Régiment de La Chaudière (armée)

Un article de la Mémoire du Québec (2012).

  • Régiment des Forces armées canadiennes.


  • Éphémérides -


1736 (23 septembre) Concession de 3 seigneuries par le gouverneur Beauharnois et l'intendant Hocquart ; la plus rapprochée du fleuve Saint-Laurent (3 lieues ou environ 15 km de front sur 2 lieues ou environ 10 km de profondeur des deux côtés de la rivière Chaudière) est concédée à Thomas-Jacques Taschereau qui la nomme Sainte-Marie-de-la-Nouvelle-Beauce, la suivante (3 lieues ou environ 15 km de front sur 2 lieues ou environ 10 km de profondeur des deux côtés de la rivière Chaudière) est concédée à François-Pierre Rigaud de Vaudreuil qui la nomme Saint-François-de-Beauce et la suivante (3 lieues ou environ 15 km de front sur 2 ou environ 10 km lieues de profondeur des deux côtés de la rivière Chaudière) à Joseph Fleury de La Gorgendière qui la nomme Saint-Joseph-de-Beauce ; les 3 seigneuries sont traversées par la rivière Chaudière et les 3 propriétaires sont chargés de construire un grand chemin roulant de charrette à partir du fleuve Saint-Laurent, le long de cette rivière.
Le seigneur Taschereau forme ses censitaires dans le maniement des armes pour la défense de son territoire contre les ennemis éventuels, les autochtones et autres envahisseurs.
1760 Après la conquête, la milice canadienne est supprimée.
1764 Remise sur pied de la milice canadienne pour pacifier les tribus autochtones de l'Ouest
1775 Lors de l'invasion des USA, Gabriel-Elzéar Taschereau devient colonel de son bataillon de milice par le gouverneur Guy Carleton. Les milices paroissiales sont réorganisées.Le manoir seigneurial des Taschereau est pillé par les troupes ennemies.
1776 La Nouvelle-Beauce compte 333 miliciens.
1793 La milice de Sainte-Marie compte 336 hommes, celle de Saint-Joseph, 210, et celle de Saint-François, 163.
1803 Une loi du Parlement de Québec autorise le Gouverneur à lever, chaque année, 1 200 hommes qui doivent se soumettre à une période d'instruction de 28 jours ; c'est la milice d'élite incorporée.
1807 Les miliciens de la Chaudière font partie du Second Battalion de la ville de Québec commandé par Gabriel-Elzéar Taschereau.
1812-1814 Au cours de la Guerre Anglo-américaine de 1812-1815, le lieutenant-colonel Thomas-Pierre-Joseph Taschereau commande le 4th Battalion du district de Québec.
1825 Mise sur pied de 3 bataillons dans le comté de Dorchester : le premier dans la seigneurie de Lauzon (108), le deuxième dans la seigneurie de Sainte-Marie-de-la-Nouvelle-Beauce (111) (comprenait les miliciens de Saint-Joseph, Sainte-Claire, Frampton et Saint-Sylvestre) et le troisième dans la seigneurie de Léry (130).
1830 Formation du comté de Beauce par séparation du comté de Dorchester. Les milices sont regroupés dans le Bataillon de Beauce et dans le Bataillon de Dorchester.
1832 Le Bataillon de Dorchester est commandé par les lieutenant-colonel John Caldwell et John Davidson. Le Bataillon de Beauce est commandé par le lieutenant-colonel Charles Taschereau.
1840-1841 Formation du Royal Canadian Rifles Regiment-RCRR.
1846 Une loi du Canada-Uni reconnaît le recrutement par volontariat ; cette loi permettait d'appeler en service actif jusqu'à 30 000 hommes.
