awada avait été condamné à 9 ans de prison en 1993 pour une histoire de drogue et de complot. En 2008, avec son fils Ali Awada et Danny De Gregorio, il avait été impliqué dans l'histoire du kidnaping de Nino de Bartolomeis, un proche de Francesco Arcadi, qui était, à l'époque, un proche de Vito Rizzuto ; au moment de son assassinat, Awada subissait un procès pour une histoire de drogues et devait revenir devant le tribunal en mars 2013. (Journal de Montréal, 18 novembre 2012, page 3).
Le 28 novembre 2012, Samuel Poupart et sa passagère Catherine Leclair, 18 ans, périssent lorsque l'automobile Chevrolet Cobalt qui roulait à 185 km/h dans laquelle ils se trouvaient roulait à grande vitesse au cours d'une course avec Maxime Poissant, 25 ans ; Poupart a perdu le contrôle de son automobile qui fait une sortie de route et a perdu la vie de même que sa passagère Catherine Leclair qui a été éjectée du véhicule à l'impact ; Maxime Poissant est accusé de conduite dangereuse ayant causé la mort ; selon le procureur de la Couronne, «les gestes et les choix de Maxime Poissant entraînent pour lui une part de responsabilité de la triste finalité des événements ; il entend prouver que l'accusé et son ami se sont engagés dans une course de rue avant le drame, à Saint-Rémi, en Montérégie «sans se soucier du danger qui guette à l'horizon». En 2010, Poissant avait été à trois reprises roulant à 138 km/h dans une zone de 90 km/h et il perd 5 points d'inaptitude et perd son permis de conduire probatoire qui ne lui permettait pas de mériter plus d 4 points d'inaptitude. ; 10 jours plus tard il est intercepté à 124 km/h dans une zone de 90 km/h. En 2016, en attendant son procés, Poissant est intercepté alors qu'il circule à 127 km/h dans une zone de 100 km/h. Poupart était alors sous le coup d,Une interdiction de conduire pour avoir été reconunu coupable de conduite dangereuse, de méfait et de délit de fuite ; il avait été intercepté roulant à 130 km/h dans une zone de 80 km/h. (Le Journal de Montréal, 25 mai 2017, page 12 et 2 juin 2017, page 22).
Le 3 décembre 2012, Les cadavres de 3 enfants (Anaïs, 2 ans, Loïc, 4 ans, et Laurélie, 5 ans) d'une même famille sont découverts dans la résidence de leur mère, Sonia Blanchette, 33 ans, sur la rue Turcotte à Drummondville ; ils avaient été noyés vraisemblablement dans la baignoire ; la mère ayant absorbé une surdose de médicaments est envoyée à l'hôpital où elle demeure aux soins intensifs jusqu'à ce que les médecins la déclarent capable de répondre aux questions des enquêteurs de la Sûreté du Québec-SQ ; elle est jusque-là considérée comme un témoin important de ces meurtres. Madame Blanchette menait depuis 3 ans une bataille judiciaire contre son ex-mari, Patrick Desautels pour la garde de ses enfants ; au moment du drame, elle n'avait qu'un droit de garde limité à une journée et seulement en présence d'un membre de sa famille ; c'est la mère de Sonia Blanchette qui assumait ce rôle de garde au moment du drame ; en décembre 2011, Sonia Blanchette avait été arrêtée et accusée d'avoir enlevé sa plus jeune fille alors âgée de 14 mois contrairement à une ordonnance de garde prononcée par la Cour au moment de la séparation ; elle venait d'apprendre qu'elle n'aurait pas la garde de ses enfants ; le 2 décembre 2012, les trois enfants sont allés voir leur mère en compagnie de leur grand-mère ; le drame est survenu pendant que celle-ci s'était absentée pendant une vingtaine de minutes ; le 5 décembre 2012, Sonia Blanchette est accusée de 3 meurtres prémédités ; son avocat demande une évaluation psychiatrique de sa cliente avant d'enregistrer un plaidoyer ; le 4 janvier 2013, Madame Blanchette est déclarée apte à subir son procès pour les meurtres prémédités de ses 3 enfants ; son procès commence au mois d'octobre 2013 à Drummondville ; au moment des homicides, Sonia Blanchette était enceinte et donnera naissance à une fille pendant qu'elle sera détenue.
Le 8 décembre 2012, vers 9 h 30, le cadavre d'Emilio Cordileone, 50 ans, un propriétaire de restaurant, est découvert dans sa voiture Land Rover stationnée sur la rue Larose aux abords du parc des Hirondelles dans le quartier Ahuntsic de Montréal ; Cordileone était lié au crime organisé italien (famille du Calabrais Moreno Gallo) et Joe Di Maulo ; son assassinat serait relié à une dette de drogue.
Le 10 décembre 2012, Bertrand Jutras, 73 ans, est étranglé avec un cordon de téléphone arraché au mur dans son logement de Pointe-aux-Trembles ; Luc Fournier, 35 ans, l'amant de Jutras est accusé de meurtre relativement au décès de Jutras ; en janvier 2014, Fournier reconnaît sa culpabilité à l'accusation réduite à homicide involontaire et est condamné à 10 ans de prison.
Le 17 décembre 2012, Giuseppe Fetta, 33 ans, connu comme proche du clan Di Maulo, est blessé par balles dans le quartier Ahuntsic à Montréal.
Le 21 décembre 2012, vers 14 h, une personne entre, la tête couverte d'une cagoule, dans le Café Domenica du 7830, boulevard Provencher dans l'arrondissement de Saint-Léonard (Montréal) et tirent sur des clients de l'établissement tuant l'un d'eux, Domenico Faccini, 37 ans, et en blessant un autre à la tête ; le tireur a pris la fuite après son méfait. Le Café Domenica est voisin de la boutique de réparation de motocyclettes Montreal Choppers appartenant à Giuseppe «Ponytail» De Vito
Le 29 décembre 2012, Madame Pamela Jean, 27 ans, de Longueuil dit à sa mère qu'elle s'en va travailler ; elle était serveuse dans un bar de la rue Saint-Hubert à Montréal; son copain, Juan Firmin Palma est parti en même temps qu'elle ; leur fils jouait dehors avec des amis. Madame Jean avait demandé à sa mère Rosa Robinson, 63 ans, de demander à son fils de l'appeler quand il rentrerait. Le 30 décembre 2012, Pamela Jean est portée disparue. Le 4 janvier 2013, le cadavre de Pamela Jean est découvert dans le garde-robe de la chambre de Juan De Palma, à Montréal-Nord ; selon la Couronne, la jeune femme n'avait que 15 ans quand elle est tombée amoureuse de Palma. Palma est accusé du meurtre prémédité de Pamela Jean.

