Montréal (municipalité de ville). ; Service de police de Montréal-SPVM (corps de police). Scandales. Affaire Mohammadi. (Service de police de Montréal-SPVM)

Un article de la Mémoire du Québec (2021).

  • Le 6 janvier 2012, vers 1 h 30, Farshad Mohammadi, 34 ans, un sans-abri qui fréquente la Welcome Hall Mission, la Maison du Père, la Old Brewery Mission et la Mission Bon-Accueil de Montréal sommeillait dans l'édicule de la station de Métro Bonaventure à Montréal ; deux policiers du Service de police de Montréal-SPVM l'ont approché et il est devenu soudainement agité exhibant un X-acto avec lequel il aurait blessé l'un des agents au visage, dans le cou et à l'abdomen , puis, il a commencé à marcher vers l'escalier menant à la rue de la Cathédrale ; il a refusé de s'arrêter et de se coucher par terre lorsque les policiers lui en ont donné l'ordre ; le policier blessé tire 3 balles qui atteignent l'itinérant ; celui-ci, qui ne portait aucune identification sur lui, décède à l'Hôpital.

Mohammadi était d'origine kurde venu du nord de l'Iran et arrivé à Montréal via Halifax ; sa langue maternelle était le farsi, mais il parlait aussi l'anglais.
Selon le quotidien The Gazette, la police avait évincé Mohammadi de son appartement de la rue Sainte-Marguerite dans le quartier Saint-Henri au début de décembre 2011 à la demande du propriétaire qui avait obtenu un mandat d'expulsion de la part de la Régie du loyer à cause d'une dette de 215 $ et de son comportement.
C'était un homme qui pouvait être très calme et gentil un instant, puis tomber en état agressif et d'une violence extrême l'instant d'après; l'un de ses voisins a dit qu'il prenait beaucoup d'héroïne ; il disait qu'il avait fait la guerre avec les rebelles kurdes contre le régime iranien .
Mohammadi avait été condamné en 2009 à 2 ans de probation pour introduction par effraction dans un édifice non résidentiel de Montréal ; sans emploi, il était logé dans un appartement en vertu du programme fédéral Projet Chez-soi, de la Commission nationale de la santé mentale qui trouve logement et services de soutien aux personnes sans abri et souffrant de problème de santé mentale.
Mohammadi était un réfugié résident permanent canadien depuis 2006 ; comme il n'était pas citoyen canadien, sa condamnation a automatiquement enclenché le processus d'expulsion ; le 30 mai 2011, un commissaire à l'immigration avait ordonné son expulsion vers l'Iran.
Le 21 juillet 2014, le coroner Jean Brochu déclare : Encore une fois, nous devons déplorer la mort d'une personne souffrant de troubles mentaux. Encore une fois, des agents de police se sont trouvés sur la ligne de front d'une intervention auprès d'une personne requérant des traitement de santé et des services sociaux plutôt qu'une intervention de la police.
Le coroner Brochu avait présidé l'enquête sur le décès de Patrick Limoges tué accidentellement par balles tirées par la police en Juin 2011.

Outils personels