1855 À cause de sa participation à la Guerre de Crimée, l'Angleterre y envoie ses soldats et n'en laisse que 1 887 au Canada. Une loi divise le pays en 18 districts militaires distincts, chacun comptant des régiments et des bataillons. Le district numéro 3 placé sous le commandement du leutenant-colonel Elzéar-Henri Duchesnay englobe les comtés de Beauce, Dorchester, Lévis, Lotbinière et Mégantic.
1857 Les majors Thomas-Jacques Taschereau et Gabriel-Narcisse-Achille Fortier deviennent les adjoints de Elzéar-Henri Duchesnay.
1863 Face à la possibilité de conflit armé avec les USA, le Parlement du Canada-Uni adopte des lois prévoyant la levée de 2 bataillons de service comptant chacun 10 compagnies et instituant le service obligatoire administré par un tirage au sort dans chacune des municipalités.
1864 Les unités de volontaires canadiens atteignent 21 700 hommes. Établissement d'une école militaire à Montréal.Achat par le gouvernement du Canada-Uni d'une lisière de terrain de 5 arpents de largeur sur environ 3 milles entre l'église de Saint-Joseph-de-Lévis et celle de Saint-David.
1865 Établissement d'une école militaire à Québec. (24 juillet) Octroi d'un contrat à une firme d'architectes de Toronto pour la construction d'un système de défense incluant 3 forts sur la rive droite du Saint-Laurent en face de Québec (Fort numéro 1, à Lauzon, Fort numéro 2, à Lévis, et Fort numéro 3, à Saint-David-de-Lévis).
1867 (1 juillet) Promulgation de l'Acte de l'Amérique du Nord Britannique par la reine Victoria d'Angleterre ; en vertu de cette loi, le Parlement du Canada a la compétence exclusive sur la Milice, les Forces militaires et navales et la Défense George Étienne Cartier est le premier à occuper le poste de ministre de la Milice et de la défense.
1868 (22 mai) Adoption de la première loi canadienne sur la Milice ; la milice de réserve est maintenue et la milice volontaire ou active est portée à 40 000 hommes ; la carte militaire du pays est divisée en 9 districts dont les districts 5, 6 (francophones) sont établis à Montréal, et le district 7 est établi à Québec. (18 décembre) Mise sur pied de 7 compagnies indépendantes dans les municipalités de Sainte-Claire, Saint-Anselme, Saint-Isidore, Saint-Vital-de-Lambton, Aylmer et Saint-François dans le district 7 de Québec.
1869 (8 janvier) Mise sur pied d'une compagnie à Sainte-Justine. (6 février) Mise sur pied d'une compagnie à Sainte-Marie.
(9 avril) Formation du Provisional Battalion of Dorchester (compagnies de Sainte-Claire, Saint-Anselme, Saint-Isidore, et Sainte-Justine) commandé par le major Louis Fortier dont le quartier général est à Saint-Anselme, et du Provisionnal Battalion of Beauce (compagnies de Saint-Vital-de-Lambton, Aylmer, Saint-François et Sainte-Marie) commandé par le major Henri-Jules Duchesnay dont le quartier général est à Sainte-Marie.
1870 Le district 7 (comprenant les comtés de Beauce et Dorchester) fournit un contingent de 389 hommes commandé par le lieutenant-colonel Louis Cassaupour contrer la révolution des Métis de la rivière Rouge dirigés par Louis Riel.
Les troupes britanniques sont rappelées en Angleterre.
1871 (19 mai) Le Provisionnal Battalion of Beauce commandé par le major Laurent Bernier devient le 23rd Beauce Battalion of Infantry.
1885 (12 juin) Le Provisionnal Battalion of Dorchester commandé par le lieutenant-colonel Louis Genest devient le 92nd Infantry Battalion of Dorchester
1899 (Août) Fusion des 92nd et 23rd Battalions sous le nom de 92nd Battalion of Dorchester commandé par le lieutenant-colonel Achille Chabot ; il comprend les compagnies

