Saint-Laurent (voie maritime du)

Un article de la Mémoire du Québec (2019).

Publicité

(Annonces   .)
  • Système d'écluses qui relie les Grands Lacs à l'océan Atlantique via le fleuve Saint-Laurent.


Données techniques -

Son creusage a nécessité le retrait de 86 589 millions de m3 de sol.
Peut recevoir des navires de 222,5 m de longueur et de 23,1 m de largeur et ayant un tirant d'eau de 7,9 m.
Comprend 16 écluses permettant aux navires de passer de 6 m au-dessus du niveau de la mer, à Montréal, à 183,5 m à Thunder Bay, sur le lac Supérieur.
Sept écluses constituent la section Montréal-Lac Ontario, c'est-à-dire celles de Saint-Lambert et Côte-Sainte-Catherine (niveau 20 m), Beauharnois-aval et Beauharnois-amont (niveau 46 m), Snell et Eisenhower (niveau 73 m) et Iroquois (niveau 75 m) ; le lac Ontario est relié au lac Érié par les 6 écluses du canal Welland (niveau 174 m) ; le lac Huron est relié au lac Supérieur par le canal de la Sainte-Marie à Sault-Sainte-Marie (niveau 183 m).

  • Éphémérides -


1779-1781 Creusage du canal de Coteau-du-Lac (longueur : 274 m ; 3 écluses de 12,1 m de longueur x 1,8 m de largeur x 0,76 m de profondeur ; dénivellation de 2,4 m) sur la rive gauche du fleuve permettant l'approvisionnement des troupes britannique stationnées au bord du lac Ontario après la Guerre d'indépendance des États-Unis ; le premier canal à écluses construit en Amérique du Nord.
1783 Creusage du canal de la Faucille (sur le côté nord de la Pointe-des-Cascades), du canal du Trou (sur le côté sud de la Pointe-des-Cascades) et du canal du Rocher-Fendu (en amont de la Pointe-des-Cascades (dénivellation totale entre les 3 ouvrages : 4,5 m) ; ces ouvrages permettent d'éviter les rapides des Cascades et ceux du Rocher-Fendu à l'entrée du lac Saint-François.
1798 La North West Company creuse un canal pour contourner les rapides de la rivière Sainte-Marie entre le lac Supérieur et le lac Huron.
1804 Ouverture du canal des Cascades (457 m, 3 écluses de 36,5 m de longueur) qui traverse Pointe-des-Cascades entre la rivière des Outaouais et le fleuve Saint-Laurent à l'entrée du lac Saint-François.
1817 Élargissement à 3,60 m des écluses et creusage à 1 m des canaux des Cascades, Rocher-Fendu et Coteau-du-Lac ; les canaux Le Trou et La Faucille sont abandonnés.
1821-1824 Creusage du canal Lachine (14 km, 7 écluses de 30 m de longueur x 6 m de largeur x 1,5 m de profondeur).

