Guibord (Joseph)

Un article de la Mémoire du Québec (2020).

  • Homme de métier (imprimeur) né en 1804 dans la seigneurie de Champlain (30).

Défense est faite par Mgr Ignace Bourget, avec l'approbation du Vatican, à tout catholique de devenir ou de demeurer membre de l'Institut canadien, sous peine d'excommunication.
Bravant l'interdiction, Guibord ne renonce pas à son statut de membre de l'Institut et est, par conséquent, excommunié.
Encore sous le coup de son excommunication au moment de son décès (18 novembre 1869), l'Église catholique ne peut lui administrer l'extrême-onction, ce qui interdit son inhumation dans la terre consacrée d'un cimetière catholique. En 1874, le comité judiciaire du Conseil privé de Londres ordonne son enterrement dans le cimetière Notre-Dame-des-Neiges.
Le 2 septembre 1875, l'opposition des catholiques indignés fait échouer la tentative d'inhumation dans la partie du cimetière réservée aux sépultures religieuses.
Me Louis-Amable Jetté, Me François-Xavier-Anselme Trudel et Me Francis Cassidy assurent la défense du curé de Notre-Dame de Montréal qui a refusé l'inhumation de Guibord dans la partie du cimetière réservée aux sépultures religieuses, parce que Guibord était membre de l'Institut canadien.
Le 16 novembre 1875, c'est sous escorte militaire que la dépouille de Guibord y est finalement enterrée dans un carré que Mgr Bourget a préalablement désacralisé.

  • Distinctions -


Le nom de la rue Gilford de Montréal honorerait sa mémoire comme celui l'avenue Joseph-Guibord ; Gilford serait le résultat d'une erreur de transcription jamais corrigée.

  • Bibliographie -


Le Procès Guibord ou L'Interprétation des restes (Robert Hébert, Éditions du Tryptique, 1992)
Plaidoyer pour Guibord (Joseph Doutre, Éditions Liber, 2008)
Thibault

Publicité

Revue trimestrielle de la Société d’histoire et de généalogie des Pays-d’en-Haut

Dossier sur les presbytères

Cliquez ici.

Livraison gratuite.

(Fin des Annonces .)
Outils personels