Numéro 1 : Saint-Anselme
Numéro 2 : Saint-Isidore
Numéro 3 : Saint-Isidore
Numéro 4 : Sainte-Hénédine
Numéro 5 : Saint-Vital-de-Lambton
Numéro 6 : Aylmer
Numéro 7 : Saint-Vital-de-Lambton
Numéro 8 : Sainte-Marie

(13 octobre) Le Gouvernement du Canada approuve l'envoi d'un premier contingent pour soutenir l'Angleterre dans sa guerre contre les Boers (descendant de colons hollandais habitant le Transvaal et l'état libre d'Orange en Afrique du Sud.
1914-1918 Au cours de la Première Guerre mondiale, le 92nd Battalion ne participe pas comme tel aux combats, mais fournit de ses membres aux 12th, 41st-Battalion, 69th-Battalion, 169th et 171st Battalions de l'Armée expéditionnaire canadienne.
1921 Le 92nd Battalion of Dorchester devient le Régiment de Beauce.
1932 Le Régiment de Beauce devient le Régiment de Dorchester-et-Beauce.
1936 Le Régiment de Dorchester-et-Beauce est fusionné avec le 5th Machine Gun Battalion et devient le Régiment de La Chaudière (mitrailleuses).
1939 (1 septembre) Mobilisation du Régiment qui établit ses quartiers à Lac-Mégantic.
1939-1940 Le Régiment est dans les édificec de l'immigration du Bassin Louise à Québec, à la Citadelle, puis au camp de Valcartier.
1940 (24 mai) Le Régiment devient une unité d'infanterie (rifle). (Automne) Le Régiment se joint à la 8th Brigade à Sussex, Nouveau-Brunswick.
1941 (21 juillet) Le Régiment s'embarque pour l'Angleterre où il se prépare à participer à l'invasion des côtes de l'Europe continentale.
1944 (6 juin) Le Régiment participe au débarquement de Normandiesous le commandement du lieutenant Paul Mathieu ; il débarque à Bernières-sur-Mère, Normandie (France). (6 juin au 31 juillet) Le Régiment marche sur Basly, Colombie-sur-Thaon, Rots, Carpiquet, Jumeaux, Colombelles, Faubourg de Vaucelle et Crête de Bourguébus. (4 et 5 juillet) Prise de Carpiquet (France).(4 au 18 juillet) Prise de Caen (France). (18 au 19 juillet Prise du Faubourg de Vaucelles.
(18 au 23 juillet) Prise de la Crête de Bourguébus. (7 au 22 août) Prise de Falaise (France). (18 au 22 août) Prise de Chambois (France). (17-22 septembre) Siège de Boulogne (France). (25 septembre au 1 octobre) Prise de Calais (France). (1 octobre au 8 novembre) Campagne de L'Escaut (France). (11 octobre au 13 novembre) Prise de la Poche de Breskens. (Novembre) Positions défensives de Nimègue, Kapel, Beck, Driehuizen, Groesbeek, Wyler, et Althorst.
1945 (8 janvier) Bataille de Leuth. (26 janvier) Le Régiment s'empare de Hollen. (6 février au 10 mars) Plaine de Waal.
(8 février au 10 mars) Invasion de la Rhénanie en Pays-Bas. (26 février au 4 mars) Prise de Hochwald. (28 mars au 1 avril) Prise de Emmerich et Hoch-Elten sur le Rhin. (6 au 8 avril) Prise de Zutphen, Pays-Bas. (Mai) Prise de Zwolle, Sneek, Lemmer, Bunde, puis avance en Allemagne jusqu'à Grossfehn, Aurich, puis Emden. (Après l'armistice) Le 3rd Battalion du Régiment occupe la Péninsule Emden-Wilhelmshaven sur la Mer du Nord. (30 décembre) Le 1st Battalion du Régiment revient au Canada.
1946 Le 3rd Battalion du Régiment revient au Canada.
1947 (1 décembre) La princesse Elizabeth devient colonel en chef du Régiment.
1954 Fusion du Régiment de Lévis et du Régiment de La Chaudière sous le nom de ce dernier ; les quartier généraux de cette entité sont établis au manége militaire de Lévis.
1958 (2 novembre) La ville de Sainte-Marie-de-Beauce érige un monument à la mémoire des combattants qui ont laissé leur vie sur les champs de bataille au cours de la Première Guerre mondiale - 1914-1918 et de la Deuxième Guerre mondiale - 1939-1945.
1964 (6 juin) Un monument est dévoilé à Bernières-sur-Mer pour souligner le 20e anniversaire du débarquement du Régiment à cet endroit et le souvenir de ses membres qui y ont laissé leur vie.
1967 (Mai) Inauguration du Musée du Régiment.
1971 (23 mai) Dévoilement d'un monument en l'honneur du Régiment à Régnère-les-Écluses, localité du département de la Somme, France ; la rue principale de cette localité est alors rebaptisée Rue Régiment-Chaudière.
1990 (3 juin) Dévoilement du Mémorial de Beauceville composé de 3 blocs réunis sur une même base de granit
et énumérant les noms des anciens du Régiment de La Chaudière
Le nom du canton de La Chaudière proclamé en 1966 et situé près de la réserve faunique de La Vérendrye dans la région de l'Abitibi-Témiscamingue honore sa mémoire.
1994 (Été) Le terrain entourant l'Hôtel de ville de Lévis est nommé Parc Régiment de la Chaudière