En 2012, 35 personnes ont été victimes d'homicides à Montréal dont 18 sont attribués au crime organisé, 10 dans un contexte familial ou conjugal, 4 à la suite d'un conflit et 3 dans un contexte inconnu. (La Presse, 28 décembre 2012, page A12).

en 2012, 106 personnes ont été assassinées au Québec.



  • Bibliographie -


Allô Police (hebdomadaire de Montréal)
Death Dealers (Yves Lavigne, HarperCollins Publishers, 1999)
Hells-Angels at War (Yves Lavigne, Harper-Collins Publishers, 1999)
Hells-Angels: Into the Abyss (Yves Lavigne, HarperCollins Publishers, 1996)
Hell's Angels: Taking Care of Business (Yves Lavigne, HarperCollins Publishers, 1987)
Iced: A History of Organized Crime in Canada (Stephen Schneider)
La Filière canadienne (Jean-Pierre Charbonneau, Les Éditions de l'homme, 1975)
La Petite histoire du crime au Québec (Hélène Andrée Bizier, Éditions internationales Alain Stanké, 1981)
La Presse (quotidien de Montréal)
Meurtres en série et de masse - Dynamique sociale et politique (Richard Poulin et Yanick Dulong, Éditions Sisyphe, 2009)
The Gazette (quotidien de Montréal)
La Presse quotidien de Montréal, le 12 juillet 2012 page A12.
Meurtre

Outils personels

Publicité

(Annonces   .)