Mount-Stephen Club (édifice patrimonial)

Un article de la Mémoire du Québec (2021).

  • Mount-Stephen Club (1880-1883) ; architecture victorienne. 1400, rue Drummond, entre la rue Sainte-Catherine et et le boulevard de Maisonneuve ; style Renaissance italienne ; plans de l'architecte William Tutin Thomas ; construite au coût de 600 000,00 $ (20 000 000,00 $ en dollars de l'an 2000) pour George Stephen ; décorations en acajou cubain, bois de chêne, bois de satin, bois de rose, noyer anglais, foyers sculptés en marbre et onyx italiens, vitraux importés réalisée par des équipes d'artisans spécialisés venus d'Europe ; vendue en 1888 à Robert Meighen et son épouse, Elsie Stephen, la soeur de George Stephen, qui l'habitent jusqu'en 1917.

L'immeuble est vendu en 1926, et est converti en club privé en 1927 par le Mount Stephen Club, un groupe d'hommes d'affaires désireux de le conserver ; quelques uns des très rares vitraux non religieux à Montréal ornent l'édifice ; fabriqués en Italie il y a au delà de 300 ans, ces vitraux ont été importés d'Autriche en 1883.
L'immeuble est classé monument historique en 1975 par le Giouvernement provincial.
En 2006, l'immeuble est acquis par le groupe immobilier Tidan (Jack Sofer de Westmount et Meir Yuval de Hampstead) au prix de 4 M$.
En 2007, le ministère de la Culture du Québec rejette le projet de construction du promoteur immobilier Tidan
Le 17 octobre 2011, le conseil d'administration du club annonce que le 23 décembre 2011 l'établissement qui accumule déficits après déficits fermera ses ports ; le club qui a compté 600 membres dans ses meilleures années n'en compte plus que 300 en 2011 ; ce nombre n'en justifie plus l'existence ;
Le 26 septembre 2012, The Gazette révèle qu'un hôtel de luxe de 12 étages (80 chambres) sera construit sur la propriété du club par la compagnie Tidan, mais que l'apparence extérieure originale du bâtiment serait conservée et serait aménagé comme entrée de l'hôtel.
En septembre 2015, le Ministère de la Culture obtient une injonction ordonnant la suspension des travaux dans le vieiux bâtiment du club.
Le 27 janvier 2016, The Gazette rapporte que le ministère de la Culture a intenté une poursuite contre la compagnie à numéros 9166-9093 et les actionnaires de cette compagnie, Jack Sofer, de Westmount et Meir Yuval, de Hampstead, pour avoir altéré le vieil immeuble sans autorisation (démolition de 3 cheminées, démantèlement de rampes en fer forgé et revêtement de ciment sur la pierre extérieure. La construction de l'hôtel et de son parking souterrain a considérablement ébranlé la structure du vieux bâtiment (problèmes reliés aux fondations du vieux bâtiment) ; les autorités de l'arrondissement Ville-Marie de la Ville de Montréal ordonnent aux propriétaires d'établir un périmètre de sécurité autour du bâtiment. Dino Bumbaru président d'Héritage Montréal, demande que des experts évaluent s'il sera nécessaire de démanteler la façade du vieil immeuble pour en stabiliser la structure et exprime son inquiétude pour la restauration et la conservation de l'intérieur du bâtiment. Les plans de l'Hôtel ont été préparés par la firme d'architecture Lemay (Michel Lauzon), mais cette firme a remis les plans en 2013 et n'a pas obtenu la supervision des travaux de construction qui ont été confiés à l'architecte de Tidan, Brian Wiseman.

Outils personels