Québec (province). Crises. Catastrophes naturelles. Glissements de terrain

Un article de la Mémoire du Québec (2012).

  • La vallée du Saint-Laurent est l'un des 3 endroits au monde les plus propices aux glissements de terrain en raison de ses sols argileux.


Selon François Morneau, coordonnateur scientifique à la Sécurité civile du Québec, il y a environ 6 000 km2 de sols à risque de mouvement dans cette vallée. Ces sols se sont formés il y a 10 000 ans, à la fin de la dernière l'ère glacière, quand un bras de l'océan Atlantique a envahi la vallée du Saint-Laurent ; ce bras fut appelé la mer de Champlain qui couvrait la plus grande partie de la province de Québec ; l'argile accumulée au fond de cette ancienne mer caractérise les basses terres du Saint-Laurent, la vallée de l'Outaouais et celle du Saguenay.
L'argile est constituée de minéraux riches en eau (+ de 30 %) ; quand les rivières commencent à se faire un chemin dans ces argiles, il se forme des pentes instables ; au printemps, l'eau pénètre dans le sable et coule entre le sable et l'argile, ou pénètre dans des fissures de l'argile ; il suffit d'une ou deux fractures, ou d'un ruisseau qui entaille le bas d'un talus, pour provoquer un glissement ou un effondrement de terrain.
En 1945, après le glissement de terrain dans la rivière Yamaska, Léon G. Morin, professeur à l'Université de Montréal-UdeM avait proposé d'interdire toute construction à une distance inférieure à 10 fois la profondeur du ravin le plus proche.
En 2010, sur le territoire du Québec l'interdiction totale se limite à 2 fois la profondeur du ravin pour les bâtiments et à 5 fois pour les routes et les services comme les égouts.

  • Éphémérides -


1889 (18 septembre) Tragédie mortelle ; glissement rocheux du cap Diamant sur des maisons de la rue Champlain à Québec ; bilan : 45 morts et 8 maisons détruites.
1877 Tragédie mortelle ; glissement de terrain (coulée d'argile à Leda) à Sainte-Geneviève-de-Batiscan ; bilan: 5 morts.
1895 Tragédie mortelle ; glissement de terrain (coulée d'argile à Leda) à Saint-Luc-de-Vincennes ; bilan : 5 morts.
1908 (26 avril) Tragédie mortelle ; glissement de terrain (coulée d'argile à Leda) dans la rivière du Lièvre provoquant une vague chargée de blocs de glace qui détruit les maisons de Notre-Dame-de-la-Salette ; bilan : 33 morts.
1945 (18 mai, vers 17 h) Glissement de terrain qui entraîne une ferme, ses dépendances et 30 arpents de terre dans la rivière Yamaska à Saint-Louis-de-Bonsecours.
1955 (12 novembre) Tragédie mortelle ; glissement de terrain qui entraîne l'effondrement d'une partie de la ville de Nicolet dans la rivière Nicolet et créant un cratère de 22 m de profondeur sur 214 m de longueur par 90 m de largeur ; bilan : 3 morts, destruction de 6 bâtiments dont, entre autres, l'Académie commerciale et de l'évêché, fermeture puis démantèlement de la cathédrale de 1910.
1962 Tragédie mortelle ; glissement de terrain (coulée d'argile marine) dans la rivière Toulnustouc causée par un dynamitage ; bilan: 8 morts parmi les travailleurs.
1971 (4 mai, 23 h 05) Tragédie mortelle ; coulée d'argile à Leda ; engloutissement d'une partie du village de Saint-Jean-Vianney lors d'une coulée rétrogressive de 7 millions de m3 d'argile dans la rivière Shipshaw jusqu'à la rivière Saguenay créant ainsi une déchirure de 317 m2 ; bilan : 31 morts et destructions de 40 des 70 maisons du village.
1974 (2 novembre) Un glissement de terrain dans la rivière Yamaska crée un cratère de 275 m de largeur par 685 m de longueur à Yamaska ; bilan : un mort.
1978 (3 mai) Un glissement de terrain crée un cratère de 11 m de profondeur sur 610 m de longueur et 182 m de largeur à Sainte-Madeleine-de-Rigaud ; bilan : un mort, Yvon Ayotte qui travaillait à la mise en place d'un pylône d'Hydro-Québec lorsqu'il fut enseveli sous une montagne de glaise.
1989 (3 juillet) Un glissement de terrain dans la municipalité de Rawdon crée un cratère de 12 m de profondeur sur 480 m de longueur et 150 m de largeur.
2008 (2 août, vers 21 h 30) Une pluie torrentielle s'abat sur plusieurs endroits de la province ; à Montréal, il tombe 74 mm d'eau entre 15 h 45 et 17 h 15 entraînant des inondations de plusieurs maisons de Anjou et de Saint-Léonard ; à Baie-Saint-Paul des dommages aux infrastructures sont évalués à 1 M $ ; à Saint-Marc-du-Lac-Long, 2 personnes (une mère agée de 36 ans et son fils âgé de 10 ans) se noient lorsque l'automobile dans laquelle elles prenaient place est emportée dans le lac par un torrent grossi soudainement par la pluie diluvienne ; le corps de l'enfant est retrouvé le lendemain dans les eaux boueuses du lac Long ; l'automobile contenant le corps de la mère est retrouvée le 8 août suivant à une centaine de mètres de l'endroit d'où elle avait été emportée par le torrent. (6 août) Les fortes pluies (50 mm en 2 h) gonflent les ruisseaux et rivières de la Montérégie ; à Saint-Théodore-d'Acton, les 3/4 des routes ont été fermées à la circulation à cause de l'effondrement de certaines et les dangers d'effondrement des autres ; les torrents détruisent des ponceaux ce qui a pour effet d'isoler certaines résidences. (7 août) Plusieurs rivières de la Mauricie sortent de leur lit et plusieurs tronçons de chemins forestiers sont fermés dans la réserve de Mastigouche isolant près de 250 villégiateurs. Dans les Cantons-de-l'Est la rivière Magog déborde. En Gaspésie des tronçons de la route 289 sont fermés de même que des tronçons de la route 386 en Abitibi.
2010(11 mai) Tragédie mortelle ; glissement de terrain (coulée argileuse) ; la terre s'effondre sous la maison de Richard Préfontaine située en bordure de la rivière Salvail, dans la muncipalité de Saint-Jude ; bilan : 4 morts : Richard Préfontaine, sa conjointe, Lyne Charbonneau, leurs enfants, Amélie, 12 ans, et Anaïs, 9 ans ; on croit que la famille était dans la salle de télévision du sous-sol à visionner le 6e match d'une série 4 dans 7 entre les Canadiens de Montréal et les Pittsburg Penguins lorsque la terre sur laquelle leur maison était située s'affaissa créant un cratère profond de 40 m sur une longueur de 400 m et une largeur de 600 m ; les cadavres des victimes ont été retrouvées le lendemain dans la boue qui avait envahie le sous-sol ; la maison avait été construite vers 1995 dans une zone qui avait été établie à faible risque de mouvement de sol au début des années 1980.

Outils personels
Publicité
(Annonces   .)