Commandants

Commandants du Provisional Battalion of Dorchester

1869-1875Lt-cnl L. Fortier
1875-1885Lt-cnl L. Genest




Commandant du 23rd Battalion de Beauce

1871-1880Lt-cnl L. Bernier
1880-1887Cnl H.-J.-J. Duchesnay
1887-1898Lt-cnl J.-G. Gignell
1898-1900Lt-cnl Thomas-Joseph de Montarville Taschereau




Commandant du 92nd Infantry Battalion de Dorchester

1885-1896Lt-cnl L. Genest
1896-1900Lt-cnl A. Chabot




Commandant du 92nd Regiment of Dorchester

1900-1902Lt-cnl A. Chabot
1902-1904Lt-cnl Thomas-Joseph de Montarville Taschereau
1904-1906Lt-cnl G. A. Taschereau
1906-1908Lt-cnl Thomas-Joseph de Montarville Taschereau
1908-1917Lt-cnl S. Bois
1917-1921Major E. Chabot




Commandants du Regiment of Beauce

1921-1927Lt-cnl J.-A. Gilbert
1927-1929Lt-cnl G.T. Taschereau
1929-1930Lt-cnl E. Chabot
1930-1932Lt-cnl J. Turgeon




Commandants du Regiment of Beauce and Dorchester

1932-1935Lt-cnl J. Turgeon
1935-1936Lt-cnl L.-F. Gignac




Commandants du Régiment de La Chaudière (mitrailleuses)

1936-1940Lt-cnl J. L. Reiman
1940-1941Lt-Cnl L.-F. Gignac




Commandants du Régiment de La Chaudière C.A.S.F.

1940-1941LtC-Cnl G. Power
1941-1942Cnl J.-J. Chouinard
1943-1944Cnl P. Mathieu
1944-1945Lt-cnl G.-O. Taschereau
1945-1946Lt-cnl F. L'Espérance




Commandants du 2nd Battalion du Régiment de La Chaudière

1940Lt-cnl L.-P. Cliche
1940-1944Lt-cnl J.-A.-Y. Bouchard
1944-1946Lt-cnl G. Larue




Commandants du 3rd Battalion du Régiment de La Chaudière

1945-1946Lt-cnl G.-O. Taschereau




Commandants du Régiment de La Chaudière

1946-1949Lt-cnl R. Audet
1949-1952Lt-cnl F. L'Espérance
1952-1955Lt-cnl W. Atkinson
1955-1959Lt-cnl F. De Saint-Victor
1959-1961Lt-cnl L. Lacroix
1961-1963Lt-cnl J.-P. Bélanger
1963-1967Lt-cnl J.-Y. Godreau
1967-1970Lt-cnl J. Lambert
1970-11973Lt-cnl G. Gonthier
1973-1976Lt-cnl M. Belleau
1976-1979Lt-cnl H.-M. Veilleux
1979-1982Lt-cnl B. Beauchemin
1982-1984Lt-cnl G. Lajoie
1984-1987Lt-cnl P. Gonthier
1987-1990Lt-cnl D. Poulin
1990-1993Lt-cnl D. Belleau
1993-1998Lt-cnl G. Turgeon
1998-2000Lt-cnl M. Demers
2000-2003Lt-cnl J.-F. Côté
2003-2007Lt-cnl P. Paul-Hus
2007-Lt-cnl S. Roy




Outils personels
Publicité
(Annonces   .)