Pinsonneault, Pinsoneault (Pierre-Adolphe)

Un article de la Mémoire du Québec (2021).

  • Prêtre catholique (sulpicien) né en 1815 à Saint-Philippe-de-La Prairie.

Signait Pinsoneault.
Études au Séminaire de Montréal et au Séminaire Saint-Sulpice à Paris (France).
Professeur au Petit séminaire de Montréal (1841-1843).
Curé de la paroisse St. Patrick de Montréal (1843-1849).
Quitte la Compagnie de Saint-Sulpice en 1849 quand il prend partie pour l'évêque de Montréal, Mgr Ignace Bourget, qui veut créer des paroisses dans les faubourgs de Montréal, alors que les sulpiciens, titulaires de la paroisse Notre-Dame, s'y opposent.
Chanoine de la cathédrale de Montréal (1849-1856).
Évêque de London, Ontario (1856-1866).
Ses querelles nombreuses avec les prêtres et les communautés religieuses de son diocèse forcent Rome à demander sa démission de son poste d'évêque de London ; c'est Mgr Ignace Bourget qui est chargé d'obtenir cette démission ; Pinsonneault démissionne en 1866 et élit domicile à Albany (New York) jusqu'en 1869 alors qu'il revient à Montréal pour agir comme évêque auxiliaire de Mgr Bourget.
Beau-frère de Charles-François-Xavier Baby. Petit-fils de Jean-Baptiste Raymond.
Décès en 1883 à Montréal.

Évêque démissionnaire (1866).

  • Publications - Liste partielle


Dernier chant du cygne sur le tumulus du gallicanisme ; réponse à Mgr Dupanloup (1870)
Lettres à un député (1874)

  • Distinctions -


Le nom du canton de Pinsonnault proclamé en 1965 et situé au nord-est de Dolbeau dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean honore sa mémoire.

Outils personels