Creusage du premier canal Welland (44 km de longueur, 44 écluses en bois de 33,5 m de longueur x 6,7 m de largeur x 2,4 m de profondeur).
1825 Creusage du premier canal Welland entre le lac Érié et le fleuve Hudson aux USA.
1833-1845 Construction du second canal Welland (longueur : 43,5 km, 40 écluses en bois ; dénivellation : 99,4 m) qui relie le lac Ontario au lac Érié en contournant les chutes Niagara.
1843-1848 Creusage du canal de Beauharnois (18 km de longueur, 9 écluses de 61 m de longueur x 13,7 m de largeur x 2,7 m de profondeur) sur la rive droite du fleuve.
Parachèvement du canal de Cornwall (18 km de longueur, 7 écluses).
Agrandissement des écluses du canal Lachine aux dimensions des nouveaux canaux.
Remplacement de 40 écluses en bois du canal Welland par 27 écluses en pierres de 45 m de longueur x 8,1 m de largeur x 2,7 m de profondeur.
1844 Le chenal naturel du fleuve Saint-Laurent entre Québec et Montréal est porté à 4,9 m de profondeur et sa largeur, à 75 m.
1845 (11 octobre) Ouverture du canal de Beauharnois.
1850 Creusage du canal Sainte-Marie entre le lac Huron et le lac Supérieur (dénivellation : 7 m ; 3 écluses de 2,70 m de profondeur).
1853 Le chenal est creusé à 4,85 m dans le lac Saint-Pierre.
1865 La profondeur du chenal naturel entre Québec et Montréal est portée à 6,1 m et sa largeur à 90 m.
1870 Création d'une commission d'enquête visant à l'amélioration du réseau de canaux entre le bas du fleuve et les Grands lacs.
1871 La commission recommande d'agrandir toutes les écluses entre Montréal et le lac Supérieur à 82,3 m de longueur x 13,7 m de largeur x 3,6 m de profondeur.
1875-1905 Uniformisation de la profondeur des canaux à 4,3 m.
1887 Ouverture du troisième canal Welland.
1891 L'ingénieur Thomas Monro, assisté de l'ingénieur John T. Allison, reçoit le mandat de tracer les plans et devis du canal de Soulanges (23 km de longueur entre Pointe-des-Cascades et Coteau-Landing et 6 écluses) ; l'emprise du canal sera de 1,2 hectare et les propriétaires qui ne veulent pas vendre seront expropriés.
1895 Les États-Unis et le Canada forment la Commission des canaux en eaux profondes pour étudier la faisabilité d'une voie maritime qui accueillerait des plus gros navires.
1909 Les États-Unis et le Canada constituent une Commission conjointe internationale pour s'occuper des problèmes relatifs aux eaux limitrophes aux deux pays.
1932 Ouverture du quatrième canal Welland (longueur : 43,5 km ; dénivellation : 99,4 m, 7 écluses-ascenseurs (longueur maximale : 1249,7 m ; hauteur : 42,5 m, profondeur : 8,2 m ; largeur moyenne : 94,5 m) entre Port Welland et le lac Ontario, et un sas de sécurité à Port Colborne, Ontario.
(18 juillet 1932) Le premier ministre du Canada et le président des États-Unis signent le Traité de la canalisation du Saint-Laurent.
1934 (14 mars) Le Sénat américain rejette le Traité de la canalisation du Saint-Laurent par un vote de 46 contre 42 voix.
1949 Le Canada et les États-Unis conviennent d'étudier la création d'une voie maritime, mais la Grande Dépression paralyse la poursuite du projet ; la puissante industrie américaine du rail et les ports de mer américain de l'Atlantique craignent la concurrence.
1951 Création de l'Administration de la voie maritime du Saint-Laurent par le Parlement canadien.
1954 Entente intervenue entre le Canada et les États-Unis pour la construction d'une nouvelle voie maritime. Du niveau de l'Océan Atlantic au niveau du lac Supérieur, il y a une dénivellation de 180 m. l'équivalent d'un édifice de 60 étages.
1959 (25 avril 1959) Les brise-glaces D'Iberville et Montcalm sont les premiers navires à pénétrer dans la nouvelle Voie maritime du Saint-Laurent en route vers les Grands Lacs ; ils sont suivis des navires Simcoe de la Canada Steamship Lines, du Prescodoc et du Cartierdoc de la N.M. Paterson and Sons Ltd et Hastings de la Canada Steamship Lines, puis du Prins Willem George Frederick et le Prins Johan Willem Triso de la Dutch Fjell Oranje Line, le Charles de France, le Labnstein de Hambourg, le Manchester Faith d'Angleterre, le Prins Willem II de la Dutch Fjell Oranje Line, le Luksefjett de Norvège, le Perth d'Angleterre le Santa Regina des États-Unis et le Fairhead de Belfast (Irlande).
(26 juin 1959) Inauguration officielle de la Voie maritime du Saint-Laurent par la reine Élisabeth II d'Angleterre et du Canada accompagnée du président Dwight D. Eisenhower des États-Unis à bord du yacht royal Britannia. La voie maritime est ouverte durant 222 jours.
1960 8 593 navires empruntent la Voie maritime.
1974 4 641 navires empruntent la Voie maritime.
1968 Importante grève (24 jours) des travailleurs de la Voie maritime.
1993 3 550 navires empruntent la Voie maritime.
1996 3 953 navires empruntent la Voie maritime.
1999 Entre le 25 avril 1959 et le 25 avril 1999, 258 731 navires transportant 2,9 milliards de tonnes de cargaison d'une valeur de plus de 258 milliards $ ont franchi les écluses de la voie maritime du Saint-Laurent.
2005-2006 La voie maritime est ouverte durant 283 jours
2017-2018 La voie maritime est ouverte durant 298 jours.

Coût du projet :

470,3 millions $Can (336,5 millions $ payés par le Canada et 133,8 millions $ payés par les États-Unis. (The Gazette, 27 avril 2019, page A14)

  • Repères géographiques -


Sur la rive droite du Saint-Laurent.
Région touristique de la Montérégie.
Carte 9.

Carte 9 sur Google Maps

Outils personels

Publicité

(Annonces   .)