Cormier (Ernest)

Un article de la Mémoire du Québec (2020).

  • Homme de sciences (architecte et ingénieur) et artiste (aquarelliste) né en 1885 (5 décembre 1885) à Montréal.

Fils du docteur Isaïe Cormier et de Malvina Généreux.
Époux de Clorinthe Perron.
Études au Collèg Mont-Saint-Louis (cours scientifique), à l'École polytechnique de Montréal (génie civil) et à l'École supérieure des beaux-arts de Paris (architecture)
Débute sa carrière auprès de la Dominion Bridge Company de Montréal (1906-).
Boursier Henry-Jarvis décerné par le Royal Institute of British Architects, il étudie au British School de Rome (1914-1916).
De retour à Paris en 1917, il est employé de la firme d'ingénieurs Considère, Peinard et Caquot, des spécialistes du béton et il obtient le diplôme d'architecte du gouvernement français.
Deuxième diplômé canadien de l'École des beaux-arts de Paris (1918).
Associé de J.-Omer Marchand (1918-1922).
Études à l'École polytechnique de Montréal-ÉPM et à l'École nationale des beaux-arts de Paris.
Rentrés à Montréal, son épouse décède en 1918 de la grippe espagnole.
Travaille d'abord comme ingénieur à la compagnie Dominion Bridge de Lachine.
Professeur à l'École polytechnique de Montréal-ÉPM (1921-1954).
Avait un atelier au 3460, rue Saint-Urbain à Montréal ; cet atelier a été acquis par la Société québécoise.
Décès en 1980 (1er janvier 1980).
Inhumé dans le cimetière Notre-Dame-des-Neiges de Montréal.

  • Oeuvres -


Nouveau Palais de Justice (Montréal, rue Notre-Dame Est, 1922-1925, avec Louis-Auguste Amos et Charles Jewett Saxe), transformé en 2003 pour devenir le siège de la Cour d'appel du Québec
Ancienne École des beaux-arts (rue Saint-Urbain ; avec J.-Omer Marchand; Montréal, actuellement le Pavillon des Arts de l'UQAM) ; occupée plus tard par l'École d'architecture de l'Université de Montréal, par le Conseil des arts de Montréal, puis devenue vacante en 2009.
Église Saint-Marguerite-Marie-Alacoque (style roman ; Montréal, rue Ontario Est, près de l'avenue De Lorimier, style roman, 1924-1925)
Église Saint-Ambroise, Montréal, rue Beaubien-Est.
École Sainte-Julienne-Falconieri renommée école Saint-Philippe-Benizi ; Montréal, rue Drolet.
Reconstruction de l'Hôtel de ville de Montréal, avec J.-L.-D. Lafrenière, J.-Omer Marchand, Dalbé Viau, Louis-Alphonse Venne, Louis Parant et Louis-Auguste Amos (1922-1926)
Nouveau palais de justice de Montréal, rue Notre-Dame Ouest (1922-1926) avec les architectes Louis-Auguste Amos et Charles J. Saxe devenu en 1985, l'édifice Ernest-Cormier
L'oratoire Saint-Joseph du Mont Royal (contribution avec Lucien Parent et Dom Bellot..
Le pavillon principal de l'Université de Montréal (Boulevard Édouard-Montpetit, Montréal, 1926-1943)
Portes de l'édifice de l'Assemblée générale des Nations Unies à New York (1947)
L'édifice de la Cour suprême du Canada à Ottawa (1938-1940).
L'édifice de la Cour d'appel du Québec à Montréal.
Les portes d'entrée de l'édifice de l'Organisation des Nations Unies-ONU à New York (1947)
Sa résidence (1930-1931) du 1418, avenue des Pins Ouest appartient en 2002 aux héritiers de Pierre Elliott Trudeau qui l'a habitée pendant les dernières années de sa vie. Cette maison est appelée Maison Ernest-Cormier.
Son atelier de la rue Saint-Urbain est mis en vente par la Ville de Montréal en 2015.

  • Distinctions -


Doctorat honoris causa de l'Université de Montréal-UdeM (1942).
Ordre du mérite de l'École Polytechnique (1948)
Prix Urgel-Archambault de l'ACFAS (1953).
Officier de l'Ordre du Canada-OOC (1974).
Le nom de l'esplanade Ernest-Cormier située sur la rue Sainte-Catherine-Ouest en face du Centre canadien d'architecture-CAC honore sa mémoire.
Le Gouvernement du Québec crée le prix du Québec Ernest-Cormier (2014)

Filmographie :

Le Jardin des ombres réalisé par François Girard (1993)

Outils personels